Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
768 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
709 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4171 Justes de France
920 résistants juifs
11660 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Charente-Maritime

Région :
Nouvelle-Aquitaine
Département :
Charente-Maritime

Préfecture :
La Rochelle

Préfets :
Louis Bourgain
(18/07/1940 - 1944) Vice-amiral, Préfet de de la Vienne et préfet régional de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne. Condamné à huit ans de prison à la Libération (1881-1970)
Jean Schuhler
(Juin 1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Poitiers (Charente-Maritime (Charente-Inférieure jusqu'en 1941), Deux-Sèvres et Vendée et les parties occupées de la Charente, de Dordogne et de la Vienne)

À lire, à voir…

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit

 

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Enfances Juives. Limousin-Dordogne-Berry - Terres de refuge 1939-1945

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
Errances de guerre

ACHETER EN LIGNE

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir

 

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"

ACHETER EN LIGNE

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille

ACHETER EN LIGNE

Pascal Plas Pascal Plas
Michel C. Kiener
La Résistance et le rail, Le cas du Limousin - 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région

ACHETER EN LIGNE

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne

ACHETER EN LIGNE

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie

ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes

ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine

ACHETER EN LIGNE

Monique Novodorsqui Deniau Monique Novodorsqui Deniau
Pithiviers-Auschwitz 17 juillet 1942, 6h15

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Arrestation dans le département de la Charente-Maritime en 1939-1945



10 Familles arrêtées dans le département [Compléter]

Brizambourg
13/02/1944 Famille Bloch - Sur dénonciation locale.
Déportation : 28/01/1944
Date d'exécution : 04/09/1944
Source : ?
JO : Auschwitz

Chaniers
03/02/1944 Famille Glanzberg - Adolphe Glanzberg, né le 12/12/1889 à Przevorsk (Pologne) et Hilde Spatz, née le 23/10/1894 à Bolika (Pologne) ont quatre enfants, Philippe, né le 24/02/1920, Kalman (Charles), né en 1921, et Israël (Isidore auj. Jules), né en 1923, et Kathe (Catherine) née 1924, tous nés à Sarrebruck (Sarre). La famille est naturalisée française en 1928 et installée à Metz en 1935. Réfugiés à Aytré (près de La Rochelle) la famille est expulsé vers Chaniers (près de Saintes) le 30/01/1943 lorsque la zone côtière devient interdite aux Juifs. Les trois frères travaillent à Saintes pour une entreprise alsacienne, la Comessa (Construction Mécanique Schiltigheim–Strasbourg) qui s’occupe de la maintenance du matériel ferroviaire et travaille pour les Allemands. Ils sont rattachés à un groupe FTP (Francs Tireurs Partisans) et se débrouillent pour usiner des pièces défectueuses de manière à retarder les réparations et entraver le bon fonctionnement du transport ferroviaire. Le 20 août 1943, les trois frères Glanzberg sont envoyés à La Rochelle pour une raison professionnelle. A peine descendus du train ils sont interpellés à la gare de la Rochelle par un officier de la Gestapo et renvoyés à Saintes. A la gare de Saintes ils sont arrêtés par des gendarmes puis emprisonnés à la Prison de Saintes où ils sont torturés avant d'être internés parce que juifs à Poitiers au Camp de la Route de Limoges. Envoyés au Camp de Drancy, ils sont déportés le 20 novembre 1943 par le convoi n°62 à destination d’Auschwitz-Birkenau. Ils sont tous les trois sélectionnés pour "travailler" et travaillent dans des "Kommandos" différents. Le 26 janvier 1945, Philippe et ses deux frères sont évacués vers Mauthausen (Autriche) où ils vont passer trois mois. Philippe et ses frères seront libérés par les Américains le 5 mai 1945. Ils apprennent à leur retour que leurs parents et leur sœur, Kathe (Catherine), ont été dénoncés à Chaniers et déportés sans retour à Auschwitz le 10/02/1944 par le convoi n° 68 parti de Drancy. Ils sont gazés à leur arrivée le 15/02/1944. Ils ne retrouveront pas non plus leurs oncles et cousins de la branche polonaise de la famille.
Déportation : 10/02/1944 convoi no 68

La Couarde-sur-Mer
Famille Berger - Cinq membres de la famille Berger morts à Auschwitz, déportés suite à un courrier du maire de La Couarde signalant à la Préfecture qu'ils « ne portaient pas leur étoile".
Source : Le Phare de Ré n° 2907

La Rochelle
04/09/1942 Famille Bouffénie - Armand Bouffénie, résistant, arrêté le 04/09/1942, il sera déporté.


04/09/1942 Famille Gorin - Odette, résistante, née en 1902 à Chaille-les-Marais (Vendée), habitait avec son mari et ses quatre enfants à La Rochelle. Résistante, engagée dans l'Organisation Spéciale du Parti Communiste Français, elle est arrêtée le 04/09/1942. Le 7 septembre elle est emprisonnée au fort du Hâ à Bordeaux, puis le 7 avril 1943 au fort de Romainville, et enfin à Compiègne, où dans la nuit du 27 au 28 avril 1943, elle est transférée en Allemagne au camp de Ravensbuck. Le 27 avril 1945, elle s'évade avec d'autres détenues et rentre à La Rochelle.
Déportation : 27/04/1943


23/05/1940 Famille Kervévan - Jean Kervévan, marin, syndicaliste, est arrêté à La Rochelle le 23 mai 1940. Déporté, il reviendra du camp de Buchenwald le 25 mai 1945. Il est décédé en 1962 à La Rochelle.


1940 Famille Lenhoff ou Lennhoff - Le docteur Herbert Lenhoff (ou Lennhoff), Juif, qui avait fui l'Allemagne nazie pour se réfugier en France, est arrêté à La Rochelle après la déclaration de guerre, et interné au Camp de Libourne parce que sujet d'une puissance ennemie.

Saint-Jean-d'Angély
02/1944 Famille Aboulhair - Esther et Mose Aboulhair, nés à Istanbul et leurs enfants Albert, 8 ans, né le 23 mai 1935 et Edmond, 6 ans, né le 27 octobre 1937 sont raflés à Saint-Jean-d'Angély parce que Juifs. Ils sont transférés de Poitiers vers Drancy puis déportés sans retour à Auschwitz le 10 février 1944 par le convoi n° 68. Leur fils Victor Ham, qui n'a pas été déporté, sera le seul survivant de sa famille.
Déportation : 10/02/1944 convoi no 68


11/03/1944 Famille Aubry - André, né en 1918, gendarme engagé volontaire en 1928 et résistant dès 1942 , il est arrêté le 11 mars 1944 à 1 heure du matin à Saint-Jean-d'Angély et déporté sans retour vers Neuengamme.

Saintes
20/08/1943 Famille Glanzberg - Philippe, né le 24/02/1920, Kalman (Charles), né en 1921, et Israël (Isidore auj. Jules), né en 1923, sont tous nés à Sarrebruck (Sarre) d'une famille juive originaire de Pologne, naturalisée française en 1928 et installée à Metz en 1935. Réfugiés à Aytré (près de La Rochelle) la famille est expulsé vers Chaniers (près de Saintes) le 30/01/1943 lorsque la zone côtière devient interdite aux Juifs. Les trois frères travaillent à Saintes pour une entreprise alsacienne, la Comessa (Construction Mécanique Schiltigheim–Strasbourg) qui s’occupe de la maintenance du matériel ferroviaire et travaille pour les Allemands. Ils sont rattachés à un groupe FTP (Francs Tireurs Partisans) et se débrouillent pour usiner des pièces défectueuses de manière à retarder les réparations et entraver le bon fonctionnement du transport ferroviaire. Le 20 août 1943, les trois frères Glanzberg sont envoyés à La Rochelle pour une raison professionnelle. A peine descendus du train ils sont interpellés à la gare de la Rochelle par un officier de la Gestapo et renvoyés à Saintes. A la gare de Saintes ils sont arrêtés par des gendarmes puis emprisonnés à la Prison de Saintes où ils sont torturés avant d'être internés parce que juifs à Poitiers au Camp de la Route de Limoges. Envoyés au Camp de Drancy, ils sont déportés le 20 novembre 1943 par le convoi n°62 à destination d’Auschwitz-Birkenau. Ils sont tous les trois sélectionnés pour "travailler" et travaillent dans des "Kommandos" différents. Le 26 janvier 1945, Philippe et ses deux frères sont évacués vers Mauthausen (Autriche) où ils vont passer trois mois. Philippe et ses frères seront libérés par les Américains le 5 mai 1945. Ils apprennent à leur retour que leurs parents et leur sœur, Kathe (Catherine), ont été dénoncés à Chaniers et déportés sans retour à Auschwitz le 15/02/1944. Ils ne retrouveront pas non plus leurs oncles et cousins de la branche polonaise de la famille.
Déportation : 20/11/1943 convoi no 62




Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019