Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
834 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36585 communes
95 départements et l'étranger
1211 lieux d'internement
720 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4192 Justes de France
918 résistants juifs
12927 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1277 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Côte-d'Or

Région :
Bourgogne-Franche-Comté
Département :
Côte-d'Or

Préfets :
Charles Chevreux
(1938 - 1940) Jacques Charles Adrien Chevreux, Préfet de la Côte-d'Or (1883-1951)
Alfred Hontebeyrie
(1940 - 1941) Alfred Roger Hontebeyrie, Préfet de la Côte-d'or et préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) à partir de 1941 (1895-1969)
Charles Donati
(1941 - 1943) Charles Guérin Joseph Louis Donati, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (né en 1891)
R. Grimaud
(1942 - 1942) Préfet délégué de la Côte-d'Or
Henry Soum
(1942 - 1943) Préfet délégué de la Côte-d'Or
(07/1943 - 30/12/1943) Jean François Quenette, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie), révoqué par Vichy et recherché par la Gestapo pour son activité de résistant (1903-1971).
A. Ytasse
(1943 - 1944) Préfet de la Côte-d'Or
Jean Bouhey
(Mars 1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1898-1963)
Georges Bernard
(1944 - 1944) Georges Albert Maurice Bernard, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1890 - 1953)
Yves Gasne
(1944 - 1944) Préfet délégué de la Côte-d'Or
Jean Mairey
(1945 - 1946) Jean Marie Albert Mairey, Commissaire régional de la République par intérim de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1907-1982)
Marcel Lhuillier
(1944 - 1944) Préfet de la Côte-d'Or
M. Jouany
(1944 - 1945) Préfet de la Côte-d'Or
(1945 - 1946) Préfet de la Côte-d'Or, déporté en Allemagne pour avoir soutenu la résistance

À lire, à voir…

André Moissé André Moissé
La Libération en Franche-Comté : Agents secrets et services spéciaux dans la résistance

ACHETER EN LIGNE

Gilles Hennequin Gilles Hennequin
Résistance en Côte d'Or

ACHETER EN LIGNE

Robert Dutriez Robert Dutriez
La Seconde Guerre mondiale en Franche-Comté

ACHETER EN LIGNE

Jean-Pierre Marandin Jean-Pierre Marandin
Résistances 1940-1944 : Volume 1, A la frontière franco-suisse, des hommes et des femmes en résistance

ACHETER EN LIGNE

André Moissé André Moissé
La Libération en Franche-Comté Agents secrets & services spéciaux dans la résistance Tome 2 Jura & Doubs

ACHETER EN LIGNE

André Besson André Besson
Les Maquis de Franche-Comté

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Lucien Dupont

dit Georges de Villeneuve
Texte pour ecartement lateral

Dijon 21000 Côte-d'Or
Date de naissance: 29/05/1922 (Tulle (Corrèze))
Date de décès: 26/02/1943 (Forteresse du Mont-Valérien)
Nationalité : Français
Arrestations: 16/10/1942
Motif de la non déportation : Fusillé le 26/02/1943 au Mont-Valérien
Age de l'arrestation : 20
Profession: Etudiant
Qualité: Résistant communiste, OS Côte-d'Or et FTP Gironde
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Lucien-Dupont
Lucien Dupont
source photo : Arch.
crédit photo : D.R.
Histoire
Lucien Dupont, résistant communiste, fut l'un des organisateurs de la Résistance à Dijon et commanda les premiers bataillons de la jeunesse de Côte d'Or.

Officier FTP, il fut fusillé le 26 février 1943.

27/02/2011

[Compléter l'article]

Lucien Dupont

Lucien Dupont, né le 29 mai 1922 à Tulle (Corrèze), fusillé le 26 février 1943 au fort du Mont-Valérien (commune de Suresnes), est un résistant français. Étudiant, il fut l'un des organisateurs de l’OS en Côte-d’Or puis des FTP en Gironde1.

Avant guerre, Lucien Dupont militait aux Jeunesses communistes en Côte-d’Or. Le rapport des renseignements généraux relatant l’arrestation de Lucien Dupont résumait fort bien l’activité clandestine de ce résistant. Ce rapport signalait, "Dupont est ce que l’on peut appeler un mobile chaque fois que le parti a eu besoin d’un homme de choc pour ranimer les volontés défaillantes il a fait appel à Dupont. Celui-ci en effet a eu durant ces derniers mois une vie assez mouvementée".

Arrêté une première fois pour diffusion de tracts, interné quelques semaines et condamné en novembre 1939 à un an de prison avec sursis par la cour d’appel de Limoges (Haute-Vienne) où il était en convalescence chez sa grand-mère2, il rejoignit la Côte-d’Or en juin ou septembre 1940. Il reprit aussitôt contact avec les Jeunesses communistes3 et fit l’objet, le 27 octobre 1941, d’un mandat d’arrêt du parquet de Dijon4 5. Il quitta alors la Côte-d’Or pour Troyes où il fut actif sous l’identité de Marcel Joséphine.

En décembre 1941, il revint à Dijon et avec un militant italien Armand Tosin, surnommé Riqui (ou Riquy), il mit sur pied l’Organisation spéciale. Les deux hommes abattirent un officier allemand rue Victor Hugo à Dijon le 28 décembre 1941 puis le 10 janvier 1942, lancèrent un engin explosif dans le local de la Soldatenheim place du théâtre de Dijon6. Il passa alors en Saône-et-Loire où il réalisa un attentat contre un officier allemand le 27 janvier 1942 et fut arrêté, le 29 janvier 1942, en gare de Montchanin par les Allemands. Il était armé d’un pistolet automatique qu’il réussit à cacher.

Pendant son interrogatoire, il blessa son gardien ; lui même fut blessé mais réussit à s’enfuir. L’avis de recherche qui fut lancé contre lui à la suite de cette action mentionnait qu’il était aussi l’auteur présumé d’un attentat à Dijon en janvier 1942 et qu’il avait comme pseudonymes Gros et Joséphine7. Réfugié quelques jours à Montceau-les-Mines, il repartit à Troyes et attendit les ordres du parti8.

Début mars 1942, il fut convoqué à Paris où il reçut l’ordre de se rendre à Bordeaux pour organiser des groupes FTP, où ils étaient jusqu’alors inexistants. Accueilli par Georgette Lacabanne, il constitua avec bien des difficultés deux groupes. Le premier, dirigé par Vicente Gonzalès, réussit en avril à s’emparer d’un stock de vingt kilogrammes d’explosifs dans les carrières de Burie en Charente-Maritime et multiplia les incendies de paille autour de l’agglomération bordelaise. Le second endommagea dans la nuit du 1er au 2 mai un garage allemand à Bordeaux. L’arrivée de Lucien Dupont contribua également à relancer la propagande communiste dans la région bordelaise. Mais devant la crainte de ses hommes à s’engager dans la lutte armée, il prit lui-même les choses en main fin mai en réalisant un attentat à Bordeaux contre deux membres de l’armée d’occupation. Dès lors, la SRAJOP, en liaison étroite avec les services de la Sipo-SD nouvellement nommé, procéda à un important ratissage dans les milieux communistes : un peu moins de 200 militants furent interpellés en Gironde et en Charente-Maritime parmi lesquels figurent les principaux adjoints de Dupont, de nombreuses armes et plusieurs milliers de tracts sont saisis.

Début juillet 1943, le PCF envoya en Gironde Armand Duvivier (alias Ducelier), délégué du comité central et responsable national des FTP pour la région Sud, pour comprendre les faiblesses de l’organisation et les difficultés du recrutement dans la région bordelaise. Appelé à succéder à Lucien Dupont, un rendez-vous fut fixé le 7 juillet 1942 à Bordeaux, à la barrière de Toulouse. Mais Duvivier fut interpellé par Poinsot tandis que Dupont réussit in extremis à éviter l’arrestation. Le lendemain, sa fiancée, Marcelle Bastien (née le 25 septembre 1922 à Reims, déportée le 29 août 1943 à Ravensbrück d’où elle est revenue), Gérard Blot, responsable de l’organisation pour la Charente-Maritime, ainsi que quatre autres militants sont appréhendés par les policiers des renseignements généraux et de la SRAJOP. L’organisation communiste en Gironde et dans les Charentes est une nouvelle fois décimée. Quant à Dupont, grillé, il regagna Paris où il fut quelques temps isolé et mis hors circuit.

Le 10 septembre 1942, il fut mis en contact, par Perron, commissaire politique de la région nord de Paris des FTP, avec Gabriel Rabot. En compagnie de ce dernier, il participa à l’attentat manqué du 19 septembre 1942 contre un autobus transportant des soldats allemands de la Lutwaffe qui se rendaient à la base aérienne du Bourget, place de la Villette puis à celui du 5 octobre 1942, avenue Jean Jaurès à Aubervilliers, qui se solda par un blessé. Les 6 et 7 octobre 1942, il distribua des tracts à l’entrée des usines Hotchkiss et Satam (La Courneuve).

Probablement dénoncé, alors qu’il devait réaliser l’attaque d’un encaisseur du Crédit Lyonnais à Paris pour s’emparer de la sacoche qui contenait de l’argent, il fut arrêté avec André Berthelot (Henri), Gabriel Rabot (Philippe) et Victor Recourat (Victor) le 16 octobre 1942. Porteur de faux papiers au nom de Georges de Villeneuve, demeurant rue du Moutier à Aubervilliers, il venait d’être nommé lieutenant par l’état major national des FTP.

Condamné à mort, il fut fusillé au fort du Mont-Valérien avec tous les résistants arrêtés dans la même affaire.

Article de Jean-Pierre Besse et Philippe Souleau

27/02/2011
Auteur : Philippe Souleau Lien : Paris 1 Histoire sociale

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Aide et sauvetage de la population juive dans les départements de la Nièvre et de la Cote-d'or pendant la Deuxième Guerre mondiale. (Aide et sauvetage de la population juive dans les départements de la Nièvre et de la Cote-d'or pendant la Deuxième Guerre mondiale. Auteur : Julie Philippe (julia.philippe@laposte.net) Éditeur : Mémoire de master en histoire contemporaine Date de publication : 19-09-2007 )
2 Gret Arnoldsen, Silence, on tue !, La Pensée universelle, 1981 (Cet ouvrage, témoignage d'un interné, rapporte sur plus d'une centaine de pages les conditions de vie au Sanatorium et quelques-unes des anecdotes plus ou moins heureuses (souvent moins) qui ont marquées son quotidien. )

Notes

- 1 - Maitron et C. Pennetier, article "Lucien Dupont" in Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier.
- 2 - Journal La voix corrézienne des 17 septembre, 4 octobre et 9 octobre 1939.
- 3 - Gilles Hennequin, Résistance en Côte d'Or. Imprimerie Darantiere.
- 4 - Jacques Canaux, Jean-François Bazin, La Bourgogne dans la seconde guerre mondiale, Ouest France
- 5 - Henri Drouot, Notes d'un Dijonnais pendant l'occupation, Éditions Universitaires de Dijon.
- 6 - Albert Ouzoulias, Les Bataillons de la Jeunesse, Les éditions Sociales, 1971. ISBN 2209053722.
- 7 - Henri Amouroux, La grande histoire des Français sous l'occupation, Édition Robert Laffont
- 8 - Paulette et Marcel Asmus, Quelques journées historiques de la Résistance Dijonnaise sous l'occupation hitlérienne, 1943.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019