Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
736 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4160 Justes de France
920 résistants juifs
11388 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1265 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page


Raymond Samuel Aubrac



 
Paris 75000 - Paris
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]
Raymond-Samuel-Aubrac
Raymond et Lucie Aubrac
source photo : Arch.
crédit photo : D.R.
Raymond-Samuel-Aubrac
Raymond et Lucie Aubrac
source photo : Arch.
crédit photo : D.R.
Raymond-Samuel-Aubrac
Raymond et Lucie Aubrac
source photo : Arch.
crédit photo : D.R.
Histoire
Conférence du 14 octobre dans la salle Multiplex de Bourg-en-Bresse

Raymond Samuel, qui deviendra, dans la Résistance, Raymond Aubrac, est né le 31 juillet 1914, "jour de l’assassinat de Jean Jaurès, veille de la Grande Guerre", comme il l’écrit dans ses mémoires, parues en 1996, sous le titre de "Où la mémoire s’attarde".
Sa famille, de confession juive, appartient à la bourgeoisie commerçante ; toutefois, il reçoit une éducation laïque.
Il suit sa scolarité au lycée Carnot de Dijon. En 1934, reçu à l’École des Mines de Paris et aux Ponts et Chaussées, il opte pour cette dernière école, tout en s’intéressant parallèlement à des études de droit. Sans adhérer au parti communiste, il est séduit par l’analyse marxiste. Il résume son autoportrait en deux mots : curiosité et disponibilité.
À la sortie de l’école, en 1937, suite à une annonce lue à l’université d’Assas, il constitue un dossier pour obtenir une bourse d’études pour les États-Unis. Sa candidature pour la bourse Victor-Chapman n’est pas retenue, mais, arrivé 2e, il part grâce à une bourse créée par l’American Field Service, une organisation d’anciens combattants de la Grande Guerre. Il arrive à Boston à la fin de l’été 1937. À Cambridge, il établit un programme composé de 2/3 de génie civil et d’1/3 d’économie, partagé entre MIT et Harvard. A Harvard, il suit les cours de l’économiste Schumpeter.
À son retour, en 1938, il effectue son service militaire à Strasbourg, ville où il retrouve Lucie Bernard, nommée là en tant qu’agrégée d’histoire. Il l’épouse le 14 décembre 1939.
Il est toujours caserné à Strasbourg lorsque les Allemands entrent en France en mai 1940. Il est fait prisonnier mais s’évade, déjà avec la complicité de sa femme.
Le jeune couple s’installe à Lyon où Lucie vient d’être nommée au lycée Edgar Quinet. À Clermont Ferrand, en octobre 1940, Jean Cavaillès (ami de Lucie) organise une rencontre entre Lucie et Emmanuel d’Astier de la Vigerie. Ce dernier est persuadé qu’on ne peut accepter la situation faite à la France et qu’il faut "réveiller l’opinion".
Bien qu’ayant obtenu des visas pour partir aux États-Unis, où Lucie avait obtenu une bourse pour préparer une thèse sur "la colonisation intérieure dans les montagnes Rocheuses", ils décident d’un commun accord de renoncer à leurs visas et de reporter leur séjour, pour participer au noyau de résistance qui s’organisait autour de d’Astier à Lyon.
Le premier Numéro de Libération sort en juillet 1941. Dès l’automne 1941, ils sont en contact avec Londres, par l’intermédiaire d’Yvon Morandat1 d’abord, puis plus tard de Jean Moulin, dont le rôle allait devenir décisif dans l’unification de la Résistance.
Voilà ce qu’écrit R. Aubrac sur l’engagement en Résistance2 : "C’était un acte volontaire qui commençait généralement par un geste d’ampleur limitée, qu’il s’agît de l’acceptation d’un journal clandestin, d’un refuge éphémère offert à un voyageur, d’une aide momentanée apportée à un illégal ou à une famille pourchassée. On aurait pu imaginer que cet enrôlement volontaire serait facilement suivi d’un retrait quand apparaîtrait le danger ou quand s’accentuerait la répression. Or, l’expérience nous l’a montré, ceux qui se retiraient du jeu dangereux où ils s’étaient aventurés étaient extrêmement rares. C’est que l’entrée en Résistance, fût-elle marquée par un geste d’apparence anodine, correspondait en vérité à une motivation profonde. Le refus d’un état de choses intolérable, la découverte qu’on pouvait s’y opposer, déclenchaient ce qui m’est apparu très tôt comme le geste essentiel, la première désobéissance à l’ordre imposé.
Cette désobéissance était la première manifestation de la liberté. Mais la désobéissance n’était pas la même pour tous. Les mobiles différaient tout comme les obstacles qui s’opposaient à son expression. *…+
Les écueils qui jalonnent l’itinéraire de la désobéissance ne sont pas identiques pour le jeune homme de vingt ans, qui commence sa vie sans responsabilité que lui-même, et pour l’officier supérieur, le haut fonctionnaire, le chef d’entreprise, le chef de famille qui risquent de mettre en péril leur situation, leur fortune, leurs proches.
Tous ceux des mouvements de la Résistance, le nôtre ou les voisins, faisaient partie d’une même famille, celle des désobéissants. Ils étaient tous frères et se ressentaient comme tels.
"
D’Astier étant absent de Lyon, c’est R. Aubrac qui rencontre le 1er, pour le mouvement Libération, Jean Moulin, en janvier 1942. La mission de ce dernier comportait deux volets : organiser, pour la zone Sud, la coordination des mouvements de Résistance auprès desquels il était désigné comme le représentant du général de Gaulle et mettre su pied une "armée secrète" par la fusion des organisations paramilitaires de chaque mouvement1. Chargé d’organiser la branche militaire de Libération, R. Aubrac contribue à la mise en place de l’AS. Il est arrêté avec Jean Moulin à Caluire le 21 juin 1943. Emprisonné, interrogé par Barbie, il réussira à s’évader grâce à l’opération montée par sa femme.
À la veille de son départ pour Londres, il apprend l’arrestation de ses parents, puis leur déportation à Auschwitz, d’où ils ne reviendront pas.
De 1944 à 1945, il est, comme il l’écrit dans Les allées du pouvoir.
En février 1944, il représente à Alger Libération Sud. Il est frappé par le fait que nul n’évoquait alors la question coloniale.
Du 15 août 1944 (date du débarquement en Provence) à janvier 1945, il assure, à la demande du général de Gaulle, la fonction de commissaire de la République, où il est confronté aux difficultés du ravitaillement, à l’épuration, aux réquisitions d’entreprises. C’est ce dernier dossier, extrêmement sensible, qui est à l’origine de son remplacement en janvier 1945. C’est à Marseille aussi, qu’il est, pour la 1ère fois, en contact avec des travailleurs indochinois, notamment des Vietnamiens2.
De retour à Paris, il finit par accepter de travailler pour le ministère de la reconstruction où on lui confie la responsabilité des activités de déminage, facilitées à partir de juillet 1945 par la transmission par l’Armée Rouge, des documents trouvés au grand quartier général de la Wehrmacht : les plans des champs de mines posés en France pendant l’Occupation. Il faudra toutefois attendre la fin de 1947 pour considérer le déminage comme achevé (13 millions de mines recensées).
Cette période est aussi marquée pour les Aubrac par leur rencontre avec Hô Chi Minh, invité par le gouvernement français en marge des négociations de son pays, à Fontainebleau.
Très rapidement R. Aubrac sympathise avec Hô Chi Minh auquel il a été présenté lors de la réception organisée par le gouvernement au moment de l’arrivée de ce dernier à Paris en juillet 1946. Invité chez les Aubrac, à côté d’Enghien, il finit par s’installer chez eux, le temps de son séjour en France jusqu’à la mi-septembre 1946. Il devient le parrain de leur 3ème enfant, née durant cette période.
De 1948 à 1958, R. Aubrac reprend son métier d’ingénieur. Il fonde un bureau d’études, BERIM (Bureau d’Etudes et de Recherches pour l’Industrie Moderne) qui contribue à la reconstruction en France et en Europe ; il intervient beaucoup dans les démocraties populaires, puis en Chine. A Prague, il travaille avec Arthur London alors vice-ministre des Affaires étrangères. Il supervise les premiers contrats commerciaux passés entre la France et la République Populaire de Chine.
Ses liens avec l’Asie expliquent que Pierre Mendès France lui demande d’être présent à la conférence de Genève. En juillet 1955, il se rend à Hanoï, à la demande d’Hô Chi Minh, pour s’occuper de renouer des relations commerciales avec la France.
Compagnon de route du PC, il prend ses distances avec ce dernier après les procès de Prague.
1958 à 1963 : nouvelle aventure au Maroc, où il avait fait plusieurs voyages comme intermédiaire commercial entre le Maroc et la Chine. Il est recruté comme conseiller technique auprès du ministère de l’économie du Maroc. Il travaille, entre autres, au développement des cultures irriguées ; il est, avec Mohamed Tahiri, à l’origine de la création de l’ONI, Office National des irrigations. Il s’occupe aussi du développement de la culture de betteraves à sucre, soucieux de limiter un peu la dépendance du Maroc, très grand consommateur de sucre. Dans le cadre de ces activités, il rencontre René Dumont, venu à la demande de Mohamed Tahiri, directeur de l’ONI, par ailleurs un de ses anciens élèves1.
À partir de 1963, il entame une carrière de fonctionnaire international, à Rome auprès de la FAO. Il y restera jusqu’en 1975. En 1964, il se fixe pour objectif de mettre en place un programme visant à maîtriser la considérable documentation technique de la FAO ; dès 1965, c’est la seule agence des Nations Unies qui contrôlait complètement sa production documentaire. Dans le cadre de ce projet, il noue une amitié solide avec l’historien Philippe Ariès, pionnier de la documentation moderne en agriculture. Avec lui, il contribue à la création du réseau international AGRIS2. (P. Ariès qui ne pratiquait pas l’Anglais, échangeait avec le président du groupe d’experts, Sir Thomas Scrivenor, responsable aussi des Commonwealth Agricultural Bureaux, en latin !)

20/04/2012
Auteur : Joëlle Trichard Lien : Résistance

[Compléter l'article]

 


Titre

Passage de témoin

Passage de témoin

ACHETER EN LIGNE

Auteur   Raymond Samuel Aubrac  
Édition   Calmann-Lévy  
Année   2011  
Genre   témoignage  
Description   L'un est un héros de la Résistance, l'autre, un jeune homme engagé dans son temps.
Raymond Aubrac, nonagénaire à la curiosité intacte, et Renaud Helfer-Aubrac, trentenaire attentif, parlent de l'engagement, de la politique, de la justice, du conflit israélo-palestinien, de la crise économique. Raymond a vu la barbarie nazie, Renaud, les charniers du Kosovo. Raymond a aidé à la décolonisation du Vietnam, Renaud était en Afghanistan en 2001. Raymond a connu la ségrégation aux États-Unis, Renaud, l'ascension de Barack Obama.
Leur conversation est traversée par des personnages, Hô Chi Minh et Massoud, de Gaulle et Sarkozy, et bien sûr Lucie. Pourquoi les idéaux du Conseil national de la Résistance sont-ils remis en cause aujourd'hui ? Comment expliquer la montée d'une intolérance que l'on croyait dépassée depuis les années 30 ? La France n'a-t-elle pas honte d'oublier ses jeunes et d'expulser ses immigrés ? Autant de questions que se posent ces deux esprits inquiets, dans un tête-à-tête humaniste.

Né en 1914, Raymond Aubrac fut aux côtés de son épouse Lucie un des principaux acteurs de la Résistance, à la tête du mouvement Libération, le plus important de la zone Sud.
Son petit-fils, Renaud Helfer-Aubrac, est conseiller au cabinet du maire de Paris, Bertrand Delanoê. Benoît Hopquin, qui a animé ce dialogue, est journaliste au Monde.
 

Titre

Où la mémoire s’attarde

Où la mémoire s’attarde

ACHETER EN LIGNE

Auteur   Raymond Samuel Aubrac  
Édition   Odile Jacob  
Année   1996  
Genre   témoignage  
Description   Le secret, chez Aubrac, est une seconde nature. On croyait tout connaître ou presque de ce grand résistant, depuis les récits de sa femme Lucie. Mais, à 82 ans, Raymond Aubrac a cru le temps venu de se libérer des secrets d'une vie de combattant exceptionnelle. Cet homme de gauche, longtemps perçu comme un compagnon de route des communistes, a privilégié les faits et émaillé son récit de multiples lettres personnelles ou documents inédits. Le lecteur savoure ses tête-à-tête virils avec de Gaulle, à Londres, à Alger puis à Paris. Mais il découvre plus encore les coulisses d'une négociation secrète pendant la guerre du Vietnam, où Aubrac est à la fois le messager personnel du jeune Henry Kissinger et l'ami intime d'Ho Chi Minh... Vincent Giret (l'Expansion)  

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était Ancelle. Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
2 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
3 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
4 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )
5 Paroles et Mémoires des quartiers populaires. (Jacob Szmulewicz et son ami Étienne Raczymow ont répondu à des interviews pour la réalisation du film "Les garçons Ramponeau" de Patrice Spadoni, ou ils racontent leur vie et en particulier leurs actions en tant que résistants. On peut le retrouver sur le site Paroles et Mémoires des quartiers populaires. http://www.paroles-et-memoires.org/jan08/memoires.htm. (Auteur : Sylvia, Source : Canal Marches) )
6 Les grands entretiens : Simon Liwerant (Témoignage de Simon Liwerant est né en 1928. Son père Aron Liwerant, ouvrier maroquinier né à Varsovie, et sa mère Sara née Redler, seront arrêtés et déportés sans retour. )

Notes

- 1 - À l’automne 1941, Y Morandat récupère l’appartement des Aubrac, rue Pierre Corneille, à Lyon.
- 2 - Où la mémoire s’attarde, Poches Odile Jacob, p 85



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019