Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
779 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
710 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4177 Justes de France
920 résistants juifs
11887 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Lot

Région :
Occitanie
Département :
Lot

Préfets :
Maurice Bezagu
(05/02/1940 - 14/11/1941)
Robert Dumas
(17/08/1944 - 04/01/1946)
Jean Cabouat
(22/05/1937 - 05/02/1940) Préfet du Lot
Antoine Petit
(14/11/1941 - 19/02/1944) Antoine Loïc Petit, Préfet du Lot
Frédéric Empayatz
(19/02/1944 - 17/08/1944) Préfet du Lot

À lire, à voir…

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Régine Laparade Régine Laparade
Le Bois de mon père

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Berthe Nasinec Pépiriot

Texte pour ecartement lateral

Saint-Céré 46400 Lot
Nom de naissance: Bozina Nasinec
Nom d'épouse: Pépiriot
Date de naissance: 03/01/1907 (Tchécoslovaquie)
Date de décès: 1963 (La Frette-sur-Seine (98))
Nationalité : Française
Profession: Coiffeuse
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Berthe-Nasinec-Pepiriot
Berthe Nasinec Pépiriot
source photo : Arch.
crédit photo : D.R.
Berthe-Nasinec-Pepiriot
Plaque déposée à Saint-Céré le 8 juin 2011
source photo : Arch.
crédit photo : D.R.
Histoire
Bozina Nasinec est née le 3 janvier 1907, près de Prague.
En 1933, elle se marie à Paris avec Robert Pépiriot.
En 1934, quand Robert décide de succéder à son père, coiffeur à Saint-Céré, sa femme et sa petite-fille Mila, deviennent Berthe et Jeanine.

Le 8 juin 1944, la division SS Das Reich rentre dans Saint-Céré. Trois maquisards sont pris au piège et s'enfuient dans Saint-Céré. Le quartier est cerné. Quarante otages, en majorité des femmes et des enfants, sont rassemblés en haut du boulevard Gambetta. Adolf Dieckmann, qui commande le détachement et qui sera, deux jours plus tard, le bourreau d'Oradour-sur-Glanes, s'apprête à exécuter le groupe pour non-dénonciation. C'est alors que Berthe Nasinec Pépiriot, coiffeuse à Saint-Céré, née à Prague, s'adresse à lui, en allemand. Surpris par le courage de cette femme, il engage le dialogue. Après 4 heures d'âpres négociations, les otages sont enfin libérés. L'officier allemand renvoie Berthe avec cette phrase "Madame, vous êtes très courageuse, toutes ces personnes vous doivent la vie."

Le 8 juin 2011, à l'initiative de l'association des Amis du Pays de Saint-Céré et de la municipalité, une plaque a été apposée sur la façade de l'immeuble boulevard Gambetta où Berthe Nasinec Pépiriot avait son salon de coiffure.

05/08/2011

[Compléter l'article]

Association des Amis du Pays de Saint-Céré

Discours prononcé par M. Mohamed Saadallah, sous-préfet de Figeac, à l'occasion du dévoilement de la plaque à la mémoire de Berthe Nasinec Pépiriot

Nous sommes réunis ici, grâce à l’initiative prise par M. Jean-Louis Magnaval, animateur de la commission "patrimoine" de l’association des Amis du Pays de Saint-Céré, que je tiens à remercier très sincèrement pour avoir su rassembler les énergies et les concours nécessaires afin que ne tombe dans un total oubli, l’histoire de Berthe Pépiriot.
Je tiens également à vous remercier, Monsieur le Maire, d’avoir accompagné un tel projet et permis ainsi cette manifestation du souvenir.
Car l’histoire de Berthe Pépiriot, qui vient d’être rappelée, méritait assurément d’être honorée, ne serait-ce que pour souligner qu’il n’est jamais trop tard.
Aujourd’hui, nous honorons sa mémoire, certes — mais surtout, nous devons nous imprégner de ses gestes.
Que nous dit, aujourd’hui, Berthe Pépiriot ?
Qu’il n’y a pas, d’abord, de petits gestes de résistance.
Berthe Pépiriot n’a pas porté les armes, elle n’a plastiqué ni train, ni pont, elle n’a pas attaqué de convois allemands.
Elle a, comme beaucoup d’autres, apporté sa pierre à l’édifice de la Résistance — sans violence, par humanité, avec simplicité.
Elle nous montre, ensuite, le pouvoir de la parole.
Berthe Pépiriot a, en somme, caché des hommes recherchés par les nazis. Mais elle les a cachés par ses mots, dans ses mots. Elle a, par sa seule parole, désamorcé la violence. C’est là un véritable triomphe sur la barbarie.
Pour les nazis, une seule parole existait — celle du chef. La parole n’était pour eux aucunement échange — elle était seulement impérative, faite d’ordres, d’interdictions, de stigmatisation.
Pour les nazis, les mots n’étaient jamais que des éléments d’un processus de mort : le simple mot juif, le simple mot tzigane, le simple mot résistant — et tant d’autres — valaient condamnation à mort.
Les nazis, par les mots, réduisaient les individus à des catégories. Par cet usage des mots, un homme cessait d’être un homme, pour n’être plus qu’un type, qu’un cliché, qu’une anecdote.
Par cet usage des mots, un homme cessait d’être professeur ou boulanger, citadin ou paysan, grand ou petit, il cessait d’être cette infinité de détails et de qualités qui sont l’humanité — pour n’être plus qu’un attribut — pour n’être plus que juif, tzigane, communiste, homosexuel.
Berthe Pépiriot, a parlé, a parlé longuement, elle a utilisé le langage pour ce qu’il est — une part de la vie, et non un outil de mort.
Berthe Pépiriot nous apprend, également, à ne pas avoir peur. Alors qu’elle avait tout pour avoir peur. Elle était étrangère, elle était femme.
Venue d’une zone frontalière de Tchécoslovaquie, les Sudètes, annexée par les Allemands — elle était Allemande pour les Français, et Tchèque pour les Allemands. Elle était une exilée, une déracinée.
Et, dans la société des années quarante, où les femmes n’avaient pas encore accédé à l’égalité des droits, la place d’une femme n’était pas sur le devant de la scène.
Il faut donc imaginer ce que signifiait le geste de Berthe Pépiriot — elle prenait la parole, alors qu’elle était une femme, dans une société où les femmes vivaient dans l’ombre de leurs époux; alors même que son accent rappelait qu’elle était une étrangère, dans une société où le racisme avait force légale.
Pourtant, elle parla.
Plus encore, elle parla à l’officier SS avec le langage de la raison, de l’humanité.
Ni invective, ni geste de bravoure suicidaire. Elle parla, parce qu’elle n’avait pas peur — et qu’elle avait confiance dans cette capacité qu’ont les êtres humains de transformer les choses, et les destins, par la parole.
Elle nous apprend ainsi à dépasser nos peurs — et à nous parler les uns aux autres.
C’est à cela, aujourd’hui, qu’il est juste de rendre un hommage appuyé et mérité, à une personnalité méconnue de Saint-Céré et qui voit maintenant son nom gravé sur une façade de cette ville.
Votre présence Monsieur le Maire, ainsi que celle de nombreux élus auprès des membres de l’association des Amis du Pays de Saint-Céré atténue les années d’oubli et permet à Berthe Pépiriot d’obtenir la reconnaissance pour son courage qui a permis de sauver des vies humaines.
Cela s’est passé ici à Saint-Céré, voilà maintenant 67 ans.


Source : Bulletin de l’Association des Amis du Pays de Saint-Céré, n° 55, juin 2011.

05/08/2011

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal



Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
2 Berthe Pépiriot-Saint-Céré-8 juin 1944
3 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
4 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
5 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
6 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
7

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019