Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
822 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36585 communes
95 départements et l'étranger
1204 lieux d'internement
717 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4193 Justes de France
918 résistants juifs
12253 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1274 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Eure-et-Loir

Région :
Centre-Val de Loire
Département :
Eure-et-Loir

Préfets :
Jean Moulin
(21/01/1939 - 02/11/1940) Préfet d'Eure-et-Loir
Charles Donati
(02/11/1940 - 14/11/1941) Charles Guérin Joseph Louis Donati (né en 1891)
Pierre Le Baube
(14/11/1941 - 24/01/1944) Préfet d'Eure-et-Loir
Jacques Moranne
(25/06/1940 - 1942) Jacques Alexandre Moranne, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre) (1901-1982)
Jacques Bussière
(25/11/1942 - 1944) Jacques Félix Bussière, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre)
René Serre
(24/01/1944 - 02/03/1944) Préfet d'Eure-et-Loir
Angelo Chiappe
(06/02/1944 - 08/1944) Ange Marie Pascal Eugène Chiappe, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre). Arrêté à la Libération, il est fusillé le 23 janvier 1945. (1889-1945)
Jean Chadel
(02/03/1944 - 11/01/1947) Préfet d'Eure-et-Loir
André Mars
(1944 - 1946) Commissaire régional de la République d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre) (1896-1957)

À lire, à voir…

Frédéric Auger Frédéric Auger
Louis Auger
André Guédé
Bernard Heude
Simon Ostermann
Sologne et Solognots dans la Seconde Guerre mondiale

 

Georgette Guéguen-Dreyfus Georgette Guéguen-Dreyfus
Résistance Indre et vallée du Cher

 

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Jacques Fijalkow
Histoire régionale de la Shoah en France : Déportation, sauvetage, survie

ACHETER EN LIGNE

Jacques Cukier Jacques Cukier
L'éclipse

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Madame Véron

Texte pour ecartement lateral

Montigny-le-Gannelon 28220 Eure-et-Loir

Réseau de sauvetage : Baccary Guillaume Yvonne
Baccary Clémence
Baccary André
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Madame-Veron
Le 8 mai 2009, une plaque a été dévoilée à Montigny-le-Gannelon pour y perpétuer cette "colonie de vacances" qui, en vérité, camoufla le sauvetage de dix enfants persécutés parce que Juifs
source photo : Arch. Nicole Ballais
crédit photo : D.R.
Histoire
Domicilié à Bondy, André Baccary*, natif de Montigny-le-Gannelon, homme de gauche et républicain est instituteur à l'école Martel, rue Martel, dans le Xe arrondissement de Paris, école fréquentée par de nombreux enfants Juifs.
À l'école, l'instituteur est connu pour son dévouement, sa droiture. Il défend les enfants juifs porteurs de l'étoile contre les attaques de certains élèves. Il les prévient dès qu'il y a un danger en leur conseillant de ne pas venir en classe.

André Baccary* prend en pension, chez lui, à Bondy, des enfants juifs.
Orphelin de mère, Pierre Canetti fut le premier pensionnaire dès 1936. Il est rejoint par Henri Bronès en septembre 1939.

Quand arrive le temps des rafles, André Baccary* avertit ses petits élèves Juifs de ne pas venir à l'école. Et quand les enfants de plus de 6 ans doivent porter l'étoile jaune, il veille à ce que cette marque stigmatisante soit respectée plutôt que raillée en classe.
André Baccary* accueille également chez lui, à la fin 1942 les trois enfants Zavaro : Roger, René et Edith, confiés par leurs parents cherchant à les protéger de la persécution.
Les dangers se précisant, André Baccary* et son épouse Clémence*, prennent la décision au début de l'année 1943 de replier les enfants vers leur maison à Montigny-le-Gannelon, 9, rue Saint-Gilles, où ils avaient l'habitude d'accueillir beaucoup d'enfants, organisant des colonies de vacances depuis 1936 pour les élèves parisiens de l'école de la rue Martel (Xe arrondissement).
Les enfants de Bondy, sont rejoint par d'autres jeunes Juifs accueillis : Henri Pechtner qui arrive durant l'été 1943, Roger Friedmann et Albert, Henri et Renée Osinski dite Nénette.
"Clémence était la cheville ouvrière et l'âme de la maisonnée. Elle faisait preuve de tendresse maternelle avec les enfants et le bébé : la plus jeune, Nénette Osinski, avait deux ans [...]. C'est Clémence qui m'a appris l'internement de mon père à Drancy et sa déportation. Elle m'a pris dans ses bras et nous avons pleuré ensemble" se souvient Pierre.

Dix garçons et filles, âgés de 3 à 15 ans vont vivre là, protégés jusqu'à la libération. Les plus grands sont pensionnaires au lycée de Châteaudun et rentrent le week-end, les plus jeunes restent à Montigny-le-Gannelon avec Clémence*, l'épouse d'André Baccary*, et fréquentent l'école municipale sous de fausses identités : Henri Pechtner devient Pechenaire, les Osinski sont appelés Tournoi...

Ce village de 200 habitants va appliquer sans faille la loi du silence sur cette colonie devenue comme un havre de paix en pleine guerre.

L'instituteur continue à assumer ses cours à l'école Martel et cache chez lui à Bondy les parents des enfants Osinski, David et Faiga Mindla, née Fidelman et leurs grands-parents, Joël et Laja Fidelman. Joël et Laja Fidelman sont cachés dans sa maison de Bondy pendant que les enfants étaient à Montigny.
En son absence, sa femme, Clémence*, et leur fille Yvonne*, animent la colonie "Les enfants au grand air".

Aux retours d'André Baccary* lors des week-end et autres congés, il reprend en charge la scolarité des 10 enfants tout en préservant leur sécurité grâce à de fausses identités établies par la secrétaire de mairie, Mme Véron.

« Pourquoi avons-nous attendu aussi longtemps ? se demande Roger. Parce que l'hommage à André Baccary* est dans notre cœur depuis toujours. On le porte au fond de nous-mêmes. Nous n'avions pas besoin de le clamer haut et fort. Mais finalement aujourd'hui avec le recul, on se rend compte qu'il a caché dix enfants, leurs parents aussi, Et ça, tout le monde ne l'a pas fait. Il a vraiment risqué sa vie pour sauver les autres.»

28/05/2010

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 L'abbé Henri Péan Chef méconnu de la Résistance en Touraine (Le curé de Draché à partir de 1930 sous l'occupation, l'âme de la résistance en Sud Touraine et Nord de la Vienne.
144 pages format 16x23cm 60 illustrations (inédites pour la plupart) ISBN : 978-2-914818-49-0 )
2 Honneur à des résistants (résistants à Esvre et déportation en camps de la mort. )
3 bombardements à Beaujardin Tours (Chateau de Beaujardin à Tours , bombardements. )
4 Mémoires du survivant des camps nazis A-5672 - Leonhard Bundheim (L'ouvrage retrace le parcours de Leonhard Bundheim depuis son enfance. Viendra ensuite l'exil après l'avènement du nazisme et "la nuit de cristal". C'est alors qu'il quitte son pays natal par kindertransport pour la Belgique d'où il sera expulsé en mai 1940 vers les camps d'internement du sud de la France. Grâce à l'action de l'OSE, il rejoint ensuite Limoges mais est arrêté lors de la grande rafle du 26 aout 1942 à Limoges, transféré à Nexon et déporté par la convoi 27.

Il connaîtra différents camps de travaux forcés pour juifs, survivra à la marche de la mort.

Après guerre, il rejoint Lyon où sa mère travaille (L'Hirondelle")et se marie avec Suzanne (membre des EIF). Il émigre illégalement en Israël en 1947. Il est décédé durant l'hiver 2018, peu de temps après la publication de son témoignage. Source Fanny DUPUY )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019