Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
803 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36585 communes
95 départements et l'étranger
1203 lieux d'internement
715 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4186 Justes de France
918 résistants juifs
12162 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1274 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Marne

Région :
Grand-Est
Département :
Marne

Préfets :
André Jozon
(15/04/1938 - 25/09/1940) Préfet de la Marne
René Bousquet
(1940 - 1942) Préfet de la Marne, nommé préfet régional de la région de Châlons-sur-Marne (Marne, Haute-Marne et Aube) le 28 août 1941 (1909-1993)
Louis de Peretti
(18/05/1942 - 1944) Louis Alexandre Valère de Peretti della Rocca, Préfet régional de la région de Châlons-sur-Marne (Marne, Haute-Marne et Aube)
Marcel Grégoire
(1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Châlons-sur-Marne (Marne, Haute-Marne et Aube)(1884-1969)

À lire, à voir…

Eric Rondel Eric Rondel
L'Armée américaine en Alsace : Haut-Rhin / Bas-Rhin 1944-1945

ACHETER EN LIGNE

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Le Camp des Mazures et ses déportés juifs

 

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Mémorial des déportés du Judenlager des Mazures

 

Daniel Froville Daniel Froville
Pierre Bockel, l’aumônier de la liberté

ACHETER EN LIGNE

Médard Brogly Médard Brogly
La grande épreuve - l'Alsace sous l'Occupation Allemande 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Max Lagarrigue Max Lagarrigue
1940, la France du repli, l'Europe de la défaite

ACHETER EN LIGNE

Marie-Joseph Bopp Marie-Joseph Bopp
Histoire de l'Alsace sous l'occupation allemande, 1940 1945

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Henri Bachmann

Texte pour ecartement lateral

Châlons-en-Champagne 51000 Marne
Nom de naissance: Chaïm Bachmann

Aidé ou sauvé par : - Bertrand Fabre - Marie Fabre Profession: Fourreur
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Henri-Bachmann
Henri, Jean, Pierre, Jacques et Nicole photographiés par Amélie
source photo : Coll. Bachmann
crédit photo : D.R.
Henri-Bachmann
Amélie et Henri Bachmann à Villeneuve-sur-Lot pendant la guerre
source photo : Coll. Bachmann
crédit photo : D.R.
Histoire

Les Bachmann quittent Kichinev (Bessarabie) au début du 20e siècle, fuyant les pogroms. Salomon Bachmann, né en 1857, devint cultivateur en Argentine avec son épouse Zina et leurs huit enfants.
Ruiné après deux années de récoltes de céréales ravagées par les sauterelles, Salomon se résigna en 1910 à rejoindre Bernard, son fils aîné, qui avait émigré de Kichinev à Paris.
Henri (Chaïm), avait alors 16 ans et trouva un emploi dans un magasin de chaussures.
Devenu fourreur, il rencontra Amélie Tykoczinski, née à Nancy dans une famille d'origine russe. Amélie travaillait en famille dans le tissu et vendait sur les marchés de la région de Châlons-sur-Marne. Ils se marièrent en 1923 à la mairie du 13e arrondissement de Paris et s'installèrent à Châlons-sur-Marne avec leur quatre enfants : Jean et Pierre, les jumeaux, Jacques, né en 1929, et la petite Nicole.
Ils ouvrirent un commerce de vêtements en centre ville.

Après la déclaration de guerre, Henri Bachmann décida de mettre les siens à l'abri en Bretagne, tandis qu'il resta seul à Châlons. Le 16 mai 1940, la famille réuni pris la route de l'exode jusqu'à Andernos-les-Bains (Gironde). Ils rentrèrent à Châlons 4 mois plus tard pour retrouver la boutique saccagée.
Les Bachmann se déclarèrent en tant que "juif" au commissariat de police et leurs cartes d'identité fut marquée du tampon rouge. Déchu de sa nationalité par Vichy, Henri vécut sous la menace permanente d'une arrestation.
Sans attendre que son magasin lui soit confisqué, il le céda à son fidèle comptable, M. Moreau. Dénoncé pour vente illicite, Henri fut condamné à 5 mois de prison. Il fut libéré le 5 mars 1942 grâce à son ami M. Barat, directeur de la prison.
Quelques jours plus tard, les Bachmann réussirent à prendre place dans le train d'Angoulême, sans éveiller l'attention. De là, ils prirent un train jusqu'à Chasseneuil, un village en Charente proche de la ligne de démarcation. De là, un passeur leur permet de rejoindre la zone sud.
Arrivés à Villeneuve-sur-Lot, la famille s'installe à l'hôtel Gache avant de louer un modeste appartement rue Alphonse de Poitiers (aujourd'hui rue de la Convention). Les enfants fréquentèrent les établissements scolaires de la ville et Jacques participa aux équipes d'aviron et de rugby de la ville.
Henri trouva de petits boulots, et fit ainsi la connaissance de Bertrand Fabre*, qui habitait à Villeneuve avec son épouse Marie* et leur fille Nanou, née en 1923. Membre de la résistance locale, mécanicien automobile et réparateur de machines à coudre, Bertrand Fabre* réparait également les armes des maquis...
Son domicile était la boîte aux lettres du réseau Marguerite Drouilhet qui mourra en déportation et abritait un jeune alsacien déserteur de l'armée allemande.
Prévenu des rafles dans la bastide, Bertrand Fabre* accueillait les Bachmann quand le danger menaçait.
A partir de juillet 1943, la famille se sépara pour se réfugier dans des fermes, grâce à l'aide du réseau de Bertrand Fabre*.
Jean et Pierre, quant à eux, avaient rejoint le maquis. Ils participeront à la libération du Lot-et-Garonne et défileront avec le bataillon Palissy le 22 août 1944 à Agen.

Le 18 novembre 1944, Bertrand Fabre* mourut brutalement.

Le 8 mai 1945, jour de l'annonce de la capitulation de l'Allemagne, tous prirent part à la fête.
Les Bachmann apprendront après leur retour la disparition de 7 membres de leur famille. Cinq avaient été arrêtés et déportés sans retour : Maurice Kremer, Georges Koupermann, Elise Bronstein, Fernand Bronstein, 20 ans, et Renée Bachmann. Marcel Bachmann avait été fusillé à Lyon. Raymond Bachmann était mort enseveli par une avalanche dans les Pyrénées.

La paix revenue, la famille Bachmann rentra à Châlons. M. Moreau avait veillé à la bonne marche de l'atelier de fourrure et leur restitua le magasin.
Jacques repris ses études au collège de Châlons.
Marie* et Nanou, très affectées par la disparition de Bertrand*, quittèrent Villeneuve et partirent s'installer chez le frère de Marie à Clermont-Ferrand.
C'est là que Nanou se maria en 1946. Elle suivi son mari en Afrique, puis le couple s'installa à Marseille où il ouvrit un commerce.

Jacques deviendra journaliste-photographe pour des revues spécialisées en architecture et décoration. En 2012, il retrouvera Nanou Fabre, revenue à Villeneuve 7 ans auparavant, et déposera un dossier de Justes en faveur de ses parents, Bertrand* et Marie*.

23/12/2013

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.
Paul Ernest dit Paul Bourson Farouche opposant au régime nazi, Exposé 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE - terminal
Article extrait d'une étude généalogique sur la famille BOURSON de Vigy (Moselle) et alliés (http://majoresorum.eklablog.com)


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Journal de guerre de Charles Altorffer
2 Actes du colloques de Metz (Annexion et nazification en Europe, Actes du colloques de Metz, 2003 )
3 Site officiel de la Commune de Montigny-les-Monts
4 Site non officiel de la commune d' Auxon (Site non officiel de la commune d' Auxon.
Démarches administratives, histoire du village, cartes postales et photos anciennes.
)
5 Saint-Dizier la période 1939-1945 en photos (La ville de Haute-Marne la période 1939-1945 en photos )
6 Histoire de Lièpvre de 1870 à 1945.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019