Soutenez le travail de l'AJPN
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages  
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période nazie dans les communes de France
23 annonces de recherche
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
38080 noms de commune
95 départements et l'étranger
1228 lieux d'internement
744 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4342 Justes de France
914 résistants juifs
15821 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e Guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque : 1331 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Nord

Région :
Hauts-de-France
Département :
Nord

Préfets :
Fernand Carles
(1936 - 1944) Préfet régional
Henry Darrouy
(1941 - 1944) Préfet délégué
Jean Michel Adrien Cabouat
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République
Roger Édouard Verlomme
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République
Francis Louis Closon
(1944 - 1948) Commissaire régional de la République
Roger Verlomme
(1944 - 1946) Préfet
Marcel Lanquetin
(1946 - 1955) Préfet

À lire, à voir…

Grégory Célerse Grégory Célerse
Sauvons les enfants ! : Histoire du comité lillois de secours

ACHETER EN LIGNE

Étienne Dejonghe Étienne Dejonghe
Yves Le Maner
Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Franck Fajnkuchen Franck Fajnkuchen
Yzkor. Une famille juive en France entre 1940 et 1944

ACHETER EN LIGNE

Frédéric Viey Frédéric Viey
Franck d'Almeida
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Chil Mohr

Texte pour ecartement lateral

Lille 59000 Nord
Nom de naissance: Mohr-Schlanger
Date de naissance: 1902 (Galicie (Pologne))
Profession: Marchand forain
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Chil-Mohr
Fausse carte d'identité de Chil Mohr
source photo : Arch. fam. Léo Mohr
crédit photo : D.R.
Chil-Mohr
En haut : Juliette, Chil Mohr, S. Ruck, Jacques, Léon*, Lieba Mohr, Claire*. Au 1er rang : Henri, Irène, Léo et Alfred (Titi) à la Libération en 1944 à Bosdarros
source photo : Arch. fam. Léo Mohr
crédit photo : D.R.

Histoire

En 1939, Chil Mohr-Schlanger et Lieba Ruck-Brant, arrivent dans les années 1920 de Galicie, province autrichienne devenue polonaise.
Mariés à Lille en 1928, ils habiteront le quartier Saint-Sauveur : rues de Tournai, Charles Saint-Venant puis rue de Rocroi avec leur fils unique Léo, né le 26 février 1932.
Chil Mohr est marchand forain, passionné de culture Yiddish et militant très engagé. Il écrit de la poésie et dans des journaux et revues yiddish. Ils reçoivent chez eux des blessés des brigades juives, des convalescents, qui témoignent.

Au cours de la débâcle de mai 1940, devant l’invasion nazie, la famille Mohr part sur les routes, sous les bombardement et les mitraillages des stukas. Ils passent par Abbeville, Eu, Dieppe et Rouen qui sont rasés derrière eux et se réfugie à Auray en Bretagne.
Après la défaite, ils rentrent à Lille et subissent les pénuries avec courage.

En 1942, la vie devient très difficile à cause des lois anti-juives, du port de l’étoile jaune à partir de l'âge de 6 ans et des rafles qui s'intensifient...
Lorsque Léo arrivent à l'école Carnot avec son étoile jaune cousue sur son vêtement, le maître Bodaert, sévère dans sa blouse grise est stupéfait puis il s'écrie : "Levez vous en silence et regardez bien votre camarade, vous devez lui rendre honneur", puis son maître lui recommande de ne plus revenir à l'école.

Le 16 juillet 1942, c’est la rafle du Vel d’hiv. Chil Mohr apprend l’arrestation de sa plus jeune sœur Henna Becherbluth avec ses deux filles Charlotte, 6 ans et Léa, 3 ans. Elles seront déportées sans retour vers Auschwitz le 26 août 1942 par le convoi n° 24.

La famille décide alors de fuir en zone dite "libre". Grâce à de faux papiers fournis par des résistants à la Préfecture de Lille, ils franchissent la ligne de démarcation par Dax et Saint-Jean-Pied-de-Port le 8 août 1942.
Le lendemain, Sam Ruck est arrêté à ce même contrôle puis sera déporté sans retour de Beaune-la-Rolande vers Drancy puis Auschwitz par le convoi n° 57. Son épouse Léa et son fils Michel, âgé de 2 ans, échapperont à cette arrestation et rejoindront la zone libre.

En août 1942, des passeurs les amènent en zone libre,à pied à travers les montagnes basques jusqu'à Mauléon. Puis ils parviennent à rejoindre le reste de la famille de Lieba à Gan où ils sont accueillis comme réfugiés

Dans ce village du Béarn, prés de Pau, la vie s’organise. En octobre 1942, Léo rentre à l’école primaire dans la classe de M. Campa et en octobre 1943, il entre comme pensionnaire au Lycée Louis Barthou de Pau en 6e.

Mais en novembre 1943, la zone "libre" connaît l’occupation nazie, l’étau se resserre sur les juifs. Des rafles ont même lieu dans les classes, les professeurs recommandent la fuite.
Prévenu d’une rafle imminente par des résistants de Pau, Chil Mohr fuit et se cache à Oloron-Sainte-Marie.
Lieba et son fils Léo décident de rester. Deux jeunes miliciens les surprennent au petit matin Le temps qu'ils aillent chercher le camion, Lieba et Léo s’enfuient à travers champs.
Lieba se dirige vers la ferme Mirassou dans le petit village des monts de Bosdarros, chez la famille Dubois* qu’elle connaît pour y avoir parfois acheté du lait et des œufs.

Léon* et Claire Dubois* habitent avec le grand-père Candegabe et 3 de leurs 6 enfants : Juliette, 18 ans, Alfred, 13 ans et Irène, 11 ans alors que les 3 aînés, Robert, Jean-Louis et Germain sont prisonniers de guerre en Allemagne.
Lieba est accueillie avec chaleur et compréhension par Léon Dubois*, qui avait été gazé en 1916 et son épouse Claire*.
Après un bref échange de paroles, les Dubois* acceptent tout naturellement de garder ce petit garçon juif : puisqu'il n'est pas question qu'il aille à l'école, il pourra garder les vaches. Mais lorsque Lieba tend à Claire Dubois* un petit sac de velours noir contenant quelques bijoux au cas où elle ne reviendrait pas, Claire* refuse et lui dit : "Nous avons élevé 6 enfants, Léo sera le 7e".
Lieba s'en va et Claire* emmène Léo dans la cuisine et lui prépare des beignets, tandis que le grand-père lui fait goûter son vin de Jurançon...

Léo passera une année heureuse entourée d’une vraie famille généreuse et souriante.
Léon Dubois* emmène Léo partout, lui apprend à traire, à fixer le joug des bœufs, à labourer, tandis que le chien, Loulou, l'aide à garder les douze vaches.
Lieba fait de brèves apparitions et apporte des nouvelles de Chil, malade, caché à Oloron grâce à la protection d'un policier résistant.

La sœur de Léon Dubois*, buraliste du village monte précipitamment à la ferme elle est très émue, bouleversée, et s'écrie : "Tout le monde sait que tu caches des juifs,ils vont venir brûler ta ferme,tu seras fusillé !!!".
Claire* emmène alors les enfants se cacher chez des voisins : les Lajous.
Léon* reste : "je suis chez moi ici" et court chercher son fusil enfoui entre les vignes.
Le calme revient un peu, le facteur apporte des informations car il n'y a pas la radio à la ferme, faute d'électricité. Ils sont éclairés par des lampes à carbure. Ils commencent à manquer de tout, le maïs et les châtaignes remplacent le pain.

Le 6 juin 1944, le facteur a bien du mal à grimper la côte car il a un peu trop arrosé le débarquement.

En septembre 1944, c’est la libération : Léo retrouve ses parents et il se souvient encore aujourd’hui, avec émotion des retrouvailles des deux familles à Mirassou.

En 1945 la famille Mohr regagne Lille où la vie reprend son cours.

Léon Dubois* est décédé en 1947.
Lieba Mohr et Claire Dubois* entretiendront une correspondance régulière jusqu'au décès de Claire*.

04/07/2010

asso 3022

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Les persécutions des Juifs victimes de la Solution Finale à Berck sur Mer pendant la 2de Guerre mondiale , Mémoire ou thèse 60 pages, réalisation 2014
Auteur : Cyril Brossard - terminal
Étude réalisée à la suite d'un voyage d'études à Auschwitz-Birkenau et suite à une demande d'élèves de Terminales ES du lycée Jan Lavezzari. Etude qui sert aussi à la préparation au CNRD 2014-2015 dont le thème est la découverte des camps de concentration, le retour des déportés et la découverte du système concentrationnaire nazi.
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie , Mémoire ou thèse 148 pages, réalisation 2009
Auteurs : Frédéric Viey, Franck d'Almeyda - terminal
Cette Histoire des Juifs du Nord et de Picardie relate le quotidien des Juifs dans le Nord de la France à partir du Moyen-Âge jusqu'à nos jours. Durant la Seconde Guerre Mondiale, les Communautés Juives de ces régions ont payé un lourd tribu en perte humaine : la déportation et l'exécution après être passé par le Camp des Malines. Aujourd'hui dans toutes les Communautés un monument rappelle les sacrifices faits par le Peuple Juifs. Après la Seconde Guerre Mondiale, la population juive de France est exsangue. Les survivants vont essayer de faire revivre leur patrimoine religieux et culturel.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 la Famille Angel (Histoire tragique d'une famille qui a tenté d'échapper à son destin en se sauvant de Lille, vers la Loire Atlantique )
2 François Molet (François Molet, né à Beaurevoir le 14 mars 1905 est fusillé le 7 avril 1942 au Mont-Valérien. )
3 "Lettre à Esther" et "Enfances volées" ("Lettre à Esther" : vidéo (20mn) réalisée dans le cadre d'un projet scolaire sur l'histoire de la famille Angel, réfugie à St-Michel-Chef-Chef, arrêtée en juillet 1942, déportée à Auschwitz
"Enfances volées" : vidéo (10mn) sur Rachel Angel et Victor Pérahia, arrêtés en juillet 1942 )
4 René Wallard (Page facebook du livre qui est en préparation sur son histoire.
Titre du livre "Dis leur de ne jamais pardonner". )

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]




Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
 * Juste parmi les Nations
 

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008-2024