Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
91 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
37224 communes
95 départements et l'étranger
1212 lieux d'internement
726 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4222 Justes de France
916 résistants juifs
13861 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant caché
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1282 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Moselle

Région :
Grand-Est
Département :
Moselle

Préfets :
(10/03/1939 - 09/06/1944) Préfet de la Moselle puis chargé des expulsés répartis dans les départements de zone libre à Montauban
(1945 - 1947) Préfet de Moselle.

À lire, à voir…

Max Lagarrigue Max Lagarrigue
1940, la France du repli, l'Europe de la défaite

ACHETER EN LIGNE

Daniel Froville Daniel Froville
Pierre Bockel, l’aumônier de la liberté

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Un exil intérieur : l'évacuation des Mosellans de septembre 1939 à octobre 1940

ACHETER EN LIGNE

Eric Rondel Eric Rondel
L'Armée américaine en Alsace : Haut-Rhin / Bas-Rhin 1944-1945

ACHETER EN LIGNE

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Le Camp des Mazures et ses déportés juifs

 

Marie-Joseph Bopp Marie-Joseph Bopp
Histoire de l'Alsace sous l'occupation allemande, 1940 1945

ACHETER EN LIGNE

Médard Brogly Médard Brogly
La grande épreuve - l'Alsace sous l'Occupation Allemande 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Mémorial des déportés du Judenlager des Mazures

 
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Anne Drabinowski

Texte pour ecartement lateral

Metz 57000 Moselle
Nom de naissance: Drabinowski
Date de naissance: 1926 (Metz)
Aidé ou sauvé par : - Fernand Peyronnet
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]


Histoire

Fernand Peyronnet*, jeune agriculteur, vivait à Festalemps. Le village était situé à quelques kilomètres de la ligne de démarcation.

Festalemps, plusieurs famille juives sont assignées à résidence et leurs enfants sont inscrits à l'école du village sous la responsabilité d'Henri Neyrat, l'instituteur.

Au départ, il fallut évacuer en zone non occupée les joueurs des Girondins de Bordeaux. L’instituteur alla voir Fernand Peyronnet*, footballeur lui aussi, qui connaissait le moindre brin d’herbe de Festalemps, commune sur la ligne de démarcation.

Lorsque parvint la nouvelle des ravages de la rafle massive des Juifs dite du Vel d’Hiv à Paris en juillet 1942, l’une des réfugiées juives, Anne Drabinowski, 17 ans, confia au jeune instituteur la décision de ses parents, Chaja et Jukiel Drabinowski de franchir la ligne de démarcation toute proche avec leurs trois enfants, Anne née en 1926, Armand, né en 1929 et Isidore né en 1930.

Henri Neyrat mit la jeune fille en rapports avec son ami, Fernand Peyronnet*. 
Très bien informé de tous les itinéraires du secteur et des parcours empruntés par les patrouilles allemandes, l’agriculteur sportif s’improvisa en passeur bénévole, empressé et virtuose. Opérant la nuit et portant les lourdes valises, Fernand Peyronnet* conduisit le couple Drabinowski et les trois enfants jusqu’à Ribérac, en zone sud, à la fin du mois de juillet 1942. 

Au cours des semaines suivantes , il récidiva son exploit secret et sauva d'autres juifs assignés à résidence à Festalemps :
Salomon Bruski né en 1919,
– Edmond Wrill
– Chana Goldberg
– Paul Loeb
...

Dans la nuit du 8 au 9 octobre 1942, les membres de sept familles juives du village originaires de Metz furent arrêtés par la gendarmerie, :
Le jeune Bernard Berkowicz né à Metz le 26/11/1932, est arrêté à Festalemps parce que juif et sera déporté sans retour de Drancy à Auschwitz le 31/07/1944 par le convoi n° 77.

Les Rubinstein : Anna, 16 ans est domiciliée en Dordogne à Festalemps. Arrêtée parce que juive, elle est internée au Vernet et déportée par le convoi 28 en 1942. 
D'autres familles, parmi lesquelles des membres des familles Frank, Bruski, Helfand, Schumann, Swilling, Loeb et Berkowicz seront arrêtés.

Famille Frank : Max Moshe Frank, né le 11/09/1894 à Sierpec (Pologne) avaient épouse Betty née Wohl le 22/11/1904 à Brody (Pologne). Juifs croyants et pratiquants, ils avaient fuit la Pologne et quitter leurs familles devant les persécutions subies par les communautés juives. Ils s'installent à Metz où ils auront 4 enfants : Robert né le 11/11/1929, le seul des quatre enfants déclaré français à sa naissance à la mairie de Metz, puis Mireille, née le 07/07/1934, Marcel, né le 06/11/1936, et Charles, né le 23/11/1938. Ils sont assignés à résidence à Festalemps début décembre 1940. Le maire les accueille et attribue à chacune des familles une ferme non occupée ou un placement chez l’habitant. Une grande ferme abandonnée, un peu à l’écart du village, est assignée aux Frank.
A 6 h du matin, le 9 octobre 1942, les gendarmes français viennent arrêter les familles juives de Festalemps. Ils font le tour du village pour réveiller les autres familles juives, une liste à la main, et repassent une heure après avec le car qui emmène à Angoulême sept familles sur les dix arrivées en 1940. Ils sont enfermés avec quatre cents autres Juifs, dans la salle philharmonique de la ville, au sein de l’actuel conservatoire de musique. Ils doivent dormir à même le sol, les fauteuils ayant été remplacés par de la paille.
Le 11 octobre 1942, le petit Robert, âgé de 12 ans, français, doit quitter ses parents, ses frères et sa soeur, qu'il ne reverra plus. Max, 48 ans, Betty, 38 ans, Mireille, 8 ans, Marcel, 6 ans, et Charles 4 ans, seront déportés sans retour de Drancy à Auschwitz par le convoi n° 40 du 04/11/1942.

Famille Helfand : Arnold Abraham né le 29/03/1930 à Lodz (Pologne) et Germaine née le 24/04/1937 à Metz sont réfugiés à Festalemps. Arrêtés parce que juif, ils seront déportés sans retour de Drancy à Auschwitz le 09/02/1943 par le convoi n° 46. 

Famille Schuhmann : Hélène, née à Metz le 12 janvier 1931, et ses parents Leiwy (né le 8 novembre 1899 à Wojtowa Pologne) et Zlata (née Roth le 22 avril 1907 à Turzansko, Pologne), sans doute avec le benjamin Joseph (né le 27 août 1938 à Metz)ont résidé à FESTALEMPS où la famille a été arrêtée. Internés à Angoulême jusqu’au 3 novembre 1942, ils sont transférés à Drancy le 4 novembre 1942 et déportés le même jour, à l'exception d'Hélène, confiée à l'UGIF, arrête en juillet 1944 et déportée par le convoi 77 du 31 juillet 1944. Leurs noms figurent sur la plaque commémorative du village.

En deux ans, Fernand Peyronnet* fit passer tellement de gens qu’il ne se souvient pas de tous, mais Isidore Drabonowski, qui avait onze ans à l’époque, a gardé l’image « d’une ombre qui marchait devant le groupe et qui nous guidait en silence ».

Fernand Peyronnet* raconte : « Il y a eu deux sortes de passeurs, ceux qui se faisaient payer, on les connaissait, ils ont été fusillés à la Libération. Henri Neyrat, était instituteur dans ma commune, il m’a appelé pour me demander si je pouvais faire passer des personnes en zone libre. On s’est donné rendez-vous à minuit malgré le couvre-feu, au café chez Pinet, un brave homme. Ces gens sont arrivés avec Henri et il leur a dit que j’étais leur passeur et qu’ils pouvaient me faire confiance et il s’est éclipsé. C’était des vieilles personnes apeurées, avec des valises, qui parlaient à peine le français. Je ne donnais pas mon nom et je ne leur demandais pas le leur. J’ai passé des pauvres vieux qui ne tenaient pas debout, qui n’en pouvaient plus et il fallait faire vite. On arrivait à l’hôtel, on m’ouvrait, je les laissais et je repartais car une personne de la zone libre arrivait, les prenait en charge et les plaçait. Ce que je regrette c’est que j’aurais pu en sauver beaucoup plus ».

Fernand Peyronnet* a ainsi fait passer des groupes de républicains espagnols, des alsaciens, des gens de la commune et des Juifs durant des mois…
Jusqu’au jour où il reçut un ordre de mission du service de travail obligatoire (STO) dans les Sudètes, la partie tchèque annexée par le Reich. À la première occasion il s'évada et rejoignit la Tchécoslovaquie. Résistant, il se retrouva dans une brigade et participa à la Libération de Prague, juste avant l’arrivée des russes. 
Ceci fait, il reprit sa vie de paysan à Festalemps.

Le 11 octobre 2001, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Fernand Peyronnet* le titre de Juste parmi les Nations.

10/10/2021

asso 13978

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.
Paul Ernest dit Paul Bourson Farouche opposant au régime nazi, Exposé 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE - terminal
Article extrait d'une étude généalogique sur la famille BOURSON de Vigy (Moselle) et alliés (http://majoresorum.eklablog.com)


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Journal de guerre de Charles Altorffer
2 Site officiel de la Commune de Montigny-les-Monts
3 Site non officiel de la commune d' Auxon (Démarches administratives, histoire du village, cartes postales et photos anciennes. )
4 Saint-Dizier la période 1939-1945 en photos (La ville de Haute-Marne la période 1939-1945 en photos )
5 Histoire de Lièpvre de 1870 à 1945.

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2021