Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
773 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
710 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4177 Justes de France
920 résistants juifs
11837 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page


Johanna Johanna



 
Paris 75000 - Paris
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]
Johanna-Johanna
"Le printemps refleurira" Planche du livre premier
source photo : Futuropolis
crédit photo : Futuropolis
Histoire
Johanna, dès sa scolarisation en France, les bandes dessinées deviennent ses lectures de prédilection. À défaut d’en comprendre le texte, elle imagine ses propres histoires à partir des séquences d’images. Entre 1986 et 1991, Johanna étudie à l’École Européenne Supérieure de l’Image d’Angoulême où elle obtient le Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique avec un projet d'adaptation en bande dessinée des ouvrages du philosophe Michel Foucault: Moi, Pierre Rivière et L'Histoire de la folie à l'âge classique. Après ses études, Johanna travaille comme coloriste de bande dessinée et répondant à des commandes en illustration, elle publie des histoires courtes dans des fanzines de bande dessinée (PLG, Ogoun, Le Lézard). D’avril 1996 à février 1997, elle assure la direction artistique et le commissariat de l'exposition Opera Komiks sur les nouvelles tendances de la bande dessinée française. Produite par l'Association Française d'Action Artistique (l'actuel Institut Français), elle sera présentée dans quatre villes de Pologne, dont Cracovie et Varsovie, où elle est accueillie par le célèbre musée de l'affiche à Wilanów. La Pologne s'ouvrait alors à l'Ouest et les jeunes artistes étaient curieux de tout, ce qui explique le succès de l'exposition à une époque où la bande dessinée est quasi inconnue dans ce pays. À la demande de l'Association Française d'Action Artistique (l'actuel Institut Français), Johanna réalise la conception et la direction artistique d'une exposition itinérante intitulée Ils rêvent le monde sur le thème de l’an 2000. Coéditée par les éditions Sépia, l'exposition sera présentée dans le réseau des établissements culturels français à l’étranger d’avril 1999 à fin 2001. Avec, entre autres: Bilal, Beb-Deum, Druillet, Mézières, Moebius et Rochette. Depuis 2000, Johanna publie en moyenne un album de bande dessinée par an. Elle signe son premier album entièrement personnel aux éditions Delcourt pour Les Phosfées, Nana fait des cauchemars. Elle travaille dans un premier temps pour la jeunesse, puis axe son travail sur des récits complets, pour adultes, principalement en couleur directe. Éditeurs sont: Delcourt, Futuropolis, L'An 2 et La Boîte à Bulles.

06/05/2012
Lien : Site Johanna

[Compléter l'article]

 


Titre

Le printemps refleurira

Auteur   Johanna Johanna  
Édition   Futuropolis  
Année   2010  
Genre   BD (bande dessinée)  
Description   « Mais un jour dans notre vie Le printemps refleurira Liberté, Liberté chérie Je dirai: Tu es à moi. » Extrait du Chant des déportés C'est l’histoire d’un homme qui s’est perdu sur le chemin de sa vie. Malgré son nom, Principius n’est prince qu’au pays de ses chimères. Dans l’Allemagne de 1937 où il vit, il est un métèque, un rastaquouère. Un jour, Principius décide de partir à la recherche d’un fils né d’une aventure de jeunesse. Mais le train où il monte n’arrivera jamais à destination... L’Allemagne nazie d’avant-guerre est le décor de mon récit. Je ne voulais pas montrer les images que nous connaissons tous (les parades hitlériennes et la propagande) mais décrire comment, loin des villes, le nazisme faisait partie d’un quotidien affreusement banal. Placer des répliques racistes et antisémites dans la bouche de mes personnages n’était pas évident. Pourtant, j’ai essayé d’imaginer comment Monsieur et Madame Tout-le-monde parlait à cette époque et restituer cette ambiance. Une attention particulière a été apportée au choix du parcours du héros qui emprunte une ligne ferroviaire électrifiée le long de la frontière tchéco-polonaise. La locomotive électrique (la mythique Bo’Bo’ E 44) reste bloquée sur les voies pendant 48 heures. C'est une métaphore de la volonté contrariée du Régime, à l'image de l'explosion du dirigeable Zeppelin Hindenbourg en 1937. Dans cette histoire, j'ai voulu scruter à la loupe des personnages qui se débattent dans un contexte de haine et montrer comment les destins individuels peuvent basculer en quelques heures.  

Titre

Le printemps refleurira - 1er livre

Le printemps refleurira - 1er livre

ACHETER EN LIGNE

Auteur   Johanna Johanna  
Édition   Futuroplis  
Année   2010  
Genre   Bande dessinée  
Description   Après dix-huit ans d’absence, Principius, un jeune peintre d’origine juive, retourne en Pologne au moment où les nazis s’apprêtent à envahir ce pays, pour retrouver son fils caché. Un contexte historique révélateur de la manière dont l’intime (nos croyances, notre culture, notre identité, nos appartenances, nos choix) peut être instrumentalisé et faire de nous, soit des boucs émissaires, soit des bourreaux. Cracovie 1919. Le jeune artiste Principius doit quitter la Pologne pour l’Allemagne. La nuit est arrosée, et des années plus tard, il apprendra que Magdanela, le modèle avec qui il a fini la nuit, a eu un fils, probablement le sien. L’Allemagne où il vit désormais est sujet à la montée du nazisme, et notre héros, d’origine juive, ne peut plus y vivre décemment. Dix-huit ans après son départ, il décide de retourner en Pologne, à la recherche de son supposé enfant, de sa mère, et pour fuir l’antisémitisme. Le voyage en train est l’occasion de multiples rencontres, d’interrogations, de suspicions… Et que penser lorsque Benyamin, le jeune homme au visage d’ange qui partage son wagon, annonce que sa mère s’appelle Magdanela ? Le voyage n’est pas de tout repos, car le train est arrêté en pleine voie, et les SS débarquent. L’Europe s’apprête à entrer en guerre et Principius ne sait pas quelles horreurs l’attendent en Pologne.  

Titre

Le printemps refleurira - 2nd livre

Le printemps refleurira - 2nd livre

ACHETER EN LIGNE

Auteur   Johanna Johanna  
Édition   Futuropolis  
Année   2010  
Genre   Bande dessinée  
Description   Voilà maintenant 24 heures que le train qui le conduit à Breslau est arrêté en pleine voie, et il est dans une situation dramatique. Les hommes de la Schutzstaffel (la SS), qui sont intervenus pour le dépannage, ont découvert qu'il était Juif et, surtout, l'ont accusé du meurtre de Benyamin Adler, celui qu'il croit être son fils. Même si le corps de ce dernier n'a pas été retrouvé, le pardessus taché de sang de Principius est une preuve suffisante à leurs yeux. Il est arrêté, menotté et roué de coups. Annette, la jeune comédienne, le retrouve enchaîné à un tronc d'arbre. Elle est persuadée qu'elle pourrait prouver son innocence en retrouvant Benyamin. Mais y parviendra-t-elle à temps alors que la police criminelle a été appelé en renfort...
Les tensions s'accentuent, les haines s'affichent et les identités se dévoilent.
 

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était Ancelle. Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
2 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
3 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
4 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )
5 Paroles et Mémoires des quartiers populaires. (Jacob Szmulewicz et son ami Étienne Raczymow ont répondu à des interviews pour la réalisation du film "Les garçons Ramponeau" de Patrice Spadoni, ou ils racontent leur vie et en particulier leurs actions en tant que résistants. On peut le retrouver sur le site Paroles et Mémoires des quartiers populaires. http://www.paroles-et-memoires.org/jan08/memoires.htm. (Auteur : Sylvia, Source : Canal Marches) )
6 Les grands entretiens : Simon Liwerant (Témoignage de Simon Liwerant est né en 1928. Son père Aron Liwerant, ouvrier maroquinier né à Varsovie, et sa mère Sara née Redler, seront arrêtés et déportés sans retour. )



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019