Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
613 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1199 lieux d'internement
655 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4106 Justes de France
920 résistants juifs
9864 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1226 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Ariège

Région :
Occitanie
Carte du département

Préfecture :
Foix

Préfets :
Léopold Chénaux de Leyritz
(25/06/1940 - 24/01/1944) Léopold Marie Frédéric Chéneaux de Leyritz, Préfet de Haute-Garonne et préfet régional de la région de Toulouse à partir de 1941 (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1896-1970)
) secrétaire général de la sous-préfecture de Saint-Girons (Ariège), résistant
André Sadon
(24/01/1944 - 06/02/1944) André Paul Sadon, Préfet régional de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1891-1965)
Jean Cassou
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1897-1981)
Pierre Berteaux
(1944 - 1946) Pierre Félix Berteaux, Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1907-1986)

À lire, à voir…

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Frank Ristorcelli Frank Ristorcelli
Aulus-les-Bains Auschwitz

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

David Lilienfeld David Lilienfeld
La Vie Quotidienne des Juifs en Ariège 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Département de l'Ariège en 1939-1945


[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Histoire
Dès février 1939, après la défaite de la République espagnole, l'Ariège se dote d'un camp de concentration au Vernet qui regroupe les soldats de l'armée républicaine espagnole, notamment ceux de la 26° Division.
Ils seront les premiers internés du Camp du Vernet-d'Ariège.

Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne, le 1er septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.
520 000 français sont évacués des zones frontalières comprises entre la ligne Maginot et l’Allemagne.

Le Camp du Vernet-d'Ariège devient alors un camp répressif destiné à enfermer "les indésirables étrangers" dont de nombreux opposants au nazisme.
De 1939 à 1944, près de 40 000 personnes de soixante nationalités y seront enfermées.

L'Allemagne nazie envahit la France, la Belgique, le Luxembourg, pourtant neutre, et les Pays-Bas le 10 mai 1940.

Le gouvernement désemparé se replie de Paris à Bordeaux dès le 11 juin.
La France est envahie. C’est l’exode vers le sud.
Le président du Conseil, Paul Reynaud, est contraint de démissionner. Le maréchal Pétain forme alors un nouveau gouvernement et obtiendra les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. La République est abolie.

Le 14 juin 1940, les troupes allemandes défilent à Paris, sur les Champs-Élysées.
Le 20 ils sont à Brest, le 22 à La Rochelle, à Lyon...
Le 22 juin 1940, la France écrasée signe l'Armistice.

Les Allemands mettent en place toute une série de mesures pour limiter sur le territoire la circulation des personnes et des marchandises et le trafic postal entre deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone libre où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands. La ligne de démarcation traverse treize départements sur 1 200 km : Ain, Allier, Charente, Cher, Dordogne, Gironde, Indre-et-Loire, Jura, Landes, Loir-et-Cher, Pyrénées-Atlantiques, Saône-et-Loire, Vienne.

Nombreux sont ceux qui souhaitent franchir la frontière des Pyrénées tout en évitant les prisons espagnoles et le refoulement en France. Aidés par des résistants locaux, des réseaux anglais, belges, polonais se mettent en place pour permettre l'évasion de leurs ressortissants. De même, les premiers Français libres tentent de passer à travers les Pyrénées ariégeoises.

La Demarkationsline disparaîtra le 11 novembre 1942, après l’occupation totale de la France.

13/08/2011

[Compléter l'article]

Les proscrits du régime

Des hommes, des femmes, des enfants, des familles, français ou étrangers, sont pourchassés et persécutés parce que Juifs. Ils seront massivement déportés vers l'Est et exterminés. Très peu survivront. Les Tsiganes sont internés dans les camps français. Les Francs-maçons et les Communistes, considérés comme "indésirables" sont démis de leurs fonctions au sein de l'administration, pourchassés, arrêtés et internés.
A partir de 1943, les réfractaires du STO entrent dans la clandestinité. Certains rejoignent les résistants également pourchassés.

Près de 76 000 Juifs dont plus de 11 000 enfants seront arrêtés et déportés de France, dont 38 000 à Paris.

13/08/2011

[Compléter l'article]

Toutes les communes de l'Ariège

Les camps et les lieux d'internement de l'Ariège

151e CTE Villeneuve 09800 Villeneuve
227e CTE-721e GTE Saint-Jean-de-Verges 09000 Saint-Jean-de-Verges
537e-723e GTE de Salau 09140 Seix
542e-548e GTE Pamiers 09100 Pamiers
544-545-546e CTE Villeneuve-du-Paréage 09100 Villeneuve-du-Paréage
544e GTE Fougax-et-Barrineuf 09300 Fougax-et-Barrineuf
558e GTE Tarascon-sur-Ariège 09400 Tarascon-sur-Ariège
Briqueterie de Mazères 09270 Mazères
Camp Clarach de Vernet 09700 Le Vernet
Camp du Vernet-d'Ariège 09700 Le Vernet
Ferme Guilloty 09700 Le Vernet
Hospice Saint-Lizier 09190 Saint-Lizier
Hôpital civil Lavelanet 09300 Lavelanet
Hôpital Foix 09000 Foix
Hôpital Le Vernet 09700 Le Vernet
Hôpital Pamiers 09100 Pamiers
Hôpital Tarascon-sur-Ariège 09400 Tarascon-sur-Ariège
Maison d'arrêt de Foix 09000 Foix
Sanatorium de Sabart 09400 Tarascon-sur-Ariège

Les lieux de sauvetage de l'Ariège

Château de la Hille 9120 Montégut-Plantaurel
Hôpital de Lavelanet 9300 Lavelanet
Maison du secours suisse 9100 Pamiers

Les 20 Justes parmi les Nations de l'Ariège


32 Familles hébergées, cachées ou sauvées de l'Ariège[Compléter]

Lavelanet (Evelyne Aubanton-Kahn)

02/1943 - 08/1944 Famille Kahn - Evelyne est née le 26 février 1943 à l'hôpital de Lavelanet, 3 jours après l'arrestation de son père déporté sans retour vers Sobibor. Avec sa mère et sa sœur, née en 1936, elles sont cachées dans le grenier de l'hôpital, par Sœur Emmnuelle*, sœur de Saint-Joseph-de-Cluny et directrice de l'hôpital, jusqu'en août 1944.

Montégut-Plantaurel

Famille Abramovitch - Paulette

08/1941 - 1942 Famille Berlin - Inge a 19 ans. Arrêtée au Château de la Hille en 1942 elle sera déportée au Camp du Vernet-d'Ariège. Grâce à la Croix Rouge Suisse, le groupe retourne à Montégut-Plantaurel au Château de la Hille. Elle parvient à rejoindre l'Espagne par les Pyrénées en avril 1943.

Famille Blau - Rosalie

Famille Clément - François

1941 - 1942 Famille Dortort - Joseph et Emil Dortort

Famille Epstein - Werner

Famille Evrard - Monique, originaire de Nice.

Famille Findling - Joseph

1941 - 1943 Famille Frank - Elka Frank, pensionnaire du Château de la Hille de 1941 à 1943.

>> Voir les 32 familles réfugiées dans le département <<

39 Familles arrêtées dans le département [Compléter]

Alos
25/11/1943 Famille Cazalé - André Cazalé, né à Alos est passeur avec la famille Pujol. L’équipe composée de six personnes a pour instigateur Noël Peyrevidal, responsable du mouvement de Résistance socialiste "France au Combat". De nombreux évadés ont emprunté cette filière, notamment des militaires français et alliés. La Gestapo aidée par des collaborateurs français réussit à identifier l’équipe principale et arrête huit personnes (25 novembre 1943). Deux sont déportés : François Pujol (le père) et son neveu André Cazalé ne reviendront pas.
JO : L'Etat en Ariège


25/11/1943 Famille Pujol - François, né en 1893 à Alos et Louis, né en 1920 à Alos sont passeurs avec la famille Cazalé. L’équipe composée de six personnes a pour instigateur Noël Peyrevidal, responsable du mouvement de Résistance socialiste "France au Combat". De nombreux évadés ont emprunté cette filière, notamment des militaires français et alliés. La Gestapo aidée par des collaborateurs français réussit à identifier l’équipe principale et arrête huit personnes (25 novembre 1943). Deux sont déportés : François Pujol (le père) et son neveu André Cazalé ne reviendront pas. Louis Pujol ( le fils) s’évade du siège de la Gestapo de Foix, à Lauquié, et rejoint les environs d’Alos. Décidé à passer en Espagne, il fait halte, en pleine montagne enneigée, dans une grange du plateau de Larrech. Surpris, en train de se chauffer, il est abattu par les Allemands.
JO : L'Etat en Ariège

Aulus-les-Bains
26/08/1942 Famille Véléris - Irène, est née à Kaunas (Lituanie) en 1904. Issue d’une famille juive de Kaunas (Kovno) en Lituanie russe, Seine (Irène) Malka Veleris a migré en Belgique, en passant par l’Allemagne. De Bruxelles, où elle est modiste, elle fuit en mai 1940, devant l’avance des troupes allemandes avec son mari et son jeune fils, Isy. Elle s’installe à Labarthe–Inard (Haute-Garonne), puis à Beauchalot. Après la mort de son mari, elle est assignée à résidence à Aulus-les- bains, avec son fils. Arrêtés lors de la rafle du 26 août 1942, ils sont internés au Camp du Vernet. Irène Véléris y rencontre Mlle Naef, directrice suisse de la Colonie d’Enfants Juifs du château de La Hille, près de Montégut Plantaurel, qui vient sauver les enfants protégés par la Croix Rouge suisse (Secours aux enfants). Mlle Naef arrive, malgré la surveillance, à amener avec elle, le jeune Isy Veleris. Quelques jours après, Irène Véléris, sachant son fils en sûreté, quitte Le Vernet pour Drancy, d’où elle part avec le convoi n° 33 vers Auschwitz, où elle disparaît. convoi no 33

Auzat
02/02/1944 Famille Albino Domingues - Immigré portugais. Accusé de contrebande, il est arrêté par la police allemande. Conduit à la prison militaire de Toulouse, Albino Domingues finit par être libéré par manque de preuves mais il est contraint de s'engager dans l'organisation TODT en France. Il sera envoyé en Allemagne.
Source : Arquivo Historico Diplomatico, (Portugal), fonds Embaixada de Paris, M. 177


02/02/1944 Famille Domingos da Costa - Immigré portugais. Accusé de contrebande, il est arrêté par la police allemande. Conduit à la prison militaire de Toulouse, Domingos da Costa finit par être libéré par manque de preuves mais il est contraint de s'engager dans l'organisation TODT en France. Il sera envoyé en Allemagne.

>> Voir les 39 familles arrêtées dans le département <<

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal



Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
3 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
4 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
5 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
6

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  recherche famille

    Mes parents, Elie et Marinette BABANI, tenaient un magasin "Robdor" à Toulouse. J'avais 3 ans, ils m'ont cachée, confiée à des personnes de leurs connaissances vivant à Lézat/Leze, dans les années 1941/42.

    je voudrais tant retrouver ces personnes!!
    Merci à tous ceux qui pourront me donner des renseignements de me contacter au 06 59 06 09 43.
    moniksim@gmail.com

    Monique Babani (alias Bertrand)
    [répondre]

[Ce contenu est signalé erroné à l'administrateur du site]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2017