Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
736 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4160 Justes de France
920 résistants juifs
11388 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1265 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page


Odette Élina



 
Montpellier 34000 - Hérault
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]
Odette-Élina
Odette dite "Hélène"
source photo : Dessin
crédit photo : D.R.
Odette-Élina
Odette Élina
source photo : Arch.
crédit photo : D.R.
Histoire

Fille d'une famille juive aisée, Odette Élina est née en 1910.

Dès 1940, Odette, dite "Hélène", prend contact avec la résistance. Elle est chargée d'établir la liaison entre les écrivains résidant en zone sud, comme Jo Bousquet, François Mauriac, Clara Malraux et Louis Aragon.

En 1942, elle entre dans l'Armée secrète : de mars à octobre 1943, elle est responsable du Deuxième Bureau de la région Sud-Ouest.

D'octobre 1943 à avril 1944, elle est secrétaire régionale de l'Armée secrète et responsable des formations du Comité français de libération nationale (créé à Alger par De Gaulle et Giraud).

Dénoncés par une lettre anonyme, en octobre 1943, ses parents et son frère sont déportés à Auschwitz.

Elle est arrêtée sur dénonciation le 20 avril 1944 à Montpellier où elle achevait ses études de médecine. Torturée par la Gestapo à la Chancellerie du Reich et jetée au cachot, elle est ensuite transférée à Drancy, puis déportée à Auschwitz-Birkenau par le convoi n° 72.

Libérée par l’Armée rouge le 27 janvier 1945, elle est rapatriée à Marseille, via Odessa, le 10 mai 1945.

Après la guerre, elle devient membre de l'Association des déportés de la Résistance.

En 1946, elle reçoit la Croix de guerre 1939-1945 avec étoile d'argent.

Elle publie, en 1947, Sans fleurs ni couronnes, réédité aux éditions Mille et une nuits, en 2005.

Elle disparaît en 1991, après avoir légué tous ses biens au Parti communiste français.

 

14/12/2016

[Compléter l'article]

Hella

Elle n'était pas belle, avec son nez lourd, ses yeux plutôt ternes, sa structure robuste, inélégante. Intelligente, mais sans aucune séduction particulière.

Simplement elle était mon amie.

Nous nous étions rencontrées une fois avant la déportation et avions échangé quelques paroles. Je n'avais d'ailleurs éprouvé pour elle aucune sympathie spéciale.

C'est le premier soir, dans la salle de douches, qu'Hella me reconnut et s'approcha de moi.

A partir de ce moment, comme par un accord tacite, nous avons formé étroitement équipe.

Elle me connaissait à peine depuis deux heures, qu'elle volait pour moi une blouse en loques : « Prends-la, me dit-elle, tu as plus froid que moi. »

Cela paraît ridicule, mais quelle signification avait ce geste et combien ce lambeau de satinette me fut précieux, quand à peu près rien d'autre ne me protégeait de la bise aigre des matins.

Hella était née en Pologne, de père juif et de mère catholique. Elle habitait la France depuis cinq ans.

C'est à Montpellier, où elle achevait ses études de médecine, qu'elle fut arrêtée.

Cette petite Polonaise parlait le français avec une rare perfection et connaissait fort bien notre littérature. Elle avait seulement vingt-trois ans, mais une maturité d'esprit qui me semblait bien au-dessus de son âge.

Nous travaillions ensemble, ensemble nous avions froid, ensemble nous souffrions.

Je lui donnais du pain, car elle avait plus faim que moi.

Le soir, avec patience, elle pansait mes plaies. Je lui racontais ce qu'avait été notre travail clandestin et m'excitais au souvenir de mille détails, j'étais heureuse de la voir s'y intéresser passionnément.

À cette époque, les seuls moments où j'eusse conscience de ma dignité étaient ceux pendant lesquels je parlais du « boulot ».

À présent, je me rends compte que je dois à Hella beaucoup de mon courage : je tenais intensément à son estime et voulais rester, en face d'elle, quelqu'un de fort. La décevoir eût été détruire un des rares sentiments affectifs que j'éprouvais.

Hella avait eu plusieurs fois l'occasion d'entrer comme médecin dans un Revier. Elle s'y était toujours refusée pour deux raisons : la crainte de la contagion et le désir de ne pas me quitter.

Or, brutalement, au sortir de la quarantaine, nous fûmes séparées. Ce fut certainement la première et la plus grosse déception que j'aie éprouvée au camp. Bien que nous eussions toutes deux d'autres camarades, nous nous sentîmes littéralement amputées d'une partie de nous-mêmes.

Cela aide tant à supporter la souffrance, une amie.

En juin 44, à la suite de plusieurs changements, nous nous sommes trouvées parquées dans des Blocks presque voisins. Cette proximité nous permit de nous voir assez souvent, pendant quelques instants, en dehors des heures de travail.

Hella venait quelquefois me voir, vers cinq heures du matin, avant l'appel. Moi, je me traînais jusqu'à son Block, le soir, lorsque, au retour travail, l'appel fini, j'avais encore la force de faire quelques pas.

Quand nous avions eu vent d'une bonne nouvelle, nous nous la communiquions avec enthousiasme.

Quelquefois, grâce à sa connaissance de la langue polonaise, Hella réussissait à avoir quelques journaux que nous faisions circuler en cachette.

En juillet, je dus entrer au « Block de repos » pour une plaie à la jambe qui s'obstinait à suppurer.

Quand je revins au Lager A, j'appris qu'Hella était entrée au Revier.

Cette nouvelle me bouleversa, car je savais sa peur panique des sélections. Pour se résoudre à se faire hospitaliser, elle avait dû attendre d'être à la dernière extrémité.

Atteinte d'une angine diphtérique, elle n'avait diagnostiqué qu'une simple angine. Quand elle fut forcée d'entrer à l'hôpital, il était déjà bien tard.

Elle perdit la vue, le toucher, la voix.

Le 8 août, j'entrai à l'hôpital moi-même atteinte d'une très forte fièvre.

Là, j'appris d'une petite doctoresse amie qu'Hella allait beaucoup mieux, qu'elle avait recouvré la vue et le toucher, mais, malheureusement, pas complètement la voix.

Cinq semaines plus tard, la veille de ma sortie du Revier, j'eus l'immense joie de voir arriver Hella en personne.

Elle était drapée dans une couverture grise et je ne voyais d'elle que sa tête rasée et son visage qui ne me parut pas trop amaigri.

Nous nous jetâmes dans les bras l'une de l'autre. Hélas, elle ne pouvait pratiquement plus parler à voix haute et tout ce qu'elle me dit, ce soir-là, ne fut qu'un long et triste murmure.

Malgré tout, ce revoir nous rendit vraiment joyeuses et provoqua en nous un extraordinaire enthousiasme.

Nous espérions violemment d'importants événements pour l'automne et désirions considérer notre providentielle rencontre comme un heureux augure.

Le lendemain matin 5 septembre, je fus envoyée, en raison de mon extrême maigreur, dans un Block de repos.

En octobre, il y eut dans le camp une rage de sélections.

On brûlait les gens à tour de bras.

Hella, n'ayant pas recouvré la voix, était toujours au Revier, en convalescence.

Je ne l'ai jamais revue.

Les Allemands l'ont prise et brûlée.

Extrait de Odette Elina, Sans fleurs ni couronnes. Auschwitz 1944-1945

Mille et une nuits, 2005, pp. 56-61.

14/12/2016

[Compléter l'article]

 


Titre

Sans fleurs ni couronnes

Sans fleurs ni couronnes

ACHETER EN LIGNE

Auteur   Odette Élina  
Édition   Mille et une nuits  
Année   2005  
Genre   témoignage  
Description   Sylvie Jedynak (Postface), Vincent Lacoste (Postface)
« Lorsque je suis revenue d'Auschwitz en 1945, je ressentais avec une telle acuité ce que je venais de vivre qu'il m'était impossible de le garder pour moi. Je l'ai consigné dans des notes et des dessins. Cela a constitué Sans fleurs ni couronnes. Je ne regrette pas d'avoir écrit ces notes dès mon retour du camp parce que, à la longue, les souvenirs se déforment, ils s'édulcorent ou se dramatisent, mais toujours s'éloignent de la vérité. […] ».
 Publié en 1948, son témoignage sur la barbarie dans le camp et la libération par les Russes recèle une force étonnante : celui d'une femme peintre qui ne voulut pas se laisser dépouiller de sa culture et de son humanité.
 

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Les maquis en Cévennes (Pour la Mémoire, dans cet historique de la Résistance en Cévennes, il y a la saga d’une bonne partie de la Résistance M.U.R. du Gard, concernant ses maquis de l’Aigoual, mais aussi leur mouvance, de Nîmes, Le Grau du Roi, Sommières et même Ganges, étroitement uni à Lasalle, Saint Hippolyte du Fort et Valleraugue. C’est la mémoire d’une résistance populaire, encadrée par des hommes courageux, volontaires, qui n’étaient pas préparés à ces lourdes responsabilités et qui surent les assumer, avec raison et sans défaillance.
La montée en puissance de cette résistance, surestimée par l’adversaire, lui donna un grand rayonnement dans notre département. C’est aussi, la mémoire d’un pays de montagne moyenne, mais très accidentée, sorte de refuge dans lequel s'’est perpétuée une tradition d’accueil et de liberté. Les Cévennes. )



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019