Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
771 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
710 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4171 Justes de France
920 résistants juifs
11803 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Maine-et-Loire

Région :
Pays de la Loire
Département :
Maine-et-Loire

Préfets :
Pierre Ancel
(10/10/1938 - 16/08/1940) Préfet de Maine-et-Loire
Jean Roussillon
(16/08/1940 - 31/07/1943) Préfet régional de la région d'Angers (Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et la partie occupée de l'Indre-et-Loire) (1896-1970)
Pierre Daguerre
(14/11/1941 - 01/08/1943) Préfet délégué de Maine-et-Loire
Charles Donati
(01/08/1943 - 10/08/1944) Charles Guérin Joseph Louis Donati, Préfet régional de la région d'Angers (Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et la partie occupée de l'Indre-et-Loire) (né en 1891)
Michel Sassier
(15/09/1943 - 10/08/1944) Préfet délégué de Maine-et-Loire
Michel Debré
(10/08/1944 - 01/04/1945) Michel Debré dit Jacquier, Commissaire de la république de la région d’Angers (Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et la partie occupée de l'Indre-et-Loire) (1912-1996)
Michel Fourre-Cormeray
(10/08/1944 - 11/05/1945) Préfet de Maine-et-Loire
Alain Savary
(01/04/1945 - 11/05/1945) Commissaire de la république de la région d’Angers (Loire-Inférieure, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et la partie occupée de l'Indre-et-Loire) (1918-1988)
Henri Piton
(11/05/1945 - 21/01/1946) Préfet délégué de Maine-et-Loire
Henri Piton
(15/05/1945 - 21/01/1946) Préfet de Maine-et-Loire
Georges Bernys
(21/01/1946 - 01/09/1947) Préfet de Maine-et-Loire

À lire, à voir…

Antoine Prost Antoine Prost
Jean-Pierre Azéma
Jean-Pierre Rioux
Les communistes français, de Munich à Châteaubriant (1938-1941)

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Léo Bergoffen

Texte pour ecartement lateral

Angers 49000 Maine-et-Loire
Date de naissance: 30/10/1922 (Berlin (Allemagne))
Arrestations: 26/08/1942
Age de l'arrestation : 20
Date et lieu de la déportation : 02/09/1942
Numéro de convoi : 27
Nom du camp : Auschwitz (Pologne)
Date du retour de camp : 11/05/1945
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Leo-Bergoffen
Extrait du cahier de recensement des juifs de l’arrondissement d’Angers
source photo : Archives départementales 12W41 ADML
crédit photo : D.R.
Leo-Bergoffen
Léo Bergoffen et son épouse, Odette née Blanchet*, 1946
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Histoire

Léo Bergoffen né à Berlin déporté à Auschwitz témoin à Angers

Léo Bergoffen, né le 30 octobre 1922 à Berlin (Allemagne) est issu d'une famille juive austro-hongroise.
Son père, Jacob né le 15 mais 1892 à Podgorz (Pologne), est Tchèque, et sa mère, Tilly née Singer le 10 mai 1893 à Oswiecin (Pologne), est Polonaise. Ses parents ont d'abord vécu en Tchécoslovaquie, mais c'est à Berlin que Léo est né.

En 1933, à 11 ans, il fut obligé de défiler comme tous les écoliers Berlinois devant le nouveau chancelier Hitler, puis il fut chassé de l'école en raison de ses origines juives.
La famille reste à Berlin jusqu'en 1937 puis se réfugie à Prague (Tchécoslovaquie) et arrive à Angers en mars 1939.

En juin 1940, la France est envahie par les Allemands et le gouvernement de Vichy est mis en place.

Léo, et ses parents sont assignés à résidence 21, rue des Rêveries.
Léo travaille comme traducteur.

En juin 1942 ses parents prétendent à une dispute, pour justifier la fuite de Léo Bergoffen fuit seul, pour la zone dite "libre". Il est arrêté le 26 août 1942, et livré aux Allemands en tant que juif étranger :
"Le 26 août, deux gendarmes m'ont demandé de les suivre pour un contrôle d'identité. De la gendarmerie, j'ai été conduit, avec d'autres, en camionnette, au camp militaire de Nexon, près de Limoges. Plus de cent personnes étaient déjà internées. Le Rabbin de Limoges est venu nous voir, nous garantissant que nous allions travailler en Allemagne, que nous ne risquions rien. Le soir même nous avons été entassés dans des camions et des wagons à bestiaux pour être livrés aux Allemands à la ligne de démarcation".1

Léo Bergoffen est ensuite transporté au camp d’internement de Drancy.
Il attendra là-bas quelques jours avant d'être transféré le 2 septembre vers le camp d'extermination d'Auschwitz. Lui et 1015 autres personnes sont déportées par le convoi n° 27 dont seulement 30 survivront.

Une fois là-bas, Léo Bergoffen est sélectionné pour travailler pour le compte des nazis, en raison de son âge et de son bon état physique. Il survit tant bien que mal à des conditions d'hygiène déplorables, et des conditions de vie inimaginables pour des êtres humains.
Le numéro de tatouage de Léo Bergoffen était le B10909.

Suite à l’avance des troupes soviétiques à l’Est, Léo Bergoffen est évacué vers l’Ouest.
Il est libéré par les soviétiques, le 11 mai 1945.

Affaibli, il pèse à peine 40 kilos, et doit être hospitalisé d'urgence en Allemagne. Après quelques jours de repos à l'hôpital, il se rend avec quelques anciens déportés, à Prague, et fait la rencontre de l'officier responsable de la mission militaire, avec qui il rentrera à Paris.
Il revient à Angers où il apprend que ses parents, Jacob et son épouse, ont été arrêtés le 20 juillet 1942, puis déportés à Auschwitz par le tristement célèbre convoi n° 8, parti d'Angers.
Léo Bergoffen est alors aidé par son ancien patron avec qui il va à Mouliherne.
Là-bas, lors d'une conférence du Dr Lazar Moscovici, lui aussi déporté à Auschwitz par le convoi n° 8, il rencontre Odette Blanchet*, qu'il épousera le 26 février 1946. Odette Blanchet* est résistante, Chevalier de la Légion d’honneur et Juste parmi les Nations, pour avoir sauvé Mme Moscovici et ses deux enfants, Jean-Claude, 6 ans, et Liliane, 2 ans, trois membres de la famille Moscovici.

10/09/2011
Lien : Lycée Bergson

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Site internet sur le Camp de la Forge de Moisdon-la-Rivière (Histoire du Camp de la Forge de Moisdon-la-Rivière. )
2 Le camp de Beauregard à Clefs (Site personnel en cours de réalisation )
3 Site Communal (Site officiel de la Mairie de Draché )
4 A Bléré, la ligne de démarcation est toujours dans les mémoires (Cet article résume bien la position de Bléré et le role heroique de ses habitants Journal La Nouvelle République. 25 Aout 2007 )
5 la Famille Angel (Destin croisés des familles Angel et Delépine, originaires du nord et toutes deux réfugiées à Tharon plage )
6 "Lettre à Esther" (La vidéo retrace l'histoire de la famille Angel depuis son arrivée en France début XX°, son intégration en France, l'arrestation et la déportation à Auschwitz (convois 8 et 34) de cette famille réfugiée à Pornic et Tharon. "Enfances volées": vidéo retraçant la déportation de Rachel Angel et de Victor Pérahia, avec le témoignage de celui-ci )

Notes

- 1 - Léo Bergoffen, témoignage recueilli par M. Chevallier en 1999/

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019