Soutenez le travail de l'AJPN Les photos du Forum Générations de la Shoah au Mémorial de la Shoah et salle des Blancs-Manteaux à Paris 4e, les 2 et 3 février 2019
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
727 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36589 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
703 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4154 Justes de France
920 résistants juifs
11365 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1265 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page


François Stupp



 
Belfort 90000 - Territoire de Belfort
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]
Histoire
Louis Ouillon* et Antonia*, dite "Tonia" vivent à Araules avec leurs deux enfants, Marie-Louise et Jean.

En 1942, ils recueillent deux enfants Juifs d'émigrés polonais réfugiés à Belfort, puis à Lyon : Ida Stupp, 10 ans, et son frère François, 13 ans.
Les enfants arrivent à Araules, grâce à Mme Goudart, l'employée de maison des Stupp, originaire d'Araules. Ils resteront jusqu'en 1944 dans ce petit village du Velay Oriental, à l'abri, chaleureusement accueillis et protégés par les Ouillon* et les gens du village.

François témoigne, dans son livre, Réfugié au pays des Justes - Araules 1942-1944 : "Pour cette famille qui m'a hébergé, pour tout ceux autour de moi qui, pendant ces années, ont pris le risque de me cacher, de me soutenir, de m'enseigner, je cherche encore les mots exprimant ce que je ressens de reconnaissance. Cette reconnaissance ne fait que croître quand je découvre ce à quoi j'ai échappé."

02/11/2009

[Compléter l'article]

 


Titre

Réfugiés au pays des Justes - Araules 1942-1944

Réfugiés au pays des Justes - Araules 1942-1944

ACHETER EN LIGNE

Auteur   François Stupp  
Édition   Editions du Roure  
Année   2000  
Genre   témoignage  
Description   Araules est un village du Velay oriental, en Haute-Loire. à 6 kilomètres d'Yssingeaux. A l'abri de ce village entre 1942 et 1944, François Stupp, 13 ans fils d'émigrés polonais et juif, caché, réfugié, a été accueilli.

Plus de 50 ans après, François Stupp a voulu témoigner. Serge Klarsfeld, lui aussi réfugié dans un village tout proche, Saint-Julien-Chapteuil, présente ce récit: François a tout mémorisé : les paysages, les odeurs, les événements les animaux, les plantes. Tous les mots, toutes les descriptions ont le charme de la précision. C'est un véritable hymne qu'il a composé ; un hymne que ce coin de France n'aurait jamais, connu et qu'il doit a la chaleur humaine dont il a entouré ces enfants juifs qui, grâce à lui, ont échappé à la Shoah. Tout est resté dans les yeux de Francois : le double sommet du Lizieux, la rivière Auze, au fond de l'horizon la chaîne du Meygal, le monde de la paysannerie, les cycles de la nature, la fabrication du pain, la traite des vaches, la tuaille... Ces pages seront lues mot à mot, ligne par ligne, car elles décrivent un monde disparu. Un passé où l'école laïque et son institutrice sont célébrés avec ferveur. Ce récit est émaillé des mots de la langue parlée dans ce Pays d'Oc.

François Stupp Salue ses sauveurs. des "Justes", Louis et Tonia Ouillon et la solidarité du village. Il décrit à sa façon la vie des maquis, la sinistre Milice, l'épisode tragique d'avril 1944 à Montbuzat, la Libération, la radio...

Ce récit émouvant, parfois, riant, heureux aussi, nostalgique, ne peut faire oublier le parcours de l'auteur, aujourd'hui général en retraite de l'armée française ! Destin étonnant et hommage aux Justes d'Araules, à ces seigneurs de la tolérance et de la modestie, grâce auxquels la République a gardé pour un juif, sa vraie signification, on n'offre rien, ni coup de clairon, ni médaille. Leur page d'humanité, ils ont su l'écrire naturellement et la tourner sans frémissement tricolore.

Extrait
Pour cette famille qui m'a hébergé, pour tout ceux autour de moi qui, pendant ces années, ont pris le risque de me cacher, de me soutenir, de m'enseigner, je cherche encore les mots exprimant ce que je ressens de reconnaissance. Cette reconnaissance ne fait que croître quand je découvre ce à quoi j'ai échappé.
Qu'on ne s'étonne donc pas de ne trouver dans cette narration que des événements heureux. Pendant ces trois années, contrairement à ce que trop d'autres ont vécu et ne peuvent plus raconter, je n'ai, en ce qui me concerne, eu que des bonheurs. Le train qui m'a emmené avec ma sœur n'avait rien de commun avec ceux de la gare de Bobigny. Celui-là m'a conduit vers des années d'existence paisible dans une famille qui a tout fait pour suppléer à la mienne. J'y ai trouvé en plus une école qui m'a remis sur les rails de la bonne scolarité. Et pour couronner l'ensemble, j'ai découvert sur place un décor inoubliable.
Quand je regarde la double tête du Lizieux en belle roche grise harmonieusement inclinée dans sa couronne de sapins, je ressens encore et toujours la même extase. Ce paysage étonnant de volcans éteints, à nul autre pareil, ne pouvait abriter que des êtres simples, imperméables à toute propagande, révoltés depuis toujours contre l'injustice et l'intolérance.
Je veux que l'on sache que s'il y a eu des Papon, des Legay, des Bousquet, auxquels, 50 ans après, on tente de demander enfin quelques comptes, il y a eu aussi des Louis et Tonia Ouillon, Alice Menut et tant d'autres. Ils n'ont jamais rien revendiqué et ont fait spontanément à eux seuls la grandeur de la France.
A ces seigneurs de la tolérance et de la modestie, à ceux qui incarnent pour un juif la vraie République, on n'offre rien, ni coup de clairon, ni médaille. Leur page d'humanité, ils ont su l'écrire naturellement et la tourner, sans...
 

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]



Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019