Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
33 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36587 communes
95 départements et l'étranger
1213 lieux d'internement
725 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4202 Justes de France
916 résistants juifs
13680 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant caché
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1282 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Nord

Région :
Hauts-de-France
Département :
Nord

Préfets :
Fernand Carles
(1936 - 1944) Préfet régional
Henry Darrouy
(1941 - 1944) Préfet délégué
Jean Michel Adrien Cabouat
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République
Roger Édouard Verlomme
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République
Francis Louis Closon
(1944 - 1948) Commissaire régional de la République
Roger Verlomme
(1944 - 1946) Préfet
Marcel Lanquetin
(1946 - 1955) Préfet

À lire, à voir…

Grégory Célerse Grégory Célerse
Sauvons les enfants ! : Histoire du comité lillois de secours

ACHETER EN LIGNE

Étienne Dejonghe Étienne Dejonghe
Yves Le Maner
Le Nord-Pas-de-Calais dans la main allemande, 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Frédéric  Viey Frédéric Viey
Franck d'Almeida
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Marie Rabinovitch

dite Marie Raby
Texte pour ecartement lateral

Roubaix 59100 Nord
Nom d'épouse: Rabinovitch


Nationalité : Française
Aidé ou sauvé par : - Madeleine Héribel Bompais - Suzanne Mitault
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]


Histoire

Alexandre Rabinovitch
 
Alexandre Rabinovitch est né en 1888 en Russie. A 22 ans, il débute la traversée de l'Europe à pied et arrive à Paris en novembre 1910.
Il est domicilié dans le Xe arrondissement où il occupe différents emplois (cannier, puis garçon de magasin). 
Il épouse Marie le 11 août 1914 alors qu’il a déjà une première fille, prénommée Flore née le 31 mai 1913.
 
Le 21 août 1914, Alexandre Rabinovitch s’engage dans la Légion étrangère pour la durée de la guerre. Affecté au 2e régiment de marche du 2e étranger fin octobre 1914, il participe aux combats dès octobre dans l’Aisne. Le 15 mars 1915, il est condamné par le conseil de guerre du 2e régiment de marche du 2e régiment étranger à la peine de 10 ans de travaux publics pour « refus d’obéissance sur un territoire en état de guerre et de siège ». 
Dans le même régiment, une rébellion éclate fin juin 1915 : 27 légionnaires sont mis aux arrêts dont 11 soldats identifiés comme « juifs » et 9 comme « arméniens ». Ces 27 légionnaires sont traduits devant le conseil de guerre, le 21 juin 1915, qui les condamne pour révolte et refus d’obéissance : 18 soldats sont condamnés aux travaux publics (de 5 à 10 ans) et 9 à la peine de mort. Les exécutions ont lieu le 22 juin 1915.  Ces légionnaires, dont Alexandre Rabinovitch a partagé le quotidien, sont l’objet de vexations antisémites de la part de leurs supérieurs qui sont « des sous-officiers de la Légion venus d’Algérie et pleins de préjugés à leurs égards, ils [les légionnaires] essuient de multiples vexations ».
 
Alexandre Rabinovitch arrive 1er avril 1915 à Orléansville (Chlef) en Algérie où il est incarcéré jusqu’en novembre 1916 soit environ un an et huit mois pendant lesquels il est affecté à des travaux de voieries ou d’autres tâches de force dans les conditions de vie effroyables, décrites par Albert Londres au début des années 1920.
Alexandre Rabinovitch est rejoint par certains de ses camarades de régiment au bagne, à « Biribi », c’est-à-dire dans les bagnes coloniaux de l’armée française en Afrique du Nord.
 
Alexandre Rabinovitch est ensuite transféré au dépôt des détenus à Collioure en métropole, entre novembre 1916 et mars 1918, soit pendant presqu’un an et demi. Il est réintégré au 1er régiment étranger le 7 mars 1918 et immédiatement envoyé en première ligne.
Il est blessé par balle et évacué le 18 juillet 1918 puis cité à l’ordre du régiment en mai 1919 pour acte de bravoure et décoré de la Croix de guerre, étoile de bronze.
 
Alexandre Rabinovitch est finalement libéré de ses obligations militaires le 10 juin 1919. Il rentre à Paris et retrouve sa place de garçon de magasin puis commence à faire du commerce en tant que marchand ambulant en bonneterie à Paris. 
 
Il a ouvert la voie à ses frères et sœurs : Élie Rabinovitch le rejoint en février 1920 à Paris et le suit à Hirson, leur sœur Blanche (née en 1904) et leur mère Zelda (née en 1864) les rejoignent à Lille  depuis Lodz en 1930. 

En janvier 1921, il quitte Paris pour Hirson dans l’Aisne (02) où son commerce prospère. 

La naturalisation d’Alexandre Rabinovitch, de sa femme et de ses trois filles (FloreYolande et Hélène), est accordée par décret le 19 juillet 1923.
 
L’entreprise de Alexandre Rabinovitch prospère et la famille s’installe à Roubaix au début des années 1930. Il ouvre la boutique « Chez Flore », du nom de sa fille aînée, située 20 place de la Liberté. 
Le domicile familial se trouve dans les quartiers plus cossus qui jouxtent le parc Barbieux, boulevard de Cambrai.
 
Avec la guerre et l’Occupation, les persécutions reprennent. Le fonds de commerce de bonneterie de Roubaix « Chez Flore » est aryanisé et Alexandre Rabinovitch est radié du registre du commerce de Roubaix, le 4 mai 1942.
 
Alexandre Rabinovitch, son épouse et ses enfants (FloreYolande, Hélène et Henri) ne se cachent pas. Il est ancien combattant, médaillé, de nationalité française depuis 1923, a une situation et une réputation. Il obtient même du tribunal civil de Lille, le 14 mars 1941, la modification officielle patronymique de « Rabinovitch » pour « Raby ».
 
Alexandre Rabinovitch est arrêté dans les rues de Roubaix, sur le chemin de la piscine, par un soldat allemand le 24 avril 1943 pour « non port de l’étoile ». Transféré directement à la prison de Loos jusqu’au 12 mai 1943, il est déplacé à la caserne Dossin à Malines (Belgique).
Entre temps, ses enfants Flore et Henri (alors âgés de 30 et 21 ans) écrivent à la préfecture et même au maréchal Pétain pour obtenir sa libération ou a minima retarder le transfert de leur père vers la Belgique.
En vain, Alexandre Raby est interné à Malines dès le 12 mai, il y reste près de deux mois et demi avant d’être déporté le 31 juillet 1943 par le convoi XXI pour Auschwitz. Ce convoi arrive sur la Judenramp le 2 août 1943. Alexandre Raby alors âgé de 55 ans est gazé à l’arrivée à Birkenau.
 
Marie Rabinovitch est cachée avec Flore et Yolande chez Suzanne Mitault* et sa fille Madeleine Héribel Bompais*.
 
Flore est arrêtée le 19 mars 1944 par la Feldgendarmerie. Elle passe par la prison de Loos puis est enregistrée à Malines le 26 mai 1944. Elle est déportée à Auschwitz le 31 juillet 1944 (convoi XXVI, n092). Elle survit et revient à Roubaix en 1945 et tente de relancer l’affaire familiale
 
Élie Rabinovitch et Peirel Jajubowki
 
Élie Rabinovitch, fils de Moses et Freida nee Warschawska, qui avait suivi son frère de Paris à Hirson, puis à Lille au début des années 1930, épouse Peirel née Jakubowski en avril 1933.
Peirel est née en 1895 à Izbica en Pologne, comme tous ses frères, GabrielMichelNacham et Zélig, également présents entre Lens (62), Armentières (59) et Lille à partir de la fin des années 1920.
Elle les a rejoints en juin 1931 et le couple Élie et Peirel vit modestement en exerçant la profession de marchands ambulants, même si Élie a longtemps été employé comme électricien avant de se fixer à Lille. Entre 1924 et 1931, il travaille dans différentes entreprises dans toute la France : Paris,  VichyMontceau-les-MinesAngoulêmeHirsonChâtelguyon
Arrivé à LilleÉlie Rabinovitch fait une demande de naturalisation qui est ajournée par le ministère de la Justice qui motive cette décision par « un manque de stabilité apparente » d’Élie avant 1933. Il obtient alors un statut d’étranger A (réfugié) fin août 1939 en tant que russe apte au service actif et marchand ambulant. 
 
Élie Rabinovitch est arrêté immédiatement après l’invasion de l’URSS par l’Allemagne, le 22 juin 1941. Convoqué au commissariat et retenu par la police allemande comme « juif et russe », il restera incarcéré en France et en Belgique jusqu’à son exécution.
En représailles à une série de sabotages durant le mois de mars 1942, cinq otages, dont quatre résistants communistes, sont désignés par la préfecture du Nord et envoyés à la caserne Négrier à Lille, le 20 mars 1942. Les cinq otages sont fusillés par l’occupant au fort du Vert-Galand le 31 mars 1942 puis inhumés sommairement au terrain d’aviation de Marquette-lez-Lille.
Son épouse Peirel est arrêtée le 28 aout 1941 avec ses frères Gabriel et Zélig par les autorités d’occupation. Elle reste trois mois à la prison de Loos puis est libérée brièvement avant d’être internée une première fois à la clinique psychiatrique d’Esquermes à Lille. Entre juin et septembre 1942, elle retourne à son domicile mais suite aux plaintes des voisins à propos des bruits nocturnes qu’elle occasionne et la crainte d’un suicide, elle est placée d’office en hôpital psychiatrique, le 25 septembre 1942, par un arrêté municipal pour « affaiblissement intellectuel léger, dépression et hypocondrie ». Peirel est transférée le 7 janvier 1943 vers Bailleul (59) en tant que « juive polonaise » sur les registres de l’hôpital. 
Son internement est signalé début octobre 1942 par l’administrateur provisoire d’Élie Rabinovitch, M. Singer, nommé pour procéder à « l’aryanisation » des modestes biens du couple. Peirel passe alors dans la catégorie des « malades indigentes » à partir du 1er octobre 1943, car le fruit de la vente de son alliance, en avril 1943, ne couvre plus ses frais de pension.1 
Peirel bénéficie de colis alimentaires réguliers envoyés par sa nièce Flore Raby jusqu’à son arrestation en mars 1944.
 
Marie Rabinovitch prend des nouvelles de Peirel à la Libération mais son état général ne lui permet pas d’envisager de quitter le service de psychiatrie. Peirel décède de mort naturelle en 1964 à l’hôpital psychiatrique de Bailleul à l’âge de 69 ans.

Gabriel et Zélig Jakubowski

Gabriel loge Zélig Jakubowski dans le modeste immeuble qui abrite son café-restaurant au rez-de-chaussée (24 places assises pour les clients) est également sa résidence principale (au premier étage).

Gabriel et Zélig Jakubowski sont arrêtés en même temps que Peirel-28.html">sonne-13793.html" style="caret-color: rgb(0, 0, 0);">Peirel le 28 août 1941 au domicile de Gabriel, qui tient un restaurant à Lille, rue Saint Étienne. Gabriel est l’aîné de la fratrie Jakubowski, il apparaît comme restaurateur à Lille en avril 1938, et cette fratrie arrive dans les années 1920 dans le Nord.

Zélig Jakubowski est le seul à faire une demande de naturalisation.
En octobre 1939, il s’engage dans la Légion mais sa carrière militaire est de courte durée car il est rapidement réformé, à titre définitif, pour raison médicale en janvier 1940 et renvoyé dans le Nord. Néanmoins, entre temps, il est naturalisé jusqu'à la loi du 22 juillet 1940.

Le 12 août 1941, le préfet du Nord propose de procéder à la liquidation du café-restaurant qui était jusque-là le seul réservé à « l’usage des israélites » par ordonnance de l’OFK 670 du 4 décembre 1941. L’occupant donne son accord le 21 août 1941 et le préfet répercute l’information à l’administrateur provisoire qui s’exécute dans la semaine.

L’arrestation de GabrielZélig et Peirel-28.html">sonne-13793.html" style="caret-color: rgb(0, 0, 0);">Peirel a lieu le 28 août 1941.

Gabriel est déporté avec ses frères Michel et Zélig, depuis Malines le 4 août 1942 (soit un an après son arrestation) par le Convoi I vers Auschwitz. Gabriel et Michel disparaissent sans laisser de traces. Zélig, 31 ans, immatriculé à Auschwitz (N° 56581), survit six mois. Il décède le 1er septembre 1943.  

19/03/2021

asso 13786

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Les persécutions des Juifs victimes de la Solution Finale à Berck sur Mer pendant la 2de Guerre mondiale , Mémoire ou thèse 60 pages, réalisation 2014
Auteur : Cyril Brossard - terminal
Étude réalisée à la suite d'un voyage d'études à Auschwitz-Birkenau et suite à une demande d'élèves de Terminales ES du lycée Jan Lavezzari. Etude qui sert aussi à la préparation au CNRD 2014-2015 dont le thème est la découverte des camps de concentration, le retour des déportés et la découverte du système concentrationnaire nazi.
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie , Mémoire ou thèse 148 pages, réalisation 2009
Auteurs : Frédéric Viey, Franck d'Almeyda
Cette Histoire des Juifs du Nord et de Picardie relate le quotidien des Juifs dans le Nord de la France à partir du Moyen-Âge jusqu'à nos jours. Durant la Seconde Guerre Mondiale, les Communautés Juives de ces régions ont payé un lourd tribu en perte humaine : la déportation et l'exécution après être passé par le Camp des Malines. Aujourd'hui dans toutes les Communautés un monument rappelle les sacrifices faits par le Peuple Juifs. Après la Seconde Guerre Mondiale, la population juive de France est exsangue. Les survivants vont essayer de faire revivre leur patrimoine religieux et culturel.
Histoire des Communautés Juives du Nord et de Picardie , Mémoire ou thèse 148 pages, réalisation 2009
Auteurs : Frédéric Viey, Franck d'Almeyda - terminal
Cette Histoire des Juifs du Nord et de Picardie relate le quotidien des Juifs dans le Nord de la France à partir du Moyen-Âge jusqu'à nos jours. Durant la Seconde Guerre Mondiale, les Communautés Juives de ces régions ont payé un lourd tribu en perte humaine : la déportation et l'exécution après être passé par le Camp des Malines. Aujourd'hui dans toutes les Communautés un monument rappelle les sacrifices faits par le Peuple Juifs. Après la Seconde Guerre Mondiale, la population juive de France est exsangue. Les survivants vont essayer de faire revivre leur patrimoine religieux et culturel.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 la Famille Angel (Histoire tragique d'une famille qui a tenté d'échapper à son destin en se sauvant de Lille, vers la Loire Atlantique )
2 François Molet (François Molet, né à Beaurevoir le 14 mars 1905 est fusillé le 7 avril 1942 au Mont-Valérien. )
3 "Lettre à Esther" et "Enfances volées" ("Lettre à Esther" : vidéo (20mn) réalisée dans le cadre d'un projet scolaire sur l'histoire de la famille Angel, réfugie à St-Michel-Chef-Chef, arrêtée en juillet 1942, déportée à Auschwitz
"Enfances volées" : vidéo (10mn) sur Rachel Angel et Victor Pérahia, arrêtés en juillet 1942 )
4 René Wallard (Page facebook du livre qui est en préparation sur son histoire.
Titre du livre "Dis leur de ne jamais pardonner". )

Notes

- 1 - Dossier médical et administratif de Peirel Jakubowski consulté à l’Établissement Public de santé mentale (EPSM) des Flandres, à Bailleul.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019