space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
606 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1199 lieux d'internement
655 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4106 Justes de France
915 résistants juifs
9756 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1225 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Allier

Région :
Auvergne-Rhône-Alpes
Département :
Allier

Préfets :
Louis Nicolas Henri Adam
(17/11/1934 - 17/09/1940) Préfet de l'Allier
Joseph Porte
(17/09/1940 - 03/02/1943) Préfet de l'Allier
Charles Chevreux
(1941 - 1941) Jacques Charles Adrien Chevreux, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie)
Alfred Hontebeyrie
(1941 - 1941) Alfred Roger Hontebeyrie, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1895-1969)
Charles Donati
(1941 - 1943) Charles Guérin Joseph Louis Donati, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (né en 1891)
(07/1943 - 30/12/1943) Jean François Quenette, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie), révoqué par Vichy et recherché par la Gestapo pour son activité de résistant (1903-1971).
Félix Picot
(03/02/1943 - 02/09/1944) Préfet de l'Allier
Robert Fleury
(02/09/1944 - 16/02/1949) Préfet de l'Allier
Henri Ingrand
(1944 - 1946) Commissaire régional de la République (Cantal, Haute-Loire, Puy-de-Dôme et la partie non-occupée de l'Allier)(1908-2003)
Georges Bernard
(1944 - 1944) Georges Albert Maurice Bernard, Préfet régional de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1890 - 1953)
Jean Bouhey
(Mars 1944 - 1945) Commissaire régional de la République de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1898-1963)
Jean Mairey
(1945 - 1946) Jean Marie Albert Mairey, Commissaire régional de la République par intérim de la région de Dijon (Belfort, Côte-d'Or, Doubs, Haute-Saône, Nièvre, Yonne et les parties occupées de l'Ain, l'Allier, le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Savoie) (1907-1982)

À lire, à voir…

Jean-William Dereymez Jean-William Dereymez
Le refuge et le piège : Les Juifs dans les Alpes : 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Jean Débordes Jean Débordes
Le Temps des passions - L'Allier dans la guerre

ACHETER EN LIGNE

Gilles Lévy Gilles Lévy
L'Auvergne des années noires 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Jean Débordes Jean Débordes
Paroles de Résistants - L'Allier dans la guerre

ACHETER EN LIGNE

Guy Sanglerat Guy Sanglerat
Parcours d'un étudiant dans la Résistance. De Lyon à Annecy

ACHETER EN LIGNE

Jean Débordes Jean Débordes
L'Allier dans la guerre (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Bruno Doucey Bruno Doucey
Si tu parles, Marianne

ACHETER EN LIGNE

André Besson André Besson
Clandestins de la Liberté. Ligne de démarcation et frontière suisse. 1940-1944.

ACHETER EN LIGNE

Robert Serre Robert Serre
Vincent Giraudier
Hervé Mauran
Jean Sauvageon
Des indésirables

 
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Menashe Horowitz

dit Michel Hofmann
Texte pour ecartement lateral

Broût-Vernet 03110 Allier
Nom de naissance: Menashe Meno Horowitz
Date de naissance: 1929 (Vienne (Autriche))
Parcours : Enfant ayant séjourné au Château des Morelles (OSE) à Broût-Vernet
Aidé ou sauvé par : - André Bringuier - Jean-Baptiste Robert
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Menashe-Horowitz
Réfugiés juifs à Montagnac en 1941 :
Devant de gauche à droite : Max Schiff, David Bauminger, Eve Bauminger, Hélène Schiff
Deuxième rang : Peshu Weiss, Sarah Diamant, Edith Feldman, Ernestine Spirn
Troisième rang : Edith Schiff, Israël Diamant, Menashe Horowitz, Jacques Schiff, Jérôme Hirsch
Dernier rang : Alfred Feldman, Rachel Feldman, Taubé Spirn, Jenny Feldman, Rachel Diamant
source photo : Coll. OSE
crédit photo : D.R.
Histoire

Témoignage de Menashe Horowitz

"Je soussigné, Menashe Meno Horowitz, né à Vienne (Autriche) en 1929, et demeurant à présent à Tel-Aviv, Israël, témoigne que j'ai vécu en France à l'époque de la 2e guerre mondiale, et qu'en 1943-44, pendant une des périodes les plus dangereuses de. l'occupation, j'ai été caché au Collège de La Souterraine (Creuse). Voici quelques détails sur cette époque dont je me souviens clairement.

Ma famille était d'origine polonaise et en 1940 nous nous étions réfugiés dans l'Hérault. Depuis 1942 j'avais été pris en charge par l'OSE, et pour des raisons de santé et de sécurité j'avais été placé dans la maison d'enfants de Montintin (Haute-Vienne) et puis à Limoges.

Pendant l'été 1943 les rafles de la police se multipliaient, et on nous envoya à la maison d'enfants de Brout-Vernet, loin de la ville. La situation s'aggravant je fus muni de faux papiers au nom de Michel Hofmann, né à Strasbourg, et en automne 1943 je fus placé dans le collège des garçons de La Souterraine.

Nous étions plusieurs garçons juifs cachés à l'école. Par notre apparence et notre comportement, nous étions clairement différents des élèves de l'établissement, qui provenaient de la région avoisinante. Je pense que tous, élèves, personnel et professeurs, devinaient que nous étions des Juifs cachés.

A cause des activités du maquis, il y avait souvent des opérations de la police dans la région, et un poste de la police était même situé tout près de l'école.

Le directeur de l'école, M. Robert, s'exposait donc à des risques considérables en nous accueillant. Pendant tout mon séjour à La Souterraine, je n'ai pas été pas été inquiété. En fait, tous ceux qui ont été cachés dans ce collège ont survécu.

Nous habitions à l'internat de l'école. Nous étions sans nouvelles de nos familles, et en fin de semaine et pour les fêtes, quand les internes ordinaires rentraient chez eux, nous restions au collège. Notre seul lien avec l'extérieur était une assistante sociale, qui nous rendait visite de temps en temps.

Dans ces conditions pénibles, le personnel de l'école nous a montré de la sympathie. En particulier, la lingère de l'établissement, Mme Charret, s'occupait de nos problèmes journaliers, et nous a permis de surmonter notre isolement.

Je garde un souvenir ému des personnes qui se sont gravement exposés pour nous protéger, et je pense que la mémoire de M. Robert et de Mme. Charret, devrait être conservée en leur accordant le titre de "Justes parmi les Nations". "

27/07/2009

Source :
Lettre de M. Horowitz, Tel-Aviv, le 2 janvier 1999
Lien : Paroles d'étoiles

[Compléter l'article]

En mai 1940, André Bringuier* était maire de Montagnac(Hérault).
Rose* et Pierre Granal* y sont vignerons et producteurs de vin, comme la plupart des villageois. 
Aidés de M. et Lucienne Trebosc, ils vont aider et sauver Charlotteet Jakob Bauminger et quatre de leurs enfants, dont DavidEveRachel, ainsi que les deux grands-mères, Chaja Baumier et Chinka Feldman, les parents Joachim Feldman et son épouse Pauline née Bauminger et leurs enfants Jenny, née en 1925, Rachel, née en 1927, Edith, née en 1929, et Alfred Feldman, né en1923, Menashe Horowitz, né à Vienne en 1929, Mala et Tilla Weiss.

Après la débâcle, ses habitants accueillirent une soixantaine de réfugiés juifs venant en majorité de Belgique, dont la famille Weiss composée de la mère et de ses 4 filles, dont Mala et Tilla Weiss, Frieda et Peshu. 
Quelques uns des réfugiés obtinrent un travail de journalier dans les vignes et leurs familles donnaient un coup de main pendant les vendanges. 
La vie s'organisait. Les instituteurs intégrèrent les enfants dans leurs classes et les encouragèrent dans leurs études. Le maire, André Bringuier* et la police facilitèrent la remise de papiers et de laissez-passez aux candidats à l’émigration. 

Dans la nuit du 25 au 26 août 1942, Montagnac subit la première grande rafle de Juifs étrangers en zone sud. 
Rose* et Pierre Granal* cachèrent alors Alfred Feldman (18 ans), dans leur cave derrière un énorme tonneau de vin, jusqu’à la fin de l’opération. Sa mère et ses trois sœurs qui ne se pensaient pas concernées par les avertissements des policiers locaux sur la menace imminente, furent arrêtées et déportées, alors que les autres réfugiés s’étaient cachés dans les vignes. 

En 1944, Rose* et Pierre Granal* étendit à nouveau sa protection aux Juifs en danger. Il cacha dans sa cave, durant une semaine, Charlotte et Jakob Bauminger et leurs quatre enfants jusqu’à la fin du danger. 
André Bringuier* confectionna, après l’invasion allemande de la zone sud, des vrais faux papiers d’identité pour les deux sœurs, Mala et Tilla Weiss sous le nom de Juliette et Madeleine Bringuier, leur prêtant son propre nom de famille. Elles parviendront à rejoindre leurs soeurs Frieda et Peshu convoyées aux Etats-Unis.

André Bringuier* fut la cible d’une lettre de dénonciation, pour ses activités en faveur des Juifs et ses idées gaullistes. Mais le préfet régional, Jean Benedetti*, lui-même de tendance gaulliste, détruisit la lettre compromettante. De nombreuses familles juives réfugiées à Montagnac furent sauvées grâce au réseau de complicité protecteur des villageois. 

Le 5 février 2001, Yad Vashem a décerné à Rose* et Pierre Granal* et à  André Bringuier* le titre de Juste des Nations.

31/10/2017

[Compléter l'article]
En mai 1940, André Bringuier* était maire de Montagnac (Hérault).
Rose* et Pierre Granal* y sont vignerons et producteurs de vin, comme la plupart des villageois. 
Aidés de M. et Lucienne Trebosc, ils vont aider et sauver Charlotte et Jakob Bauminger et quatre de leurs enfants, dont David, Eve, Rachel, ainsi que les deux grands-mères, Chaja Baumier et Chinka Feldman, les parents Joachim Feldman et son épouse Pauline née Bauminger et leurs enfants Jenny, née en 1925, Rachel, née en 1927, Edith, née en 1929, et Alfred Feldman, né en1923, Menashe Horowitz, né à Vienne en 1929, Mala et Tilla Weiss.
 
Après la débâcle, ses habitants accueillirent une soixantaine de réfugiés juifs venant en majorité de Belgique, dont la famille Weiss composée de la mère et de ses 4 filles, dont Mala et Tilla Weiss, Frieda et Peshu. 
Quelques uns des réfugiés obtinrent un travail de journalier dans les vignes et leurs familles donnaient un coup de main pendant les vendanges. 
La vie s'organisait. Les instituteurs intégrèrent les enfants dans leurs classes et les encouragèrent dans leurs études. Le maire, André Bringuier* et la police facilitèrent la remise de papiers et de laissez-passez aux candidats à l’émigration. 
 
Dans la nuit du 25 au 26 août 1942, Montagnac subit la première grande rafle de Juifs étrangers en zone sud. 
Rose* et Pierre Granal* cachèrent alors Alfred Feldman (18 ans), dans leur cave derrière un énorme tonneau de vin, jusqu’à la fin de l’opération. Sa mère et ses trois sœurs qui ne se pensaient pas concernées par les avertissements des policiers locaux sur la menace imminente, furent arrêtées et déportées, alors que les autres réfugiés s’étaient cachés dans les vignes. 
 
En 1944, Rose* et Pierre Granal* étendit à nouveau sa protection aux Juifs en danger. Il cacha dans sa cave, durant une semaine, Charlotte et Jakob Bauminger et leurs quatre enfants jusqu’à la fin du danger. 
André Bringuier* confectionna, après l’invasion allemande de la zone sud, des vrais faux papiers d’identité pour les deux sœurs, Mala et Tilla Weiss sous le nom de Juliette et Madeleine Bringuier, leur prêtant son propre nom de famille. Elles parviendront à rejoindre leurs soeurs Frieda et Peshu convoyées aux Etats-Unis.
 
André Bringuier* fut la cible d’une lettre de dénonciation, pour ses activités en faveur des Juifs et ses idées gaullistes. Mais le préfet régional, Jean Benedetti*, lui-même de tendance gaulliste, détruisit la lettre compromettante. De nombreuses familles juives réfugiées à Montagnac furent sauvées grâce au réseau de complicité protecteur des villageois. 
 
Le 5 février 2001, Yad Vashem a décerné à Rose* et Pierre Granal* et à  André Bringuier* le titre de Juste des Nations.   

31/10/2017

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Blog sur quelques Justes et sur le livre (Blog hébergé par la Tribune de Genève sur quelques justes honorés par Yad Vashem sur l'intervention du délégué pour la Suisse et la région frontalière Ain et Haute-Savoie, Herbert Herz, ainsi que sur divers événements organisés autour de la parution du livre "Mon combat dans la Résistance FTP-MOI" )
2 Le site du poète Pierre Emmanuel (Le site officiel du poète Pierre Emmanuel. Vous y trouverez aussi des pages sur sa vie et son action à Dieulefit durant la guerre, à Beauvallon, puis à la Roseraie. )
3 Guy Sanglerat, ancien membre du Coq Enchaîné (Le Coq Enchaîné était un réseau de résistance de la région qui pendant l'occupation allemande rassemblait des syndicalistes, des socialistes et des radicaux de la mouvance d’Édouard Herriot. Membre du réseau, Guy Sanglerat publie ses souvenirs.. )
4 Le Coq enchaîné (Le Coq enchaîné : un journal clandestin sous l'occupation allemande. Le premier numéro fait son apparition en mars 1942. Les membres du Coq Enchaîné mèneront aussi des actions de résistance. Il a compté jusqu'à 400 membres. Le réseau sera décimé en 1943. Guy Sanglerat raconte ... )
5 Les archives du conseil général de Savoie (La liste des 168 "travailleurs israëlites" en partance de Ruffieux, établie le 24 Août 1942. )
6 Là où coule le Gier (La guerre, énorme chaos bouleversant les vies. Tel est le décor dans lequel évoluent René et Aima. De leur jeunesse à leurs combats, l'auteur nous invite à les suivre dans cette aventure où chacun fera preuve d'un courage incroyable. Ce roman, basé sur des faits réels, nous emmène de la Vallée du Gier dans la Loire à Clermont-Ferrand et nous fait traverser certains camps de concentration en Allemagne en suivant le parcours de deux jeunes gens que la vie a forgé pour combattre aussi bien dans l'univers ouvrier des années 30 que pendant la seconde guerre mondiale avec leur implication dans la résistance. Cette plongée dans le passé a nécessité de nombreuses recherches suivies d'une longue enquête menée sur la vie de ces deux personnages. )
7 Marianne Cohn (Page dédiée à Marianne Cohn et à ses compagnons de résistance. Un mois avant d"être arrêtée, elle a sauvé ma tante Eva et mon père Maurice Finkelstein )
8 L'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 (Page consacrée à l'ouvrage "L'attentat de la Poterne, un drame au cœur de Clermont" (2015).
Cette étude sur l'attentat de la Poterne du 8 mars 1944 recoupe des documents d'archive à des témoignages oraux et écrits. Elle reprend de manière chronologique les évènements, de l'attentat de résistants sur un détachement allemands à l'immensité des représailles qui ont suivi : incendie d'immeubles, nombreuses arrestations, déportations et condamnations à mort. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2016