La bibliothèque de l'AJPN est en partie en vente, retrouvez le catalogue sur Amazon en cliquant ICI...
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
328 annonces de recherche Actualités  -  Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
636 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
742 résistants juifs
8768 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Texte pour ecartement lateral

Hanna Dawidowicz

Texte pour ecartement lateral

Béthune 62400 Pas-de-Calais
Nom de naissance: Chana Fradla Gliksman
Nom d'épouse: Dawidowicz

Aidé ou sauvé par : - Alice Caine - Henri Caine - Paulette Caine Ruben
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]


Histoire

Joseph et Hanna Dawidowicz arrivent en France de Pologne en 1919.
Ils arrivent à Roost-Warendin, près de Douai, où ils tiennent une petite épicerie après avoir passé quelques temps à Nancy et dans la région de Verdun.
En 1936, les Dawidowicz, s'installent à Béthune et Joseph ouvre un magasin de vêtements pour dames, "La femme chic", au 8, rue des Treilles.

Après le 10 mai 1940 et l'invasion de la Belgique par les troupes allemandes, la famille prend la route de l'exode et se rend à Noisy-le-Grand chez M. Jablon, un ami de Joseph.

Il n'est pas possible de rejoindre Béthune en raison de l'avancée allemande et les Dawidowicz décident de franchir la Loire pour rejoindre des cousins à Angoulême.
Ils y passent une nuit et reprenne la route vers le Sud.
Ils passent quelques jours à Cognac et reprennent la route vers Bordeaux.
Joseph cherche en vain un bateau en partance pour l'Afrique, mais le 17 juin 1940, le maréchal Pétain demande l'Armistice et toutes les liaisons pour rejoindre l'étranger sont coupées.
Il ne reste plus alors qu'à rentrer à Béthune.

Joseph et Jean rentrent avec la camionnette, tandis que Hanna et les autres enfants rentrent par le train.

En arrivant à Béthune, en zone occupée, Joseph retrouve le magasin qui a été entièrement pillé. Il le remet en état et les enfants reprennent le chemin de l'école.

Joseph et son fils aîné, Jean, s'engagent auprès de la résistance.
C'est ainsi que Joseph et Hanna sont informés que les Juifs de Béthune seront arrêtés le 16 décembre 1940 par la police française, un an et demi avant la rafle du Vel d'Hiv de juillet 1942.

Hanna décide que la famille doit se séparer. Elle envoie chercher les enfants qui sont déjà parti à l'école.
Jean prend le train pour Paris, Simon et Fanny sont envoyés chez Fortuné* et Louise Delestrez* qui habitent au dessus de la mairie, toute proche, Joseph, Hanna et Jenny vont se réfugier à Nœud-les-Mines, chez Henri* et Alice Caine*, une famille qui leur a été recommandée par la résistance.

Lorsque les Allemands arrivent pour arrêter la famille, ils ne trouvent personne.
Le magasin est liquidé par les commissaires aux affaires juives chargés de vendre le stock et tout ce qui se trouve dans le magasin, comptoir, meubles, matériel... Ce sont les voisins et amis des Dawidowicz qui achèteront tout.

Chez Fortuné* et Louise Delestrez*, les policiers passent régulièrement prendre une tasse de café avec un peu d'eau de vie. La consigne est alors que Fanny et son frère Simon se cachent sous la toile cirée de la table du séjour.

A la fin du mois de janvier 1941, les Dawidowicz rentrent dans la clandestinité. Ils font une escale à Paris et s'installent à l'hôtel de Douvres.
Il s'agit maintenant de récupérer Fanny et Simon.
Roger Delestrez* les cache dans des sacs de pommes de terre pour les faire sortir de l'appartement, situé juste en face de la Kommandanture. Ils sont chargés dans un camion conduit par leur frère Jean et des résistants. Ils franchissent la ligne de démarcation grâce à l'aide d'un paysan qui les fait monter dans sa carriole et bénéficie d'un laisser-passer. Ils rejoignent alors leurs parents à Paris.

Un mois plus tard, Joseph et Hanna organisent le départ de la famille vers Pau, situé en zone libre.
Les Dawidowicz y louent un appartement et les enfants reprennent le chemin de l'école.

Hanna Dawidowicz demande à son fils Jean d'aller chercher sa sœur, son mari et leurs cinq enfants restés à Douai et le frère de Joseph, son épouse et leurs trois enfants restés à Avon (Pas-de-Calais).
Jean ne parviendra pas à les convaincre. Le 11 septembre 1942, 528 Juifs de Lens et des environs sont déportés sans retour.

Jean et sa fiancée, Charlotte, partent à Nice.

Le 11 novembre 1942, les Allemands envahissent la zone libre.
Les Dawidowicz ne se sentent plus en sécurité. Ils cherchent un abri pour Jenny, Fanny et Simon.

Les parents d'un camarade de Jenny leur conseille de s'adresser à Me Cadier, avocat, résistant, qui aide les juifs à passer la frontière espagnole.

Me Cadier les dirige vers Lagor, chez les Mousques, une famille protestante. Ils sont d'abord accueillis par la famille Laborde.
Il est ensuite décidé de les envoyer chez le neveu de Me Cadier, Yves Cadier*, qui habite à Latapie avec son épouse Yvette*, la fille des Mousques, et leurs trois enfants âgés de 6 mois à 3 ans, Françoise, Hélène et André.
Jenny retournera chez les Mousques, tandis que Fanny et Simon resteront chez les Cadier* jusqu'en 1944.
Dans son témoignage après la guerre, Fanny déclara que ses meilleurs souvenirs d’enfance datent de l’époque où elle vivait chez les Cadier*.

Joseph et Hanna réussissent à partir près de Grenoble et s'installent à Tullins-Fures.

Il n’est pas possible d’envoyer les enfants à l’école, c’est donc Yvette* qui leur donne des leçons de français, d’arithmétique, d’histoire et de géographie.

Suite à une dénonciation, les Allemands arrivent à Latappy à la recherche de deux enfants juifs. Les Cadier*, notables, très respecté, sont prévenu par la gendarmerie. Yvette* cache les enfants au grenier et les sauve avec un aplomb mémorable.
Les allemands reviennent une deuxième fois. Yves Cadier*, qui les voit arriver de loin, emmène les deux enfants dans les bois jusqu’à la tombée de la nuit.

Le danger devient d’autant plus grand que la maison sert de relais pour les membres des réseaux clandestins transitant dans la région. Fanny et son frère Simon doivent partir.

Yves* ramène alors les enfants par le train, rejoindre leurs parents et Jenny à Tullins-Fures.
Jenny et Fanny sont inscrites sous de faux noms à l'école ménagère de Bourgoin dont la directrice faisait partie d'un réseau de résistance. Elles rentrent à Tullins-Fures pour les vacances.

A Tullins-Fures la famille dispose de faux papiers.
Joseph Dawidowicz devient Mamri Ahmed, né à Oran. Hanna s'appelle Mme Rivière. Jenny et Fanny sont devenues Duroc, tandis que Simon s'appelle Simon Ginet. Ils ont pris soin de louer une cabane à Saint-Quentin, au bord de l'Isère, si jamais...

Simon va passer le Certificat d'études à Tullins-Fures sous sa véritable identité... et le réussir.

En 1944, peu avant la Libération, les Dawidowicz vont se réfugier à Saint-Quentin. Là une vérification d'identité risque de mal tourner, mais les Dawidowicz auront de la chance.

Quelques jours après c'est le débarquement allié et puis la Libération.

A la Libération, les Dawidowicz rentrent à Béthune. Le magasin est occupé par des employés de la mairie, mais Joseph parvient à les récupérer, non sans mal et à récupérer le mobilier du magasin mis de côté par les amis et voisins.

05/11/2010

asso 2365

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.

Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

En savoir plus…

Les persécutions des Juifs victimes de la Solution Finale à Berck sur Mer pendant la 2de Guerre mondiale , Mémoire ou thèse 60 pages, réalisation 2014
Auteur : Cyril Brossard - terminal
Étude réalisée à la suite d'un voyage d'études à Auschwitz-Birkenau et suite à une demande d'élèves de Terminales ES du lycée Jan Lavezzari. Etude qui sert aussi à la préparation au CNRD 2014-2015 dont le thème est la découverte des camps de concentration, le retour des déportés et la découverte du système concentrationnaire nazi.
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie , Mémoire ou thèse 148 pages, réalisation 2009
Auteurs : Frédéric Viey, Franck d'Almeyda
Cette Histoire des Juifs du Nord et de Picardie relate le quotidien des Juifs dans le Nord de la France à partir du Moyen-Âge jusqu'à nos jours. Durant la Seconde Guerre Mondiale, les Communautés Juives de ces régions ont payé un lourd tribu en perte humaine : la déportation et l'exécution après être passé par le Camp des Malines. Aujourd'hui dans toutes les Communautés un monument rappelle les sacrifices faits par le Peuple Juifs. Après la Seconde Guerre Mondiale, la population juive de France est exsangue. Les survivants vont essayer de faire revivre leur patrimoine religieux et culturel.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 la Famille Angel (Histoire tragique d'une famille qui a tenté d'échapper à son destin en se sauvant de Lille, vers la Loire Atlantique )


Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


 
Pas-de-Calais

Région :
Nord-Pas-de-Calais
Département :
Pas-de-Calais

Préfets :
Gabriel Rochard
(1933-1940 )
Amédée Bussière
(1940-1942 )
Jean-Marcel Daugy
(1942 )
André Sadon
(1943 )
Alexandre Pujes
(Fév. 1944 )
Jean Cabouat
(09/1944-12 )
Pierre Ancel
(1944-1945 )
Marcel Lanquetin
(1945-1946 )
Georges Phalempin
(1946-1958 )

À lire, à voir…

Gabriel Deboffe Gabriel Deboffe
Résister en Artois - Le secteur Sauge 1943-1945

ACHETER EN LIGNE

Étienne Dejonghe Étienne Dejonghe
Yves Le Maner
Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

André Coilliot André Coilliot
Sombres jours de mai 1940 - Arras et sa région

ACHETER EN LIGNE

Nicolas Mariot Nicolas Mariot
Claire Zalc
Face à la persécution. 991 Juifs dans la guerre

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]
Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
| Informations légales | Remerciements |
 
27 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2014