Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
698 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
701 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11235 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Saône-et-Loire

Région :
Bourgogne-Franche-Comté
Carte du département

Préfecture :
Mâcon

Préfets :
Hyacinthe Tomasini
(1939 - 1940) Préfet de Saône-et-Loire
Paul Brun
(1940 - 1941)
Alexandre Angeli
(1940 - 1944) Alexandre Benoît Joseph Angeli, Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1893-1962)
(25/09/1940 - 08/01/1941) Sous-préfet d'Autun, résistant, révoqué par Vichy
René-Pierre Codefy
(1940 - 1944) Sous-préfet d'Autun, délégué dans les fonctions de préfet pour la Saône-et-Loire occupée. Il sera après la guerre préfet de la Charente (1951-1956) et de la Vienne (1956-1959).
Pierre Voizard
(1941 - 1941) Non effectivement installé
Alfred Hontebeyrie
(1941 - 1941) Alfred Roger Hontebeyrie, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1895-1969)
Charles Donati
(1941 - 1943) Charles Guérin Joseph Louis Donati, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (né en 1891)
Paul Demange
(1942 - 1943)
(07/1943 - 30/12/1943) Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie), révoqué par Vichy et recherché par la Gestapo pour son activité de résistant.
Jean-Baptiste Thoumas
(1943 - 1944) Préfet de Saône-et-Loire
(24/01/1944 - 05/1944) Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire). Résistant, dénoncé par la Milice, il est arrêté par la Gestapo et déporté à Neuengamme (1899-1945).
André Boutemy
(1944 - 1944) Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1905-1959)
Georges Bernard
(1944 - 1944) Georges Albert Maurice Bernard, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1890 - 1953)
Lucien Drevon
(1944 - 1946)
Jean Bouhey
(Mars 1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1898-1963)
Yves Farge
(1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1899-1953)
Jean Mairey
(1945 - 1946) Jean Marie Albert Mairey, Commissaire régional de la République par intérim de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1907-1982)

À lire, à voir…

André Moissé André Moissé
La Libération en Franche-Comté : Agents secrets et services spéciaux dans la résistance

ACHETER EN LIGNE

André Moissé André Moissé
La Libération en Franche-Comté Agents secrets & services spéciaux dans la résistance Tome 2 Jura & Doubs

ACHETER EN LIGNE

Jean-Pierre Marandin Jean-Pierre Marandin
Résistances 1940-1944 : Volume 1, A la frontière franco-suisse, des hommes et des femmes en résistance

ACHETER EN LIGNE

André Besson André Besson
Les Maquis de Franche-Comté

ACHETER EN LIGNE

Robert Dutriez Robert Dutriez
La Seconde Guerre mondiale en Franche-Comté

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Département de la Saône-et-Loire en 1939-1945


[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Departement de la Saone-et-Loire en 1939-1945
Préfecture de Mâcon
source photo : Christophe Finot
crédit photo : D.R.
Histoire
Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne, le 1er septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.
520 000 français sont évacués des zones frontalières comprises entre la ligne Maginot et l’Allemagne.
L'Allemagne nazie envahit la France, la Belgique, le Luxembourg, pourtant neutre, et les Pays-Bas le 10 mai 1940.

Le gouvernement désemparé se replie de Paris à Bordeaux dès le 11 juin.
La France est envahie. C’est l’exode vers le sud.
Le président du Conseil, Paul Reynaud, est contraint de démissionner. Le maréchal Pétain forme alors un nouveau gouvernement et obtiendra les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. La République est abolie.

Le 14 juin 1940, les troupes allemandes défilent à Paris, sur les Champs-Élysées.
Le 20 ils sont à Brest, le 22 à La Rochelle, à Lyon...
Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l'Armistice.

Les Allemands mettent en place toute une série de mesures pour limiter sur le territoire la circulation des personnes et des marchandises et le trafic postal entre deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone libre où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands. La ligne de démarcation traverse treize départements sur 1 200 km : Ain, Allier, Charente, Cher, Dordogne, Gironde, Indre-et-Loire, Jura, Landes, Loir-et-Cher, Pyrénées-Atlantiques, Saône-et-Loire, Vienne.
La Demarkationsline disparaîtra le 11 novembre 1942, après l’occupation totale de la France.

Les proscrits du régime
Des hommes, des femmes, des enfants, des familles, français ou étrangers, sont pourchassés et persécutés parce que Juifs. Ils seront massivement déportés vers l'Est et exterminés. Très peu survivront. Les Tsiganes sont internés dans les camps français. Les Francs-maçons et les Communistes, considérés comme "indésirables" sont démis de leurs fonctions au sein de l'administration, pourchassés, arrêtés et internés.
A partir de 1943, les réfractaires du STO entrent dans la clandestinité. Certains rejoignent les résistants également pourchassés.

Près de 76 000 Juifs dont plus de 11 000 enfants seront arrêtés et déportés de France, dont 38 000 à Paris.


[Compléter l'article]

Toutes les communes de la Saône-et-Loire

Les camps et les lieux d'internement de la Saône-et-Loire

142e CTE Chalon-sur-Saône 71100 Chalon-sur-Saône
Camp Le Creusot 71200 Le Creusot
Caserne de Mâcon 71000 Mâcon
Centre Montceau-les-Mines 71300 Montceau-les-Mines
Gymnase de Montceau-les-Mines 71300 Montceau-les-Mines
Heilag Chalon-sur-Saône 71100 Chalon-sur-Saône
Pavillon psychiatrique de l’Hôpital d’Autun 71400 Autun
Prison de Chalon-sur-Saône 71100 Chalon-sur-Saône
Refuge Salengro 71300 Montceau-les-Mines
Sanatorium de La Guiche 71220 La Guiche

Les lieux de sauvetage de la Saône-et-Loire

Hôpital Saint-Laurent 71100 Chalon-sur-Saône

Les 34 Justes parmi les Nations de la Saône-et-Loire


6 Familles hébergées, cachées ou sauvées de la Saône-et-Loire[Compléter]

Artaix

15/05/1940 - 20/07/1940 Famille THEISEN - Il s'agit de réfugiés luxembourgeois fuyant le front après l'invasion allemande du 10 mai 1940.

Charolles

04/1944 - 1945 Famille Gartenlaub - Régine, 11 ans, et Dina, 7 ans, sont confiées à Mme Cherrier à Charolles par Georgette Cheverry*. Elles y resteront jusqu'en 1945 avant de retrouver leur famille à Paris.

Cheilly-lès-Maranges

1943 - 1945 Famille Schmelz - En février 1943, quatre enfants arrivent au village, grâce à l’action de Jean Ménagé, lequel avait servi de contact avec l’Entraide temporaire, un organisme qui a aidé à placer des enfants juifs dans des familles chrétiennes. L’un des quatre enfants, Rachel Schmelz, est placée chez Anne Phal*, tandis que Jacques, le frère de Rachel, est placé dans la famille Bourgeon.
En 1947, L’Entraide temporaire aide les deux enfants devenus orphelins, Jacques et Rachel Schmelc à immigrer au Canada pour aller rejoindre leur tante.

La Clayette

1942 Famille Hakim - Rebecca, née en 1935, est cachée chez Marie-Aimée Gaillard* et à sa fille Clotilde* à la demande express de M. Fonlupt, maire de La Clayette.

Saint-Maurice-de-Satonnay

11/02/1939 - 29/09/1939 Famille blanco - Madame Esperanza Blanco Sánchez réfugiée républicaine espagnole après le passage de la frontière est amenée en train à Saint Maurice de Satonnay en compagnie de ses enfants, Fermina, Agustina, Alfonso, Dionisio et Esperanza, âgés de 13,11,8,7 et 4 ans . Arrivée le 11 février 1939, la famille est ensuite internée au camp de Saint Cyprien (66)

Simandre

15/05/1940 - 20/07/1940 Famille MORBACH - Il s'agit de réfugiés luxembourgeois (5 personnes) fuyant le front après l'invasion allemande du 10 mai 1940.


68 Familles arrêtées dans le département [Compléter]

Blanzy
Famille Carlier - Amandine, agent de liaison des FTPF est arrêtée à Blanzy par les Allemands et déportée sans retour le 19/08/1944 à Rawensbrück. Elle laisse à la maison trois enfants. (Cf. Gérald Dardart)
Déportation : 19/08/1944

Chalon-sur-Saône
03/08/1942 Famille Rozenberg - Laja née Szulc en 1903 à Giranow en Pologne, est mariée avec Moszek Rozenberg et ils ont un fils, Henri Max né le 30 avril 1934 à Paris. Ils habitent 16 rue Bachelet à Paris 18e; ils sont tailleurs et travaillent avec Zelick Rozenberg, le frère de Moszek. Laja a une soeur, Sura, arrivée de Pologne en 1938 qui travaille aussi pour Zelig. Travaille, de même, pour Zelig, Samuel Sperber, ami puis mari de Sura, arrivé lui aussi de Pologne en 1938. Les maris de Laja et de Sura, recensés comme "Juif" en 1940, répondent à la convocation du "billet vert", sont aussitôt, arrêtés puis internés, le 14 mai 1941, Moszek à Beaune la Rolande et Samuel à Pithiviers. Après 1 an d'internement, tous deux sont déportés à Auschwitz-Birkenau, l'un le 27 juin 1942 par le convoi 5, l'autre le 25 juin 1942 par le convoi 4. Samuel, saura-t-il que sa femme Sura lui a donné un fils, Jacques, né en février 1942 ? Dès 1941, Zelig Rozenberg s'est réfugié avec sa famille en région lyonnaise où ils retrouvent la famille Grosbart, ayant un lien de parenté avec sa femme. Les 2 soeurs, désormais seules à Paris, échappant à la rafle du Vel d'Hiv' décident, chacune avec leur enfant, de partir rejoindre la famille Rozenberg en région lyonnaise. Début Août 1942,elles prennent le train mais doivent passer la ligne de démarcation à Châlons sur Saône; le 3 août, Laja est arrêtée par la police de Vichy, envoyée à la Maison d'Arrêt de Châlons, transférée le 4 août 1942 au camp de Pithiviers puis déportée, d'où elle ne revint pas, à Auschwitz-Birkenau le 7 août par le convoi 16. Elle avait 39 ans. Sa soeur, Sura et les 2 enfants retrouvèrent, les familles Rozenberg et Grosbart à Anse, commune située à 30km au Nord de Lyon. Le 28 août 1944, Sura, son fils Jacques, son neveu, Henri Max,et de nombreux habitants furent pris sous le bombardement anglo-américain de la commune qui fit 22 victimes civiles; Jacques fût retrouvé vivant, gravement blessé. A sa sortie d'hôpital, apès plus de 2 mois d'hospitalisation, considéré comme orphelin, il fût recueilli par une famille ansoise, la famille Lafontaine, pendant près de 6 mois avant que son père, rescapé des camps, ne le récupère et le reconnaisse le 3 mai 1945 à la mairie du 18ème arrondissement de Paris. Laja était ma tante, Moszek était mon oncle, Sura était ma mère, Henri Max mon cousin et Samuel, mon père.
Déportation : 07/08/1942 convoi no 16
JO : Jacques Sperber

Châtel-Moron
06/04/1944 Famille Antczak - Stanislaw, né le 19/04/1908 à Ratace (Pologne), mineur puis ouvrier agricole, habite à Châtel-Moron. Résistant, membre du Front National, il est arrêté le 06/04/1944. Détenu à la Prison de Chalon-sur-Saône puis au Camp d'Écrouves, il est déporté le 30/05/1944 vers Neuestadt, d'où il est rapatrié le 16/05/1945. 1
Déportation : 30/05/1944 convoi no 75
JO : Résistance polonaise en Saône-et-Loire

Cluny
27/02/1944 Famille Offerman - Dès janvier 1942, Jacob Offerman, 46 ans, quitte Paris où il est "tailleur pour dames". Il est assigné à résidence à Cluny avec sa fille d'un premier lit Chana Offerman (15 ans) ainsi que sa compagne Fajga Rotbart (25 ans) et leur fille Claudine Rotbart (8 mois). Ils y vivent d'abord au grand jour puis de plus en plus dans la clandestinité jusqu'à l'arrestation de Jacob le 27 février 1944, dans la suite de l'opération du 14 février par laquelle les Allemands arrêtèrent environ 70 habitants de la ville pour faits de résistance. Quelques jours plus tard, c'est au tour de Fajga d'être arrêté. Chana parviendra à mettre sa soeur à l'abri et à gagner la région parisienne.
Déportation : 27/03/1944 convoi no 70


20/02/1943 Famille Rotbart - Josef Rotbart qui vivait à Paris et a été raflé en mai 1941, après s'être échappé de Beaune-la-Rolande le 19/02/1942, se réfugie à Cluny entre avril et août 1942. Il y travaille comme "manœuvre forestier" et aurait rejoint la résistance.Il travaille chez un paysan et tombe malade. Les gendarmes de Cluny apprennent qu'il est hospitalisé à Mâcon où il est arrêté le 20 février 1943 . Il sera déporté à Majdanek.
Déportation : 04/03/1943 convoi no 50

>> Voir les 68 familles arrêtées dans le département <<

Chronologie [Ajouter]

20/02/1943 - Rafle exigée par les autorités allemandes en représailles à un attentat parisien le 13/02/1943 contre des officiers de la Luftwaffe. Le gouvernement de Vichy transmet une directive aux préfets de région avec des quotas: les autorités allemandes ont exigé 2000 Juifs étrangers au total. Ils sont pris essentiellement en "zone libre".Cluny France
24/02/1944 - Rafles en Côte d’Or, Saône-et-Loire, Yonne, Nièvre, Doubs, Haute-Loire, Jura et du Territoire de Belfort : 485 personnes sont arrêtées dans la région.2


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Aide et sauvetage de la population juive dans les départements de la Nièvre et de la Cote-d'or pendant la Deuxième Guerre mondiale. (Aide et sauvetage de la population juive dans les départements de la Nièvre et de la Cote-d'or pendant la Deuxième Guerre mondiale. Auteur : Julie Philippe (julia.philippe@laposte.net) Éditeur : Mémoire de master en histoire contemporaine Date de publication : 19-09-2007 )

Notes

- 1 - Résistance polonaise en Saône-et-Loire
- 2 - Archives Départementales de la Côte d’Or.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  recherche de 2 enfants hébergé a briant dept 71

    je recherche 2 enfants qui ont été hébergé chez monsieur et madame navelsky lors de la dernière guerre il s'agit de.
    m henry marchand.
    m jacques ou jacquy Gomy né le 31 01 1939.
    pour parution un article sur les justes dans le brionnais a paraitre sur la mèmoire brionnaise.
    et renouer contact avec les enfants de m navelsky
    odette et reine
    [répondre]

***  Familles Levy, Cluny

    Je recherche les familles LEVY dont les enfants ont été scolarisés à l'école pratique.
    René Lévy, né le 8/01/1920 ou 1926 à Paris, domicilié rue du colonnel Léchère, Cluny. Son père était négociant.
    Pierre Lévy né le 30/09/1930 à Besançon, domicilié à La Roche Vineuse, Sologny. Sa mère et son grand-père étaient médecins.

    Merci pour votre aide,
    [répondre]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018