Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
33 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36587 communes
95 départements et l'étranger
1213 lieux d'internement
725 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4202 Justes de France
916 résistants juifs
13680 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant caché
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1282 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Paris

Région :
Île-de-France
Département :
Paris

Préfets :
Achille Villey-Desmeserets
(1934 - 1940) Achille Joseph Henri Villey-Desmeserets, Préfet de la Seine (1878-1953)
Charles Paul Magny
(13/10/1940 - 19/08/1942) Préfet de la Seine (1884-1945)
François Bard
(14/05/1941 - 01/06/1942) Amiral François Marc Alphonse Bard, Préfet de police de la Seine (1889-1944)
Amédée Bussière
(01/06/1942 - 19/08/1944) Préfet de police de la Seine lors de la rafle du Vél d’Hiv (1886-1953)
René Bouffet
(19/08/1942 - 19/08/1944) Préfet de la Seine. Arrêté et révoqué par la Résistance le 19 août 1944 (1896-1945)
Marcel Pierre Flouret
(1944 - 1946) Préfet de la Seine (1892-1971)
Charles Léon Luizet
(1944 - 1947) Préfet de police de la Seine (1903-1947)

Si je survis

ACHETER EN LIGNE
À lire, à voir…

Benoît Rayski Benoît Rayski
L'affiche rouge

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

Françoise Siefridt Françoise Siefridt
J'ai voulu porter l'étoile jaune : Journal de Françoise Siefridt, chrétienne et résistante

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Hitler à Paris - Juin 1940

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

France Hamelin France Hamelin
Femmes en prison dans la nuit noire de l'occupation - Le Dépôt, la petite Roquette, le camp des Tourelles

ACHETER EN LIGNE

Philippe Castetbon Philippe Castetbon
Ici est tombé

ACHETER EN LIGNE

Hélène Berr Hélène Berr
Le Journal d'Hélène Berr : 1942-1944

ACHETER EN LIGNE

Joseph Weismann Joseph Weismann
Après la rafle

ACHETER EN LIGNE

Zysman Wenig Zysman Wenig
Hélène Wenig
Lettres à Khayè : Correspondance clandestine d'un amour en temps de guerre

ACHETER EN LIGNE

Janine Gerson Janine Gerson
Bella : Itinéraire mémoriel

ACHETER EN LIGNE

Marie-Claire Scamaroni Marie-Claire Scamaroni
Indomptable et Rebelle

ACHETER EN LIGNE

Roselyne Bosch Roselyne Bosch
La Rafle

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
L'étoile des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Anne Sinclair Anne Sinclair
21 rue La Boétie

ACHETER EN LIGNE

Rachel Ségal Rachel Ségal
Ecole de la rue Tlemcen

 

Pierre Sudreau Pierre Sudreau
Sans se départir de soi

ACHETER EN LIGNE

Jacques Biélinky Jacques Biélinky
Renée Poznanski
Journal, 1940-1942 : Un journaliste juif à Paris sous l'Occupation

ACHETER EN LIGNE

Jean-Claude Bartoll Jean-Claude Bartoll
Agnès Barrat-Bartoll
Cédric Hervan
Le dernier des Schoenfeld

ACHETER EN LIGNE

Pierre Lubek Pierre Lubek
La Shoah : hériter du silence

ACHETER EN LIGNE

François Szulman François Szulman
Le Petit Peintre de Belleville

ACHETER EN LIGNE

Julien Blanc Julien Blanc
Au commencement de la Résistance : Du côté du musée de l'Homme 1940-1941

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Moriz Scheyer

Texte pour ecartement lateral

Paris 75000 Paris
Date de naissance: 27/12/1886 (Focsani (Roumanie))
Date de décès: 29/03/1949 (Belvès (24))
Nationalité : Autrichien
Aidé ou sauvé par : - Henriette Mathieu - René Mathieu Profession: Journaliste et essayiste
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Moriz-Scheyer
Moriz Scheyer
source photo : Coll. Singer
crédit photo : D.R.
Moriz-Scheyer
Carte d'abonné de l'Opéra de Vienne de Moritz Scheyer pour la saison 1937-1938
source photo : Coll. Scheyer
crédit photo : D.R.
Histoire

Moriz Scheyer était né à Focsani en Roumanie le 27 décembre 1886. Il était le fils de Wilhelm Scheyer, un homme d'affaires, et de Josefine née Krasnopolsky.

La famille s'était installée à Vienne, où ils vivaient dans l'agréable banlieue de Hietzing.1

Après le lycée (Gymnasium), où il excellait dans les sciences humaines et les langues2Moriz Scheyer a étudié à l'Université de Vienne, dont il a obtenu un diplôme en droit en 1911.3

Il a commencé sa carrière en tant qu'écrivain avec de courts articles pour les journaux, rejoignant le personnel du Neues Wiener Tagblatt (TN-O., L'un des deux quotidiens de «qualité» de Vienne) en 19144.

«Bon Européen» engagé et adepte de l'internationaliste et pacifiste Romain Rolland5, il a exprimé son horreur face aux atrocités de la Première Guerre mondiale6 ; une maladie chronique peut en tout état de cause le dispenser du service actif. Il a également écrit avec amertume les conséquences dévastatrices du conflit, la Grande Dépression, en Autriche.7

Il a beaucoup voyagé - faisant un voyage en mer via l'Égypte jusqu'en Amérique du Sud avant 1919 - et ces voyages ont inspiré une grande partie de ses premiers écrits.

Amoureux de la culture et de la littérature françaises, Moriz Scheyer avait vécu à Paris dans la période antérieure à 1924, en tant que correspondant culturel pour les TN-O., Et a continué à visiter régulièrement après son retour à Vienne. Il semble également avoir passé quelque temps comme correspondant en Suisse.8

De 1924, à Vienne, jusqu'à son licenciement à l'Anschluss, Moriz Scheyer était rédacteur en chef des arts du Neues Wiener Tagblatt. Il était responsable de la section de révision («Theatre und Kunst») et occupait ainsi un poste d’influence culturelle significative.

Proche de nombreuses personnalités littéraires et musicales de Vienne, telles qu'Arthur Schnitzler, Joseph Roth et Bruno Walter, il était un ami personnel de Stefan Zweig, avec qui son travail a de fortes affinités.

En octobre 1927, il épousa Margarethe Singer, fille de Sigmund Singer, un industriel juif tchèque prospère qui était à la tête de la communauté juive de Jindrichuv Hradec, ville pittoresque de la Bohême méridionale, et de Mathilde née Adler qui avaient eu 12 enfants. 

Grete était veuve du Dr Bernhard Schwarzwald décédé en 1924 à Vienne (Autriche).

Par le mariage, Moriz Scheyer acquit deux fils adoptifs, Stefan, né en 1914, et Konrad, né en 1917, (après l'émigration au Royaume-Uni : Stephen Sherwood et Konrad Singer) et leur nounou, "Veili" (Slava Kolarova).

Ils habitent à Vienne un appartement de la Mariahilferstrasse.

Avec l'avènement du régime national-socialiste en Autriche en mars 1938 (l'Anschluss), Moriz Scheyer, au sommet de sa carrière, perdit son poste aux TNO, et fut renvoyé sans indemnité. Son compte et le versement de ses droits d'auteur sont bloqués

Au cours de ces cinq premiers mois, 9 000 juifs viennois se suicident.

Par chance, Moriz Scheyer et sa famille ne sont pas arrêtés, comme c'est le cas du rédacteur en chef du Neues Wiener Tagblatt, le Dr Löbl, très prestigieux conseiller à la Cour, incarcéré avec sa femme et sa fille.

Il parvient à quitter le pays le 15 août 1938 après avoir enduré un véritable calvaire pour obtenir passeports et visas de sortie pour lui et son épouse et qu'il obtint contre le paiement de la "taxe sur la fuite hors du Reich" constituée de tout ce qu'ils possédaient.

Stefan, étudiant en deuxième année de médecine se trouvait déjà en Angleterre. Il avait été accueillit par Miss Marian Dunlop.

Autorisés à emporter 10 marks par personne, il part pour Paris via la Suisse. Grete et leur femme de ménage et compagne de longue date, Slava Kolarova, doivent encore rester à Vienne quelques jours avant de le rejoindre car Konrad attend son visa de transit suisse pour se rendre en Ecosse où une bourse de l'International Student Service lui permettrait de poursuivre ses études de chimie à l'université de Glasgow.

À Paris, ville qu’il connaît bien pour y avoir été correspondant de son journal au début des années vingt, Moriz Scheyer rencontre Henri-René Lenormand au lendemain de la publication du statut des Juifs (3 octobre 1940) : « Pour tout vous dire, je trouve qu’il [le statut juif] est assez doux », déclare Lenormand à Moriz Scheyer, et celui-ci continue : « Il le trouva tellement doux, ce “statut juif” qu’en signe de reconnaissance, sans doute, pour cette clémence des Allemands envers ses amis juifs, il se mit à écrire article après article dans les pires journaux nazis français. » Au cours de ses années d’exil en France, Moriz Scheyer rencontre beaucoup de lâches opportunistes et de canailles, mais aussi quelques Français courageux à qui sa femme et lui doivent leur salut.

Convoqué le 13 mai 1941 au poste de police de la rue Lecourbe, « pour examen de sa situation », il doit monter dans un car de la préfecture qui le conduit à la gare d’Austerlitz, où il doit prendre un convoi à destination de Beaune-la-Rolande (Loiret) et du camp de concentration (c’est ainsi que le désigne Scheyer) situé à trois kilomètres du village. Son état de santé s’étant sérieusement dégradé, il est libéré en septembre et retrouve sa femme à Paris.

Le 10 novembre, les Scheyer livrent leur sort à un passeur qui leur permet de se rendre en zone libre par Coutras, une station de la ligne Paris-Bordeaux. Ils se retrouvent à Belvès, entre Agen et Périgueux. C’est à Belvès qu’ils font connaissance avec la famille Rispal, à laquelle ils devront leur salut.

Condamnés à une amende de 2 460 francs par personne pour séjour illégal à Belvès, les Scheyer partent pour Voiron (Isère) où résident leurs amis Kofler. De là, ils tentent de fuir en Suisse, mais, cette fois, le passeur est un traître sans scrupule qui les abandonne à la gare d’Aix-les-Bains, et c’est par miracle qu’ils reviennent sains et saufs à Voiron.

Hélène Rispal, qu'ils connaissent à peine envoie sonf ils Jacques les chercher muni de trois cartes d'identité établis par René Mathieu* qu'ils ne connaissent pas du tout. Ils reviennent le 16 novembre troublés et muets d'émotion à Belvès et les cache au couvent de franciscaines de Labarde. 9

Hélène et Gabriel Rispal, communistes convaincus, et leur fils Jacques, né en 1923, résistants actifs qui habitent à Belvès vont les aider activement. Leurs neveux Henriette* et René Mathieu*, secrétaire de mairie et instituteurs tous les deux, qui vivent à Saint-Cernin-de-l'Herm vont leur procurer de faux papiers.

Hélène et Gabriel Rispal cachent Moriz ScheyerGrete et Slava Kolarova et les envoient ensuite se réfugier au Couvent de Labarde, un couvent franciscain situé à Sainte-Foy-de-Belvès en Dordogne.

Dans Si je survisMoriz Scheyer évoque la mort de Stefan Zweig : « C’est à Belvès (Dordogne) que j’appris son décès, par un entrefilet dans le journal : “L’écrivain juif Stefan Zweig a mis fin à ses jours au Brésil.” Une ligne, une seule. Il avait eu la possibilité d’aller vivre loin, très loin. On le vénérait et on le célébrait jusque dans cet exil. Il était au zénith de sa gloire et de sa puissance créatrice. Et malgré cela, un jour, il n’y tint plus et choisit volontairement la mort. Incompréhensible ? Non. Le monde d’Hitler avait terrassé l’“écrivain juif”. Célébré par le Brésil qui lui organisa des funérailles nationales, Stefan Zweig rejoignit sa dernière demeure en emportant avec lui son profond désespoir et ses convictions. »10

Après la guerre, Grete et Moriz Scheyer et Slava Kolarova vinrent s'installer à Belvès et avaient emménagé dans la "maisonnette" appartenant à Hélène Rispal, un pavillon situé en dehors du centre de Belvès. Moriz Scheyer avait formé le voeu de "ne jamais se séparer de ceux qui lui avaient tendu la main dans les moments de détresse". Slava est retournée brièvement en Tchécoslovaquie où elle fit un AVC. Revenue à Belvès, elle décède en 1948. 

Moriz Scheyer ne retourna jamais à vienne, bien qu'il eut obtenu un nouveau passeport autrichien. Il meurt en 1949. Gabriel Rispal est mort en 1970, Grete en 1977 et Hélène Rispal en 1979. Ils sont tous enterrés dans le cimetière de Belvès.

Il souffrait d'une maladie cardiaque chronique et est décédé en 1949. Il semble qu'il ait fait des efforts pour faire publier son travail autobiographique, mais désespéré finalement de trouver quiconque s'intéressait à ce qui s'était passé. 'aux Juifs.

26/02/2021
Lien : Wikipedia

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Etoile jaune: le silence du consistoire centrale , Mémoire ou thèse 7 pages, réalisation 2013
Auteur : Thierry Noël-Guitelman - terminal
Lorsque la 8e ordonnance allemande du 29 mai 1942 instaure l'étoile jaune en zone occupée, on peut s'attendre à la réaction du consistoire central. Cette étape ignoble de la répression antisémite succédait aux statuts des juifs d'octobre 1940 et juin 1941, aux recensements, aux rafles, aux décisions allemandes d'élimination des juifs de la vie économique, et au premier convoi de déportés pour Auschwitz du 27 mars 1942, le consistoire centrale ne protesta pas.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Juifs en psychiatrie sous l'Occupation. L'hospitalisation des Juifs en psychiatrie sous Vichy dans le département de la Seine (Par une recherche approfondie des archives hospitalières et départementales de la Seine, l'auteur opère une approche critique des dossiers concernant des personnes de confession juive internées à titre médical, parfois simplement préventif dans le contexte des risques et des suspicions propres à cette période. La pénurie alimentaire est confirmée, influant nettement sur la morbidité. Ce premier travail sera complété par un examen aussi exhaustif que possible des documents conservés pour amener une conclusion. )
2 Héros de Goussainville - ROMANET André (Héros de Goussainville - Page ROMANET André )
3 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était Ancelle. Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
4 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
5 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
6 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )
7 Paroles et Mémoires des quartiers populaires. (Jacob Szmulewicz et son ami Étienne Raczymow ont répondu à des interviews pour la réalisation du film "Les garçons Ramponeau" de Patrice Spadoni, ou ils racontent leur vie et en particulier leurs actions en tant que résistants. On peut le retrouver sur le site Paroles et Mémoires des quartiers populaires. http://www.paroles-et-memoires.org/jan08/memoires.htm. (Auteur : Sylvia, Source : Canal Marches) )
8 Les grands entretiens : Simon Liwerant (Témoignage de Simon Liwerant est né en 1928. Son père Aron Liwerant, ouvrier maroquinier né à Varsovie, et sa mère Sara née Redler, seront arrêtés et déportés sans retour. )

Notes

- 1 - Son enfance et sa carrière scolaire sont rappelées dans Encounter with my Own Youth (Begegnung mit der eigenen Jugend), dans Moriz Scheyer, Genius and Its Life on Earth (Erdentage des Genies, Herbert Reichner Verlag, 1938), pp.153 -165.
- 2 - Le génie et sa vie sur terre (Erdentage des Genies), Ausgewählte Essais, Herbert Reichner, Vienne 1938, pp. 157-8.
- 3 - Certificat de diplôme 'Doctor Juris', Université de Vienne, novembre 1911.
- 4 - Moriz Scheyer, Asylum, p. 12.
- 5 - Moriz Scheyer, Européens et exotiques (Europäer und Exoten, Strache, 1919), p. 12 ; Asylum, pp. 279-80; 285; 288.
- 6 - Poème de Scheyer, Lonely Battlefield (Einsames Schlachtfeld), à Arbeiterzeitung, 17 novembre 1914 : "Sous la pâle première neige / Beaucoup de chagrins sont enterrés. // La fin de lune, indifférente et froide, / Brille comme une torche funéraire. // La nuit fait des prières pour les morts. / A l'est brille une lueur lointaine."
- 7 - Moriz Scheyer, Escape to Yesterday (Flucht ins Gestern, Georg Müller, Berlin 1927), p. 10-11, cité dans Asylum, p. 288: "Ils ont disparu sans laisser de trace ... ces ... brillants Palais du Graal qui nous ont été signalés par de rusés trompeurs sur l'Horizon de la Paix ... Les dynasties ont été renversées; les oppresseurs mis de côté; mais à leur place sont venus mille autres dynasties, mille autres oppresseurs ...".
- 8 - "Campione", Neues Wiener Tagblatt, 25 avril 1919, écrit de Lugano, avec la signature "von unserem Schweizer Sonderberichterstatter" (par notre reporter spécial en Suisse).
- 9 - Jacques Le Rider, "Deux exilés" in En attendant Nadeau, 7 octobre 2016.
- 10 - Jacques Le Rider, "Deux exilés" in En attendant Nadeau, 7 octobre 2016.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019