Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
806 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36585 communes
95 départements et l'étranger
1203 lieux d'internement
715 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4186 Justes de France
918 résistants juifs
12162 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1274 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Gard

Région :
Occitanie
Département :
Gard

Préfecture :
Nîmes

Préfets :
Sauveur Don Paganelli
(25/08/1944 - 01/02/1946)
Auguste Martin
(08/04/1938 - 25/09/1940) Préfet du Gard
Marcel Ribière
(1940 - 1943) Marcel Julien Henri Ribière, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1892-1986)
Angélo Chiappe
(25/09/1940 - 14/02/1944) Préfet du Gard
(Mai 1943 - Mai 1944) Marie Joseph Jean Chaigneau, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse). Arrêté en mai 1944 par les Allemands, il est déporté au camp d'Eisenberg
Alfred Papinot
(14/02/1944 - 25/08/1944) Préfet du Gard
Raymond Aubrac
(1944 - 1945) Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1914)
Paul Haag
(1945 - 1946) Paul Maurice Louis Haag, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1891-1976)

À lire, à voir…

Pierre Léoutre Pierre Léoutre
“Lectoure, eluctari - L'inéluctable reprise de l'histoire”

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Geneviève Dreyfus-Armand Geneviève Dreyfus-Armand
Geneviève Dreyfus-Armand
Septfonds, 1939-1944. Dans l'archipel des camps français

ACHETER EN LIGNE

Aimé Vielzeuf Aimé Vielzeuf
Quand le Gard résistait, tome 3, sang et Lumière

ACHETER EN LIGNE

 AERI AERI
La Résistance dans le Gard

ACHETER EN LIGNE

Aimé Vielzeuf Aimé Vielzeuf
Quand le Gard résistait, tome 2, dans le secret des bois

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Aimé Vielzeuf Aimé Vielzeuf
Quand le Gard résistait (1940-1944) - Le temps des pionniers - Tome 1

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Arrestation dans le département du Gard en 1939-1945



34 Familles arrêtées dans le département [Compléter]

Aigues-Mortes
1943 Famille Weinberg - Hélène, née le 27/08/1927 à Francfort (Allemagne), arrive à Thionville avec sa famille, puis se réfugie à Aigues-Mortes en 1940. Elle trouve un emploi chez un boulanger qui la loge. Arrêtée parce que juive, Hélène, 17 ans, sera déportée sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 71 de Drancy à Auschwitz le 13 avril 1944. Ses parents, Bernard et Lucie Weinberg et sa sœur Berthe seront sauvés par Alphonse Remézy*, maire de Lassalle, et son réseau.
Déportation : 13/02/1944 convoi no 71
JO : Mémorial de la déportation des Juifs de France, 1978

Alès
1943 Famille Bénichou - Albert, 16 ans, né le 21 septembre 1927 à Aix-en-Provence, et Maurice, 12 ans, né le 16 juin 1931 à Alès, habitaient à Alès, 162, Grande Rue. Arrêtés parce que juifs, Albert sera déporté sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 59 du 2 septembre 1943 et Maurice, par le convoi n° 75 du 30 mai 1944.
Déportation : 02/09/1943 convoi no 59 et 75


1943 Famille Gugenheim - Sarah, 68 ans, née le 28/02/1876 à Paris, et ses trois petits-enfants, Bernard, 18 ans, né le 17/03/1926 à Paris 16e, René, 17 ans, né le 07/06/1927 à Paris 16e, et Marcel, 9 ans, né le 27/06/1935 à Paris 16e habitaient 23, Grande Rue à Alès. Arrêtés parce que Juifs, ils sont déportés sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 62 du 20/11/1943. Sarah sera déportée sans retour par le convoi n° 69 de Drancy vers Auschwitz le 07/03/1944.
Déportation : 20/11/1943 convoi no 62 et 69


1944 Famille Kahn - Jacques, 54 ans, né le 20 mai 1889 à Strasbourg, Ernestine, 54 ans, née le 17 avril 1889 à Barr (67) et leur fils Jean, 14 ans, né le 22/04/1930 à Strasbourg, habitaient à Strasbourg, rue Graumann. Réfugiés à Alès, ils habitaient 66, boulevard Gambetta. Arrêtés parce que juifs, ils sont déportés sans retour par le convoi n° 70 du 27/03/1944.
Déportation : 27/03/1944 convoi no 70


1943 Famille Klein - Aron, 38 ans, né le 14/07/1905 à Lodz (Pologne), Salomée, 35 ans, née le 23/01/1908 à Vienne (Autriche) et leur fils Alfred, 10 ans, né le 20/04/1933 à Vienne (Autriche) étaient réfugiés à Alès et habitaient 70, faubourg du Soleil. Arrêtés parce que Juifs, ils seront déportés sans retour par le convoi n° 61 du 28/10/1943.
Déportation : 28/10/1943 convoi no 61


1944 Famille Rosenthal - Jacques Rosenthal, né le 25 juin 1883 à Newmark (Pologne) et son épouse Céline, 60 ans, née Kahn à Barr (Bas-Rhin) le 2 novembre 1884, demeurant à Nancy, 9 rue Villebois-Mareuil, sont réfugiés à Alès (Gard) où ils habitent 66 boulevard Gambetta. Arrêtés parce que juifs, Jacques est déporté sans retour le 1er avril 1944 et Céline sera déportée sans retour vers Auschwitz le 18 avril 1944. Leur fils Marcel, 32 ans, acheteur, né le 4 mars 1912 à Nancy, prisonnier de guerre au Stalag XIA sera déporté sans retour vers Kaunas-Revel (Lithuanie) le 1er juin 1944.
Déportation : 13-18/04/44 convoi no 71 et 73
JO : DAF-ED André Rosenthal


1944 Famille Spira - Élisabeth, 35 ans, née Andriesse le 5 juillet 1908 à Vlissingen (Pays-Bas) et son fils Jean dit Johnny, 6 ans, né le 06/09/1937 à Anvers (Belgique) habitaient à Anvers. Réfugiés à Alès, ils résident 34, avenue Carnot. Arrêtés parce que juifs, ils seront déportés sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 76 du 30/06/1944.
Déportation : 30/06/1944 convoi no 76

Bouillargues
1942 Famille Rosner - Abraham est né en 1895 en Pologne. Il était diamantaire à Anvers, en Belgique. Il est réfugié à Bouillargues, avec son épouse Anna (Khana) née Klotz le 27 mai 1901 et leurs enfants Gisele, 11 ans, née le 9 octobre 1931, Naftali, 7 ans, né le 19 février 1935 et Rakhel, 6 ans, née le 29 septembre 1936. Ils sont arrêtés parce que juifs et déportés sans retour vers Auschwitz en septembre 1942.
Déportation : 09/1942

Brignon
Famille Kettschau - Jean Kurt, dit "Cornu" résistant FTPF, né à Essen (Allemagne) le 1er janvier 1922, de nationalité française, demeurant à Labaume (Gard) est le fils de Charles et Martha née hoch. Il est fusillé à Brignon le 21 août 1944.
Fiche 659
Date d'exécution : 21/08/1944

Gallargues-le-Montueux
17/01/1944 Famille BARDOT Vivianne Rosa - Vivianne Rosa Léa Bardot Née à Gallargues le 16 août 1904. Fille de Maurice Bardot, 24 ans, propriétaire ; Et de Céline Mathilde Figaret, 20 ans, sans profession. Déclaration faite en présence de Joseph Léandre Bardot, grand-père. Adoptée par la Nation par jugement du 5 mars 1921. Décédée à Marseille, 12e, le 30 décembre 1992. Vivianne Bardot et sa mère faisaient semble-t-il partie du même réseau que Jean Folcher. Domiciliée à Montpellier elle servait d’agent de liaison avec sa mère entre Nîmes, Gallargues et Montpellier. Plusieurs témoignages de Gallarguois font état de leurs activités clandestines, y compris la cache de Juifs dans leur mazet « Mont Plaisir » à côté du pont romain sur le Vidourle. Toutes deux ont échappé à une première arrestation semble-t-il en juillet 1943. Leur maison, au fond de l’impasse de la Révolution, à Gallargues, ayant deux issues elles avaient eu le temps d’aller se cacher dans un caveau du cimetière de la Planète tout proche. Sur dénonciation d’un Gallarguois elle et sa mère ont été arrêtées le 17 janvier 1944. Plusieurs récits de Gallarguois témoins des événements font état de Français et d’Allemands qui participèrent à cette arrestation, la présence de camions sur le Coudoulié les paroles en Français de l’un des protagonistes « Fout lui un coup de pied au cul à la vieille ! Tu verras qu’elle montera plus vite ! ». La présence d’hommes en manteaux noir qui bloquaient l’arrière de la maison est également mentionnée qui confirme que l’issue « de secours » ne pouvait être connue que par la précision apportée par un Gallarguois. En 1953, à Marseille, les membres de la Gestapo de Montpellier, sont jugés lors d’un procès qui dure deux semaines. Un article du journal « le Provençal » du 24 novembre cite le témoignage de Vivianne. Elle relate aux juges du tribunal militaire de la Ixe région son arrestation et celle de sa mère, citant un dénommé Steup qui fait partie des accusés. Elle fait état des violences de ce dernier. Pendant le procès, un dénommé Ludwig Kocher, surnommé « le boxeur » ou « le tueur », commandant du SIPO. SR, reconnaît avoir lui-même arrêté Vivianne Bardot Priess, un des coaccusés reconnaît l’avoir conduite à la prison de la villa des Rosiers à Montpellier où elle a été détenue, privée de nourriture et interrogée pendant plusieurs jours avant d’être déportée à Ravensbruck. Faute de pouvoir la confondre, sa mère a été relâchée. Le camp a été libéré par l’armée Rouge le 30 avril 1945. Après son retour en France Vivianne Bardot a continué à vivre à Montpellier. Adepte des Témoins de Jehova, elle eut un fils, Daniel Sa mère a vécu à Gallargues jusqu’à la fin de ses jours.

Génolhac
05/06/1944 Famille Brun - Robert, résistant, fusillé par les Waffen SS le 5 Juin 1944 à Génolhac.
Date d'exécution : 05/06/1944

Nîmes
05/1944 Famille Alfandari - Suzanne, née le 29 août 1927 à Nîmes et Vidal, né le 5 mai 1930 à Nîmes habitaient 40, rue Roussy à Nîmes.
Arrêtés parce que juifs, Suzanne, 16 ans, et Vidal, 14 ans, sont déportés sans retour vers Auschwitz le 20 mai 1944 par le convoi n° 74.
Déportation : 20/05/1944 convoi no 74


07/1943 Famille Athias - François, 4 ans, né le 8 juillet 1939 à Paris, habitaient Paris avec ses parents. Réfugiés à Nîmes, ils habitent 17, rue Montgolfier. Arrêtés parce que juifs, ils sont déportés sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 57 du 18 juillet 1943.
Déportation : 18/07/1943 convoi no 57
JO : Mémorial de la déportation des Juifs de France, Beate et Serge Klarsfeld, Paris 1978


06/1944 Famille Barouch - Robert, né le 27 mars 1935 à Paris 12e, Maurice, né le 22 août 1937 à Paris 12e et Éliane, née le 4 décembre 1941 à Nîmes, habitaient à Paris. Réfugiés à Nîmes avec leurs parents, ils habitaient 17, rue de l'Aspic.
Arrêtés parce que juifs, Robert, 9 ans, Maurice, 6 ans, et Éliane, 2 ans, sont déportés sans retour vers Auschwitz le 30 juin 1944 par le convoi n° 76.
Déportation : 30/06/1944 convoi no 76
JO : Mémorial de la déportation des Juifs de France, Beate et Serge Klarsfeld, Paris 1978


17/09/1943 Famille Ben Attar - Aaron, 46 ans, né à Marseille le 21 novembre 1896 et son épouse Sarah, 41 ans, née Cario à Nîmes le 29 mai 1902 habitaient Nîmes, 13, rue du Général Perrier avec leurs enfants, Mathilde, 22 ans, née le 23 août 1921 à Nîmes, Yvette, 20 ans, née le 4 juin 1923 à Nîmes et Georges, 19 ans. Arrêtés parce que juifs, ils seront déportés vers Auschwitz par le convoi n° 60 le 7 octobre 1943. Seul Georges survivra.
Déportation : 07/10/1943 convoi no 60
JO : Daf-Ed


07/1943 Famille Berr - Michel, 5 ans, né le 25 mai 1938 à Nancy et son frère Claude, 2 ans, né le 8 décembre 1941 à Nîmes habitaient avec leurs parents au Mas de Veze Ch. de Camp. à Nîmes. Arrêtés parce que juifs, il sont déportés sans retour vers Auschwitz le 18 juillet 1943 par le convoi n° 57.
Déportation : 18/07/1943 convoi no 57


17/09/1943 Famille Cario - Eliezer (Lazare), 37 ans, né le 29 avril 1906 à Nîmes, et son épouse Bellyne, 41 ans, née à Istanbul (Turquie) le 29 octobre 1902 sont arrêtés parce que juifs et déportés sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 60 du 7 octobre 1943.
Déportation : 07/10/1943 convoi no 60
JO : Daf-Ed 78666


05/1944 Famille Cazès - Estréa (Ester), 41 ans, née Decalo en Turquie en 1903, mère au foyer, son époux Salomon et leurs fils Jacques, dit Jacky, 12 ans né le 7 juillet 1932 à Nîmes, et Maurice, 14 ans, né le 5 mai 1930 à Nîmes, habitaient 9, rue de la Trésorerie à Nîmes. Ils sont arrêtés parce que juifs et déportés sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 75 du 30 mai 1944.
Déportation : 30/05/1944 convoi no 75
JO : Daf-Ed 103697


05/1943 Famille Cremieux - Robert né à Nîmes et son épouse Rachel née Denery en 1900 à Marseille, fille de Rosine et Alfred Pinhas, étaient commerçants à Nîmes. Ils habitaient avec leur fille Janine, née à Nîmes en octobre 1922.
Arrêtés en mai 1943 parce que juifs, Robert, 50 ans, Rachel 43 ans et Janine, 10 ans, sont déportés sans retour vers Auschwitz en juillet 1943.
Déportation : 07/1943


07/1943 Famille David - Maurice, né le 16 octobre 1925 à Paris et Jeanne, née le 6 janvier 1927 à Paris 18e sont les enfants de Joseph et Camille. Ils arrivent de l'orphelinat Rotschild à Paris et habitent à Nîmes, 7, place du Maréchal Pétain.
Arrêtés parce que juifs, Maurice, 17 ans, et Jeanne, 16 ans, sont déportés sans retour vers Auschwitz le 18 juillet 1943 par le convoi n° 57.
Déportation : 18/07/1943 convoi no 57


1943 Famille Dreyfus - Jules, né à Soultzmatt (68) le 25/09/1871, fils de Moïse Dreyfus et Rachel Bloch, son épouse Juliette née Hildenfinger à Grussenheim (68) le 06/04/1874, fille de Léopold Hildenfinger et Rosalie Blum et leurs enfants Florentine Spira, Léon, étudiant en droit à Montpellier, né à Colmar (68) le 25/09/1920 et Moïse André étaient réfugiés à Nîmes.
Arrêtés parce que juifs, Jules, 72 ans, Juliette, 69 ans, et Léon, 23 ans, seront déportés à Auschwitz le 31/07/1943 par le convoi n° 58.
Déportation : 31/07/1943 convoi no 58
Source : Shoah Names Database


05/1944 Famille Kohen - Liliane, 16 ans, née le 22 janvier 1928 à Milan (Italie) habitent avec ses parents 39, rue de Courtieu à Nîmes. Arrêtés parce que juifs, ils sont déportés sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 74 du 20 mai 1944.
Déportation : 20/05/1944 convoi no 74


04/1944 Famille Kune - Ginette, 15 ans, née le 23 février 1929 à Paris 12e, est réfugiée avec ses parents à Nîmes où ils habitent, 26, rue des Lombards. Arrêtés parce que juifs, ils sont déportés sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 71 du 13 avril 1944. Ginette reviendra de déportation.
Déportation : 13/04/1944 convoi no 71


03/1944 Famille Lewençon - André, 10 ans, né le 23 février 1934 à Saint-Julien-en-Genevois (Haute-Savoie) est réfugié avec ses parents à Nîmes. Ils habitent 21, rue du Cirque. Arrêtés parce que juifs, ils sont déportés sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 70 du 27 mars 1944.
Déportation : 27/03/1944 convoi no 70


24/04/1944 Famille Sandlarsch - Fanny (Feiga), 55 ans, né en 1889 à Biala Podlaska (Pologne), commerçante, est marié à Moschko Bogratcheff. Ils habitent 42, rue des Arts à Villeneuve-le-Roi (Seine-et-Oise). Sa soeur, Sarah, 35 ans, est née en 1909 à Biala Podlaska (Pologne), commerçante, elle est marié à Joël Birmann. Ils habitent 36 boulevard Basly à Lens (Pas-de-Calais). Réfugiés à Nîmes, Sarah et Feiga sont dénoncées par une voisine contre 100 francs. Arrêtées le 24 avril 1944, elles seront déportées sans retour.
Déportation : 1944
JO : Daf-Ed 27730 et 2777


06/1943 Famille Schlesinger - Renée Myriam, 12 ans, née le 24 décembre 1930 à Turda (Transylvannie), et Jean, 6 ans, né le 14 novembre 1937 à Paris, sont réfugiés à Nîmes avec leurs parents Nathan, né le 6 novembre 1897 en Roumanie, avocat, et Rivka née Klein à Turda le 3 novembre 1908. Ils habitent la Villa Daudet. Arrêtés parce que juifs, ils sont déportés sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 55 du du 23 juin 1943.
Déportation : 23/06/1943 convoi no 55


03/1943 Famille Spiegel - Jean, 17 ans, né le 13 septembre 1925 à Mulhouse, est réfugié avec ses parents à Nîmes. Ils habitent 1 rue Formi. Arrêtés parce que juifs, ils sont déportés sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 53 du du 25 mars 1943.
Déportation : 25/03/1943 convoi no 53


26/08/1942 Famille Szafran - Lors des grandes rafles du sud de la France, des membres de la famille Szafran, partis de Belgique et installés à Nimes depuis mai 1940, furent déportés et assassinés. Ils y avaient parmi eux: Abram Szafran , né en 1880 à Virock (Pologne), il perdra la vie le 30 mars 1943 à Lublin-Maïdanek (Pologne) ; Fajwisz Szafran , né en 1903 à Plock (Pologne), et décédé le 5 mai 1942 à Auschwitz ; Matys Szafran , né le 28 septembre 1898 à Plock (Pologne), et décédé le 14 août 1942 à Auschwitz ; Rosa Szafran, née Boronstain en 1881 à Nasielez (Pologne), perdra elle aussi la vie le 30 mars 1943 à Lublin-Maïdanek (Pologne) ; ainsi que Szejwa Szafran, née Tredler, en 1898 à Varsovie, assassinée, elle, le 23 septembre 1942 à Auschwitz. Seul rescapé, le jeune Symcha, qui fut protégés et cachés par de nombreux Justes dans la région du Gard.


04/1944 Famille Tchapka - André, 13 ans, né le 9 janvier 1931 à Paris est réfugié avec ses parents à Nîmes. Ils habitent 7, rue Racine. Arrêtés parce que juifs, ils sont déportés sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 71 du du 13 avril 1944.
Déportation : 13/04/1944 convoi no 71


06/1943 Famille Vigderhaus - Daniel, 13 ans, né le 3 juin 1930 à Paris 13e, et Jacques, 9 ans, né le 14 septembre 1933 à Paris 9e avec leurs parents Léon, né le 28 janvier 1908 à Revel (Russie) et Suzanne habitaient à Paris, 27, rue des Cordelière dans le 13e arrondissement. Ils sont réfugiés à Nîmes et habitent 94, route d'Arles. Arrêtés parce que juifs, ils sont déportés sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 55 du 23 juin 1943. Seule Suzanne survivra.
Déportation : 23/06/1943 convoi no 55


06/1943 Famille Zeckendorf - Élisabeth, 17 ans, née le 23 juin 1926 à Paris est réfugiée avec ses parents à Nîmes. Ils habitent 7, rue Montgolfier. Arrêtés parce que juifs, ils sont déportés sans retour vers Auschwitz par le convoi n° 55 du 23 juin 1943.
Déportation : 23/06/1943 convoi no 55

Servas
12/07/1944 Famille Pantel - Marcel, Élie, né le 7 juin 1911 à Laval-Pradel (Gard), exécuté sommairement par les Waffen SS de la 8e compagnie de la division Brandenburg le 12 juillet 1944 à Servas (Gard ) ; ouvrier SNCF ; résistant (MUR, AS, maquis de Bouquet, AS).
Marcel Pantel était le fils d’Adrien François et de Marie Louise Philomène Paulet. Il se maria le 8 décembre 1934 à Sauzet (Gard) avec Alice Léonie Duplan Il habitait Alès avec sa femme, 9 place du Lycée. Il travaillait comme ouvrier au service du matériel SNCF depuis le 15 février 1937. Il était affecté au dépôt d’Alès (Gard).Dès le printemps 1942, Pantel participa à la structuration du mouvement Combat autour d’Anduze (Gard).
Il fit son service militaire du 20 octobre 1931 au 15 octobre 1932 et fut mobilisé du 27 août 1939 au 16 juillet 1940
En mars 1943, Hugues Zerbini avait créé fut un groupement de résistance (AS) à Salindres (Gard) dont le camp de base se situait sur la commune de Rousson (Panissières). Il participa aussi à la création et à l’action du groupe franc de l’AS d’Alès. Il l’animait avec Alban Bernat. Ce groupe eut à son actif plusieurs sabotages ferroviaires au début de 1943. Il dirigea des opérations ayant pour objectif d’entraver le fonctionnement du réseau ferroviaire utilisé par les forces d’occupation, chute d’une locomotive sur la plaque tournante du dépôt d’Alès qui provoqua l’immobilisation d’une trentaine d’engins de traction Il fit aussi sauter quatre locomotives à Saint-Hilaire-de-Brethmas (Gard) et participa au sabotage d’autres locomotives à Anduze (Gard) et à Saint-Julien-les-Fumades (Gard). Il participa également à la destruction du château d’eau du dépôt d’Alès. Hervé Barthélemy et Cédric Neveu (op. cit.), ont écrit qu’il fut membre du des FTPF, maquis basé dans les Cévennes au Collet-de-Dèze (Lozère) ce qui ne coïncide pas à ce que nous savons de son engagement à Combat, aux MUR et à l’AS. Cette erreur provient de celle commise initialement dans le CDROM de l’AERI (Gard, op. cit., 2009). Communiste de conviction,Marcel Pantel n’a jamais appartenu aux FTPF et a été l’animateur, avec Alban Bernat, des cheminots résistants du dépôt d’Alès dont le groupe fut affilié à Combat, l’AS et Résistance Fer. Marcel Pantel a été initialement confondu avec Charles Pantel, animateur communiste du maquis du Collet-de-Dèze (Lozère). Cette confusion est à l’origine de cette erreur, répétée à plusieurs reprises (Fabrice Sugier, courriel, op. cit.). Il n’y a pas de lien de parenté connu entre Charles et Marcel Pantel.
Chargé de constituer un "pied à terre" pour le maquis sur le territoire de la commune de Bouquet,Marcel Pantel et ses compagnons, Hugues Zerbini, Henri Lanot, Pierre Castellarnau et André Cabanel furent arrêtés au mas de Quissargues le 5 juillet 1944 à Bouquet (Gard).
Interné au Fort Vauban à Alès il en fut extirpé, sous le prétexte de le transférer, par des Waffen-SS, (non Allemands, en majorité des Français de la 8e compagnie de la division Brandebourg présents à Alès depuis le 5 mai) il fut exécuté le 12 juillet 1944 et son corps précipité dans le puits de mine de Célas, commune de Servas..
On y retrouva 31 corps le 12 septembre 1944.
Un jugement déclaratif de décès fut rendu le 16 octobre 1944 par le Tribunal de première instance d’Alès et transcrit sur les registres d’état civil à Alès le 31 octobre 1944.
Marcel Pantel fut reconnu Mort pour la France. À titre posthume, il a été décoré de la Croix de guerre avec palme le 12 juin 1946 et fait chevalier de la Légion d’honneur. Il fut reconnu interné résistant le 25 août 1956.
Son nom est inscrit sur le monument commémoratif sous le chevalement du Puits de Célas (29 noms) à Servas, ainsi que sur les monuments et plaques commémoratives d’Alès, Bouquet, ainsi que sur les plaques en hommage aux cheminots dans les gares de Nimes et d’Alès. 1
Date d'exécution : 12/07/1944
Source : Le Maitron

Villeneuve-lès-Avignon
17/07/1943 Famille Arokas - Le 17 juillet 1943, la famille Arokas, des juifs français qui vivaient à la Villa Le Rêve, sont arrêtées à Villeneuve-lès-Avignon. Salomon Arokas, né en 1899 à Salonique (Grèce) et son fils Maurice, né en 1923 à Avignon, commerçants bonnetiers à Avignon sont arrêtés ce jour-là, tandis que deux jours plus tard, c'est le tour de la mère Ida Arokas, née en 1898 à Salonique (Grèce) et de sa fille Denise, 11 ans, allitée avec une forte fièvre.
Ida Arokas et Denise sont emprisonnées à Marseille. Denise, malade, est transférée à lHôpital de la Conception d'où elle sera extraite avec la complicité de médecins et de membres du personnel. Denise trouvera refuge non loin d'Orange auprès d'une dame qui avait travaillé chez ses parents.
Salomon Arokas, 44 ans, et Maurice, 20 ans, sont déportés sans retour à Auschwitz le 2 septembre 1943 par le convoi n° 59, tandis que Ida, 45 ans, sera déportée sans retour le 7 octobre 1943 par le convoi n° 60.
Déportation : 02/09/1943 convoi no 59 et 60


17/07/1943 Famille Birman - Réfugiés de Saint-Germain-en-Laye, la famille Birman-Saglier était réfugiée à Villeneuve-lès-Avignon et habitait à Bellevue, 19 boulevard Pasteur, la Villa La Coquille. Jacques Birman, né le 9 octobre 1895 à Paris, son épouse Jacqueline née Saglier le 15 novembre 1895 à Paris (fille de Suzanne et André Saglier), leurs filles Anne, née le 23 décembre 1920 à Paris, Catherine, née le 24 juin 1924 à Paris, et Marie, née le 1er septembre 1925 à Paris, non recensés, étaient réfugiés à Villeneuve-lès-Avignon.
Jacques Birman, était primeur au Chemin des Sources à Avignon.
Arrêtés le 17 juillet 1943, munis de certificats de baptême, ils seront envoyés au Lager-Ost Lévitan situé 85 faubourg Saint-Martin pour vérification de leur judéité.
Jacques Birman, 49 ans, Jacqueline, 49 ans et leurs filles Anne, 24 ans, Catherine, 20 ans, et Marie, 19 ans, seront déportés sans retour de Drancy à Auschwitz le 10 février 1944 par le convoi n° 68.
Déportation : 10/02/1944 convoi no 68


Notes

- 1 - Source : DAVCC 655 033.— Hervé Barthélemy, Cédric Neveu, "Pantel Marcel" in Thomas Fontaine (dir.), Cheminots victimes de la répression 1940-1945. Mémorial, Paris, Perrin, SNCF, 2017, pp. 1125-1126. — Claude Émerique, Lau


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019