Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
737 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4160 Justes de France
920 résistants juifs
11388 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1265 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page


Jean-François Kahn



 
Paris 75000 - Paris
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]
Histoire
Jean-François Kahn, né le 12 juin 1938 à Viroflay (Yvelines), est un journaliste, écrivain et homme politique français. Son père, Jean Kahn, est un philosophe juif non pratiquant et sa mère, Camille née Ferriot, est catholique pratiquante.

28/05/2011

[Compléter l'article]

Biographie

Jean-François Kahn est le fils du philosophe Jean Kahn-Dessertenne (1916-1970). Il est le frère du chimiste Olivier Kahn (1942-1999) et du généticien Axel Kahn (né en 1944) .

Ses parents viennent de Mussy-sur-Seine, dans le sud de l'Aube1. Son grand-père paternel, d'origine juive alsacienne, y possédait une maison de campagne et y rencontra son épouse qui habitait une maison voisine. Son grand-père maternel y était un petit industriel dans le bois et épousa une institutrice, d'origine suisse-allemande, en poste dans l'école du village2. Un de ses arrière-grand-pères était un peintre qui illustra l'encyclopédie Larousse. Sous l'Occupation, Jean-Francois Kahn portera le nom de jeune fille de sa mère, Ferriot, et ne reprendra son nom de Kahn qu'à la fin des années 19503.4

Il obtient sa licence d'histoire. Jeune adhérent au Parti communiste (il ne le restera que 2 ans5), il travaille dans un tri postal, puis dans une imprimerie. Il se tourne ensuite vers le journalisme.

Il débute ainsi dans le journal Paris Presse l'Intransigeant en 19596, où il est envoyé couvrir la guerre d'Algérie, Le Monde, puis L'Express (en 1964, comme reporter). C'est lui qui mène l'enquête journalistique qui aboutit à la révélation de l'affaire Ben Barka. Il est ensuite chroniqueur sur Europe 1, puis est nommé directeur de la rédaction des Nouvelles littéraires (en 1977 et qu'il contribue à redresser). Dans les années 1970 et 1980, il est souvent un des interviewers lors d'émissions politiques télévisées comme L'Heure de vérité.

Amateur et connaisseur de la chanson française, il anime dans les années 70 l'émission "Avec tambour et trompette" sur France Inter, et, dans les années 80, l'émission "Chantez-le moi".

En 1984, il crée L'Événement du jeudi puis, en 1997, l'hebdomadaire d'information Marianne dont il est le directeur jusqu'en 2007 et dans lequel il continue à tenir une chronique intitulée "bloc-notes". Il collabore hebdomadairement à l'émission radiophonique Pourquoi pas dimanche ? animée par Joël Le Bigot sur les ondes de la Première chaîne de Radio-Canada où il vulgarise et commente l'actualité politique française et européenne.

Il signe certaines de ses interventions sous les pseudonymes de François Darras, Thomas Vallières, ou encore P.M.O.

28/05/2011
Lien : Wikipedia

[Compléter l'article]

Entretien Jean-François Kahn pour Israel magazine

Vous avez été élevé en dehors de toute référence à l’origine juive de votre père. Vous ne revendiquez pas votre judéité.
Nommer, c’est se donner un destin : pourquoi alors avoir reconquis le patronyme originel de votre père ?


Jean-François Kahn : Mon père est d’origine juive, ma mère est catholique, d’origine bourguignonne. Et la mère de mon père était elle même d’origine italienne et catholique. J’ai donc, pour reprendre une expression usuelle, un quart de sang juif. Au sens de la loi juive, c’est la matrilinéarité qui prime. Deuxième chose : mon père était juif et résistant, nous avions donc deux raisons de nous cacher. Mes parents m’ont fait baptisé, je suis donc catholique. Et j’ai changé de nom, dés l’arrivée des régimes fascistes. Ayant vécu toute ma jeunesse sous le nom de Ferriot, en tant qu’enfant catholique, je n’ai jamais été confronté à cette identité ni à l’antisémitisme qui aurait pu me conforter dans cette identité. J’ajoute qu’à la sortie de la guerre, il y eut une double volonté. On a coutume de dire qu’il y eut après-guerre une volonté de minimiser l’ampleur de la Shoah et il aurait fallu attendre trente ou quarante ans pour donner toute son ampleur à l’Holocauste. La vérité est que les premiers camps libérés furent ceux de Dachau et Buchenwald, et de ces camps de concentration – à l’inverse des camps d’extermination comme Treblinka ou Sobibor – des gens sont revenus ; par conséquent, le premier contact que nous avons eu avec ceux qui sortaient des camps, ce fut, pour une majorité avec des résistants ou des communistes. De surcroît, ces derniers furent instrumentalisés par le Parti. On a donc, c’est vrai, minimisé la figure juive dans l’épopée du camp de concentration. A partir de 47-48, j’ai pris conscience que mon père et ma famille paternelle étaient juifs. Or, obsession de la plupart des juifs, à l’époque, parce qu’ils avaient été sortis de la communauté nationale en tant que juif, était de s’y réintégrer à tout prix. On a relativisé la spécificité totale et le martyr dont les Juifs furent victimes, mais moins qu’une preuve d’antisémitisme, il s’agissait tout au contraire d’un consensus national pour répondre au fait que les Juifs avaient été désignés en... ne les désignant plus. Alors, oui, j’ai vécu dans cette atmosphère où se désigner comme Juif, c’était faire le jeu des antisémites, puisqu’on avait été victime de cette nomination. Cela dit, lorsque je fus en école privée, dans ce milieu de la grande bourgeoisie française, j’ai commencé à entendre des réflexions antisémites fortes et alors, comme mes frères, j’ai décidé de reprendre mon identité.

28/05/2011
Lien : Israel magazine

[Compléter l'article]

 


Titre

Comme deux frères

Comme deux frères

ACHETER EN LIGNE

Auteurs   Jean-François Kahn -Axel Kahn  
Édition   Editions Stock  
Année   2006  
Genre   article de revue  
Description   Axel Kahn, biologiste de renom, et Jean-François Kahn, directeur de Marianne, croisent dans ce livre leurs souvenirs : une grand-mère antisémite et pro-allemande, un père, juif athée, résistant et professeur, une mère catholique. Ils évoquent la mésentente de leurs parents et le suicide du père. Et, adolescents dans la France de la TSF et de la reconstruction, ce qui motivera leurs premiers choix politiques. Ils ont un patronyme juif mais ne sont pas juifs. Ils sont même farouchement agnostiques. Comment donne-t-on un sens à sa vie quand on ne croit ni à la Rédemption, ni au peuple élu, ni même, après un passage au PC, aux « lendemains qui chantent » ? C’est tout l’objet de ce livre. L’engagement dans la recherche scientifique pour Axel ; le combat politique pour Jean-François. Une vision commune de l’humanité, voilà ce qui fait leur foi. Leur parcours est ici passé au crible de leur affection mutuelle : l’illusion lyrique du communisme qui se brise sur Budapest, Prague et le Goulag, le rejet absolu de Mai 68 et du gauchisme, le combat pour la liberté de la presse, les prises de position publiques sur les questions scientifiques (clonage, avortement, manipulations génétiques). Enfin, les grandes questions du jour sont débattues, toujours avec passion : la vie politique du pays, l’Europe, les choix éthiques.  

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était Ancelle. Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
2 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
3 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
4 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )
5 Paroles et Mémoires des quartiers populaires. (Jacob Szmulewicz et son ami Étienne Raczymow ont répondu à des interviews pour la réalisation du film "Les garçons Ramponeau" de Patrice Spadoni, ou ils racontent leur vie et en particulier leurs actions en tant que résistants. On peut le retrouver sur le site Paroles et Mémoires des quartiers populaires. http://www.paroles-et-memoires.org/jan08/memoires.htm. (Auteur : Sylvia, Source : Canal Marches) )
6 Les grands entretiens : Simon Liwerant (Témoignage de Simon Liwerant est né en 1928. Son père Aron Liwerant, ouvrier maroquinier né à Varsovie, et sa mère Sara née Redler, seront arrêtés et déportés sans retour. )

Notes

- 1 - Jean-François Kahn, l'électron libre", documentaire télévisé de Frank Eskenazi pour la collection Empreintes, produite par France 5, 2009.
- 2 - Jean-François Kahn, l'électron libre", documentaire télévisé de Frank Eskenazi pour la collection Empreintes, produite par France 5, 2009.
- 3 - Jean-François Kahn, l'électron libre", documentaire télévisé de Frank Eskenazi pour la collection Empreintes, produite par France 5, 2009.
- 4 - Il indiquera alors, reprenant le mot de Jean-Paul Sartre, avoir ressenti ce qu'était d'être juif dans le regard de l'autre.
- 5 - Jean-François Kahn, l'électron libre", documentaire télévisé de Frank Eskenazi pour la collection Empreintes, produite par France 5, 2009.
- 6 - Jean-François Kahn, l'électron libre", documentaire télévisé de Frank Eskenazi pour la collection Empreintes, produite par France 5, 2009.



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019