Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
109 annonces de recherche

39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
38080 noms de communes
95 départements et l'étranger
1226 lieux d'internement
736 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4244 Justes de France
916 résistants juifs
14114 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant caché
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1293 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Haut-Rhin

Région :
Grand-Est
Département :
Haut-Rhin

Préfets :
Charles Blondel
(10/1944 - 06/1945) Commissaire régional de la République pour la région de Strasbourg (Bas-Rhin et Haut-Rhin)
Émile Bollaert
(11/1945 - 1947) Commissaire régional de la République pour la région de Strasbourg (Bas-Rhin et Haut-Rhin). Arrêté et déporté en Allemagne en 1944, il est désigné commissaire de la République à Strasbourg après son rapatriement (1890-1978)

À lire, à voir…

Eric Rondel Eric Rondel
L'Armée américaine en Alsace : Haut-Rhin / Bas-Rhin 1944-1945

ACHETER EN LIGNE

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Mémorial des déportés du Judenlager des Mazures

 

Daniel Froville Daniel Froville
Pierre Bockel, l’aumônier de la liberté

ACHETER EN LIGNE

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Le Camp des Mazures et ses déportés juifs

 

Max Lagarrigue Max Lagarrigue
1940, la France du repli, l'Europe de la défaite

ACHETER EN LIGNE

Médard Brogly Médard Brogly
La grande épreuve - l'Alsace sous l'Occupation Allemande 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Marie-Joseph Bopp Marie-Joseph Bopp
Histoire de l'Alsace sous l'occupation allemande, 1940 1945

ACHETER EN LIGNE

Daniel Fuks Daniel Fuks
Jacky Dreyfus
Mémorial des Juifs du Haut-Rhin

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Fernande Meyer

Texte pour ecartement lateral

Mulhouse 68100 Haut-Rhin
Nom de naissance: Meyer
Nom d'épouse: Israël
Date de naissance: 1925 (Mulhouse)
Aidé ou sauvé par : - Justin Godart - Louise Godart
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]


Histoire

Justin Godart*, descendant d'une famille protestante d'Alsace, est né dans le quartier des Brotteaux, 22 avenue Maréchal de Saxe à Lyon 6e. Issu d'un milieu modeste, il est élève du petit séminaire de l'Argentière puis du lycée Ampère à Lyon. 
Après une thèse en droit sur "L’ouvrier en soie", en 1901, il s'inscrit au barreau de Lyon et devient avocat et maître de conférence à l'université.
 
Il épouse Louise Cohendy*, la fille du professeur de droit Émile Cohendy, franc-maçon et conseiller municipal.
 
Militant au Parti radical-socialiste, il commence sa carrière politique en 1904. Élu adjoint au maire de Lyon. Il sera ensuite député de Lyon de 1906 à 1926, puis sénateur du Rhône de 1926 à 1940.
Justin Godart* est parallèlement sous-secrétaire d’état à la santé militaire pendant la première guerre mondial. Sénateur, Ministre du Travail et de l’Hygiène du Cartel des gauches (1924-1925), et Ministre de la Santé (1932-1933), il appuya très tôt le mouvement sioniste. Président de l’association «France-Palestine» créée en 1926, il devint président d’honneur de la branche française du Keren Kayemeth le Israël - KKL (Fonds National Juif). . 
 
Tout au long de sa carrière, Justin Godart* milite contre toutes formes d’antisémitisme et de racisme.
Il devient président de l’OSE (Œuvre de Secours aux Enfants) de 1933 aux années 50.
 
À compter du 14 avril 1938, une circulaire de Sarraut stipule qu’il faut « débarrasser notre pays des éléments étrangers indésirables... ». Justin Godart* écrit à Édouard Daladier pour remettre en cause cette orientation xénophobe. Le décret–loi du 2 mai 1938 est, au contraire, aggravé puisqu’il s’impose aux réfugiés de 1933. Justin Godart* veut donner un statut aux réfugiés, mais il ne sera pas entendu. 
 
En juillet 1940, Justin Godart*, opposé à Munich et à Pétain, figure au nombre des 80 parlementaires qui refusent les pleins pouvoirs à Pétain et s'engage dans la Résistance. Retiré avec sa femme Louise* et leurs enfants à Pommiers, dans le Beaujolais, il organise un réseau actif de résistance et préside le comité directeur de la zone sud du "Front national" organisation de résistance de gauche.
Il diffuse deux journaux clandestins : Le Patriote et Le Patriote Beaujolais.
 
Justin Godart* intervint personnellement auprès de l’administration de Vichy pour mettre en place des circuits financiers qu’utilisa le KKL pour débloquer les fonds nécessaires au sauvetage des Juifs en France. Quand il devint trop dangereux de faire transiter ces fonds par voie bancaire, l’argent fut tout simplement enterré dans le jardin des Godart* à Pommiers
 
Louise* et Justin Godart* abritent chez eux des Juifs tout en dissimulant dans le jardin de leur maison de Pommiers (Rhône) l'argent servant aux actions de sauvetage des Juifs.
 
Le couple invite sous son toit leurs amis : 
- Joseph Fischer, président du KKL en France recherché par la police, et sa famille. Jeune militant sioniste russe d'Odessa, Joseph Fischer était arrivé à Paris au début des années 1920 envoyé par l'Organisation Sioniste Mondiale pour implanter l'activité du KKL en France. Il donnera son élan à un périodique juif sioniste qui se nommera La Terre Promise et deviendra l'organe du sionisme français. Le journal appelait ainsi au départ vers la terre promise de tous les Juifs qui fuyaient leur pays.1
 
Louis Ascher, autre leader sioniste en France, séjourna chez les Godart pendant deux ans. Sa présence sous leur toit fut signalée dans un rapport du Commissariat général aux questions juives (CGQJ), à la suite d’une filature de contrôle de leur résidence. Son appartement parisien fut réquisitionné, comme étant propriété d’un « Juif et Franc-maçon ». Justin Godart* fit intervenir Xavier Vallat, chef du CGQJ pour lever cette réquisition. 
 
- L’écrivain et journaliste juif Pierre Paraf en 1943-1944.  
En 1942, missionné par l'ORT, Pierre Paraf avait visité le Château de Chabannes, dirigé par Félix Chevrier. A cette époque, Justin Godart* lui avait remis des fonds personnels pour subvenir aux besoins du Château de Chabannes et aider les enfants. Engagé dans la résistance au Font national (zone sud), Pierre Paraf devient rédacteur en chef du Patriote de Lyon clandestin.
 
- Pierre Lévi, professeur d’histoire.
 
En mars 1944, Fernande Meyer, 19 ans, juive réfugiée de Mulhouse à Villefranche-sur-Saône avec sa famille, fut cachée chez Louise* et Justin Godart* jusqu’à la Libération. A cette date, sa mère avait été arrêtée par la Milice. Une chaîne de solidarité d’amis et de collègues s’organisa pour avertir les autres membres de la famille de la menace et les cacher. L’amie d’un de ses camarades de cours connaissait Louise* et Justin Godart* qui acceptèrent de la recevoir chez eux. Ils la faisaient passer pour leur aide-cuisinière, mais elle aidait souvent Justin Godart* à dactylographier et polycopier des textes clandestins.
 
Maire provisoire de Lyon à la libération de la ville le 3 septembre 1944, il accueille le général de Gaulle le 14 septembre 1944 à l’Hôtel de ville. C’est à cette occasion que ce dernier déclare Lyon capitale de la Résistance. Le 19 mai 1945, il accueille Herriot, qui revient de déportation, à l’aéroport de Bron et lui rend l’écharpe de premier magistrat de la ville.
 
Peu après la libération, Justin Godart* remplaça M. Dautry et devint Président de l'Entraide Française qui avait succédée au Secours National. L'Entraide Française était ainsi héritière d'une trentaine de Maisons d'Enfants et de "Centres de triage et d'orientation". 
L’OS.E se reconstitue en une Association, avec Justin Godart* comme Président du Comité et Georges Garel comme directeur. 
À la demande de Raymond Pedrot, maire du Ve arrondissement de Paris, Justin Godart* intervint afin que la Maison d'enfants de Sèvres fût sauvée.
 
Justin Godart* va aider l’O.S.E. en tant que Président de l’Entr’aide Française. Du 3 au 6 avril 1945, il se rend à Bâle, Berne et Genève pour discuter, avec le Comité International de la Croix-Rouge et de nombreuses oeuvres, dont le Secours aux enfants, d’importantes questions relatives aux rapatriements des déportés. A Bâle, le 6 avril, Justin Godart rencontre le Docteur Weill à 9h30 pour évoquer les problèmes de l’O.S.E.
 
Le 15 mars 1947, Justin Godart* est nommé président de l’O.S.E. France.
 
Le 3 février 2003, l'Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Louise* et Justin Godart* le titre de Juste parmi les Nations.
 
Une rue de Lyon porte son nom depuis bien longtemps et une place Justin Godart* a été inaugurée à Paris, le 10 juin 2006.

24/11/2020

asso 3255

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.
Paul Ernest dit Paul Bourson Farouche opposant au régime nazi, Exposé 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE - terminal
Article extrait d'une étude généalogique sur la famille BOURSON de Vigy (Moselle) et alliés (http://majoresorum.eklablog.com)


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Mémorial des Juifs du Haut-Rhin (Mémorial des Juifs du Haut-Rhin élaboré sous l’égide du Consistoire Israélite du Haut-Rhin. )
2 Journal de guerre de Charles Altorffer
3 Site officiel de la Commune de Montigny-les-Monts
4 Site non officiel de la commune d' Auxon (Démarches administratives, histoire du village, cartes postales et photos anciennes. )
5 Saint-Dizier la période 1939-1945 en photos (La ville de Haute-Marne la période 1939-1945 en photos )
6 Histoire de Lièpvre de 1870 à 1945.

Notes

- 1 - Joseph Fischer, « Le judaïsme dans la guerre », La Terre Retrouvée, 15 septembre 1939.

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2022