Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
698 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
702 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4147 Justes de France
920 résistants juifs
11251 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1258 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Seine-Maritime

Région :
Normandie
Département :
Seine-Maritime

Préfets :
Roger Verlomme
(1938 - 1940) Préfet de la Seine-Inférieure
René Bouffet
(1940 - 08/1942) Préfet de la Seine-Inférieure et à partir de 1941 Préfet régional de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime). Arrêté et révoqué par la Résistance le 19 août 1944 (1896-1945)
José Bourgeois
(1941 - 1942) Préfet délégué de la Seine-Inférieure
André Parmentier
(1942 - 19/08/1944) André Auguste Parmentier, Préfet régional de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime). Arrêté et révoqué par la Résistance, il est relevé de sa condamnation pour faits de Résistance (1896-1991)
Directeur de cabinet : Jean Spach

André Pujes
(1942 - 1944) Préfet délégué de la Seine-Inférieure
Louis Dramard
(1944 - 1944) Louis Marie Charles Dramard, Préfet régional de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime)
Paul Haag
(1944 - 1944) Préfet de la Seine-Inférieure
Pierre Guerin
(1944 ) Préfet délégué de la Seine-Inférieure
Henri Bourdeau de Fontenay
(29/08/1944 - 31/03/1946) Commissaire régional de la République de la région de Rouen (Calvados, Eure, Manche, Orne et Seine-Inférieure (= Seine-Maritime) (1900-1969)

À lire, à voir…

Yves Lecouturier Yves Lecouturier
Shoah en Normandie - 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Denise Holstein Denise Holstein
"Je ne vous oublierai jamais, mes enfants d'Auschwitz..."

ACHETER EN LIGNE

Denise Holstein Denise Holstein
Le Manuscrit de Cayeux-sur-Mer

ACHETER EN LIGNE

M. Dandel M. Dandel
G. Duboc
A. Kitts
E. Lapersonne
Les Victimes Civiles en Haute Normandie

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Denise Holstein

Texte pour ecartement lateral

Rouen 76000 Seine-Maritime
Nom de naissance: Holstein
Date de naissance: 06/02/1927 (Rouen)
Arrestations: 22/07/1944
Age de l'arrestation : 17
Date et lieu de la déportation : 31/07/1944
Numéro de convoi : 77
Nom du camp : Auschwitz
Date du retour de camp : 1945
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Denise-Holstein
Les plus jeunes enfants de l'orphelinat de Louveciennes sont encadrées par Denise Holstein, 17 ans
source photo : Coll.FFDJF
crédit photo : D.R.
Histoire
Denise Holstein est née à Rouen dans une famille juive. Elle connaît une enfance heureuse avec son frère jusqu’à la guerre.
La famille parvient à retourner à Rouen après l’Exode malgré l’interdiction faite aux Juifs de revenir dans la partie de la France soumise au joug nazi.

Son père, Bernard Holstein est chirurgien-dentiste.
Il participe à la Première Guerre mondiale et est de nouveau mobilisé en 1939.
Sa mère Juliette, s'occupe de ses enfants.

La famille Holstein part vers le Midi de la France en 1940, mais choisit de revenir à Rouen au bout de quelques mois.

Bernard Holstein, bien que juif, est autorisé à travailler en raison de son statut d'ancien combattant décoré de la croix de guerre.

La famille se fait recenser en 1940.

Il est arrêté une première fois lors de la rafle du 6 mai 1942, interné au camp de Drancy et libéré trois mois plus tard.

Le frère de Denise, envoyé en zone libre, rejoindra le maquis.

Denise et ses parents sont arrêtés chez eux au soir du 15 janvier 1943 lors de la grande rafle de tous les Juifs de Rouen et de la Seine-Inférieure (aujourd’hui Seine-Maritime), et transférés à Drancy.

Denise, malade, est hospitalisée. Sa grand-mère la confie à une organisation dépendant de l'UGIF. Elle bénéficie du secours que peut encore apporter l’Union générale des Israélites de France et ne réintègre pas Drancy.
Elle devient monitrice de l'orphelinat juif de Louveciennes.

Le 22 juillet 1944 l’ensemble des enfants réfugiés à Louveciennes et leurs moniteurs, dont Denise Hosltein sont raflés pour être conduits à Drancy avant de prendre le dernier grand convoi pour Auschwitz…
Sur la rampe de Birkenau, un déporté la presse de ne pas prendre d’enfant avec elle ; Denise échappe ainsi à la mort contrairement aux 32 autres enfants de Louveciennes directement envoyés à la chambre à gaz.

Denise est l'un des trois survivants.

Pendant l’été 1945, Denise Holstein, 18 ans alors, est accueillie dans une famille amie à Cayeux-sur-Mer. Elle rédige là le récit tragique des années 1943-1945 qui l’ont conduite de Rouen à Drancy, puis à Louveciennes avant Birkenau et enfin Bergen-Belsen.

Je suis revenue maintenant mais ces visions d’horreur, je crois, ne pourront plus jamais me quitter, et d’ailleurs je ne veux pas oublier, les Français oublient eux beaucoup trop vite et surtout ceux qui n’ont pas souffert c’est-à-dire ceux qui ne sont pas passés entre les mains des Allemands. Tels sont les derniers mots de son témoignage.

03/08/2009

[Compléter l'article]

Témoignage de Denise Holstein

Témoignage de Denise Holstein, survivante du dernier convoi français pour Auschwitz

Et surtout, me dit-il en descendant, ne prends pas de gosse dans tes bras.”
Mais pourquoi ?
Tu comprendras dans quelques jours. Tu vois les enfants? Ça va faire du savon…

Je le pris pour un fou. […] J’aperçois une petite fille toute seule qui pleure sur le quai. Je n’ai pas le courage de la laisser. Je la prends par la main. Le déporté qui venait de me parler s’approche et me dit d’une voix autoritaire : “Tu n’as pas compris ce que je viens de te dire? Ne prends pas de gosse par la main !” Alors je laisse la petite avec un groupe d’enfants et je marche seule dans la nuit.”

Les neuf enfants dont Denise Holstein était la monitrice furent immédiatement gazés.1

29/08/2012

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 La shoah en Normandie (Des extraits du livre de Yves Lecouturier sur Google livres )
2 Monsieur Ermolieff (Je désire indiquer à monsieur Ermolieff dont le père a été assassiné à Pont d'Ouilly le 7 juillet 1944 que ma mère, madame Simon, aujourd'hui décédée et demeurant à l'époque pas loin du pont, m'a parlé plusieurs fois de la mort de cet homme et des atrocités commises par les occupants. Elle était si bouleversée qu'elle ne donnait que peu de détails.Elle se contentait de pleurer. J'aimerais quant à moi, si cela est possible, obtenir plus d'informations concernant ce qui s'est réellement passé dans ce village où j'ai vécu jusqu'à l'age de 6 ans.Mes parents, très silencieux sur ce sujet,n'ont jamais parlé de cette période, en particulier mon père, Lucien Simon, qui tenait un garage pas loin du pont. Même si soulever de telles questions est douloureux, j'aimerais en savoir un peu plus long. )

Notes

- 1 - Témoignage cité dans Les Cahiers pédagogiques, no 379, CRDP, Dijon, décembre 1999.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Ce contenu est signalé erroné à l'administrateur du site]

Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2018