Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
822 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36585 communes
95 départements et l'étranger
1204 lieux d'internement
717 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4193 Justes de France
918 résistants juifs
12253 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1274 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Bas-Rhin

Région :
Grand-Est
Département :
Bas-Rhin

Préfets :
Émile Bollaert
(11/1945 - 1947) Commissaire régional de la République pour la région de Strasbourg (Bas-Rhin et Haut-Rhin). Arrêté et déporté en Allemagne en 1944, il est désigné commissaire de la République à Strasbourg après son rapatriement (1890-1978)

À lire, à voir…

Eric Rondel Eric Rondel
L'Armée américaine en Alsace : Haut-Rhin / Bas-Rhin 1944-1945

ACHETER EN LIGNE

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Le Camp des Mazures et ses déportés juifs

 

Daniel Froville Daniel Froville
Pierre Bockel, l’aumônier de la liberté

ACHETER EN LIGNE

Max Lagarrigue Max Lagarrigue
1940, la France du repli, l'Europe de la défaite

ACHETER EN LIGNE

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Mémorial des déportés du Judenlager des Mazures

 

Médard Brogly Médard Brogly
La grande épreuve - l'Alsace sous l'Occupation Allemande 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Marie-Joseph Bopp Marie-Joseph Bopp
Histoire de l'Alsace sous l'occupation allemande, 1940 1945

ACHETER EN LIGNE

René Gutman René Gutman
Le Memorbuch - Mémorial de la Déportation et de la Résistance des Juifs du Bas-Rhin

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Henri Boccara

Texte pour ecartement lateral

Strasbourg 67000 Bas-Rhin
Date de naissance: 11/02/1928 (Paris)
Date de décès: 1944 (Rigas (Estonie))
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Henri-Boccara
Henri Boucara/Boccara
source photo : Arch. fam. Boccara
crédit photo : D.R.

Histoire

Originaires de Constantine et français grâce au décret Crémieux, Eliaou, et son fils Judas, tous deux négociants, viennent s’établir à Tunis en 1877.

Vers 1879, Judas épouse à Tunis Semha, fille du « grand verrier » Jacob Mendès Ossona.

Judas devient un antiquaire connu dans la médina et vit avec sa famille au numéro 62 rue de Marseille, dans le tout nouveau quartier « européen »

Semha et Judas Boccara vont avoir 6 enfants tous nés à Tunis :

Les familles Boucara, Boccara et Mendès Ossona appartiennent à la « Nation portugaise » ou Grana issus de la communauté juive de Livourne.
Leurs enfants font des études, puis voyagent : ainsi Jacob Jacques est à Londres en 1908, puis à Turin en 1911 avec Élie Lalou. Les fils font leur service militaire, puis ils sont mobilisés pendant la guerre de 1914-1918. Après la guerre, Élie LalouJacob Jacques et Abraham Albert se fixent à Lyon, tout en continuant à voyager pour leurs affaires.

  • Élie Lalou (1881-1945) épouse Inès née Guetta (1911-2005) en 1926. Elle est la fille de Albert Guetta (1879-1951) et de Sarah née Costa (1879-1949). Ils auront trois enfants : Mireille née le 28 avril 1928, Robert, né en 1930 et Dario né en 1933.
    Avant la guerre, ils habitent 7 rue du Marché à Strasbourg. Déplacés, ils vont rejoindre leur famille à Lyon et trouvent un appartement 19 place Tolozan.
  • Jacob Jacques (1883-1944) épouse Gilberte Rachel Mendès Ossona (1897-1935). La famille s'installe 7 rue du Marché à Strasbourg avec leurs enfants : Dario né en 1919, Simone Emma née le 8 février 1921 à Tunis, André né en 1922, Jean né en 1924 et Henri né le 11 février 1928 à Paris.
  • Émilie (1887-1962) épouse Jacob Ossona (1872-1940)
  • Rachel (1890-1973) épouse Sauveur Cohen. Ils auront une fille, Clémentine, née en 1913.
  • Dario (1893-1912).
  • Abraham Albert, commerçant, épouse à la mairie de Strasbourg Émilia, fille d’Aron Domanovicz et de Sara Rszewska, famille polonaise de Turek, établie à Strasbourg.
    Ils auront deux filles, Simone Sonia (1927-1955) et Yolande (1928-2005) qui seront élevées à Tunis après le divorce de leurs parents.
    Abraham Albert ne se remariera pas et restera vivre seul à Lyon.

Le 3 septembre 1939, la France déclare la guerre à l’Allemagne. Elle s'achève avec la signature de l’armistice le 22 juin 1940.

Pétain établit alors à Vichy un gouvernement de collaboration avec l’ennemi, collaboration qui va s’appuyer sur des lois promulguées entre octobre 1940 et février 1944, à commencer par le statut des Juifs édicté dès le 3 octobre 1940, faisant de ces derniers une catégorie à part de la population.

Pourtant, en dépit de cette ségrégation, Abraham Albert accorde du crédit au Maréchal et aux Français civilisés ayant dans le cœur la devise « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Même après l’abrogation du décret Crémieux qui lui ôte sa nationalité, Abraham Albert ne songe pas à quitter Lyon pour rejoindre Tunis où vivent ses filles. De toute façon, le statut des Juifs est appliqué dans la Régence de Tunis.

La loi du 2 juin 1941 institue même un deuxième statut vichyste des Juifs, renforcé par le décret de juillet 1941 qui exclut aussi les Juifs des professions commerciales ou industrielles. 

Jean et André, deux des frères Boccara, furent arrêtés le 14 juillet 1942 alors qu'ils prenaient part à une manifestation contre le régime de Vichy. La police releva leur identité. Ils seront relâchés deux semaines plus tard grâce à l'intervention de Julien Azario*, haut fonctionnaire de la police de Lyon.

Élie Lalou Boccara a un magasin place Bellecour et habite rue Plat à Lyon. Son beau-frère, Georges Guetta (1910-1985) est aide-comptable au magasin.
Élie Lalou Boccara a également un magasin de tapis d'Orient à Nice sur la place Albert 1er et un grand appartement où habitent le frère de Marguerite, Louis Delasalle et sa femme Pauline, ainsi qu'un grand magasin à Alger rue Michelet.
Élie Boccara est dénoncé par un de ses employés qui l'accuse de fraude fiscale, au prétexte qu'il n'aurait pas déclaré son stock le plus précieux. Le 20 novembre 1943, Élie est arrêté par la Gestapo à son domicile à Lyon pour « activité anti-allemande », avec son beau-frère, Armand CohenÉlie Lalou est déporté sans retour par le convoi n° 63 vers le camp de Swietochlowice.

Armand Cohen, né le 9 septembre 1909 à Salonique (Grèce). Il habitait 6, rue de l'Hôtel de Ville à Lyon avec son épouse Jeanne Esther Cohen et leur fils.
Armand Cohen est torturé pour faits de résistance puis fusillé le 24 novembre 1943 dans les caves de l’École de la Santé à Lyon.

Inès Boccara, l'épouse d'Élie Lalou et leurs trois enfants, MireilleRobert et Dario né en 1933 et Jeanne Esther Cohen, l'épouse d'Armand Cohen et leur fils réussissent à fuir par les petites cours et sont cachées par Mathilde Khenaffou* dont le mari est juif. Environ un mois plus tard, un collègue de Charles Khenaffou leur trouve une cachette à Lachapelle-sous-Chanéac (Ardèche) où ils vont vivre jusqu’à la Libération avec Mathilde Khenaffou*. Quant à Charles, recherché, il restera caché.

Le reste de la famille n’est pas épargné.

Le 2 mai 1944, Jacob Jacques est arrêté à son domicile de Lyon, 19, place Tolozan avec deux de ses enfants : Simone Emma, 23 ans, et Henri, 14 ans. Ils seront déportés sans retour de Drancy à Auschwitz par le convoi n° 74.

En 1944, Abraham Albert vit au 39 rue Neyret, au cœur des pentes de la Croix Rousse dans le premier arrondissement de Lyon. Il est arrêté parce que juif le 26 juin 1944 et interné dans « la baraque aux juifs » à la prison militaire de Montluc à Lyon. Transféré quelques jours plus tard à Drancy, il sera déporté sans retour à Auschwitz par le convoi numéro 77 du 31 juillet 1944.

12/02/2020

asso 12101

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.
Paul Ernest dit Paul Bourson Farouche opposant au régime nazi, Exposé 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE - terminal
Article extrait d'une étude généalogique sur la famille BOURSON de Vigy (Moselle) et alliés (http://majoresorum.eklablog.com)


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Memorbuch (Mémorial des Juifs du Bas-Rhin )
2 Journal de guerre de Charles Altorffer
3 Actes du colloques de Metz (Annexion et nazification en Europe, Actes du colloques de Metz, 2003 )
4 Site officiel de la Commune de Montigny-les-Monts
5 Site non officiel de la commune d' Auxon (Site non officiel de la commune d' Auxon.
Démarches administratives, histoire du village, cartes postales et photos anciennes.
)
6 Saint-Dizier la période 1939-1945 en photos (La ville de Haute-Marne la période 1939-1945 en photos )
7 Histoire de Lièpvre de 1870 à 1945.
8 Le grands entretiens : André Kahn (Né en 1929 dans la bourgade alsacienne de Schirrhoffen, André Kahn est un rescapé de la Shoah. Evacué en train en janvier 1945 en direction de Gusen II, camp annexe de Mauthausen, puis à pied en avril vers Bergen-Belsen, André Kahn y est libéré par l'armée britannique et rapatrié le 5 juin à l'hôtel parisien Lutetia. )
9 Les grands entretiens : Denise Swaab-Kahn (Née en 1927 dans la bourgade alsacienne de Schirrhoffen, Denise Kahn est une rescapée de la Shoah. Rapatriée en juin 1945 à l'hôtel Lutetia à Paris. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019