Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
748 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4173 Justes de France
920 résistants juifs
11434 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1268 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Aisne

Région :
Hauts-de-France
Département :
Aisne

Préfets :
Amédée Bussière
(19/05/1940 - 20/05/1942) Préfet de l'Aisne après l'offensive allemande. Nommé le 21 mai 1942 préfet de police de Paris (1886-1953)
(08/08/1940 - 12/05/1942) Jean François Quenette, Préfet de l'Aisne et Préfet régional de Saint-Quentin (Aisne, Somme, Oise, Ardennes) à partir de 09/1941 (1903-1971).
Émile Pelletier
(12/05/1942 - 27/03/1943) Émile Amédee Pelletier, Préfet de la région de Laon-Saint-Quentin (Aisne, Ardennes, Oise et Somme) (1898-1975)
Gaston Umber
(27/03/1943 - 08/06/1944) Gaston Jules Antoine Mumber, Préfet de la région de Laon-Saint-Quentin (Aisne, Ardennes, Oise et Somme) (1897-1970)
Roger Homo
(08/06/1944 - 1944) Roger Marie Calentin Paul Homo, Préfet de la région de Laon-Saint-Quentin (Aisne, Ardennes, Oise et Somme) (1892-1977)
Pierre Pène
(1944 - 1946) Commissaire régional de la République de la région de Laon-Saint-Quentin (Aisne, Ardennes, Oise et Somme) (1898-1972)
Hyacinthe Tomasini
(18/11/1944 - 22/06/1945) Préfet de l'Aisne
Jacques Samana
(22/06/1945 - 24/09/1946) Préfet de l'Aisne
* (24/09/1946 - 09/05/1947) Préfet de l'Aisne
René Hudeley
(09/05/1947 - 02/11/1950) Préfet de l'Aisne

À lire, à voir…

Frédéric  Viey Frédéric Viey
Franck d'Almeida
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie

ACHETER EN LIGNE

Étienne Dejonghe Étienne Dejonghe
Yves Le Maner
Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, 1940-1944

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Jacques Ehrenkranz

Texte pour ecartement lateral

Soissons 02200
Nom de naissance: Jacob Ehrenkranz

Profession: Couturier
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Jacques-Ehrenkranz-
Jacques Ehrenkranz, son épouse Germaine-Gitla née Liwer, et leurs enfants Lisette et Daniel
source photo : Coll. fam.
crédit photo : D.R.

Histoire

En 1930, Jacques Ehrenkranz avait épousé Germaine-Gittel née Liwer à Bedzin (Pologne) en 1904. Ils s'était d'abord installés à Paris où va naître leur fils Daniel en 1934. Ils s'installent ensuite à Soissons où va naître leur fille Lisette en 1936.
Jacques et Germaine possédaient une maison de couture installée rue des Cordeliers où ils créaient des vêtements pour femmes et travaillaient très dur. La famille vivait dans une grande maison avec des domestiques, et ils avaient une nourrice pour chaque enfant.
 
Annunciata*, catholique née en Italie et son mari Robert Laplace*, ouvrier du bâtiment de nationalité française, habitent à Soissons avec leurs quatre enfants, Jean, Pierre, Maurice et Marc. Giovanna Biasion*, de nationalité italienne, la mère d'Annunciata* habite juste à côté.
Annunciata* travaille chez les Ehrenkranz où elle est la nourrice de Lisette.
 
Jacques-Jacob Ehrenkranz s'engage dans l'armée française en tant que volontaire étranger à Laon, le 13 novembre 1939. Le 15 novembre, il est dirigé près de Perpignan au camp de Barcarès et incorpore le 2e Régiment de Marche des Volontaires Étrangers, constitué principalement de soldats juifs d’origine étrangère arrivés en France entre les deux guerres et de combattants républicains espagnols arrivés après le la victoire de Franco. Le soldat 2de classe Ehrenkranz quitta le camp de Barcarès le 5 mai 1940 avec son régiment de 2800 combattants pour être positionnés le lendemain en Alsace, quatre jours avant l’offensive de l’armée Allemande.
Quand les avancées éclaires de la Wehrmacht percèrent les lignes françaises, Jacques et son régiment ont pour mission le 22 mai de tenir une boucle de la Somme au sud de Péronne. Le lendemain, les Allemands engagent une offensive à Berny-en-Santerre et Villers-Carbonel. Le régiment résista au prix de lourdes pertes. Les soldats du 22e consolidèrent des points d’appui à Fresnes-Mazancourt, Misery et Marchélopot le 29 mai 1940. Le 5 juin, les troupes du Reich lancèrent une attaque massive. Jacques Ehrenkranz est distingué et obtient son galon de caporal en 1940. Les volontaires étrangers furent violemment bombardés. Encerclés, ils résistèrent, combattirent au corps à corps et retardèrent la marche en avant des Allemands sur Paris au prix du sacrifice d'environ 2000 hommes. A Péronne, le 6 juin 1940, Jacques-Jacob Ehrenkranz rendit ses armes.
Les soldats sont regroupés dans différents camps puis transférés dans un camp de prisonniers de guerre sur le Reich.
Grâce à l’intervention et l’aide d’un prêtre allemand au stalag, Jacques Ehrenkranz, soumis et souffrit du froid et du gel qui condamnèrent ses jambes, fut rapatrié sanitaire en France le 4 octobre 1941 et envoyé à l’hôpital militaire de Lyon d’où on le transféra ensuite au Val-de-grâce de Paris pour tenter de sauver ses jambes. 
 
Germaine, quant à elle, continue à travailler, se pensant à l'abri en tant qu'épouse d'un prisonnier de guerre.
 
Jacques-Jacob Ehrenkranz, très affaibli, parviendra à venir rendre visite à sa famille durant l'hiver 1941-1942. Cet homme qui parlait 5 langues (russe, polonais, allemand, français et espagnol) s'engage dans la résistance en 1942. Il franchira clandestinement la frontière espagnole le 13 octobre 1942, pour rejoindre les FFL, aidé par la comtesse Marguerite Corisande Alexandrine Marie de Gramont dit Margot.
 
Dans la nuit du 17 juillet 1942, deux gendarmes français viennent 7 rue des Cordeliers à Soissons, arrêter Germaine-Gittel et Sylvia Liwer, sa plus jeune soeur sœur, née en 1920 à Bedzin (Pologne). Elles seront déportées sans retour de Drancy à Auschwitz. Sylvia, 22 ans, sera déportée par le convoi n° 12 du 29/07/1942 et Germaine-Gittel, 38 ans, le 18/09/1942 par le convoi n° 34
 
Les deux enfants restent seuls dans la maison avec leur grand-mère.
Le lendemain matin, Robert Laplace* vient chercher les enfants et leur grand-mère pour les emmener chez lui, à la périphérie de Soissons, entouré de champs et de bois, près d'un petit lac. 
La grand-mère et Daniel vont rester environ un mois, puis Annunciata* va les accompagner par le train à Lyon.
 
Annunciata* et Robert Laplace* vont prendre soin de Lisette comme de leur propre fille et les enfants Laplace, qui avaient entre 8 et 12 ans traiteront la petite fille comme leur jeune soeur. Giovanna Biasion* et les enfants se chargent de lui apprendre à lire, puisque par mesure de sécurité et par peur des bavardages des enfants, la petite reste à la maison. 
"Ses frères", les quatre garçons de Annunciata* et Robert Laplace* , lui confiaient leur ration de sucre, tandis que les filles tricotaient des vêtements pour sa poupée.
 
Soissons a eu une résistance très active, et la milice française était constamment à la recherche de résistants, offrant des récompenses aux personnes qui fourniraient des informations sur les Juifs vivant dans la clandestinité ou d'autres ennemis de l'Etat.
Lisette dormait dans une petite chambre mais les Laplace avaient organisé des cachettes si un danger se présenter : dans la cave ou chez Giovanna Biasion* où était cachée une autre petit fille, Germaine. Lisette y trouva un trésor de livres et y passa beaucoup de temps à lire.
Annunciata* et Robert Laplace*, résistants, étaient informés des rafles et à chaque rumeur de danger, ils venaient envelopper la petite fille dans une couverture pour la cacher en catastrophe. 
 
Un jour, un officier allemand se présenta à leur porte pour loger dans leur maison. Annunciata* réussit à le convaincre que leur maison n'était pas faite pour les officiers allemands, parce qu'elle n'avait pas d'eau courante ni de plomberie intérieure. L'officier insista pour loger des soldats allemands qui resteront dans la cour pendant deux semaines, période durant laquelle Lisette resta dans la cave.
 
Jacques Ehrenkranz revint chercher sa fille chez les Laplace* en février 1945. 
Il laissa Lisette avec ses gardiens jusqu'en 1947. Daniel Ehrenkranz tomba malade et mourut en 1948. 
 
En 1950, Lisette et son père déménageront en Israël.
 
A la mort d'Annunciata*, Lisette portera le deuil. "Je ne l'ai jamais oubliée, elle fait partie de moi." dira-t-elle lors de la cérémonie à Soissons.
 
La médaille des Justes a été remise le 7 avril 2013 à la Mairie de Soissons (02200) aux ayants droit de Annunciata* et Robert Laplace* et de Giovanna Biasion*.

27/11/2017

asso 8350

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Les persécutions des Juifs victimes de la Solution Finale à Berck sur Mer pendant la 2de Guerre mondiale , Mémoire ou thèse 60 pages, réalisation 2014
Auteur : Cyril Brossard - terminal
Étude réalisée à la suite d'un voyage d'études à Auschwitz-Birkenau et suite à une demande d'élèves de Terminales ES du lycée Jan Lavezzari. Etude qui sert aussi à la préparation au CNRD 2014-2015 dont le thème est la découverte des camps de concentration, le retour des déportés et la découverte du système concentrationnaire nazi.
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie , Mémoire ou thèse 148 pages, réalisation 2009
Auteurs : Frédéric Viey, Franck d'Almeyda
Cette Histoire des Juifs du Nord et de Picardie relate le quotidien des Juifs dans le Nord de la France à partir du Moyen-Âge jusqu'à nos jours. Durant la Seconde Guerre Mondiale, les Communautés Juives de ces régions ont payé un lourd tribu en perte humaine : la déportation et l'exécution après être passé par le Camp des Malines. Aujourd'hui dans toutes les Communautés un monument rappelle les sacrifices faits par le Peuple Juifs. Après la Seconde Guerre Mondiale, la population juive de France est exsangue. Les survivants vont essayer de faire revivre leur patrimoine religieux et culturel.
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie , Mémoire ou thèse 148 pages, réalisation 2009
Auteurs : Frédéric Viey, Franck d'Almeyda - terminal
Cette Histoire des Juifs du Nord et de Picardie relate le quotidien des Juifs dans le Nord de la France à partir du Moyen-Âge jusqu'à nos jours. Durant la Seconde Guerre Mondiale, les Communautés Juives de ces régions ont payé un lourd tribu en perte humaine : la déportation et l'exécution après être passé par le Camp des Malines. Aujourd'hui dans toutes les Communautés un monument rappelle les sacrifices faits par le Peuple Juifs. Après la Seconde Guerre Mondiale, la population juive de France est exsangue. Les survivants vont essayer de faire revivre leur patrimoine religieux et culturel.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 la Famille Angel (Histoire tragique d'une famille qui a tenté d'échapper à son destin en se sauvant de Lille, vers la Loire Atlantique )
2 François Molet (François Molet, né à Beaurevoir le 14 mars 1905 est fusillé le 7 avril 1942 au Mont-Valérien. )
3 Benoit Fould, 1er Juif à avoir été député de France (Bénédict (Benoît) Fould, marié avec Hélèna Oppenheim, 1er député Juif de France (1792 – 1858), député de Saint-Quentin le 14 mai 1834 de Franck d’Almeida. )
4 René Wallard (Page facebook du livre qui est en préparation sur son histoire.
Titre du livre "Dis leur de ne jamais pardonner". )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019