Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
768 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
709 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4171 Justes de France
920 résistants juifs
11660 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page


Ruth Klonover



 
Paris 75000 - Paris
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]
Ruth-Klonover
Ruth Klonover au Château de la Hille, 1941-1942
source photo : USHMM. Coll. Walter Reed
crédit photo : D.R.
Ruth-Klonover
De gauche à droite, devant : Gerhard Eckmann, Guy Haas, Paul Schlesinger, Peter Bergmann et Siegfried Findling.
Derrière : Édith Goldapper, Lotte Nussbaum, Inge Joseph, Ruth Klonover et Adèle Hochberger, Château de Seyre, 1940.
source photo : USHMM. Coll. Walter Reed
crédit photo : D.R.
Histoire

In the year preceding the outbreak of World War II, nearly 1000 Jewish children from Germany and Austria between the ages of 4 and 17 found refuge in Belgium. Some came individually, others illegally, and some on an organized transport which gathered the children from Cologne. The rescue effort was organized by the Comite d'Assistance aux Enfants Juifs Refugies (CAEJR), an organization founded by Madame Goldschmidt-Brodsky, whose husband, Alfred, was an official of the Belgian Red Cross. Most of the children were sheltered in private homes, and about 80 in two large children's homes. The girls' home, known as the Home General Bernheim, was located in the Brussels suburb of Zuen, and the boys' home, called Home Speyer, in the suburb of Anderlecht. After the German invasion of Belgium in May 1940, the children escaped to southern France. For most of the next year, the 100 children lived in an unfurnished barn on a large farm in Seyre, south of Toulouse. The children were accompanied to France by Lucienne and Gaspard de Waay, a couple who had worked with the children in Home Speyer, and by Elka Frank, director of the girls' home.
The de Waays remained with the children for several months. The older children helped care for the younger ones and worked on nearby farms. Food and clothing were in short supply. The Goldschmidts also fled to France and were living in the town of Cahors. Utilizing their connections with the Swiss Red Cross, they made contact with Maurice* and Elinor Dubois, local heads of the Secours Suisse aux Enfants (Swiss Children's Aid), an agency of the Swiss Red Cross, and prevailed upon them to come to the aid of the Jewish refugee children.

During the autumn of 1940, the Secours Suisse took charge of the group in Seyre, now under the direction of Alexander and Elka Frank, and brought in badly needed supplies. They also decided to move the children to a more secluded site, the abandoned Chateau de La Hille, which was closer to the Spanish border.

In February of 1941, the older boys moved to the chateau to begin renovating it for occupancy. Elka and Alexander Frank followed with the younger children a few months later. Shortly after the move, Roesli Naef* assumed the directorship of the home.

During the summer of 1941, seventeen of the younger La Hille children were able to leave for the United States through the efforts of of the US Committee for the Care of European Children assisted by the AFSC (American Friends Service Committee). Two other teenagers also immigrated to the US that summer.

In August 1942, French police raided the La Hille colony and arrested approximately 40 of the older children, who were then sent to the Le Vernet internment camp to await deportation. Naef* immediately contacted Maurice Dubois*, who went to see René Bousquet, the authorities in Vichy to demand the release of the children. When Dubois* threatened to close all the Swiss camps in France, Vichy agreed to free the La Hille youth. After their return to the home in September, Naef* began making arrangements to smuggle the older children into Spain or Switzerland. A few were caught and arrested by the border police, but most escaped.

Of the original 100 plus children about 90 survived, but twelve teenagers and one adult were deported to Auschwitz and Majdanek.

One, Werner Epstein, survived Auschwitz and a death march. During the final year of the war, a number of French and Spanish refugee children also came to live at the La Hille home.

Yad Vashem later recognized both Maurice Dubois* and Roesli Naef* as Righteous Among the Nations: Dubois* in 1985 and Naef* in 1989.  

11/08/2014
Lien : USHMM

[Compléter l'article]

 


Titre

La Filière. En France occupée 1942-1944

La Filière. En France occupée 1942-1944

Auteur   Ruth Klonover  
Édition   Ed. de la Thièle  
Année   1985  
Genre   témoignage  
Description   Anne-Marie Im Hof-Piguet, née à la Vallée de Joux, a été de ces "Justes", qui, au prix de mille dangers, ont contribué à sauver des Juifs lors de la deuxième guerre mondiale. Dans ce livre de souvenirs, elle décrit les colonies de la Croix-Rouge Suisse, Secours aux enfants, telles qu'elle les a connues en France lors de l'occupation allemande: heurs et malheurs de la vie quotidienne, drames de la déportation, passages clandestins d'enfants juifs dans les forêts du Risoux, telle est la trame d'un ouvrage destiné à éclairer chacun d'entre nous. Cette deuxième édition, publiée suite à de nombreuses demandes, est augmentée d'une préface de Madame Michèle Fleury, historienne, La Croix-de-Rozon, Genève.  

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était Ancelle. Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
2 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
3 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
4 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )
5 Paroles et Mémoires des quartiers populaires. (Jacob Szmulewicz et son ami Étienne Raczymow ont répondu à des interviews pour la réalisation du film "Les garçons Ramponeau" de Patrice Spadoni, ou ils racontent leur vie et en particulier leurs actions en tant que résistants. On peut le retrouver sur le site Paroles et Mémoires des quartiers populaires. http://www.paroles-et-memoires.org/jan08/memoires.htm. (Auteur : Sylvia, Source : Canal Marches) )
6 Les grands entretiens : Simon Liwerant (Témoignage de Simon Liwerant est né en 1928. Son père Aron Liwerant, ouvrier maroquinier né à Varsovie, et sa mère Sara née Redler, seront arrêtés et déportés sans retour. )



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019