Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
780 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
710 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4177 Justes de France
920 résistants juifs
11909 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Rhône

Région :
Auvergne-Rhône-Alpes
Département :
Rhône

Préfets :
Alexandre Angeli
(1940 - 1944) Alexandre Benoît Joseph Angeli, Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1893-1962) (1893-1962)
(24/01/1944 - 05/1944) Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire). Résistant, dénoncé par la Milice, il est arrêté par la Gestapo et déporté à Neuengamme (1899-1945).
André Boutemy
(1944 - 1944) Préfet régional de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1905-1959)
Yves Farge
(1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Lyon (Ardèche, Drôme, Haute-Savoie, Isère, Loire, Rhône, Savoie et les parties non-occupées de l'Ain, du Jura et de Saône-et-Loire) (1899-1953)
Henri Longchambon
(1944 - 1946) Préfet du Rhône puis commissaire de la République pour la région Rhône-Alpes (1896-1969)

À lire, à voir…

Gilles Lévy Gilles Lévy
L'Auvergne des années noires 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Évelyne Py Évelyne Py
Un été sous les bombes - Givors, Grigny, Chasse 1944

ACHETER EN LIGNE

Bruno Doucey Bruno Doucey
Si tu parles, Marianne

ACHETER EN LIGNE

Roger Zannelli Roger Zannelli
Résistant à seize ans

ACHETER EN LIGNE

Pierre Péan Pierre Péan
Lydie Bastien, la diabolique de Caluire

ACHETER EN LIGNE

André Besson André Besson
Clandestins de la Liberté. Ligne de démarcation et frontière suisse. 1940-1944.

ACHETER EN LIGNE

Jean-William Dereymez Jean-William Dereymez
Le refuge et le piège : Les Juifs dans les Alpes : 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Robert Serre Robert Serre
Vincent Giraudier
Hervé Mauran
Jean Sauvageon
Des indésirables

 

Bruno  Permezel Bruno Permezel
Résistants à Lyon, Villeurbanne et aux alentours - 2824 engagements

ACHETER EN LIGNE

Georges Garel Georges Garel
Katy Hazan
Élise Garel
Le sauvetage des enfants par l'OSE

ACHETER EN LIGNE

Guy Sanglerat Guy Sanglerat
Parcours d'un étudiant dans la Résistance. De Lyon à Annecy

ACHETER EN LIGNE

Nicolas Andry Nicolas Andry
Objectif Lyon

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Claude Kahn

Texte pour ecartement lateral

Lyon 69000 Rhône
Date de naissance: 01/05/1937 (Roubaix)

Nationalité : Français
Aidé ou sauvé par : - Émilienne Goutaret - Jean Goutaret - Auguste Pfister - Hélène Pfister
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Claude-Kahn
Martha Kahn et son fils Claude
source photo : Coll. Archives départementales du Rhône
crédit photo : D.R.

Histoire

Walter Kahn est né le 12 novembre 1905 à St. Wendel (Sarre).
Son père Jacob Kahn, sa mère Sophie née Stern.
Walter Kahn a une sœur ainée Herta née en 1904.
De 1911 à 1923 il est élève au lycée de St Wendel.
De 1923 au 31 juillet 1934 il effectue différents emplois dans la confection successivement à Neunkirschen, puis Francfort (Allemagne) et enfin à Sarrebruck.

En France : 1934 - 1944
Après de fréquents séjours en France en tant que voyageur de commerce, Walter Kahn immigre le 30 août 1934 avant le référendum du 13 janvier 1935 à la suite duquel la Sarre a voté son rattachement à l’Allemagne nazie.
Avant de venir en France il a demandé la nationalité française, mais sa demande a été ajournée.
Il suit des cours de perfectionnement de français pour étudiants étrangers à l’Université de Grenoble durant l’été 1934.
Du 6 novembre 1934 au 8 mai 1936 il travaille comme stagiaire à la Société Roubaisienne des Grands Bazars Modernes ou UNIFIX à Roubaix, société essentiellement familiale.
A partir du 8 mai 1936, Walter Kahn devient administrateur de ladite société UNIFIX, société importante de vente au détail de produits et articles manufacturés les plus divers, dans laquelle travaillent 62 employés. Cette société considérée comme juive est « aryanisée » au début de la guerre.
Marié le 8 mai 1935 à La Madeleine (près de Lille) avec Martha née Hanau le 14 janvier 1907 à Fraulautern (Sarre). Elle est de nationalité française, (nationalité recouvrée en vertu du Traité de Paix du 28 juin 1919).
Le 1er mai 1937 naissance de son fils Claude à Roubaix de nationalité française par déclaration souscrite devant le Juge de Paix de Roubaix.
Dès le début de la guerre le 16 septembre 1939, Walter Kahn en tant que réfugié sarrois souscrit un engagement volontaire pour la durée de la guerre par devant le bureau de recrutement de l’armée française à Lille, afin de pouvoir s’engager dans un corps militaire français.
Sa demande de participer au service actif est rejetée, mais le 3 février 1940 l’armée le déclare néanmoins comme étant « apte aux prestations », ce qui consiste pour un étranger bénéficiaire du droit d’asile d’être obligé dans le cadre de l’armée, d’effectuer des travaux d’intérêt général comme ouvrier.
Jusqu’au 24 mai 1940 il est domicilié avec son épouse et son fils à Croix (Nord) qu’il quitte pour habiter à Limoges (Haute-Vienne).
Suivant les instructions militaires reçues, Walter Kahn se présente au Camp de la Braconne près de Brie en Charente où il reste jusqu’à sa dissolution quelques jours avant l’armistice du 22 juin 1940.
Le 29 juillet 1940 il est affecté au 313e Groupe de Travailleurs Etrangers (GTE) à Saint-Sauveur en Haute-Vienne, sous le n° de matricule 347 et libéré le 24 septembre1940.
Après sa démobilisation, Walter Kahn rejoint son épouse et son fils à Limoges et habite avec sa belle-sœur Gertrude Michel et son beau-père Ferdinand Hanau. En 1941, Il seconde sa belle-sœur pour la création de la « Maison Duchesse » fabrique de bouchées de fruits dans laquelle il travaille comme ouvrier-confiseur.
En 1942 pour fuir le danger croissant, les arrestations étant de plus en plus fréquentes à Limoges pour les juifs, Walter Kahn part avec son épouse et son fils en zone libre à Lyon. Ils vivent cachés dans une mansarde 26 rue Sala, sous le faux nom de Rahn.
Il travaille un certain temps dans une entreprise de métallurgie sous le faux nom d’Albert Rahn.

Arrestation et Déportation
Le 3 juillet 1944 lors d’une promenade sur la place Bellecour en plein centre de Lyon, arrestation de Walter Kahn par deux miliciens en présence de son épouse et de son fils.
Son épouse Martha est arrêtée plus tard le même jour à Lyon mais dans des circonstances inconnues, après avoir pu confier son fils le petit Claude âgé de 7 ans à ses épiciers Émilienne* et Jean Goutaret*.
Walter Kahn est détenu le 3 juillet 1944 au Fort Montluc à Lyon sous le n° de matricule 377-737 (lieu de détention de Jean Moulin).
Il réussit à envoyer une carte postale de la Croix-Rouge Française (exceptionnel pour un juif) à la propriétaire de son logement en lui demandant de lui faire parvenir une valise avec des objets de première nécessité.
Son épouse Martha est également internée le 3 juillet 1944 au Fort Montluc.
Le 25 juillet 1944 Walter et Martha sont transférés au camp de Drancy.
Walter Kahn y est immatriculé sous le n° 25909 et Martha sous le n° 25910.
Le reçu n° 6718 de Drancy daté du 25 juillet 1944, note que Walter Kahn était en possession de la somme de 3240 francs et d’une montre dame en or.
Walter Kahn et son épouse Martha sont déportés le 31 juillet 1944 par le convoi n° 77 comportant 1300 personnes et sont arrivés au camp de concentration d’Auschwitz sans doute le 3 août 1944.
Selon le Musée d’Etat d’Auschwitz-Birkenau, les documents conservés au camp ne permettent pas de connaitre avec exactitude le sort qui a été celui de Walter Kahn et de son épouse Martha, mais tous deux sont décédés à Auschwitz.
C’est après la guerre en 1948, que le tribunal civil de Lyon a déclaré Walter Kahn décédé à Auschwitz le 5 août 1944.
Walter Kahn était âgé de 39 ans, Martha était âgée de 37 ans et laissaient seul leur fils Claude âgé seulement de 7 ans…

Après la guerre
Claude a survécu et a été recueilli et élevé par Gertrude Michel la sœur de sa mère et son mari André Michel avec leurs deux fils.
Claude a été adopté comme Pupille de la Nation, par jugement du 19 avril 1950, père et mère ayant été déclarés « Morts pour la France ».

Claude est devenu médecin pédiatre et s’est marié avec Nadine née Finkelsztejn le 4 juillet 1963 à Nancy et ont eu trois filles Myriam, Ariella et Dvorah.
Avec leurs enfants ils ont faits leur alya en Israël le 7 août 1979 et demeurent actuellement à Herzliya. Leur famille s’est agrandie depuis de 11 petits enfants.

Faits complémentaires
Il s’est avéré que Walter Kahn a été dénoncé en tant que juif par un collègue de travail qui a avoué avoir aussi dénoncé d’autres personnes. Il a été exécuté à la Libération. Cette information provient d’un membre de la Résistance.
Dans la mansarde mitoyenne de celle de la famille Kahn à Lyon, habitaient un couple de sourds et muets M et Mme Gilbert Put. Ils ont été témoins que Martha Kahn après son arrestation était revenue encadrée de miliciens pour fouiller les lieux.
En cachant le petit Claude âgé de 7 ans, Émilienne* et Jean Goutaret* se sont mis doublement en danger, car ce dernier était prisonnier de guerre évadé.
C’est suite à la visite de miliciens bien renseignés venus les questionner où était le petit Claude, qu’ils ont décidés de le mettre en sécurité en le confiant à la sœur de Jean et son mari, Hélène* et Auguste Pfister* habitant à Chaponost dans la campagne lyonnaise, famille ayant déjà six enfants.
C’est à Lyon le 20 juillet 1976, que Émilienne* et Jean Goutaret* ainsi qu’Hélène* et Auguste Pfister* se sont vus remettre par le Consul d’Israël à Lyon « la Médaille des Justes » de Yad Vashem (Jérusalem) et un certificat d’honneur, pour avoir sauvé au péril de leur vie le petit Claude.
Pour honorer ces « Justes parmi les Nations » des arbres ont été plantés par Claude en leurs noms au Mémorial de Yad Vashem dans les allées des Justes à Jérusalem.
Enfin, le 19 novembre 2012 sa ville de naissance St. Wendel a rendu hommage à Walter Kahn  en encastrant au sol près de son dernier domicile connu Brühlstrasse 9 « une pierre d’achoppement », pavé du souvenir gravé à son nom.
Herzliya (Israël), le 7 février 2017 

Claude et Nadien Kah Convoi 77

11/09/2018

asso 10476

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Blog sur quelques Justes et sur le livre (Blog hébergé par la Tribune de Genève sur quelques justes honorés par Yad Vashem sur l'intervention du délégué pour la Suisse et la région frontalière Ain et Haute-Savoie, Herbert Herz, ainsi que sur divers événements organisés autour de la parution du livre "Mon combat dans la Résistance FTP-MOI" )
2 Le site du poète Pierre Emmanuel (Le site officiel du poète Pierre Emmanuel. Vous y trouverez aussi des pages sur sa vie et son action à Dieulefit durant la guerre, à Beauvallon, puis à la Roseraie. )
3 Guy Sanglerat, ancien membre du Coq Enchaîné (Le Coq Enchaîné était un réseau de résistance de la région qui pendant l'occupation allemande rassemblait des syndicalistes, des socialistes et des radicaux de la mouvance d’Édouard Herriot. Membre du réseau, Guy Sanglerat publie ses souvenirs.. )
4 Le Coq enchaîné (Le Coq enchaîné : un journal clandestin sous l'occupation allemande. Le premier numéro fait son apparition en mars 1942. Les membres du Coq Enchaîné mèneront aussi des actions de résistance. Il a compté jusqu'à 400 membres. Le réseau sera décimé en 1943. Guy Sanglerat raconte ... )
5 Les archives du conseil général de Savoie (La liste des 168 "travailleurs israëlites" en partance de Ruffieux, établie le 24 Août 1942. )
6 Là où coule le Gier (La guerre, énorme chaos bouleversant les vies. Tel est le décor dans lequel évoluent René et Aima. De leur jeunesse à leurs combats, l'auteur nous invite à les suivre dans cette aventure où chacun fera preuve d'un courage incroyable. Ce roman, basé sur des faits réels, nous emmène de la Vallée du Gier dans la Loire à Clermont-Ferrand et nous fait traverser certains camps de concentration en Allemagne en suivant le parcours de deux jeunes gens que la vie a forgé pour combattre aussi bien dans l'univers ouvrier des années 30 que pendant la seconde guerre mondiale avec leur implication dans la résistance. Cette plongée dans le passé a nécessité de nombreuses recherches suivies d'une longue enquête menée sur la vie de ces deux personnages. )
7 Marianne Cohn (Page dédiée à Marianne Cohn et à ses compagnons de résistance. Un mois avant d"être arrêtée, elle a sauvé ma tante Eva et mon père Maurice Finkelstein )
8 L'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 (Page consacrée à l'ouvrage "L'attentat de la Poterne, un drame au cœur de Clermont" (2015).
Cette étude sur l'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 recoupe des documents d'archive à des témoignages oraux et écrits. Elle reprend de manière chronologique les évènements, de l'attentat de résistants sur un détachement allemands à l'immensité des représailles qui ont suivi : incendie d'immeubles, nombreuses arrestations, déportations et condamnations à mort. )
9 "Objectif Lyon !"
10 Laurent Neury, l'espoir au bout du pont. Histoire et mémoire de la filière de Douvaine, Cabedita, 2019
11 L'abbé André Payot, résistant et chef de réseau (Biographie détaillée d'André Payot et de ses activités de résistant durant la seconde guerre mondiale à Chamonix et Vallorcine (Haute-Savoie). Livre écrit par Jean-Luc de Uffredi, publié en 2019 aux éditions les Passionnés de bouquins. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019