Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
772 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
710 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4171 Justes de France
920 résistants juifs
11803 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page


Josie Lévy Martin



 
Sarreguemines 57200 - Moselle
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]
Josie-Lévy-Martin
Josie et sa maman en 1939 à Sarreguemines.
source photo : Coll. Josie Lévy Martin
crédit photo : D.R.
Josie-Lévy-Martin
Josie et son papa en 1939 à Sarreguemines.
source photo : Coll. Josie Lévy Martin
crédit photo : D.R.
Josie-Lévy-Martin
Josie revient à l'école Sainte-Bernadette le jour de la remise de médaille de Juste parmi les Nations, à titre posthume, à sœur Saint-Cybard en compagnie de Daniel Soupizet, ancien maire de Lesterps.
source photo : Bernard Lhoumeau
crédit photo : Bernard Lhoumeau
Josie-Lévy-Martin
Josie et son papa devant la grange où était cachée la Peugeot, Montbron 1943
source photo : Coll. Josie Lévy Martin
crédit photo : D.R.
Josie-Lévy-Martin
Passeport d'Erica Lévy avec Josie. Départ pour l’Amérique en 1947.
source photo : Coll. Josie Lévy Martin
crédit photo : D.R.
Josie-Lévy-Martin
Josie et ses parents. Photo d’adieux à la France. Sarreguemines, été 1947.
source photo : Coll. Josie Lévy Martin
crédit photo : D.R.
Josie-Lévy-Martin
Josie à deux ans. Photo prise à Montbron juste après l’évacuation vers la Charente.
source photo : Coll. Josie Lévy Martin
crédit photo : D.R.
Josie-Lévy-Martin
Josie et son grand-père, Opa, en 1940 (après qu’il ait été relâché de Dachau).
source photo : Coll. Josie Lévy Martin
crédit photo : D.R.
Josie-Lévy-Martin
Josie à son retour de Lesterps. Photo prise chez un photographe d’Angoulême, été 1944.
source photo : Coll. Josie Lévy Martin
crédit photo : D.R.
Histoire
En 1935, deux ans après la prise de pouvoir par Hitler, Erna et Sylvain Lévy, juifs observants, quittent l'Allemagne et se réfugient en France où ils s'installent à Sarreguemines.

Dès que la guerre éclate, la famille se réfugie à Montbron, près de Limoges, en zone non-occupée, cachant leur identité tant aux Allemands qu'aux Français.

En 1943, après l'occupation complète de la France par les Allemands, les nazis viennent plusieurs fois à Montbron à la recherche de résistants et de maquisards.

Le danger grandissant, ils décident de mettre Josie à l'abri. Mme Leroy, l’épicière du village, leur conseille d'envoyer Josie auprès de sœur Saint-Cybard*, qui dirige l’école libre Sainte-Bernadette de Lesterps.

Mme Leroi demande à sœur Saint-Cybard* si elle accepterait de prendre une enfant juive dans son école. Elle accepte immédiatement.

C'est ainsi qu'en janvier 1944, Josie Lévy Martin, qui n'a pas encore 6 ans, arrive à l'école de Lesterps.

Erna et Sylvain Lévy restent à Montbron et envoie une lettre à leur famille aux États-Unis au cas où ils ne survivraient pas, pour leur indiquer où est cachée Josie.

Josie va rester 8 mois à l'école, sous le nom de "Josie L'Or", entourée de l'amour de sœur Saint-Cybard* qui la dissimulera en bravant tous les dangers.

Josie évoque dans son livre Ne dis jamais ton nom, les repas parcimonieux, les amies de l’école, les jeux de l’enfance, la tonte des moutons… mais aussi la découverte d’un soldat allemand mort dans un fossé, l’écho du massacre d’Oradour ou les retrouvailles avec ses parents devenus presque des inconnus… Elle évoque son père, sa mère, Jacqueline, Mademoiselle Gilberte et surtout sœur Saint-Cybard* "qui non seulement l’a sauvée, mais l’a dotée d’un exemple rare d’une grande bonté", dit Josie Lévy Martin.

Après que Paris ait été libéré, en août 1944, Erna et Sylvain Lévy viennent chercher Josie.

La famille réunie partira en 1947 pour l’Amérique et s'installera à Los Angeles.

Josie deviendra professeur puis psychologue. Elle se mariera et aura un fils.

07/11/2010

[Compléter l'article]

 


Titre

Ne dis jamais ton nom

Ne dis jamais ton nom

ACHETER EN LIGNE

Auteur   Josie Lévy Martin  
Édition   Le Croît Vif  
Année   2007  
Genre   témoignage  
Description   Début 1944 : Ne dis jamais ton nom, recommandent ses parents à Josie, six ans, avant de s'en séparer pour la cacher dans une école de Lesterps (Charente). Ce livre est le témoignage de la petite fille juive cachée pendant la guerre. Un récit saisissant d'émotion... où la naïveté de l'enfant révèle plus que tout autre discours. Une galerie de personnages bouleversants, Papa, Maman, Jacqueline, Mademoiselle Gilberte et surtout sœur Saint-Cybard* (Marie-Élisabeth Lacalle) avec qui commence la triste séparation, la vie clandestine, le repli sur soi, mais aussi la tonte des moutons, les amies de l'école, les jeux de l'enfance... et l'étrange découverte de Jésus. L'enfant cachée de Lesterps a longtemps attendu que Josie Lévy Martin lui donne la parole. Notre mémoire d'anciens déportés s'est focalisée sur la Shoah, l'extermination. (...) De notre propre enfance, nous n'avons guère parlé, sinon pour l'assimiler au bonheur perdu. Ce bonheur, beaucoup d'enfants cachés l'ont perdu dès la séparation d'avec leurs parents. Il a fallu près de soixante ans pour que leur souffrance soit exprimée et entendue dans sa singularité. Elle est désormais partie prenante de notre mémoire commune, en dit Simone Veil dans sa préface. Josie Lévy Martin vit à Los Angeles où elle était psychologue scolaire. En 2000, elle est devenue la première citoyenne d'honneur de Lesterps, en Charente limousine. Publié aux États-Unis, son témoignage est aujourd'hui traduit en français.  

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019