Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
736 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4160 Justes de France
920 résistants juifs
11388 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1265 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page


Raphaël Konopnicki



 
Marseille 13000 - Bouches-du-Rhône
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]
Raphaël-Konopnicki
Raphaël Konopnicki en 2008
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Histoire
Raphaël Konopnicki, né en 1915 à Kalisz (Pologne) et Rose Hoffnung née en 1913 à Gelsenkirchen (Allemagne) se marient en 1935 à Metz. Naturalisés français, ils auront trois enfants dont Marlène et Guy qui naîtra en 1948.
Raphaël Konopnicki est étalagiste-décorateur, son épouse est vendeuse.

Très jeune, Raphaël Konopnicki participe à la lutte contre le rascisme et le nazisme.
Dès 1933, à l'avènement d'Hitler, il sera un des fondateurs de la LICA, devenue LICRA.

Mobilisé en 1940 avec ses deux frères ainés, durant la "drôle de guerre", il parvient à franchir les lignes allemandes au moment de la capitulation de Pétain, et à retourner à Marseille où il vivait avec sa famille depuis 1938.
Il rallie le Parti communiste dés 1940.
Après l'appel du 18 juin 1940 du Général de Gaulle, Raphaël Konopnicki (Édouard Voisin dans la clandestinité) rejoint la Résistance, où il sera successivement chargé du recrutement, d'une imprimerie clandestine après un passage au maquis, puis Commandant FTP, tandis que son épouse Rose Konopnicki (alias Renée Collin) est agent de liaison.

S'étant installée à Nice occupée par les Italiens, cette famille de quatre personnes, locataire de Clémentine Riccobono*, jouissait d'une relative sécurité jusqu'à l'occupation de la région par les Allemands en septembre 1943. La gestapo sévit. Les rafles se multiplient dans le voisinage.
Clémentine Riccobono*, consciente du terrible danger encouru par cette famille, lui cède alors une pièce et une cuisine au 1er étage de sa propre maison, se mettant elle-même en péril.

Les Konopnicki, père, mère, grand-père, et leur fillette de 7 ans s'y installent tant bien que mal. Mais bientôt, d'autres membres de la famille sont les cibles de la Gestapo. Beaux-parents, frères, sœurs, parents, enfants, rejoignent le minuscule refuge. On se retrouve à 12 pour partager lits
dédoublés, matelas, et maigres rations alimentaires.
Clémentine Riccobono*, met alors spontanément à la disposition de ses protégés une pièce de son propre appartement où il se réfugient la nuit venue. Raphaël Konopnicki dira "l’anxiété ne nous quittait jamais. Nous vivions avec elle" (in Camarade Voisin, de Raphaël Konopnicki, Éditions Jean-Claude Gawsewitch).
Des relations d'amitié se créent entre eux et cette femme admirable qui prend de si grands risques. Avec eux, elle déplore les affreux évènements, s'indignant contre les crimes nazis et la persécution des juifs et leur apporte un grand soutien moral.

Institutrice à la retraite, elle porte beaucoup d'intérêt et d'affection à la petite Marlène Konopnicki, 7 ans, qui lui garde une très vive reconnaissance.

Devant le danger grandissant début 1944, les parents souhaitaient mettre en sécurité leur fille Marlène, et M. Hoffnung, le père de Rose, qui parlait à peine le français.
En mars 1944, grâce à la Résistance, ils découvrent la pension Bella Vista, dans la banlieue de Cannes, dirigée par Marie-Valentine* et Edmond Deneuve*.
Non seulement ils accueillent généreusement la petite Marlène et son grand-père en qualité de jardinier, mais leur maison est un refuge pour d'autres enfants juifs en détresse, dont certains ont
eu leurs parents déportés ou fusillés. Personne ne demande en vain leur aide.
Au mépris de leur propre sécurité, ils ont secouru des réfugiés qui n'auraient certainement pu être sauvés sans leur aide.
Pour comble, à l'approche du débarquement, l'armée allemande, casernée dans le parc, l'a miné et y a creusé des tranchées, si bien que les Deneuve* ont dû transférer leur refuge dans une autre maison. Ce qui ne les a pas empêchés d'y emmener leurs pensionnaires et de les cacher jusqu'à la libération.

Lors des combats de la Libération, Raphaël Konopnicki prend la tête des maquisards FTP du Var.

La libération survenue, les Konopnicki rentrent à Paris, mais connaissent la douleur de la déportation à Auschwitz de leurs proches.

Une grande affection a perduré après la guerre entre Clémentine Riccobono* et ses protégés qui ont continué à lui rendre visite chaque année à Nice jusqu'au décès de leur bienfaitrice.
En 1960, ils ont la joie de revoir Marie-Valentine* et Edmond Deneuve*.

22/05/2010

[Compléter l'article]

 


Titre

Camarade Voisin

Camarade Voisin

ACHETER EN LIGNE

Auteur   Raphaël Konopnicki  
Édition   Gawsewitch (Jean-Claude)  
Année   2008  
Genre   témoignage  
Description   Raphaël Konopnicki, alias Édouard Voisin, n'avait pas une vocation d'aventurier. Juif " polak ", arrivé enfant à Strasbourg, étalagiste décorateur, il anima les grèves de 1936 à Metz. Soldat de 1940, il refusa la défaite et entra dans la Résistance à Marseille. Socialiste républicain, militant du Front Populaire, il devint communiste pour combattre l'occupant nazi. Imprimeur clandestin à Nice, commandant FTP à Cannes, il dirigea les combats de la Libération sur la Côte-d'Azur. Secrétaire de la fédération communiste des Alpes maritimes, il subira un procès instruit par Maurice Thorez. Ainsi, après avoir combattu le nazisme et la collaboration, il affrontera le stalinisme français. Raphaël Konopnicki, alias Édouard Voisin, est né en 1915 en Pologne. À 92 ans, il livre ici ses mémoires. Un roman épique qui traverse le XXe siècle. ISBN : 978-2-350-13113-9 EAN : 9782350131139  

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Débarquement en Provence et Libération du midi de la France (Le débarquement en Provence et la libération des villes de Toulon, Saint-Tropez, Aix en Provence et Marseille en août 1944. Film composé d'images : du débarquement anglo-américain et français en Provence les 14 et 15 août 1944… )
2 Artistes et intellectuels réfugiés dans la région marseillaise en 1940-1942 (Robert Mencherini. « Artistes et intellectuels réfugiés dans la région marseillaise en 1940-1942 : un jeu d’ombres entre survie et engagement ». [actes du colloque] Déplacements, dérangements, bouleversement : Artistes et intellectuels déplacés en zone sud (1940-1944), Bibliothèque de l'Alcazar, Marseille, 3-4 juin 2005 organisé par l'Université de Provence, l'Université de Sheffield, la bibliothèque de l'Alcazar (Marseille). Textes réunis par Pascal Mercier et Claude Pérez. )
3 Le pasteur Henri Manen : au Camp des Milles, "un Juste parmi les Nations" (Spécialisées dans la publication des écrits du monde protestant, les éditions Ampelos d'Eric Peyrard ont publié en juillet 2013 un petit livre de première importance (60 pages, format 15 x 23 cm) "Au fond de l'abîme / Journal du Camp des Milles". Cet ouvrage rassemble des écrits du pasteur Henri Manen* qui eut à coeur de relater plusieurs des événements survenus pendant l'été 1942 qui fut dans l'ancienne tuilerie la saison la plus tragique. De précieux compléments accompagnent les écrits du pasteur : une préface très éclairante de l'historien du protestantisme et de la mémoire Philippe Joutard ainsi qu'une postface d'Alain Chouraqui, président de la Fondation du Camp des Milles. )
4 Camp de Saliers. 1942-1944. Une mémoire en héritage. (Histoires et mémoires du camp d'internement pour Nomades de Saliers (Bouches-du-Rhône) ayant accueilli près de 700 voyageurs, sinti, manouches, gitans, yeniches, mais aussi forains, dont 26 ne sont pas revenus… Na bister! (N'oublions pas!) )



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019