Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
804 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36585 communes
95 départements et l'étranger
1203 lieux d'internement
715 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4186 Justes de France
918 résistants juifs
12162 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1274 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Gironde

Région :
Nouvelle-Aquitaine
Département :
Gironde

Préfets :
Marcel Bodeman
(01/06/1937 - 1940) Préfet de Gironde
Léopold Chénaux de Leyritz
(25/06/1940 - 24/01/1944) Léopold Marie Frédéric Chéneaux de Leyritz, Préfet de Haute-Garonne et préfet régional de la région de Toulouse à partir de 1941 (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1896-1970)
François Pierre-Alype
(01/08/1940 - 1942) Marie François Jules Pierre dit Pierre-Alype, Préfet de Gironde et à partir d'août 1941, Préfet régional de la région de Bordeaux (Basses-Pyrénées, Gironde et Landes) (1886-1956) Directeur de cabinet : Olivier Reige
Maurice Sabatier
(01/05/1942 - 1944) Maurice Roch Antoine Sabatier, Préfet régional de la région de Bordeaux (Basses-Pyrénées, Gironde et Landes) (1897-1989)
Maurice Papon
(06/1942 - 05/1944) Secrétaire général de la préfecture de la Gironde et dirige le Service des questions juives. Il est condamné en 1998 pour complicité de crimes contre l'humanité (1910-2007)
André Sadon
(24/01/1944 - 06/02/1944) André Paul Sadon, Préfet régional de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1891-1965)
Jean Cassou
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1897-1981)
Pierre Berteaux
(1944 - 1946) Pierre Félix Berteaux, Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1907-1986)
Léon Coursin
(Mai 1944 - 30/08/1944) Préfet de Gironde
Gaston Cusin
(30/08/1944 - 18/05/1945) Commissaire régional de la République à la Libération (Basses-Pyrénées, Gironde, Lot-et-Garonne et Landes) (1903-1993)
Désiré Jouany
(18/05/1945 - 11/03/1947) Préfet de Gironde
Jacques Soustelle
(Mai 1945 - Juin 1945) Commissaire régional de la République à la Libération (Basses-Pyrénées, Gironde, Lot-et-Garonne et Landes) (1912-1990)

À lire, à voir…

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Enfances Juives. Limousin-Dordogne-Berry - Terres de refuge 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

Louis Rivière Louis Rivière
Ailleurs demain

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

Alice Dray Revah Alice Dray Revah
L'étoile sans David

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Errances de guerre

ACHETER EN LIGNE

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

Philippe Souleau Philippe Souleau
La ligne de démarcation en Gironde

ACHETER EN LIGNE

Benoît Ducos-Ader Benoît Ducos-Ader
Franck Lafossas
Adrien Marquet, secrets et souvenirs

ACHETER EN LIGNE

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

Sébastien Durand Sébastien Durand
La gradation macabre 1940 – 1944 : l'aryanisation des "entreprises juives" girondines

ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Jacques Reix Jacques Reix
Jean Vircoulon
Chronique des années de guerre en pays foyen - 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
La Résistance et le rail, Le cas du Limousin - 1939-1944

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Adrien Marquet

Texte pour ecartement lateral

Bordeaux 33000 Gironde
Date de naissance: 06/10/1885 (Bordeaux (Gironde))
Date de décès: 03/02/1955 (Bordeaux (Gironde))
Nationalité : Français
Profession: Député et maire de Bordeaux et et ministre de l'intérieur sous le régime de Vichy
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Adrien-Marquet
Adrien Marquet
source photo : Arch.
crédit photo : D.R.
Histoire

Adrien Marquet, né le 6 octobre 1884 à Bordeaux et mort le 3 février 1955 dans sa ville natale, est un homme politique français.

Longtemps député et maire socialiste de Bordeaux, ministre du Travail du gouvernement Gaston Doumergue II, il est ministre d'État, puis ministre de l'Intérieur dans les gouvernements Pétain et Laval V.

À 22 ans, Adrien Marquet, chirurgien-dentiste de profession, issu de l'extrême gauche, devient secrétaire fédéral de la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) de Gironde. En 1912, il est élu conseiller municipal de Bordeaux, puis conseiller général et député, en tête de la liste du Cartel des gauches, en 1924.

En 1925, il est élu maire de Bordeaux. Il imprime à la ville ouvrière une politique de transformation sociale en construisant ou en modernisant les équipements. Ainsi, la municipalité de Bordeaux adopte, en 1930, un important programme d'urbanisme appelé "plan Marquet", qui permet le développement de la cité en utilisant un vocabulaire architectural commun. Ce plan a aussi pour objectif d'engager des grands travaux afin d'atténuer les conséquences de la crise de 19291. La ville est ainsi créditée d'équipements publics d'une architecture Art-déco2, comme la nouvelle Bourse du travail, la piscine Judaïque, le stade Lescure, les abattoirs. Adrien Marquet entreprend aussi la réfection des égouts et de l’éclairage public, la macadamisation des rues.

Il pratique aussi le clientélisme avec succès auprès des employés du Gaz de Bordeaux, auxquels il accorde quantité d'avantages sociaux. Ses adversaires dénoncent alors une dérive autoritariste et un opportunisme personnel. Lui déclare vouloir « prendre le fascisme de vitesse » et prône une forme de socialisme autoritaire et corporatiste proche du modèle mussolinien.

En juillet 1933, lors du 30e congrès de la SFIO, Adrien Marquet défend "l'ordre, l'autorité et la nation"3, provoquant la consternation de Léon Blum. Avec Marcel Déat, Pierre Renaudel et une vingtaine d'autres députés, il est exclu de la SFIO par celui-ci en octobre suivant, après la publication du manifeste des "néo-socialistes". Ceux-ci fondent le Parti socialiste de France (PSDF) duquel il est également exclu, mais par Marcel Déat cette fois.

Suite aux événements du 6 février 1934, le président du Conseil Gaston Doumergue le choisit pour être son ministre du Travail. Aux côtés de Pierre Laval et du maréchal Pétain, il engage un "plan Marquet" à l'échelle nationale. Cette politique de grands travaux, classique de la part des libéraux pour lutter contre le chômage et encourager l'activité industrielle, est destinée à lutter contre le chômage. Le gouvernement prend fin le 8 novembre suivant.

Adrien Marquet fonde le Parti néo-socialiste en 1935. L'année suivante, grâce à son implantation locale et alors qu'il n'appartient pas à la coalition électorale du Front populaire, il est réélu député d'une vingtaine de voix sur son adversaire du second tour.

Il est nommé ministre d'État le 23 juin 1940, par le nouveau président du Conseil, le maréchal Philippe Pétain. Lors d'un remaniement qui intervient quatre jours plus tard, il succède à Charles Pomaret au ministère de l'Intérieur. Il se distingue des autres ministres par le fait qu'il n'est pas partie prenante à la Révolution nationale, bien que participant au limogeage des préfets jugés trop proches de la gauche républicaine.

Pierre Laval, peu populaire auprès des parlementaires de gauche, l'utilise pour obtenir leurs suffrages lors du vote des pleins pouvoirs à Philippe Pétain. Adrien Marquet intimide alors les élus, déployant un important dispositif de police à Vichy5. Remplacé par Marcel Peyrouton le 6 septembre 1940, il refuse d'entrer dans la Résistance et prône la Collaboration avec l'Allemagne nazie, notamment dans le journal dont il est le fondateur, Le Progrès de Bordeaux. Au sein de l'hôtel de ville Bordeaux, il accueille en 1942 l'exposition antisémite Le Juif et la France4. Pendant l'Occupation, Adrien Marquet ne fait aucune déclaration de soutien aux juifs bordelais et ne dénonce pas les rafles (au total, 1 681 juifs, dont 225 enfants, sont déportés de Bordeaux sous la Seconde Guerre mondiale) et fusillades d'otages5. De même, il ne s'oppose pas à la déportation de son ancien premier adjoint Joseph Benzacar, qui mourra à Auschwitz. Concernant la franc-maçonnerie, il déclare "Pour le Maréchal, un Juif n’est jamais responsable de ses origines, un Franc-Maçon l’est toujours de son choix".6

Il veille cependant à défendre les intérêts de Bordeaux, entamant, lors de la libération de la ville, des discussions avec la Wehrmacht pour que celle-ci évacue la ville sans destruction.

Il est arrêté par deux policiers le 29 août 1944, et incarcéré au fort du Hâ le 5 septembre suivant.

Lors de son procès devant la Haute Cour de justice, tenu sous la présidence de Louis Noguères à partir de fin 1947, Adrien Marquet met notamment en avant le fait qu'il a permis d'éviter, avec sa municipalité, une importante explosion qui visait des ponts, des bâtiments publics bordelais. De nombreux témoignages7 entraînent son acquittement le 29 janvier 1948, après 40 mois de détention. Condamné à 10 années d'indignité nationale en vertu de l'ordonnance du 26 décembre 1944, des archives allemandes impliquant personnellement Adrien Marquet (désir de Collaboration, souhait de victoire de l'Allemagne et d'une France nationale-socialiste), n'étaient cependant pas en possession des juges au moment du procès.

Dès sa sortie de la prison de Fresnes, il manifeste son intention de revenir en politique. Pour ce faire, il formule chaque année une demande d'amnistie au président de la République, qui la refuse. Lors de l'élection municipale de 1953 à Bordeaux, une liste parrainée par Adrien Marquet obtient un score honorable (29 %) face à celle conduite par le gaulliste Jacques Chaban-Delmas (42 %), qui conserve finalement la mairie.

Adrien Marquet retrouve ses droits civiques grâce à une loi d'amnistie, le 8 octobre 1953, et souhaite se présenter aux élections législatives de 1956. Mais il meurt d'une crise cardiaque le 3 février 1955, à la sortie d'une réunion politique.

27/08/2012
Lien : Wikipedia

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes
2 Connus ou inconnus mais Justes (C’est dans le sillon creusé par Aristides de Sousa Mendès, Madeleine Barot, Charles Altorffer, Marc Boegner, Henry Dupuy, Raoul Laporterie… que s'ancre le souvenir de tous ces Justes que la modestie pourrait renvoyer à l’oubli et à l’indifférence. Ce livret du Crif Sud-Ouest Aquitaine, écrit et coordonné par Hellen Kaufmann, présidente de l'AJPN, rend hommage à chacun des 225 Justes récompensés à ce jour en Aquitaine. La moindre des choses était de leur permettre de dire et de déposer leur histoire, pour que l’avenir ne les oublie plus jamais, ni eux ni les anonymes qui ont aidé au sauvetage de Juifs. )
3 La Prison militaire de Mauzac : camps d’internements sous Vichy (revue Arkheia, n°5-6, 2004. )
4 Victime en représailles à Mussidan
5 Souvenir Français Loudun - GABORIAUD Alphonse (Site du Souvenir Français - Comité de Loudun Page GABORIAUD Alphonse )
6 Souvenir Français Loudun - ROWEK Albert (Souvenir Français Comité de Loudun - Page ROWEK Albert )
7 Les neufs jours de Sousa Mendes - Os nove dias de Sousa Mendes (Documentaires de Mélanie Pelletier, 2012.
Avec António de Moncada de Sousa Mendes, Andrée Lotey, Elvira Limão, Hellen Kaufmann, Manuel Dias Vaz, Irene Flunser Pimentel, Esther Mucznik, José Caré júnior, Marie-Rose Faure, Maria Barroso… et António de Oliveira Salazar, Charles de Gaulle, le Maréchal Philippe Pétain, et le rabin Haïm Kruger. )
8 Les vignerons font de la résistance (Blog de Philippe Poisson - Les vendanges de l'automne 1939 débutent en même temps que la guerre. Dans toutes les régions viticoles, on s'organise pour cacher les bonnes bouteilles et vendre la piquette à l'occupant. )

Notes

- 1 - "Balade dans l'entre-deux-guerres", Le Point, 02/10/2008.
- 2 - "Les équipements publics art déco de Bordeaux" sur le site de Bordeaux.fr
- 3 - Barthélémy Montagnon, Adrien Marquet, Marcel Déat, Néo-socialisme ? : ordre, autorité, nation (préface et commentaires de Max Bonnafous), Bernard Grasset, Paris, 1933, 140 p. (texte des discours prononcés par les auteurs au XXXe Congrès du parti socialiste SFIO, les 15, 16, 17 juillet 1933).
- 4 - "Bordeaux, 1er juillet 1940, 23 heures, l'horloge passe à l'heure allemande. Du 27 juin 1940 au 27 août 1944, chronique de l'Occupation au quotidien, dans la ville où Papon prend ses fonctions en mai 1942.", Libération, 8 octobre 1997.
- 5 - Adrien Marquet : de Jaurès à Pétain, les dérives d'une ambition, film documentaire de Barcha Bauer, 2008.
- 6 - Franc-Maçonnerie Française : Anti-Maçonnerie.
- 7 - Cf. Robert Dufourg, pp. 94, 96, 141, 210 et suivantes : Joseph Cohen, grand rabbin de Bordeaux, témoigna qu'Adrien Marquet a toujours apporté son soutien aux juifs de Bordeaux ; M. Ardenne, une personnalité de Bordeaux, témoigne que début avril 1942, au cours d'un dîner, Jacques Gérard, envoyé de Laval, avait proposé à Marquet un ministère dans le gouvernement qu'il préparait, et que Marquet avait refusé ; Julien Weill, grand Rabbin de Paris, affirme qu'il savait qu'Adrien Marquet s'était désolidarisé du premier gouvernement Laval dès qu'il avait été question de lois antisémites ; Le Dr. Helmut Knochen, chef de la représentation de la police de sécurité SS en France, témoigne que Marquet n'a jamais donné de renseignement confidentiel qui aurait pu nuire à la France.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019