Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
750 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4173 Justes de France
920 résistants juifs
11438 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1269 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Bouches-du-Rhône

Région :
Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département :
Bouches-du-Rhône

Préfets :
Marcel Ribière
(1940 - 1943) Marcel Julien Henri Ribière, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1892-1986)
Max Bonafous
(1941 - 1942) Préfet des Bouches-du-Rhône (1900-1975)
Adelin Rivalland
(1942 - 1943) Adelin Pascal Jean Joseph Rivalland (1893-1965)
Antoine Lemoine
(1943 - 1944) Antoine Jean Marcel Lemoine, Préfet des Bouches-du-Rhône
Jacques Bussière
(1944 - 1944) Jacques Félix Bussière, Préfet des Bouches-du-Rhône. Arrêté, interné au camp de Compiègne puis déporté en Allemagne, il mourra en déportation (1895-1945)
Émile Malican
(1944 - 1944) Émile Gabriel Louis Marie Malican, Préfet des Bouches-du-Rhône
(Mai 1943 - Mai 1944) Marie Joseph Jean Chaigneau, Préfet de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse). Arrêté en mai 1944 par les Allemands, il est déporté au camp d'Eisenberg
Raymond Aubrac
(1944 - 1945) Raymond Aubrac, de son vrai nom Raymond Samuel, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1914)
Paul Haag
(1945 - 1946) Paul Maurice Louis Haag, Commissaire de la République de la région de Marseille (Alpes-Maritimes, Basses-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), Bouches-du-Rhône, Corse, Gard, Hautes-Alpes, Var et le Vaucluse) (1891-1976)

À lire, à voir…

Robert Mencherini Robert Mencherini
Résistance et Occupation (1940-1944)

ACHETER EN LIGNE

Gabriel Bénichou Gabriel Bénichou
L'adolescence d'un Juif d'Algérie

ACHETER EN LIGNE

Isaac Lewendel Isaac Lewendel
Bernard Weisz
Vichy, la Pègre et les Nazis, La traque des Juifs en Provence

ACHETER EN LIGNE

Grégoire Georges-Picot Grégoire Georges-Picot
L'innocence et la ruse

ACHETER EN LIGNE

Robert Mencherini Robert Mencherini
Midi rouge, ombres et lumières

ACHETER EN LIGNE

Renée Dray-Bensoussan Renée Dray-Bensoussan
Catherine Marand-Fouquet
Hélène Échinard
Éliane Richard
Dictionnaire des Marseillaises

ACHETER EN LIGNE

Robert Mencherini Robert Mencherini
Vichy en Provence

ACHETER EN LIGNE

Henri Manen Henri Manen
Au fond de l'abîme

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Gunther Kirchheimer

Texte pour ecartement lateral

Marseille 13000 Bouches-du-Rhône
Date de naissance: 03/06/1932 (Berwangen (Allemagne))
Age de l'arrestation : 8
Date et lieu de la déportation : 22/10/1940
Nom du camp : Gurs
Aidé ou sauvé par : - Hélène Buffet - Victor Buffet
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Gunther-Kirchheimer
Gunther, sa grand-mère, son oncle Willy et ses parents, Flora et Sally
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Histoire
Gunther Kirchheimer est né à Berwangen en Allemagne, le 3 juin 1932 dans un village qui comptait 945 habitants, dont 141 Juifs.

Son père, Sally Kirchheimer est né le 3 décembre 1894 à Berwangen. Son père était négociants en grains.
Durant la 1re guerre mondiale, Sally est enrôlé dans l'armée et promu au grade de caporal en 1916. Fait prisonnier en France, il y restera interné jusqu'à la fin de la guerre.

Sa mère, Flora est née le 13 avril 1907 à Zaberfeld.

Le 8 septembre 1931, Flora épouse Sally Kirchheimer et ils habitent à Berwangen. Gunther nait l'année d'après.

A partir de 1933, les conditions de vie pour les Juifs deviennent de plus en plus difficiles. Sally et Flora quittent Berwangen et partent s'installer à Karlsruhe à la fin de l'année 1935, espérant y trouver du travail, un logement et vivre paisiblement dans l'anonymat d'une grande ville.

La soeur de Flora, Frieda, et son mari étaient parti en Palestine dès 1935. En 1937, son frère James avait suivi sa femme et sa sœur Hilda aux États-Unis et en 1938, son frère Charles était parti aux États-Unis lui aussi.
Une partie de la famille de Sally
avaient eux aussi quitté l'Allemagne.

Sally et Flora décident d'émigrer.
Ils demandent un visa au consulat américain de Stuttgart durant l'été 1938, qu'ils n'obtiendrons pas.

Après la nuit de cristal, Sally est arrêté la nuit du 10 au 11 novembre 1938, comme des centaines de Juifs de Karlsruhe, et interné à Dachau. Il sera libéré en décembre 1938.

Flora demande alors un visa pour Cuba ou la France qui permettrait de rejoindre ensuite les États-Unis.
Ils obtiennent un visa pour Cuba en novembre 1938 et attendent leur départ. Ce visa n'est valable qu'un an et en novembre 1939, ils font une demande de renouvellement.

Fanny, la mère de Flora, parvient à émigrer aux États-Unis le 1er avril 1940 avec son fils cadet, Willy.

Le 22 octobre 1940, Sally, Flore et Gunther sont déportés de Karlsruhe vers le camp de Gurs en France.
Au début de l'été 1941, la famille est transférée à Marseille.
A Marseille, munis de leurs billets pour les Etats-Unis, ils font une nouvelle demande de visas.
Sally est arrêté et interné au camp des Milles.
Gunther reste avec sa mère à Marseille, espérant toujours pouvoir partir.

En 1942, Gunther a 10 ans. Il est pris en charge par l'OSE (œuvre de secours aux enfants).

Sa mère est arrêtée à Marseille et ses parents, Sally et Flora Kirchheimer, sont transférés à Drancy et seront déportés sans retour par le convoi 20 vers Auschwitz le 17 août 1942 où ils sont gazés dès leur arrivée.

A Marseille l'OSE avait rassemblé quelques enfants Juifs, dont Gunther, prétendent vis à vis des autorités, qu'ils sont sous-alimentés, qu'il leur faut un séjour dans les forêts, les placent dans différentes familles, puis dans un château.

Fin 1942, Gunther est confié à la famille Buffet*. Hélène* et Victor*, 65 et 68 ans, retraités des postes, et leur fille Lucienne 40 ans. Ils vivent dans une petite ferme et accueillent ce garçonnet de 10 ans comme leur propre enfant.

Gunther est très perturbé par les dramatiques péripéties vécues depuis deux ans, mais leur affection et leur douceur lui redonnent la joie de vivre. Ils lui établissent de faux papiers au nom de Léon Hirch, et à cause de son accent, prétendent qu'il est leur filleul alsacien. Ils assurent également sa scolarité.
Malgré le très grand danger et les risques de dénonciation, les Buffets* accueillent encore d'autres enfants qui leur sont confiés par l'OSE pour de brèves périodes.
L'un deux, Gérald Blumenthal séjournera chez eux 8 mois, jusqu'à la fin de la guerre.
En 1945, après la libération de la région, les Buffet ont à cœur de conserver l'identité de ces enfants. Aussi, ils organisent chez eux une grande fête pour la Bar-Mitzvah de Gunther et de Gérald, sous la tutelle d'un rabbin de Grenoble.

Après la guerre, Gunther, placé dans un orphelinat juif près de Paris est retrouvé par son oncle, Willy Herbst, le plus jeune frère de sa père, qui avait servi dans l'armée américaine. Il l'emmène vivre aux États-Unis où il arrivera le 8 septembre 1946.

Hélène Buffet* est décédée en décembre 1957, son époux Victor* en avril 1962 et leur fille Lucienne en mars 1953.

Gunther gardera d'affectueuses relations pour ceux qui, par leur bonté et leur générosité, lui avaient redonné le goût de vivre.

26/04/2010

[Compléter l'article]

Témoinage de Gunther Kirchheimer

Discours de Gunther Kirchheimer lors de la cérémonie du 23 juin 2005

Alors que j'étais un jeune garçon terrorisé de 10 ans, et que je venais d'être séparé de mes parents, ignorant qu'ils avaient été envoyés à Auschwitz, l'OSE me plaça au foyer de Monsieur et Madame Buffet*, qui m'accueillirent avec amour et compréhension.
M. et Mme Buffet* me protégèrent en prenant de grands risques pour eux-mêmes durant deux ans et demi.
Si je n'avais pas bénéficié de leur héroïsme, je ne serais plus vivant à ce jour.
Je souhaiterais aussi remercier Yad- Vashem de les honorer, car ils furent réellement des "Justes parmi les Nations".
Je voudrais également remercier l'OSE pour l'œuvre qu'elle a accomplie durant ces années difficiles en sauvant de nombreux enfants.
Avec mon respect et ma gratitude.

26/04/2010
Auteur : Gunther Kirchheimer

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Débarquement en Provence et Libération du midi de la France (Le débarquement en Provence et la libération des villes de Toulon, Saint-Tropez, Aix en Provence et Marseille en août 1944. Film composé d'images : du débarquement anglo-américain et français en Provence les 14 et 15 août 1944… )
2 Les enfants et amis Abadi (Voir le site Les enfants et amis Abadi, remarquable !
Odette Rosenstock et Moussa Abadi avec le concours de Monseigneur Paul Rémond, Archevêque-Évêque de Nice, ont créé le réseau Marcel pour lutter contre le nazisme et les lois antijuives de Vichy. Ils ont caché et sauvé, dans le diocèse de Nice, 527 enfants juifs de 1942 à 1944.
« Les Enfants et Amis Abadi » est une association loi 1901 créée le 4 mai 2000 par Jeannette Wolgust. Elle a pour but de réunir les amis et les enfants cachés par Odette et Moussa Abadi, afin de préserver et perpétuer leur mémoire, et plus généralement de préserver et perpétuer la mémoire de la Shoah. )
3 Artistes et intellectuels réfugiés dans la région marseillaise en 1940-1942 (Robert Mencherini. « Artistes et intellectuels réfugiés dans la région marseillaise en 1940-1942 : un jeu d’ombres entre survie et engagement ». [actes du colloque] Déplacements, dérangements, bouleversement : Artistes et intellectuels déplacés en zone sud (1940-1944), Bibliothèque de l'Alcazar, Marseille, 3-4 juin 2005 organisé par l'Université de Provence, l'Université de Sheffield, la bibliothèque de l'Alcazar (Marseille). Textes réunis par Pascal Mercier et Claude Pérez. )
4 Le pasteur Henri Manen : au Camp des Milles, "un Juste parmi les Nations" (Spécialisées dans la publication des écrits du monde protestant, les éditions Ampelos d'Eric Peyrard ont publié en juillet 2013 un petit livre de première importance (60 pages, format 15 x 23 cm) "Au fond de l'abîme / Journal du Camp des Milles". Cet ouvrage rassemble des écrits du pasteur Henri Manen* qui eut à coeur de relater plusieurs des événements survenus pendant l'été 1942 qui fut dans l'ancienne tuilerie la saison la plus tragique. De précieux compléments accompagnent les écrits du pasteur : une préface très éclairante de l'historien du protestantisme et de la mémoire Philippe Joutard ainsi qu'une postface d'Alain Chouraqui, président de la Fondation du Camp des Milles. )
5 Camp de Saliers. 1942-1944. Une mémoire en héritage. (Histoires et mémoires du camp d'internement pour Nomades de Saliers (Bouches-du-Rhône) ayant accueilli près de 700 voyageurs, sinti, manouches, gitans, yeniches, mais aussi forains, dont 26 ne sont pas revenus… Na bister! (N'oublions pas!) )

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Ce contenu est signalé erroné à l'administrateur du site]

Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019