Soutenez le travail de l'AJPN
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
81 annonces de recherche
Votre Opinion
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36587 communes
95 départements et l'étranger
1213 lieux d'internement
725 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4202 Justes de France
916 résistants juifs
13691 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant caché
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1282 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Paris

Région :
Île-de-France
Département :
Paris

Préfets :
Achille Villey-Desmeserets
(1934 - 1940) Achille Joseph Henri Villey-Desmeserets, Préfet de la Seine (1878-1953)
Charles Paul Magny
(13/10/1940 - 19/08/1942) Préfet de la Seine (1884-1945)
François Bard
(14/05/1941 - 01/06/1942) Amiral François Marc Alphonse Bard, Préfet de police de la Seine (1889-1944)
Amédée Bussière
(01/06/1942 - 19/08/1944) Préfet de police de la Seine lors de la rafle du Vél d’Hiv (1886-1953)
René Bouffet
(19/08/1942 - 19/08/1944) Préfet de la Seine. Arrêté et révoqué par la Résistance le 19 août 1944 (1896-1945)
Marcel Pierre Flouret
(1944 - 1946) Préfet de la Seine (1892-1971)
Charles Léon Luizet
(1944 - 1947) Préfet de police de la Seine (1903-1947)

À lire, à voir…

François Szulman François Szulman
Le Petit Peintre de Belleville

ACHETER EN LIGNE

Jacques Biélinky Jacques Biélinky
Renée Poznanski
Journal, 1940-1942 : Un journaliste juif à Paris sous l'Occupation

ACHETER EN LIGNE

Françoise Siefridt Françoise Siefridt
J'ai voulu porter l'étoile jaune : Journal de Françoise Siefridt, chrétienne et résistante

ACHETER EN LIGNE

Pierre Sudreau Pierre Sudreau
Sans se départir de soi

ACHETER EN LIGNE

Philippe Castetbon Philippe Castetbon
Ici est tombé

ACHETER EN LIGNE

Zysman Wenig Zysman Wenig
Hélène Wenig
Lettres à Khayè : Correspondance clandestine d'un amour en temps de guerre

ACHETER EN LIGNE

Anne Sinclair Anne Sinclair
21 rue La Boétie

ACHETER EN LIGNE

Marie-Claire Scamaroni Marie-Claire Scamaroni
Indomptable et Rebelle

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
L'étoile des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

Roselyne Bosch Roselyne Bosch
La Rafle

ACHETER EN LIGNE

Benoît Rayski Benoît Rayski
L'affiche rouge

ACHETER EN LIGNE

Rachel Ségal Rachel Ségal
Ecole de la rue Tlemcen

 

Cédric Gruat Cédric Gruat
Hitler à Paris - Juin 1940

ACHETER EN LIGNE

France Hamelin France Hamelin
Femmes en prison dans la nuit noire de l'occupation - Le Dépôt, la petite Roquette, le camp des Tourelles

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Julien Blanc Julien Blanc
Au commencement de la Résistance : Du côté du musée de l'Homme 1940-1941

ACHETER EN LIGNE

Jean-Claude Bartoll Jean-Claude Bartoll
Agnès Barrat-Bartoll
Cédric Hervan
Le dernier des Schoenfeld

ACHETER EN LIGNE

Hélène Berr Hélène Berr
Le Journal d'Hélène Berr : 1942-1944

ACHETER EN LIGNE

Joseph Weismann Joseph Weismann
Après la rafle

ACHETER EN LIGNE

Pierre Lubek Pierre Lubek
La Shoah : hériter du silence

ACHETER EN LIGNE

Janine Gerson Janine Gerson
Bella : Itinéraire mémoriel

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Jean-Claude Weill

Texte pour ecartement lateral

Paris 75016 Paris
Date de naissance: 28/04/1907 (Paris 16e)
Date de décès: 20/02/1993 (Dijon (Côte d'Or))
Nationalité : Français
Aidé ou sauvé par : - Blanche Molino Profession: Professeur agrégé de philosophie
Qualité: Résistant SNES, Mouvement de la Paix et PCF
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Jean-Claude-Weill
Jean-Claude Weill
source photo : Coll. Weill
crédit photo : D.R.
Histoire

Notice Weill

Le père de Jean-Claude Weill, Raphaël Weill, appartenant à une vieille famille de moyenne bourgeoisie juive d’origine alsacienne, avait fait des études de langues orientales et travaillé avec son père, Émile, négociant en pierres précieuses, jusqu’à son mariage en 1905 avec Jeanne Ulmann ; son beau-père l’avait associé à sa manufacture de confection pour hommes « L’Enfant Prodigue » installée à Genève. Mais c’était avant tout un intellectuel polyglotte qui maîtrisait sept langues anciennes et modernes et qui occupa sa retraite à traduire pour Gallimard deux romans de l’anglais George Meredith, puis Echantillons de Civilisations de l’anthropologue américaine Ruth Benedict et, en 1954, Alexandra, de la romancière grecque Lihha Nakos (Bruxelles, Éditions de la Paix).

Jean-Claude Weill était l’aîné de la famille et eut deux frères, Raymond né en 1908, et Etienne en 1919.
Bien que reconnu inapte au service militaire, son père, mobilisé en 1914 comme infirmier-brancadier, contracta la typhoïde en 1916 et fut évacué dans un hôpital religieux à Lyon où sa femme le retrouva après de longues recherches. Après deux mois de convalescence auprès de sa famille, il reprit son service à Paris puis retourna au front. Il écrivit un journal bouleversant sur son expérience de brancardier sur les champs de bataille de la Champagne et de la Somme, où il décrivit le quotidien de la guerre et ses atrocités, ainsi que la dureté et l’aveuglement du commandement militaire. Jean-Claude Weill fut très marqué par les récits de son père et en conçut une exécration de la guerre et même un certain antimilitarisme.

Après sa scolarité primaire dans une institution privée, il fut un brillant élève au lycée Janson de Sailly, de la 6e à la terminale, où il obtint le baccalauréat. Puis il effectua deux années (1924-1925 et 1925-1926) en khâgne au lycée Louis-le-Grand. Il échoua au concours de l’École normale supérieure de la rue Ulm en 1926 et, n’ayant pas apprécié l’ambiance du lycée de la rue Saint Jacques où les effectifs de la classe dépassaient les 70 élèves, il préféra aller « cuber » sa khâgne au lycée voisin Henri IV, où la classe n’en comptait que 35. L’enseignement de son professeur de philosophie, Alain, le marqua profondément et le renforça dans ses sentiments pacifistes. Il renforça aussi sa vocation pour l’enseignement de la philosophie, en lui faisant comprendre qu’il n’y avait pas de frontières entre les disciplines et que le lycée devait être ouvert sur la vie.
Admissible à l’ENS en 1927, ce qui lui permit d’être boursier de licence, Jean-Claude Weill persévéra comme « bika » à Henri IV et fut reçu second à l’ENS en 1928, après un écrit particulièrement brillant. Il eut pour condisciples Robert Brasillach, Thierry Maulnier mais aussi Jacques Soustelle, René Etiemble… Surnommé « Weillus », de nature réservée, il participa aux diverses manifestations pacifistes durant ses trois années de scolarité : parmi les 83 signataires de la pétition contre la préparation militaire supérieure obligatoire, il resta l’un des « 21 irréductibles » opposés au directeur et signa en 1931 le texte contre la « caporalisation des intellectuels » et la « fascisation de l’Université ».
Licencié ès Lettres en philosophie en 1929, diplômé d’études supérieures en 1930, il échoua en 1931 à l’agrégation de philosophie, fut admissible en 1932 et en 1933, et dut effectuer son service militaire en 1932-1933, qu’il termina comme simple caporal, ayant refusé de suivre la PMS qui lui aurait permis de devenir officier de réserve. Il était cependant robuste, pratiquait un peu l’alpinisme et avait épousé le 19 mars 1932, à Paris (XVIe arr.), Madeleine Spire, de famille juive, interne des hôpitaux de Paris, avec laquelle il eut trois enfants : un fils, Guillaume né en 1934, et des jumeaux, Catherine et Laurent, nés en 1936.

Il commença sa carrière d’enseignant au lycée de Sèvres puis au lycée Michelet à Vanves avant d’être reçu à l’agrégation en 1934, année où il s’investit, dès sa création, dans le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes. Après avoir enseigné durant une année à l’École normale d’instituteurs de Versailles, aux lycées de jeunes filles Racine et Fénelon à Paris, puis au lycée de filles de Versailles, il obtint une chaire de professeur en octobre 1935 au lycée de garçons d’Épinal (Vosges).

Mobilisé en février 1940 à Coulommiers (Seine-et-Marne) comme caporal sapeur-télégraphiste, il fut libéré en juillet et retrouva sa famille à Pouilly-en-Auxois (Côte d’Or) près de Dijon où son épouse avait été requise. Nommé à Sens (Yonne) en novembre 1940, il fut révoqué de l’enseignement le 20 décembre 1940, en vertu des lois antijuives de Vichy, et son épouse se vit interdire l’exercice de la médecine par les autorités allemandes. C’est à la fin 1940 qu’il écrivit une Lecture philosophique des poèmes homériques à la lumière d’Auguste Comte et Alain, jamais publiée.

À la fin de l’année 1941, la famille passa clandestinement la ligne de démarcation et aboutit à Caluire (Rhône) dans un refuge procuré par René Molino, beau-père de Lucien Roubaud, ami proche de Jean-Claude Weill depuis l’ENS. Il vécut en travaillant comme correcteur de copies pour l’École universelle qui le renvoya en mai 1944, pour une lettre jugée irrévérencieuse par la directrice. Sa famille paya un lourd tribut au nazisme : si son père échappa à l’arrestation, sa mère fut arrêtée en 1942 puis déportée et gazée en mars 1943 au camp de Sobibor en Pologne ; sa belle-sœur, Jacqueline, également déportée, mourut à Auschwitz.

En février 1944, le couple fit cacher ses enfants au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire) où ils les retrouvèrent en mai et juin 1944 dans des homes protestants. Son épouse travailla dans l’un d’eux et lui-même trouva un emploi à l’« école cévenole ».

Le ministère de l’Éducation nationale le réintégra aussitôt à la Libération, au lycée de Nevers (Nièvre) où il ne se rendit pas, puis à Dijon, d’abord au lycée de filles pour une suppléance puis au lycée de garçons Carnot à partir de la rentrée 1945, où il enseigna en classes préparatoires littéraires jusqu’à sa prise de retraite en 1967.
Il milita au Syndicat national de l’enseignement secondaire dont il devint secrétaire de la section académique (S2) de Dijon de 1946 à 1948, Marchal, professeur au collège de Wassy, lui succédant alors. Partisan du maintien du SNES et de la FEN à la CGT, il fut élu suppléant « cégétiste » à la commission exécutive du SNES en 1948, puis figura sur la liste « B » de 1952 à 1954.

Dans la continuité de ses engagements d’avant-guerre, il était aussi le secrétaire départemental du Mouvement de la Paix depuis le début des années 1950 et devint membre de son conseil national en 1955 pendant quelques années.

Considéré comme compagnon de route du Parti communiste français, il fit le pas de l’adhésion en 1952 et en devint très vite un des dirigeants en Côte d’Or. Membre du bureau de la section de Dijon, il entra au comité fédéral à la 10e conférence des 26-27 mai 1956, dont il resta membre jusqu’en 1979, puis au bureau fédéral en avril 1961, à la 13e conférence, et le demeura jusqu’en 1974. Il était responsable de la diffusion de l’Humanité dimanche et il donna de nombreux articles à L’Avenir de la Côte d’Or, mensuel du Parti communiste, et à Une semaine en Côte d’Or, supplément hebdomadaire de l’Humanité dimanche. À partir de 1965, il s’occupa de la création et du développement de l’Université nouvelle, y prononça des conférences et donna régulièrement des cours à l’école fédérale du PCF. Puis en 1970, il devint le responsable de l’éducation.
Il représenta son parti dans diverses élections. Il accepta d’être candidat suppléant de Gilbert Longet, cheminot, militant de la CGT, aux élections législatives en 1958, dans la circonscription Dijon-2, candidat suppléant de Marcel Caignol dans la première circonscription en 1962 et à nouveau candidat suppléant en 1967. Il se présenta également aux élections cantonales dans le canton Dijon-Ouest en 1961 contre le chanoine Kir et en 1967. Il fut aussi candidat sur la liste d’union de la gauche aux élections municipales de mars 1971 remportées par la liste du secrétaire général de l’UDR, Robert Poujade, qui succéda au chanoine Kir comme maire, et qui avait été son collègue en classe préparatoire au lycée de Dijon.

Jean-Claude Weill ne publia pas beaucoup mais était un grand lecteur de l’œuvre de Louis Aragon qu’il étudia dans le cadre du groupe de recherches du CNRS sur Aragon et Elsa Triolet. Il signa des articles dans sa revue Recherches croisées et dans la revue culturelle Europe.
Ceux qui l’avaient connu étaient d’abord frappés par son élégance physique ; « son urbanité pouvait passer pour une modestie excessive ou une grande timidité » notait son ami Michel Apel-Muller qui soulignait son humanisme fondé sur une grande culture. De nombreux élèves de diverses générations témoignèrent en outre du prix qu’ils attachaient à son enseignement et à sa personnalité, ce que l’un d’entre eux résuma lors de ses obsèques : « votre activité intellectuelle éclairée par moments d’un humour vif et communicatif et bien dissimulée aussi sous votre pudeur et la simplicité de votre vie, faisait notre admiration ». 

07/06/2021
Auteur : Dalançon Lévêque Lien : Le Maîtron 1940-1944

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Etoile jaune: le silence du consistoire centrale , Mémoire ou thèse 7 pages, réalisation 2013
Auteur : Thierry Noël-Guitelman - terminal
Lorsque la 8e ordonnance allemande du 29 mai 1942 instaure l'étoile jaune en zone occupée, on peut s'attendre à la réaction du consistoire central. Cette étape ignoble de la répression antisémite succédait aux statuts des juifs d'octobre 1940 et juin 1941, aux recensements, aux rafles, aux décisions allemandes d'élimination des juifs de la vie économique, et au premier convoi de déportés pour Auschwitz du 27 mars 1942, le consistoire centrale ne protesta pas.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Juifs en psychiatrie sous l'Occupation. L'hospitalisation des Juifs en psychiatrie sous Vichy dans le département de la Seine (Par une recherche approfondie des archives hospitalières et départementales de la Seine, l'auteur opère une approche critique des dossiers concernant des personnes de confession juive internées à titre médical, parfois simplement préventif dans le contexte des risques et des suspicions propres à cette période. La pénurie alimentaire est confirmée, influant nettement sur la morbidité. Ce premier travail sera complété par un examen aussi exhaustif que possible des documents conservés pour amener une conclusion. )
2 Héros de Goussainville - ROMANET André (Héros de Goussainville - Page ROMANET André )
3 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était Ancelle. Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
4 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
5 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
6 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )
7 Paroles et Mémoires des quartiers populaires. (Jacob Szmulewicz et son ami Étienne Raczymow ont répondu à des interviews pour la réalisation du film "Les garçons Ramponeau" de Patrice Spadoni, ou ils racontent leur vie et en particulier leurs actions en tant que résistants. On peut le retrouver sur le site Paroles et Mémoires des quartiers populaires. http://www.paroles-et-memoires.org/jan08/memoires.htm. (Auteur : Sylvia, Source : Canal Marches) )
8 Les grands entretiens : Simon Liwerant (Témoignage de Simon Liwerant est né en 1928. Son père Aron Liwerant, ouvrier maroquinier né à Varsovie, et sa mère Sara née Redler, seront arrêtés et déportés sans retour. )

Annonces de recherche [Déposer une annonce]


[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2021