Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
746 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4169 Justes de France
920 résistants juifs
11415 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1267 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Bas-Rhin

Région :
Grand-Est
Département :
Bas-Rhin

Préfets :
Émile Bollaert
(11/1945 - 1947) Commissaire régional de la République pour la région de Strasbourg (Bas-Rhin et Haut-Rhin). Arrêté et déporté en Allemagne en 1944, il est désigné commissaire de la République à Strasbourg après son rapatriement (1890-1978)

À lire, à voir…

Daniel Froville Daniel Froville
Pierre Bockel, l’aumônier de la liberté

ACHETER EN LIGNE

Médard Brogly Médard Brogly
La grande épreuve - l'Alsace sous l'Occupation Allemande 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Le Camp des Mazures et ses déportés juifs

 

René Gutman René Gutman
Le Memorbuch - Mémorial de la Déportation et de la Résistance des Juifs du Bas-Rhin

ACHETER EN LIGNE

Eric Rondel Eric Rondel
L'Armée américaine en Alsace : Haut-Rhin / Bas-Rhin 1944-1945

ACHETER EN LIGNE

Max Lagarrigue Max Lagarrigue
1940, la France du repli, l'Europe de la défaite

ACHETER EN LIGNE

Jean-Émile Andreux Jean-Émile Andreux
Mémorial des déportés du Judenlager des Mazures

 

Marie-Joseph Bopp Marie-Joseph Bopp
Histoire de l'Alsace sous l'occupation allemande, 1940 1945

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Ernest Loeb

Texte pour ecartement lateral

Ingwiller 67340 Bas-Rhin

Aidé ou sauvé par : - Pierrette Jurvillier - Roger Jurvillier
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Histoire
Au début de la seconde guerre mondiale, Roger Jurvillier* habitait avec sa mère à Echiat, petit hameau appartenant à la commune de Taxas Senat (Allier). Roger* y exploitait la ferme familiale.

Au moment de l’invasion allemande, deux de ses copains de régiment, Robert Wolf et Ernest Loeb, tous deux juifs et natifs d’Ingwiller, pressés de quitter la zone annexée au Reich, sollicitèrent son aide pour trouver une position de repli en zone libre.

Roger* prépara aussitôt leur arrivée dans la région et retint deux logements (l’un à Gannat, l’autre à Neuvial) où il installa dès 1941 ses deux amis, les parents de Robert Wolf et sa grand-mère, Madame Debré. La même année, en présence de la famille Jurvillier, Robert Wolf épousait à Bègues, près de Neuvial, sa fiancée Colette Ollinger, venue le rejoindre. En avril 1942 naissait Danièle Wolf, puis en avril 1943 son frère Alain.

En septembre 1943, les parents et la grand-mère de Robert Wolf, arrêtés à Gannat parce que juifs, furent déportés sans retour. Affolés, Robert et Colette, qui résidaient alors à Neuvial avec leurs deux bébés de 17 et 5 mois, cherchèrent à gagner un refuge plus isolé et plus sûr. Roger Jurvillier* et sa mère leur ouvrirent grand leur porte et cachèrent tous les biens de la famille, y compris les meubles et la voiture, sous le foin de la grange.

Ils passèrent ainsi plus d’un an dans la famille Jurvillier qui s’enrichit bientôt d’un nouveau membre : Pierrette Gozard*, modiste, née en 1925 près de Tours. Celle dont Roger* avait fait connaissance à un mariage à Montluçon, fut, quelques jours après cette rencontre, dénoncée comme sympathisante de la Résistance par une patronne "collabo" et convoquée à la Gestapo. "Pas de problème lui dirent ses amis, vas-y avec Roger, il sait se débrouiller". Ce qui fut dit fut fait. Il fut vivement recommandé aux deux jeunes gens, reçus par un officier allemand compatissant, de disparaître du paysage. "Il était sympathique, se souvient Pierrette*. On a appris qu'il avait été expédié sur le front russe".
Le soir même, ils débarquaient à Echiat, où ils retrouvaient les Wolf et deux réfractaires au STO cachés à la ferme.

Le courage n’empêche pas l’amour… Ils décidèrent de se marier et le firent au plus vite pour que la jeune Pierrette* ne disparaisse pas seulement de sa ville, mais aussi pour qu’en prenant le nom de son époux, elle change d’identité. Les noces eurent lieu à Taxat-Sénat le 29 avril 1944 et tous leurs amis sont là, même les Juifs, sans que personne du village n'y prête attention.

Avec des caches successives pour les uns, pour les autres, les ravitaillements à travers les vignes, Pierrette* et Roger Jurvillier* vont aider, protéger, soutenir tous les proscrits qui se trouvaient sur leur route, juifs, réfractaires au STO, maquisards.
Ils emploient deux ouvriers du STO (Service de travail obligatoire), surnommés Pépin et Laplanche et accueillent les résistants qui viennent de la montagne et passent la nuit chez eux.

Trois ou quatre fois, des officiers allemands viennent dans la cour de la ferme. Pierrette* leur vends des œufs et puis ils repartent.

Mais Pierrette* et Roger* ne s’en tinrent pas là : le 14 juillet 1944, les Allemands effectuèrent une descente au Neuvial. Dès leur arrivée, Josette (une petite fille de 7 ans) fut chargée de prévenir Ernest Loeb, qui n’avait pas quitté le village. Ernest s'enfuit, traversa la Sioule à la nage et vint se réfugier chez Pierrette* et Roger Jurvillier* à Echiat. Il arriva dans la nuit à la ferme des Jurvillier, en repartit illico avec Roger* qui le conduisit à une cabane plantée au milieu des vignes. Chaque soir, en dépit des fatigues de la journée, son fidèle copain lui apportait nourriture et réconfort, jusqu’à ce qu’avec la Libération, tous recouvrent la liberté.

Témoignage de Pierrette Jurvillier*
Lorsque la famille Wolf, à nouveau aux abois, ne sachant où aller, s'est présentée à la ferme, Roger* d'abord, dès 1941, puis moi, à compter de 1943, nous avons décidé, tout simplement, de mettre en pratique notre philosophie de vie.
Nous n'avons rien fait d'extraordinaire : il nous a semblé normal d'accueillir un jeune couple et leurs bébés essayant d'échapper à la mort qui menaçait à nouveau la famille (les parents et la grand-mère de Robert Wolf avaient déjà été raflés et déportés).
Comment penser et agir autrement ? Robert Wolf et Roger* n'étaient pas des étrangers l'un pour l'autre, ils s'étaient connus sous l'uniforme du même régiment et il était impensable, pour nous, d'abandonner cette famille dans la tourmente. Je savais, peut-être mieux que d'autres, ce que signifiait cette tourmente puisque, moi aussi dénoncée, la discrétion était de rigueur. C'est cette discrétion, aussi, qu'Ernest Loeb, qui lui aussi faisait partie du même régiment, a connue, en trouvant refuge chez nous.
Avec des caches successives pour les uns, pour les autres, les ravitaillements à travers les vignes, nous avons pu aider, protéger, soutenir tous les proscrits qui se trouvaient sur notre route.
Même si nous n'avons pas été les seuls, nous avons été peu nombreux à réagir avec l'humanité de nos convictions.
Si vous trouvez que ce qui a été fait devait l'être, un combat n'est jamais terminé. A vous tous de continuer.

22/07/2010

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.
Paul Ernest dit Paul Bourson Farouche opposant au régime nazi, Exposé 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE - terminal
Article extrait d'une étude généalogique sur la famille BOURSON de Vigy (Moselle) et alliés (http://majoresorum.eklablog.com)


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Memorbuch (Mémorial des Juifs du Bas-Rhin )
2 Journal de guerre de Charles Altorffer
3 Actes du colloques de Metz (Annexion et nazification en Europe, Actes du colloques de Metz, 2003 )
4 Site officiel de la Commune de Montigny-les-Monts
5 Site non officiel de la commune d' Auxon (Site non officiel de la commune d' Auxon.
Démarches administratives, histoire du village, cartes postales et photos anciennes.
)
6 Saint-Dizier la période 1939-1945 en photos (La ville de Haute-Marne la période 1939-1945 en photos )
7 Histoire de Lièpvre de 1870 à 1945.
8 Le grands entretiens : André Kahn (Né en 1929 dans la bourgade alsacienne de Schirrhoffen, André Kahn est un rescapé de la Shoah. Evacué en train en janvier 1945 en direction de Gusen II, camp annexe de Mauthausen, puis à pied en avril vers Bergen-Belsen, André Kahn y est libéré par l'armée britannique et rapatrié le 5 juin à l'hôtel parisien Lutetia. )
9 Les grands entretiens : Denise Swaab-Kahn (Née en 1927 dans la bourgade alsacienne de Schirrhoffen, Denise Kahn est une rescapée de la Shoah. Rapatriée en juin 1945 à l'hôtel Lutetia à Paris. )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019