Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
698 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
702 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11299 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Hautes-Pyrénées

Région :
Occitanie
Département :
Hautes-Pyrénées

Préfets :
Léopold Chénaux de Leyritz
(25/06/1940 - 24/01/1944) Léopold Marie Frédéric Chéneaux de Leyritz, Préfet de Haute-Garonne et préfet régional de la région de Toulouse à partir de 1941 (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1896-1970)
André Sadon
(24/01/1944 - 06/02/1944) André Paul Sadon, Préfet régional de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1891-1965)
Jean Cassou
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1897-1981)
Pierre Berteaux
(1944 - 1946) Pierre Félix Berteaux, Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1907-1986)

À lire, à voir…

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

José-Ramon Cubero José-Ramon Cubero
Les Hautes-Pyrénées dans la Guerre 1938-1948

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Institution catholique

Description : Asile pour les pèlerins malades
Dates : 1940 - 1945

Asile Notre-Dame
durant la Seconde Guerre mondiale (WWII)

Esplanade des Sanctuaires
Texte pour ecartement lateralCommune : 65100 Lourdes
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Direction : Soeur Marie-Antoinette Gueydier (1867-1953) de la Congrégation des Soeurs de la Charité de Nevers
Histoire

A Lourdes, Accueil Notre-Dame (ex-Asile Notre-Dame) en 1943, M. Alfred J. Lakritz et son jeune frère

Aujourd'hui avocat de renom à Enrico, États-Unis, et grand-père aimant de quatre enfants, M. Lakritz Alfred a voulu faire un retour aux sources et témoigner sa gratitude aux Soeurs qui l'avaient abrité.

Enfant, il a été caché pendant la guerre, avec son frère, en plusieurs villes de France. En 1943, il est à Lourdes parmi les orphelins venant de la France occupée. M. Lakritz a tenu à retourner sur les lieux, à revivre ces moments, à écrire les faits à jamais gravés dans sa mémoire, à donner son témoignage1.

Il s'agit de l'ACCUEIL NOTRE-DAME, (appelé alors Asile Notre-Dame, sur l'esplanade des Sanctuaires), destiné à recevoir les pèlerins malades. De prime abord, on s'attendrait plutôt à retrouver ces orphelins à la communauté de l'orphelinat Bernadette, route de Pau. Mais il est plein, tandis que les locaux de l'Asile, habituellement réservés à l'accueil des pèlerins malades, étaient inoccupés en cette tragique période de la guerre. Ils pouvaient largement accueillir les nombreux orphelins de la zone occupée, également dispersés dans de nombreux hôtels et pensions de la ville.

Une mention vient corroborer le fait : pendant la Guerre, en 1943 précisément, les Annales de la communauté affirment succinctement mais nettement que la communauté de l'asile Notre-Dame a bien accueilli des orphelins : "1943. Les salles Sainte-Marthe, SainteThérèse et Sacré-Coeur se remplissent d'enfants choisis parnti les évacués des régions envahies. Ils retrouvent dans les Soeurs le dévouement et le coeur de leurs mamans".

La supérieure de la communauté de sept religieuses, en est alors Soeur Marie-Antoinette Gueydiers.

Les faits et le témoignage

"Je souhaite exprimer ma profonde gratitude aux Soeurs de votre Ordre pour m'avoir procuré abri et protection à une époque de grand danger pour moi et pour elles. En tant qu'enfant juif, je figurais sur la liste de mort des Nazis ... Nous sommes arrivés en France en mai 1940, avec de nombreuses personnes fuyant la Belgique quand l'armée allemande a envahi le pays. Parvenus à Marmande (Lot-et-Garonne), nous y sommes restés grâce à des permis de trente jours délivrés par la police française [... ].

A l'époqne, je n'avais que huit ans et j'étais responsable de mon frère de cinq ans et demi [...]. Puis, vers 1943 [...], nous avons été transférés à Lourdes. D'abord, nous avons été cachés parmi les jeunes Juifs. Puis, nons avons été mêlés aux centaines - peut-être un millier - d'orphelins français accueillis à Lourdes dans les hôtels et pensions disponibles. Ensuite, on m'a amené à l'hôpital dirigé par les soeurs de votre Ordre. On avait changé mon nom pour celui de Lacroix. J'ai vécu dans cet hôpital/couvent dont vos soeurs s'occupaient à l'époque des pèlerins. Les limitations de déplacement en France en avaient fait un lieu sans dessein bien arrêté. Je suppose donc que votre Ordre a décidé de s'occuper de certains enfants orphelins. Si seulement je pouvais savoir combien de temps je suis resté là-bas. Je crois que j'étais le seul enfant juif dont elles s'occupaient. Le chapelain était bon et très compréhensif. Nons étions de bons amis. A aucun moment, je ne me souviens d'une attitude négative des autres enfants envers moi. J'en déduis que mon identité a été bien préservée. Suffisamment en tout cas pour m'éviter l'arrestation ou plus. Je me souviens m'être rendu à la messe, à la Basilique tous les dimanches. Quand j'y suis retourné pour mon pèlerinage de remerciement en septembre 2000, tont était familier, comme si c'était hier. Sauf que tout était tellement plus petit que dans mes souvenirs d'enfant de neuf ou dix ans ! Après la Libération, mon frère et moi avons été placés dans une famille d'adoption à Tarbes. Mon frère se souvient qu'ils n'étaient pas gentils avec moi. Peut-être n'étais-je pas un enfant très heureux à ce moment-là. On nous avait dit qu'on nous enverrait en Palestine avec d'autres enfants. Je ne savais absolument pas si notre père ou notre mère étaient vivants ou morts. Dans ce contexte, âgé de dix ou onze ans, responsable de mon jeune frère, je comprends ma détresse émotionnelle.

Par bonheur, ma mère nous a recherchés et, grâce à l'aide de diverses organisations, nous a retrouvés. Nous avons été réunis. Mon père avait été arrêté par les gendarmes français en février 1943. Il a été transféré au camp de transit de Drancy et remis aux Allemands et à la mort.

Si je vous raconte ce passage d'histoire, c'est pour bien comprendre les circonstances et les conditions dans lesquelles les Soeurs de votre Ordre ont apporté la sécurité matérielle et morale à un enfant juif. Ces actes sont cruciaux compte tenu du contexte politique, religieux et historique. Je joins copie d'un article de la Vie catholique de Californie du Sud du 5 janvier 2001 [...]. L'article raconte mon pèlerinage à Lourdes en septembre 2000. J'ai pu faire cette visite en compagnie de deux de vos soeurs,... grâce à l'aide du Bureau du Cardinal Roger Mahoney. Son assistante, Soeur Mary Jean Meier, m'a aidé dans mes recherches et contacts qui m'ont apporté cette formidable réponse. Je leur suis extrêmement reconnaissant pour leur assistance. Je leur dois également l'article paru dans cet hebdomadaire pour qu'en publiant cette histoire, on rende hommage aux actes de charité et d'héroïsme de vos soeurs. l'espère que votre Ordre préservera cette preuve de reconnaissance publique de ses bonnes actions". Alfred Lakritz (extraits de la lettre de M. Lakritz à la Congrégation des Soeurs de la Charité de Nevers, 12 avril 2001).

"La basilique était constamment visitée par des officiers ou soldats ... Il y avait peu de touristes. Personne ne pouvait se déplacer en France. A tout moment, toute heure du jour, le danger était présent et immédiat. Ils étaient toujours autour de nous. Je suis là justement, à la porte de la basilique. Pas de l'autre côté du Gave, pas près d'un bâtiment annexe ; je suis là, dans deux bâtiments les plus proches de la basilique. Personne d'autre ne sait que je suis Juif. Je m'appelle Alfred Lacroix. Mais les Soeurs le savent. Et elles savent qu'elles sont en danger parce que n'importe qui peut deviner qui je suis. N'importe qui peut découvrir que je suis Juif. N'importe qui peut alors se retourner et dire aux soeurs ; vous cachez un Juif. Vous allez avoir des problèmes. Mais les soeurs ont gardé le secret, même les autres enfants ne savaient rien. Sinon, ils me seraient tombés dessus et m'auraient harcelé. Ainsi, Lakritz est resté en sécurité pendant 18 mois. En août 1944, la France a été libérée et Lakritz aussi. Il a quitté Lourdes pour rejoindre sa mère."2

Source : Bulletin de l'Association des archivistes de l’Église de France, n° 62, 2e semestre 2004, pp. 22-24.

12/12/2012
Lien : Bulletin de l'Association des archivistes de l’Église de France

[Compléter l'article]

Familles hébergées, cachées ou sauvées à l' Asile Notre-Dame [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes hébergées, sauvées ou cachées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, leur date de naissance, les circonstances du sauvetage, si possible.


Familles arrêtées (Asile Notre-Dame) [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes arrêtées ou exécutées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, les circonstances de l'arrestation et la date de l'arrestation, si possible.

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
3 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
4 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
5 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
6

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal

Notes

- 1 - Retrouver, depuis les U.S.A.. les lieux et le nom de la Congrégation qui s'était occupée des enfants réfugiés en 1943, a nécessité bien des recherches et des démarches ! Le cardinal Mahoney, archevêque de Los Angeles, a délégué Sister Marie Jean Meier, son directeur des services spéciaux, qui a fait le lien avec M. Tony Schoemaker de Lourdes, etc.
- 2 - Extraits de l'article paru dans The Tidings. Sou/hern California's Catholic Weekly, January 5, 2001.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018