Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
805 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36585 communes
95 départements et l'étranger
1203 lieux d'internement
715 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4186 Justes de France
918 résistants juifs
12162 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1274 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Nord

Région :
Hauts-de-France
Département :
Nord

Préfets :
Fernand Carles
(1936 - 1944) Préfet régional
Henry Darrouy
(1941 - 1944) Préfet délégué
Jean Michel Adrien Cabouat
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République
Roger Édouard Verlomme
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République
Francis Louis Closon
(1944 - 1948) Commissaire régional de la République
Roger Verlomme
(1944 - 1946) Préfet
Marcel Lanquetin
(1946 - 1955) Préfet

À lire, à voir…

Étienne Dejonghe Étienne Dejonghe
Yves Le Maner
Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Frédéric  Viey Frédéric Viey
Franck d'Almeida
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Jean-Claude Dreymann

Texte pour ecartement lateral

Lille 59000 Nord
Date de naissance: 12/05/1942 (Savigny-sur-Faye (Vienne))
Aidé ou sauvé par : - Jules Mangon - Adrienne Mangon
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Jean-Claude-Dreymann
Jules Mangon et Jean-Claude Dreymann
source photo : Yad Vashem
crédit photo : D.R.
Histoire

Maurice Dreymann (b. 1909) emigrated from Poland to France in 1933, and settled in Metz. There he married Hélène Lilienbaum, who had emigrated with her family from Krakow in 1913. The couple moved to Lille and in December 1937 their daughter Cécile was born.

In 1939, Maurice was drafted to the Foreign Legion, but was released the following year after the capitulation of the French army to the Germans. The Dreymann and Lilienbaum families both moved to the unoccupied southern zone of France in 1941, settling in Savigny sur Seine (Vienne).

In 1943, after Hélène had given birth to a son (Jean Claude), her father and brothers were arrested by French police and sent to Majdanek. They never returned. Maurice and Hélène decided to flee with their children to the region of Saint Martin Vésubie, which was under Italian rule and where more than 1,200 refugees had arrived in the knowledge that the Italians and local citizens would treat them fairly. The couple's families joined them, and they moved into an apartment opposite the local police headquarters, where the chief of police, Landry Jules Magnon, and police officer Joseph Fougère lived with their families.

In September 1943, after they learned of the upcoming retreat of Italian forces from the southern "free zone," Maurice Dreymann decided to flee to Italy. Hélène, who was in her eighth month of pregnancy with another son, stayed in Saint Martin Vesubie with her mother, Rose, her sisters, Liliane and Berthe, and her two children. Policemen Magnon and Fougère took the Dreymann and Lilienbaum women and children into their homes on the grounds of the police headquarters. They provided them with false papers in the name of Fougère's late mother-in-law, and Rose Lilienbaum and her daughters Hélène, Liliane and Berthe all changed their surnames to Lafont.

In order to avoid the mass arrests that began in September 1943, Joseph Fougère decided to take the women to a safer hiding place – an isolated forest-keeper's hut on Mt. Piagu, across the border. There they lived in very difficult conditions. Dressed as a shepherd, Fougère would leave his home at night to bring them food. When the danger passed, the women returned to Saint Martin Vesubie. Nevertheless, they felt it was too risky for them to remain there, and decided to leave the children while they sought another place of refuge. Fougère offered to accompany the four women to the train station. On the way they passed through the town of Vic sur Cère (Cantal), where they met a relative, Sally, by chance, and decided to stay, given Hélène's advanced stage of pregnancy.

Meanwhile, the children's rescue had been meticulously planned. It was decided that Cécile, who was darker in complexion like the Fougères, would move in with them, and Jean Claude, who was blonder like the Magnons, would stay with them. In order not to arouse suspicion by adding another child to their home, Yvonne Fougère took her baby daughter to stay with her mother, thus making room for six-year-old Cécile. Landry Jules and Adrienne Magnon had no children, but they took in Jean Claude, then 15 months old, calling him Georges. Three other policemen – Emile Cornillion, Jean Petit and Jean Castaignos – also lived in the complex, and they were all aware of the great danger they had taken upon themselves giving refuge to the Jewish children. While they were determined to keep the secret, Castaignos and Cornillion later decided to return to their families in Landes and Vence.

The Magnons and the Fougères looked after the children with great love until December 1943, when Liliane Lilienbaum, who was active in the OSE, came to collect them. The separation was difficult for both sides: the children had become very attached to their "new parents" and vice versa. Cécile was taken to a children's home in Argonex (Savoie), where she remained until 1945. Jean Claude went back to his mother in Vic sur Cère, where his younger brother Gérard had been born that October.

The rescue story was documented in a book by Danielle Baudot Laksine entitled La Vallée des Justes. In the book, Laskine wrote: "To give when one can is a good thing, but to give even when one is unable – to share – that is the richness of the heart. These people are a treasure for the next generations… the legacy of their great deeds will never be lost. For the descendants of the Righteous Among the Nations, the memory of loving-kindness will remain forever."

On 22 September 2009, Joseph and Yvonne Fougère and Landry Jules and Adrienne Magnon were recognized as Righteous Among the Nations.

21/08/2014
Lien : Yad Vashem

[Compléter l'article]

Les Alpes-Maritimes sont occupées par la IVe armée italienne le 11 novembre 1942. Grâce à la sympathie des autorités italiennes la zone d’occupation italienne est devenue un refuge pour des milliers de Juifs. Les Juifs avaient un minimum de sûreté et une résidence légale sous les autorités italiennes, qui en mars 1943 les ont transportés de la côte à l’intérieur, dans la zone de Saint-Martin-Vésubie.

La sympathie des autorités italiennes était due à l'absence d'antisémitisme de la majorité de l'armée (dont le maréchal Ugo Cavallero et le général Mario Vercellino) et à l’œuvre du banquier juif italien Angelo Donati qui habitait à Nice et les a convaincus, avec le Père Marie-Benoît, de protéger les Juifs de la persécution des Allemands.

Maurice Dreymann, arrivé en France en 1933, s'est marié à Metz en 1936 avec Hélène née Lilienbaum.
Ils habitent à Lille. Leur fille fille, Cécile, naît en 1937.
Dès le début de la guerre, Maurice s’engage dans la Légion Étrangère, mais après la débâcle de 1940, les Dreymann et les parents d’Hélène, M. et Mme Lilienbaum, s’installent à Savigny-sur-Faye (Vienne). C’est là que naît leur fils Jean-Claude en 1942.
Au printemps 1943, ils partent à Saint-Martin-de-Vésubie où ils logent en face de la gendarmerie.

Après l’armistice des Italiens en septembre 1943, et sous la menace directe des autorités allemandes, un millier de Juifs de Saint-Martin-Vésubie ont réussi à remonter la vieille route du sel vers la vallée du Gesso pour se sauver en Italie. Les Juifs qui sont restés à Saint-Martin-Vésubie seront arrêtés et déportés à Auschwitz.

Maurice part vers l’Italie, mais les gendarmes de Saint-Martin conseillent à Hélène – enceinte de 8 mois – de fuir avec sa mère et ses sœurs et de se cacher dans la montagne.

Le commandant de la brigade de Saint-Martin-Vésubie, le maréchal des logis-chef Landry Mangon* et sa femme Adrienne Mangon* proposent alors de cacher Jean-Claude Dreymann, un petit enfant blond de quinze mois, tandis qu'un gendarme de la brigade, Joseph Fougère*, et sa femme Yvonne Fougère* cachent, de leur côté, sa sœur aînée, Cécile, âgée de cinq ans, en la faisant passer pour leur propre fille.
Les 2 enfants vont rester cachés dans la gendarmerie pendant plusieurs mois.

Hélène et sa famille parviendra à échapper à la rafle du 8 septembre 1943.

Mi-décembre 1943, Liliane Lilienbaum – qui travaillait à l’OSE – vient rechercher les deux enfants. Cécile est placé dans une maison d’enfants, à Argonnex (Savoie) où elle restera jusqu’en 1945 et Jean-Claude rejoint sa mère à Vic-sur-Cère (Cantal) qui a accouché en octobre d'un petit Gérard.

Joseph Fougère* est dénoncé pour avoir aidé des Juifs et des réfractaires. Il est arrêté par la Gestapo, emprisonné à Nice et torturé. Il sera heureusement libéré en août 1944.

Après la guerre, les Dreymann rentrent à Lille, mais restent en contact avec les familles qui les ont sauvés, les Fougère* et les Mangon*.

Les 2 gendarmes et leurs épouses ont reçu, à titre posthume, le titre de "Justes parmi les Nations" au cours d'une cérémonie qui s'est déroulée à Saint-Martin-Vésubie le 5 septembre 2010.

Le Colonel André Petillot, commandant le Groupement des Alpes-Maritimes de la Gendarmerie Nationale, a déclaré à propos des gendarmes Mangon* et Fougère* : "ces gendarmes sont des héros ordinaires en contradiction avec leur époque… Ils ont régi en patriotes… Aujourd’hui, ils nous permettent de porter l’uniforme avec fierté…".

21/08/2014

asso 3331

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Les persécutions des Juifs victimes de la Solution Finale à Berck sur Mer pendant la 2de Guerre mondiale , Mémoire ou thèse 60 pages, réalisation 2014
Auteur : Cyril Brossard - terminal
Étude réalisée à la suite d'un voyage d'études à Auschwitz-Birkenau et suite à une demande d'élèves de Terminales ES du lycée Jan Lavezzari. Etude qui sert aussi à la préparation au CNRD 2014-2015 dont le thème est la découverte des camps de concentration, le retour des déportés et la découverte du système concentrationnaire nazi.
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie , Mémoire ou thèse 148 pages, réalisation 2009
Auteurs : Frédéric Viey, Franck d'Almeyda
Cette Histoire des Juifs du Nord et de Picardie relate le quotidien des Juifs dans le Nord de la France à partir du Moyen-Âge jusqu'à nos jours. Durant la Seconde Guerre Mondiale, les Communautés Juives de ces régions ont payé un lourd tribu en perte humaine : la déportation et l'exécution après être passé par le Camp des Malines. Aujourd'hui dans toutes les Communautés un monument rappelle les sacrifices faits par le Peuple Juifs. Après la Seconde Guerre Mondiale, la population juive de France est exsangue. Les survivants vont essayer de faire revivre leur patrimoine religieux et culturel.
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie , Mémoire ou thèse 148 pages, réalisation 2009
Auteurs : Frédéric Viey, Franck d'Almeyda - terminal
Cette Histoire des Juifs du Nord et de Picardie relate le quotidien des Juifs dans le Nord de la France à partir du Moyen-Âge jusqu'à nos jours. Durant la Seconde Guerre Mondiale, les Communautés Juives de ces régions ont payé un lourd tribu en perte humaine : la déportation et l'exécution après être passé par le Camp des Malines. Aujourd'hui dans toutes les Communautés un monument rappelle les sacrifices faits par le Peuple Juifs. Après la Seconde Guerre Mondiale, la population juive de France est exsangue. Les survivants vont essayer de faire revivre leur patrimoine religieux et culturel.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 la Famille Angel (Histoire tragique d'une famille qui a tenté d'échapper à son destin en se sauvant de Lille, vers la Loire Atlantique )
2 François Molet (François Molet, né à Beaurevoir le 14 mars 1905 est fusillé le 7 avril 1942 au Mont-Valérien. )
3 "Lettre à Esther" et "Enfances volées" ("Lettre à Esther" : vidéo (20mn) réalisée dans le cadre d'un projet scolaire sur l'histoire de la famille Angel, réfugie à St-Michel-Chef-Chef, arrêtée en juillet 1942, déportée à Auschwitz
"Enfances volées" : vidéo (10mn) sur Rachel Angel et Victor Pérahia, arrêtés en juillet 1942 )
4 René Wallard (Page facebook du livre qui est en préparation sur son histoire.
Titre du livre "Dis leur de ne jamais pardonner". )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019