Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
780 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
710 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4177 Justes de France
920 résistants juifs
11909 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Saône-et-Loire

Région :
Bourgogne-Franche-Comté
Département :
Saône-et-Loire

Préfets :
Hyacinthe Tomasini
(1939 - 1940) Préfet de Saône-et-Loire
Paul Brun
(1940 - 1941)
Alexandre Angeli
(1940 - 1944) Alexandre Benoît Joseph Angeli, Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1893-1962)
(25/09/1940 - 08/01/1941) Sous-préfet d'Autun, résistant, révoqué par Vichy
René-Pierre Codefy
(1940 - 1944) Sous-préfet d'Autun, délégué dans les fonctions de préfet pour la Saône-et-Loire occupée. Il sera après la guerre préfet de la Charente (1951-1956) et de la Vienne (1956-1959).
Pierre Voizard
(1941 - 1941) Non effectivement installé
Alfred Hontebeyrie
(1941 - 1941) Alfred Roger Hontebeyrie, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1895-1969)
Charles Donati
(1941 - 1943) Charles Guérin Joseph Louis Donati, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (né en 1891)
Paul Demange
(1942 - 1943)
(07/1943 - 30/12/1943) Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie), révoqué par Vichy et recherché par la Gestapo pour son activité de résistant.
Jean-Baptiste Thoumas
(1943 - 1944) Préfet de Saône-et-Loire
(24/01/1944 - 05/1944) Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire). Résistant, dénoncé par la Milice, il est arrêté par la Gestapo et déporté à Neuengamme (1899-1945).
André Boutemy
(1944 - 1944) Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1905-1959)
Georges Bernard
(1944 - 1944) Georges Albert Maurice Bernard, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1890 - 1953)
Lucien Drevon
(1944 - 1946)
Jean Bouhey
(Mars 1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1898-1963)
Yves Farge
(1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1899-1953)
Jean Mairey
(1945 - 1946) Jean Marie Albert Mairey, Commissaire régional de la République par intérim de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1907-1982)

À lire, à voir…

Jean-Pierre Marandin Jean-Pierre Marandin
Résistances 1940-1944 : Volume 1, A la frontière franco-suisse, des hommes et des femmes en résistance

ACHETER EN LIGNE

Robert Dutriez Robert Dutriez
La Seconde Guerre mondiale en Franche-Comté

ACHETER EN LIGNE

André Moissé André Moissé
La Libération en Franche-Comté Agents secrets & services spéciaux dans la résistance Tome 2 Jura & Doubs

ACHETER EN LIGNE

André Besson André Besson
Les Maquis de Franche-Comté

ACHETER EN LIGNE

André Moissé André Moissé
La Libération en Franche-Comté : Agents secrets et services spéciaux dans la résistance

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Madame Cherrier

Texte pour ecartement lateral

Charolles 71120 Saône-et-Loire

Réseau de sauvetage : Cheverry Georgette
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Histoire
Georgette Cheverry* vit seule à Paris avec son petit garçon, tandis que son mari, médecin a été fait prisonnier par les Allemands.
Ils habitent l'hôpital pédiatrique.
Professeur de littérature, elle donne également des cours de musique.

L'une de ses élèves, Odette Gartenlaub, élève brillante du Conservatoire de Paris, est la fille aînée de Jacques et Pauline Gartenlaub.

Jacques Gartenlaub, né en Buconine et Pauline, née à Londres, s'était rencontré à Paris et mariés en 1921.
Ils deviennent Français en 1927.
Ils ont 4 enfants, Odette, née en 1922, Georges, né en 1926, Régine, née en 1932 et Dina, née en 1937.

Jacques Gartenlaub était bijoutier.

Après l'invasion de la France, la famille se réfugie à Pornic, en Loire-Atlantique, où habitent deux de leurs tantes. Ils y resteront quelques semaines avant de rentrer à Paris.

Après avoir été obligé de signaler son entreprise comme juive, à l'aide d'un grand panneau sur la vitrine, la bijouterie de Jacques Gartenlaub est aryanisée et l'appartement dans lequel ils habitaient confisqué par les autorités françaises en 1941.
Ils doivent déménager et Pauline trouve un logement dans le Marais à Paris.
Ils confient à Georgette Cheverry* des bijoux et des objets précieux qu'ils ont réussi à emporter.

Odette, lauréate de nombreux prix de musique ne peut plus s'inscrire au Conservatoire interdit aux Juifs à partir de juin 1942, tout comme l'accès aux jardins publics, aux théâtres, aux cinémas... et n'ont accès aux magasins d'alimentation qu'une heure par jour.
Elle entre à l'UGIF (Union générale des Israélites de France) en tant qu'assistante sociale.

Les 16 et 17 juillet 1942, lors de la rafle du Vel’ d’Hiv’ à Paris et dans son agglomération, visant les familles juives étrangères, 13 000 personnes sont arrêtées dont 4 000 enfants.
De nombreux de leurs amis et connaissances sont arrêtés et déportés.

Les Gartenlaub ne sont pas raflés.

Le 18 juillet 1943, Odette entend qu'une nouvelle rafle va avoir lieu dans la nuit.

En attendant de trouver une meilleure solution, Odette emmène ses petites sœurs chez son professeur de musique, Georgette Cheverry*.
Georgette Cheverry* leur retire l'étoile jaune de leurs vêtements, qu'elle brûle.

Régine, 10 ans, et Dina, 5 ans, resteront une semaine dans le petit appartement parisien. Puis Georgette Cheverry* les accompagne en train à la campagne, munies de faux-papiers grossièrement réalisés aux noms de Régine et Dina Gartelot.
Contrôlées par un officier Allemand, il examina longuement les papiers d'identité des deux enfants et les rendit sans dire un mot...

Georgette Cheverry* confia les deux fillettes à un couple dans une ferme à La Chalopinière, en les présentant comme des petites parisiennes ayant besoin de prendre le bon air. Puis elle rentra à Paris.

Georgette Cheverry* restait en contact avec Jacques et Pauline Gartenlaub et leur fille Odette, restés à Paris.

Georges, pour sa part, avait réussit à passer en zone sud et avait rejoint la résistance juive, la Sixième.
Il vint rendre visite à ses petites sœurs en décembre 1943 et constata qu'elles n'étaient étaient malheureuses à La Chalopinière.
Une de leur tante, non-juive, vint les chercher en avril 1944 et les ramena à Paris.
Elles y resteront quelques jours.

Puis Georgette Cheverry* les confient à Mme Cherrier, à Charolles qui acceptent de les prendre en échange du règlement de la chambre et des frais de vie.
Les enfants y seront aimées et choyées et vont à l'école où Régine commence le Latin.

Quelques temps après, Georgette Cheverry* revint à Charolles avec sa mère et son petit garçon et y séjournera jusqu'à la fin de la guerre, s'occupant des deux fillettes.

Les alliés entrent à Charolles le 4 septembre 1944, quelques jours après la libération de Paris.
Les fillettes resteront à Charolles jusqu'en 1945 et finiront leur année scolaire avant de retrouver toute leur famille sauve.

Malgré l'interruption de ses études de musique jusqu'en 1945, Odette obtient un Premier Grand Prix de Rome en 1948.
Régine, une fois ses études terminées à Paris partira vivre en Israël et aura 6 enfants et de nombreux petits et arrière-petits enfants.

07/05/2009

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Aide et sauvetage de la population juive dans les départements de la Nièvre et de la Cote-d'or pendant la Deuxième Guerre mondiale. (Aide et sauvetage de la population juive dans les départements de la Nièvre et de la Cote-d'or pendant la Deuxième Guerre mondiale. Auteur : Julie Philippe (julia.philippe@laposte.net) Éditeur : Mémoire de master en histoire contemporaine Date de publication : 19-09-2007 )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019