Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
780 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
711 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4177 Justes de France
920 résistants juifs
11922 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Loiret

Région :
Centre-Val de Loire
Département :
Loiret

Préfets :
Antoine Lemoine
(15/04/1938 - 30/04/1942) Préfet du Loiret
Yves Farge
(21/06/1940 )
Jacques Moranne
(25/06/1940 - 1942) Jacques Alexandre Moranne, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre) (1901-1982)
Jacques Bussière
(25/11/1942 - 1944) Jacques Félix Bussière, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre). Arrêté, interné au camp de Compiègne puis déporté en Allemagne, il mourra en déportation (1895-1945)
Angelo Chiappe
(06/02/1944 - 08/1944) Ange Marie Pascal Eugène Chiappe, Préfet régional d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre). Arrêté à la Libération, il est fusillé le 23 janvier 1945. (1889-1945)
André Mars
(1944 - 1946) Commissaire régional de la République d’Orléans (Eure-et-Loir, Loiret et Loir-et-Cher et les parties occupées du Cher et de l'Indre) (1896-1957)

À lire, à voir…

Frédéric Auger Frédéric Auger
Louis Auger
André Guédé
Bernard Heude
Simon Ostermann
Sologne et Solognots dans la Seconde Guerre mondiale

 

Éric Conan Éric Conan
Sans oublier les enfants : Les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande 19 juillet-16 septembre 1942

ACHETER EN LIGNE

Georgette Guéguen-Dreyfus Georgette Guéguen-Dreyfus
Résistance Indre et vallée du Cher

 

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Jacques Fijalkow
Histoire régionale de la Shoah en France : Déportation, sauvetage, survie

ACHETER EN LIGNE

Jacques Cukier Jacques Cukier
L'éclipse

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Mademoiselle Mainfroid

Texte pour ecartement lateral

Dordives 45680 Loiret
Nom de naissance: Mainfroid

Réseau de sauvetage : Chauvineau Thérèse
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]


Histoire

Thérèse Chauvineau*, commerçante  à Dordives, un village du Loiret, était célibataire et n'avait pas d'enfants. Aidée de sa voisine, Mademoiselle Mainfroid, elle va sauver quatre enfants juifs : Gilbert, Solange et 
Pierre Flantzer et leur cousine Estelle Mann.
 
Léon Aron Flantzer, était né à Kazimir (Pologne) le 24/08/1905. Il était l'aîné de neuf enfants. 
Son père, Yeheal (Chil Ber) Pflanzer avait épousé Chaya Ajdla née Hauszwalb, puis Matla née Tenenbaum en seconde noce. Yeheal Pflanzer et Chaya eurent six enfants : Aron, Rachelle (Rochè), Efroim, Chinda, Deborah et Hannah. Il eut 4 autres enfants avec Matla : Bejla, Srul, Icek (Mojse Mojshe) et Charles.
 
Léon fuit son pays et arrive en France.
A Paris rencontre Carolina, dite "Claire", née Pessah à Salonique (Grèce) le 07/04/1909 et ils se marient.
Ils auront trois enfants, Gilbert, né à Paris en 1936, Solange, née à Paris en mai 1936, et Pierre qui naîtra en 1941.
 
La famille Flantzer habite un appartement à Paris. 
Léon et Claire Flantzer sont chapeliers, travaillant tous les jours de la semaine et partant sur les marchés autour de Paris le week-end pour vendre leur collection.
 
Léon Flantzer est arrêté par la police française parce que juif étranger, lors de la rafle dite du billet vert à Paris, en avril 1941. Il est interné à Pithiviers.
Claire Flantzer parvient à lui rendre visite un fois, durant son internement dans ce camp.
Léon Flaunter sera déporté sans retour le 25 juin 1942 par le convoi n° 4. Arrivé à Auschwitz le 27 juin 1943, il est assassiné le 9 juillet 1942.
Ce convoi déportait près de 1 000 juifs. Seulement 51 reviendront.
 
Alors que Claire Flantzer est sur le point d'accoucher de son troisième enfant et que son mari est interné, Claire accueille sa nièce, fille de Rachelle Pflanzer épouse Mann, Estelle Mann, née en 1934.
 
Claire décide d'éloigner les enfants de Paris et de leur trouver une cachette sûre. Ils arrivent à Dordives in 1942, une petite ville à environ 100 km de Paris. 
La Gestapo était à Montargis, à environ 18 km de Dordives. 
 
Thérèse Chauvineau*, qui était une cliente des Flantzer, accepte de prendre les enfants en charge les quatre enfants et les confie à Mademoiselle Mainfroid, sa voisine qui habite en face de chez elle. Cette dernière va s'occuper des enfants qui restent sous l'oeil attentif de Thérèse Chauvineau*. 
Elles étaient toutes deux célibataires et n'avaient pas d'enfant.
 
Claire Flantzer, rentrée à Paris après avoir laissé les enfants à Dordives, continue à travailler sans porter l'étoile jaune, obligatoire.
Elle parvient à visiter ses enfants et sa nièce une fois.
Elle sera raflée en juillet 1943 et déportée de Drancy à Auschwitz le 31 juillet 1943 par le convoi n° 38. Elle sera assassinée le 5 août 1943. Seules 28 personnes déportées par ce convoi survivront. 
 
Lorsque les allemands venaient au village, Thérèse Chauvineau* avait prévu une cachette dans la cave où les quatre enfants se réfugiaient.
 
A leur arrivée, Thérèse Chauvineau* et Mademoiselle Mainfroid les emmenaient à l'église, afin de montrer aux villageois que les enfants n'étaient pas juifs.
Ils n'étaient pas les seuls parisiens réfugiés dans le village, mais ils n'étaient en contact avec eux.
 
Les conditions de vie à Dordives étaient difficiles. Les enfants n'étaient pas assez couverts lorsqu'il faisait froid. Pierre souffrait de malnutrition et Solange eu une tuberculose des poumons et des os. Parce que juifs, Thérèse Chauvineau* et Mademoiselle Mainfroid ne pouvaient appeler un médecin sans risquer d'être dénoncées.
 
Après la guerre, les enfants sont envoyés dans un orphelinat juif, dans l'attente du retour de leurs parents.
 
A la fin de l'année 1944, Fiszel Mandel Mann, le père d'Estelle revint des camps et vient chercher sa fille.
Un autre de leurs oncle vient chercher Pierre qui avait besoin de soins.
Gilbert et Solange retournent alors chez Thérèse Chauvineau*.
Thérèse Chauvineau* proposa d'adopter les deux enfants, mais les organisations juives s'y opposèrent. 
 
Gilbert et Solange furent envoyés dans diverses maisons d'enfants puis un de leur cousin éloigné prendra en charge Solange, tandis que Gilbert restait dans des maisons d'enfants et est scolarisé dans une école juive.
 
Solange quittât la France en 1961 et émigra en Israël. Elle travaillera pour l'Agence juive, chargé d'aider les juifs à émigrer en Israël. Elle rencontrera Ury Gluckman, un des jeunes guides israéliens, né en 1935 en France et arrivé en Palestine avec ses parents en 1939 à l'âge de 2 ans.
Solange et Ury se marient à Paris. Ils auront une fille, Ada.
 
Estelle, elle aussi partira vivre en Israël, épousera Peter Ben Artzi et aura 4 enfants.
 
Gilbert et Pierre resteront en France.
 
Thérèse Chauvineau* quittera Dordives au début des années 1960.

30/01/2015

asso 9088

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 L'abbé Henri Péan Chef méconnu de la Résistance en Touraine (Le curé de Draché à partir de 1930 sous l'occupation, l'âme de la résistance en Sud Touraine et Nord de la Vienne.
144 pages format 16x23cm 60 illustrations (inédites pour la plupart) ISBN : 978-2-914818-49-0 )
2 Honneur à des résistants (résistants à Esvre et déportation en camps de la mort. )
3 bombardements à Beaujardin Tours (Chateau de Beaujardin à Tours , bombardements. )
4 Mémoires du survivant des camps nazis A-5672 - Leonhard Bundheim (L'ouvrage retrace le parcours de Leonhard Bundheim depuis son enfance. Viendra ensuite l'exil après l'avènement du nazisme et "la nuit de cristal". C'est alors qu'il quitte son pays natal par kindertransport pour la Belgique d'où il sera expulsé en mai 1940 vers les camps d'internement du sud de la France. Grâce à l'action de l'OSE, il rejoint ensuite Limoges mais est arrêté lors de la grande rafle du 26 aout 1942 à Limoges, transféré à Nexon et déporté par la convoi 27.

Il connaîtra différents camps de travaux forcés pour juifs, survivra à la marche de la mort.

Après guerre, il rejoint Lyon où sa mère travaille (L'Hirondelle")et se marie avec Suzanne (membre des EIF). Il émigre illégalement en Israël en 1947. Il est décédé durant l'hiver 2018, peu de temps après la publication de son témoignage. Source Fanny DUPUY )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019