space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
589 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1199 lieux d'internement
652 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4107 Justes de France
908 résistants juifs
9544 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1216 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page


Guy Sanglerat



 
Annecy 74000 - Haute-Savoie
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]
Guy-Sanglerat
Guy Sanglerat, 2011
source photo : Les passionnés de bouquins
crédit photo : D.R.
Histoire
Guy Sanglerat est né le 30 août 1924 à Clarafond, en Haute-Savoie. Ses parents, tous deux instituteurs, sont très attachés aux valeurs de la République et jouissent d’une certaine autorité morale et intellectuelle à Annecy. Dans sa famille (sa tante maternelle est veuve de guerre) ou à l’école (de nombreux professeurs sont d’anciens poilus), l’enfance de Guy est imprégnée de récits et de souvenirs de la Grande Guerre.
Son père Firmin, passé par l’École d’officiers de Saint-Maixent lors de son service militaire, est capitaine de réserve. Mobilisé en 1939, il se bat en mai 1940 sur les bords du Rhin. Fait prisonnier, interné dans un Oflag en Poméranie jusqu’en 1945, il reviendra de captivité profondément marqué.
À la déclaration de guerre, Guy est élève au Lycée Berthollet à Annecy. C’est dans cette atmosphère potache qu’il découvre la Résistance : au cours de la distribution des prix du lycée en fin d’année
scolaire, il fait circuler un tract gaulliste parmi les élèves.
En octobre 1941, il intègre l’internat du Lycée du Parc à Lyon. Élève en Maths sup, puis Maths spé, il fréquente des externes qui introduisent au lycée des tracts et journaux clandestins imprimés à Lyon. Dès 1942, il entre en contact avec des agents de la Résistance dont, entre autres, Louis Rigal, responsable de la propagande des Forces universitaires de Libération et futur responsable national des Forces unies de la jeunesse.
Retournant régulièrement dans sa famille à Annecy, Guy est sollicité par la Résistance pour acheminer des journaux clandestins, notamment Le Coq Enchaîné, et les remettre à un membre du mouvement éponyme, Richard Andrès, coiffeur dont le salon est situé dans le vieil Annecy. C’est ainsi qu’il devient agent de liaison, camouflant les documents compromettants dans ses pantalons de golf.
Peu à peu, son activité au sein du mouvement se diversifie : il effectue des transports d’armes entre les gares des Brotteaux et de Perrache, assure des liaisons entre agents clandestins qui ne peuvent prendre le risque d’être aperçus à Lyon et participe à des séances d’entraînement au maniement d’armes et d’explosifs dans l’appartement d’un membre du Coq Enchaîné situé tout près de la préfecture.
Parallèlement, grâce à un ami de ses parents, imprimeur à Annecy, il fait établir de vraies fausses cartes d’identité pour des résistants lyonnais recherchés.
À l’automne 1943, les Allemands réquisitionnent le Lycée du Parc pour y installer leur école d’aviation dont les locaux viennent d’être détruits par un bombardement allié. Guy et ses camarades de prépa sont relogés à l’École normale d’instituteurs, boulevard de la Croix-Rousse. Malgré les difficultés quotidiennes (notamment de ravitaillement) qui n’épargnent pas les élèves, ces derniers ne sont jamais à court d’imagination pour organiser des actions symboliques contre l’occupant. Comme, par exemple, lors de la venue à Lyon de l’Orchestre philharmonique de Berlin, où les étudiants se donnent pour mot d’ordre d’acheter chacun cinq places à tarif réduit et de ne pas assister au concert. L’orchestre jouera ainsi devant une salle
aux trois quarts vide.
Fin 1943, le Coq Enchaîné connaît de nombreuses arrestations. Le 18 janvier 1944, Richard Andrès, le contact de Guy, est tué par les Allemands. Dès lors, ses rapports avec le mouvement s’interrompent. Supportant mal l’inaction, il entre rapidement en relation avec les FTPF, par l’intermédiaire d’un ami communiste étudiant en philosophie à la Faculté des Lettres de Lyon, Guy Besse. Mais, finalement, il décide de prendre le maquis et rejoint les FFI du secteur de Faverges (Haute-Savoie) placés sous le commandement de l’instituteur René Rioton et
de Jean Carqueix. C’est à leurs cotés qu’il prend part aux combats de la libération d’Annecy
le 19 août 1944 et de Frontenex le 23 août.
En octobre 1944, Guy Sanglerat termine sa préparation aux concours des grandes écoles
d’ingénieurs au Lycée du Parc. Compte tenu des circonstances, les épreuves de mai-juin 1944 sont reportées au début 1945, ce qui ne l’empêche pas d’intégrer, la même année, l’École des ponts et chaussées.
Devenu ingénieur, il part travailler en Afrique équatoriale française, à Brazzaville, puis au Congo belge où il se marie. Il rentre à Annecy en 1957, puis s’installe à Lyon en 1961.
Durant ces années, il ne ressent pas le besoin de parler des événements qu’il a vécu pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est seulement lorsqu’il devient grand-père qu’il éprouve le désir de transmettre ces souvenirs à ses petits-enfants.

04/04/2012
Auteur : Frédéric Bellay Lien : Portraits de témoins

[Compléter l'article]

 


Titre

Parcours d'un étudiant dans la Résistance. De Lyon à Annecy

Parcours d'un étudiant dans la Résistance. De Lyon à Annecy

ACHETER EN LIGNE

Auteur   Guy Sanglerat  
Édition   Les passionnés de bouquins  
Année   2011  
Genre   témoignage  
Description   Alors étudiant au lycée du Parc à Lyon, ce jeune annécien marque dès la capitulation, sa volonté de résister à l'oppression, à l'horreur et aux abus perpétrés par le régime de Vichy et l'Allemagne nazie.

Alors que son père est prisonnier en Allemagne, Guy Sanglerat profite de ses fréquents allers-retours entre Lyon et Annecy pour s'impliquer dans les réseaux de Résistance, notamment en tant qu'agent de liaison.

Après avoir échappé de justesse à la milice, il rejoint les maquis de Savoie et participe grandement à la libération d'Annecy.


Guy Sanglerat, un des derniers témoins de cette période sombre, nous livre pour la première fois son histoire vécue au sein de la Résistance.
Ce livre est le témoignage d'un homme qui malgré son jeune age s'indigna devant des pratiques honteuses et décida au péril de sa vie de combattre pour ce qui lui semblait juste.


En novembre 2011, Guy Sanglerat a été décoré de la légion d'honneur.
 

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 R.P. Louis Adrien Favre (Site est consacré à la mémoire du R.P. Louis Adrien Favre, afin que son action durant la dernière guerre mondiale 1939-45 (période de la Résistance) soit connue du grand public ; et que cette mémoire soit porteuse de valeurs humaines, de tolérance, d'espoir, de Liberté, et de paix pour notre société actuelle, et les générations futures. )
2 La famille Wildmann (Le parcours de la famille Wildmann en Allemagne, en Belgique et en France durant la Seconde Guerre mondiale. )
3 Guy Sanglerat, ancien membre du Coq Enchaîné (Le Coq Enchaîné était un réseau de résistance de la région qui pendant l'occupation allemande rassemblait des syndicalistes, des socialistes et des radicaux de la mouvance d’Édouard Herriot. Membre du réseau, Guy Sanglerat publie ses souvenirs.. )
4 Le Coq enchaîné (Le Coq enchaîné : un journal clandestin sous l'occupation allemande. Le premier numéro fait son apparition en mars 1942. Les membres du Coq Enchaîné mèneront aussi des actions de résistance. Il a compté jusqu'à 400 membres. Le réseau sera décimé en 1943. Guy Sanglerat raconte ... )
5 Marianne Cohn (Page dédiée à Marianne Cohn et à ses compagnons de résistance. Un mois avant d"être arrêtée, elle a sauvé ma tante Eva et mon père Maurice Finkelstein )



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2016