Soutenez le travail de l'AJPN
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages  
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période nazie dans les communes de France
13 annonces de recherche
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
38080 noms de commune
95 départements et l'étranger
1230 lieux d'internement
744 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4342 Justes de France
1072 résistants juifs
15959 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e Guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque : 1372 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Eure

Région :
Normandie
Département :
Eure

Préfets :
René Bouffet
(1940 - 08/1942) Préfet de la Seine-Inférieure et à partir de 1941 Préfet régional de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime). Arrêté et révoqué par la Résistance le 19 août 1944 (1896-1945)
André Parmentier
(1942 - 19/08/1944) André Auguste Parmentier, Préfet régional de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime). Arrêté et révoqué par la Résistance, il est relevé de sa condamnation pour faits de Résistance (1896-1991)
Louis Dramard
(1944 - 1944) Louis Marie Charles Dramard, Préfet régional de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime)
Henri Bourdeau de Fontenay
(29/08/1944 - 31/03/1946) Commissaire régional de la République de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime) (1900-1969)
Camille Vernet
(1940 - 1942) Préfet de l’Eure (1884-1957)

À lire, à voir…

 Hector Feliciano Hector Feliciano
Le musée disparu : Enquête sur le pillage des oeuvres d'art françaises

ACHETER EN LIGNE

Yves Lecouturier Yves Lecouturier
Shoah en Normandie - 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

M. Dandel M. Dandel
G. Duboc
A. Kitts
E. Lapersonne
Les Victimes Civiles en Haute Normandie

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Michel Frucht

Texte pour ecartement lateral

Saint-Cyr-du-Vaudreuil 27100 Eure
Date de naissance: 15/08/1939 (Louviers)

Nationalité : Français
Arrestations: 13/07/1942
Aidé ou sauvé par : - Maria Constantin
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]


Histoire

Saül Frucht né en 1901 à Wilno en Russie. Il est le fils de Soulia Simherovitch et de Morka Frucht.

Il arrive en France en 1925. Il a 24 ans. Il s'installe d’abord à Cherbourg puis à Paris.

Sa future épouse Hode née Kaciene est née en 1907 en Lituanie et est venue en France rejoindre un de ses oncles.  
Tous deux de nationalité russe se marient en 1935 à la mairie du 17e à Paris et auront 3 enfants : Denise née en 1936, Mireille en 1938 et Michel en 1939. Les trois enfants ont la nationalité française par déclaration.

Après avoir exercé plusieurs métiers, Saül Frucht trouve un emploi comme directeur dans une entreprise de fabrication de vêtements en caoutchouc "Angel" tenue par un juif originaire de Salonique, dont une succursale est implantée à Saint-Cyr-du-Vaudreuil. Cette entreprise emploie à la veille de la guerre une soixantaine d’ouvrières. Saül Frucht y travaille tout en gardant son appartement parisien.

En 1940, la famille Frucht ainsi que la grand-mère maternelle Chaja Kaciene, choisissent de fuir Paris en direction de Périgueux. 
Chaja Kaciene était venue aider sa fille et ses 3 petits enfants mais ne parlait que le yiddish. Par la suite croyant le danger écarté ils décident de revenir à Saint-Cyr-du-Vaudreuil
La famille sera alors chez le directeur de l’entreprise en face de la maison de Maria Constantin*.

Le 21 juin 1941, l’Allemagne déclare la guerre à la Russie. Le lendemain, le 22 juin 1941, Saül Frucht est arrêté car il est considéré comme un réfugié russe. Il est détenu au camp de Royallieu à Compiègne où l’on regroupe les communistes et tous les opposants jusqu’en 1942. Il y demeure 1 ans avant d'être déporté sans retour vers Auschwitz comme juif, le 6 juillet 1942, par le convoi dit « des 45000 ». 
Avant son départ, il écrit dans sa dernière lettre : 
« Je pars travailler dans une ferme en Allemagne ». Son fils Michel dira après guerre avec émotion que la ferme s’appelait « Auschwitz ».
Il reçoit le matricule n° 46275 à son arrivée le 8 juillet 1942. Saül Frucht meurt gazé à Auschwitz à la date du 10 août 1942

Saül Frucht avait pressenti le danger et avait demandé à son épouse Hode de fuir mais elle s’y opposa. 

Hode Frucht est arrêtée avec ses trois enfants en bas âge le 13 juillet 1942 par la gendarmerie française ainsi que douze autres personnes de confession juive de l’Eure. Ecrouée à la prison de Louviers, elle est transférée au bout de deux jours de Louviers au camp de Pithiviers avant de rejoindre celui de Drancy (baraque n° 9). Puis le 3 août 1942 elle est déportée vers Auschwitz (convoi n° 14). Elle y meurt le 7 août 1942.

Denise, 6 ans, Mireille, 4 ans, et Michel, 3 ans, sont libéréesAprès un court passage à l’hospice de Louviers, les enfants Frucht sont placés sur ordre de la Feldgendarmerie chez leur grand-mère Chaja Kaciene, alors âgée de 63 ans. 
Arrêtée à son tour en 1943, Chaja Kaciene, 63 ans, est déportée par le convoi 62 du 20 novembre 1943. 

Le maire de Saint-Cyr-du-Vaudreuil, Arthur Papavoine, fait le choix de protéger les enfants demeurés seuls. Tous les trois sont confiés pendant quelques jours aux soeurs de l’école privée Notre-Dame du Vaudreuil tenue par trois religieuses dont Sœur Ferdinand (Jeanne Kreutzer). Ces dernières gardent les deux filles pendant toute la guerre. Quant à Michel il fut recueilli par Maria Constantin*, veuve de guerre, catholique, sans enfant et âgée de 70 ans. 
Malgré son maigre revenu et étant à la retraite elle va s’occuper du petit Michel jusqu’en 1949 aidée parfois par Emile Leblanc, un de ses neveux qui cachait des clandestins. 
Michel a été choyé et considéré comme son fils. Il allait à l’école sous son vrai nom, tout le village savait qu’il était juif mais jamais personne n’a parlé. Il allait comme tout le monde au village à la messe tous les dimanches tout en conservant son nom juif.

Michel se souvient d’avoir assisté quelques jours après l’arrestation de sa grand-mère au pillage des affaires et du mobilier de la famille pendant toute une journée par des soldats allemands. Sur le camion était inscrit « Offert par la France pour les prisonniers en Allemagne ». 

Sœur Ferdinand (Jeanne Kreutzer) prend la direction de l’École Saint-Henri à Notre-Dame du Vaudreuil où elle instaure des cours primaires. Elle y cache donc Mireille et Denise Frucht et les éduque comme toutes les autres pensionnaires. 

Les trois enfants ont bénéficié de la solidarité de tout le village.

Dès 1949, Michel quitte sa protectrice et rejoint ses sœurs dans une maison d’enfant à Sèvres jusqu’en 1954, toute fois il retourne fréquemment la voir. Les trois enfants sont placés sous l'autorité de leur grand-oncle par alliance, Léon Ikor, domicilié 94 rue Legendre dans le 17e arrondissement de Paris.

Michel a toujours gardé des liens très fort avec Maria Constantin* qu’il appelait Tantin.

16/09/2022

asso 14432

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]




Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
 * Juste parmi les Nations
 

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008-2024