space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
345 annonces de recherche Actualités  -  Revue de presse
39/45 en France
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
637 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3898 Justes de France
743 résistants juifs
8849 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire
Audience : Xiti  -  Online Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris Signaler un problème technique
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

Adelaïde-Line Marmajou


dite Line
Dossier Yad Vashem : 7464
Remise de la médaille de Juste : 12/01/1997
Sauvetage : Paris 75003 - Paris
Profession: Danseuse
Date de naissance: 07/04/1902
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Adelaide-Line-Marmajou
Line Marmajou
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Adelaide-Line-Marmajou
Line Marmajou, 108 ans, 2010
source photo : Ville de Puteaux
crédit photo : D.R.
Notice

Lors de la grande rafle du Vel d'Hiv à Paris, les 16 et 17 juillet 1942, Line Marmajou* cache sa voisine, Sara Plawner et sa fille Féla, venues lui demander asile.
Elle les hébergera durant plusieurs semaines, jusqu'à ce qu'il leur soit possible de quitter la capitale et de franchir la ligne de démarcation.

Pendant toute cette période, Line Marmajou* s'occupera d'elles avec sollicitude, sans chercher la moindre rétribution, puis servira de boîte aux lettres pour la correspondance entre Benjamin Plawner, le frère de Féla, prisonnier de guerre en Allemagne, et les deux femmes.
Lorsque Benjamin parvint à s'évader et réussit à rejoindre Paris, il se cacha et rendait visite à Line qui lui remettait les lettres de sa mère et de sa sœur.

Féla avait également donné l'adresse de Line Marmajou* à Madeleine Blaufuks, une amie restée à Paris, et Line* la recueillit pour la cacher.

En mars 1943, Benjamin Plawner, âgé de 28 ans, fut arrêté par les policiers français. Ils découvrirent dans sa poche l'adresse de Line Marmajou*. Ils se rendirent alors à son domicile et arrêtèrent Madeleine Blaufuks et Line Marmajou*.
Après des heures d'interrogatoire, Line* fut remise en liberté, mais Benjamin, 28 ans, et Madeleine, 23 ans, furent déportés sans retour vers les camps de la mort.
Madeleine sera déportée sans retour vers Majdanek.

Après la Libération, Sara et Féla, revenues à Paris, restèrent en contact avec Line*.
David, le mari de Sara sera également survivant.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Chevalier de la Légion d’Honneur

Le 7 avril 2010, Line Marmajou*, âgée de 108 ans, doyenne de la ville de Puteaux où elle habite et doyenne d’Europe des Justes parmi les Nations, s’est vu remettre les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur, en même temps que la Médaille de la Ville.

Extrait du discours de Joëlle Ceccaldi-Raynaud à Mme Marmajou :
"Votre vie vous l’avez bien mise en danger. Mme Féla Erman et M. Joseph Blaufuks, frère de Madeleine Blaufuks, que vous avez sauvé, peuvent en témoigner avec leurs familles. Ces personnes vous doivent la vie, et n’ont jamais oublié cette période sombre dont vous avez été la seule, l’unique lumière d’espoir.
Vous habitiez à l’époque dans le IIIe arrondissement de Paris : Féla Erman, née Plawner, et sa mère étaient vos voisines de pallier. Lorsque Paris fut occupée par les Allemands, vous n’avez pas hésité à héberger chez vous vos voisines pour éviter qu’elles ne soient dénoncées, en attendant de les faire partir pour la zone libre.
Vous avez également hébergé Madeleine Blaufuks, une amie de Féla. Vous serviez aussi de boîte aux lettres pour Benjamin, le frère de Féla, qui pouvait envoyer et recevoir des nouvelles de sa mère et de sa soeur par votre intermédiaire. Cela a fonctionné jusqu’à ce fatal contrôle de police, en mars 1943. Madeleine fut arrêtée et se retrouva à la préfecture de police avec Benjamin, qui avait été interpellé auparavant.
Ils ont malheureusement tous deux été déportés au camp de Drancy, puis à Maidaneck en Pologne d’où ils ne revinrent jamais. Vous aussi chère Madame, vous avez été arrêtée et emmenée à la Préfecture de Police. Vous avez pu être libérée par miracle, et aujourd’hui en 2010, prlus de soixante ans plus tard, vous et ceux que vous avez sauvés pouvez vous dire que cette vie qu’on a voulu vous ôter valait bien le coup d’être vécue !
"

20/07/2010

[Compléter l'article]
Erreur requête - select * from ajpn_triersanspeine where idsession='1422407984' order by champ5