Die pädagogische Ausstellung Das versteckte Kind ist in deutscher Sprache verfügbar - L'exposition pédagogique L'enfant cachée existe maintenant en langue allemande
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Soutenez le travail de l'AJPN
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
111, rue Belleville - F33000 Bordeaux
Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87

302 annonces de recherche
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
Recevoir les infos AJPN
39/45 en France
base des données identifiées par l'AJPN
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1147 lieux d'internement
634 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3852 Justes de France
741 résistants juifs
8716 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind
Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la résistance communiste L'affiche rouge
Vivre à en mourir

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire Espace enseignants
Association AJPN Rapport moral
Comment contribuer au site
Soutenir le travail de l'AJPN
Paiement en ligne
Contacter l'AJPN
Partenaires Liens d'intérêt
Remerciements
Téléchargements Résultats d'audience Online Xiti
Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Imprimer cette page

Texte pour ecartement lateral

Rachel Psankiewicz

Texte pour ecartement lateral

Paris 75020 Paris
Nom de naissance: Psankiewicz
Nom d'épouse: Jedinak
Date de naissance: 1934 (Paris)
Aidé ou sauvé par : - Andrée Pasquier
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Rachel-Psankiewicz
Rachel Psankiewicz
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Histoire

Témoignage de Rachel Jedinak née Psankiewicz

Mes parents, originaires de Varsovie, ont immigré en France dans les années 1920. Ils se sont connus et mariés à Paris. Deux filles sont nées : ma sœur Louise, en 1929 et moi-même en 1934. Nous vivions dans le 20ème arrondissement, un quartier d’immigrés. De cette prime enfance je garde de vagues images et des souvenirs heureux de petite fille aimée.

Puis arrive la déclaration de la guerre en 1939. Mon père s’engage dans l’armée (21è régiment de marche des volontaires étrangers) pour défendre la France, sa famille, ses valeurs.

Ma mère, ma soeur et moi-même partons en exode dans un grand camion avec oncle, tante et cousins. Ils seront tous déportés par la suite. J’ai le souvenir d’un bombardement pendant notre fuite. Les adultes criaient : « les Italiens nous mitraillent… » On voyait les aviateurs piquer sur les civils. Ils volaient si bas que l’on apercevait leur casque en cuir. Cette vision m’est restée.

Premiers contacts violents avec la guerre. Les Allemands finissent par nous « rattraper ». Alors, sans but, nous rentrons sur Paris.

Mon père est démobilisé. Nous passons quelques mois ensemble, le foyer est reconstitué. Le 14 mai 1941 sur convocation (le fameux billet vert) pour « vérification » mon père est arrêté et envoyé au camp de Beaune-la-Rolande où il restera pendant 13 mois.

Il est déporté à Auschwitz, sans retour, le 27 juin 1942, par le convoi n°5. Nous avions obtenu l’autorisation d’aller le voir une fois à Beaune-la-Rolande. Nous subsistions difficilement ma mère, ma soeur et moi-même. Le 16 juillet 1942, c’est la rafle du Vel d’Hiv. La veille, ma mère, ayant entendu des rumeurs, nous a cachées, ma soeur et moi-même, chez mes grands-parents paternels habitant à environ cent mètres de chez nous. Elle avait dû apprendre que ce jour-là « on » ne « prendrait pas » les vieillards.


A l’aube, des grands coups frappés à la porte de nos grands-parents : deux policiers, l’un en uniforme, l’autre en civil nous intiment l’ordre de les suivre pour rejoindre notre mère. Chemin faisant, ils nous disent : « Vous pouvez remercier votre concierge, c’est elle qui nous a dit où vous étiez. » Puis on nous emmène toutes les trois jusqu’au centre de rassemblement de la rue Boyer, dans le 20ème arrondissement, à « La Bellevilloise ». Nous sommes nombreux, serrés les uns contre les autres. Ma mère, à ce moment, n’a qu’une idée en tête, nous voir fuir… Elle ne cesse de dire aux autres femmes : « non, on ne part pas pour travailler en Allemagne, on ne peut pas travailler avec de petits enfants ». A ce moment une voisine s’approche de ma mère et lui dit : « Léa, ma fille (une adolescente) vient de s’enfuir par une issue de secours ». Ma mère nous donne l’ordre d’en faire autant, de retourner chez nos grands-parents ; moi je ne veux pas, j’ai 8 ans, je m’accroche à sa jupe. Alors ma mère nous gifle pour nous obliger à réagir. A ce moment, je n’ai pas compris que c’était un acte d’amour et de déchirement pour elle…

Arrivées toutes deux devant la porte, nous voyons deux policiers en faction. Ils détournent la tête pour « ne pas nous voir ». Retour en courant, chez nos grands-parents en larmes. Ma mère est envoyée à Drancy où elle reste pendant treize jours et, est déportée à Auschwitz par le convoi n° 12 le 29 juillet 1942, sans retour. Nous irons à Drancy 2 fois pour la voir, de loin, derrière les barbelés. Des gens nous ont prêté des jumelles.

La vie s’organise difficilement pendant quelques mois car nous vivons à six dans une petite pièce, sans eau courante (avec nous un oncle et une tante dont les enfants ont été déportés).

Je retourne à l’école de la rue Tlemcen 20ème arrondissement à la rentrée 1942, en essayant parfois de dissimuler l’étoile jaune cousue sur mes vêtements. Je suis parfois moquée par certains enfants. A deux ou trois reprises, la directrice réunira les 4 ou 5 petites filles juives venues à l’école (beaucoup d’enfants juifs étaient déjà soit déportés, soit cachés) pour les faire emmener par la femme de service dans les caves de l’établissement. Je rends hommage à son courage.


Le 11 février 1943, c’est la « rafle des vieillards ». Les policiers emmènent ma grand-mère, ma soeur et moi-même au commissariat de police de la place Gambetta 20ème arrondissement. On laisse le grand-père handicapé, seul. Il mourra peu de temps après. Mes oncle et tante cachés avec nous n’avaient pas dormi là, cette nuit par chance…

On nous entasse dans les sous-sols du commissariat. Nous sommes les deux seuls enfants parmi les vieillards apeurés. J’ai froid, j’ai la varicelle. Ma grande soeur me dit : « on va monter derrière les policiers lorsque la trappe va s’ouvrir ». Nous faisons irruption dans la salle principale du commissariat. Il y a des gens arrêtés pendant la nuit. Des mots de colère fusent contre la police : « on s’en prend à des enfants, qu’elle honte ! » Alors le commissaire et les policiers paraissent embarrassés et finissent par nous dire : « fichez le camp ». Notre grand-mère est relâchée quelques heures plus tard… Mais nous ne pouvons plus rester là, le danger est grand. Nous faisons un séjour dans un centre de l’UGIF, rue Lamarck, mais, un autre oncle et une tante pressentent que nous ne sommes pas en sécurité dans ce centre et nous en font sortir. Je fais des séjours très courts dans différentes familles catholiques, juives, séparée de ma soeur, dans des conditions précaires, la peur des rafles est constante, les adultes en parlent sans cesse.


Quelques mois avant la Libération, on me procure une fausse identité. Je m’appelle désormais Rolande Sanier. Je suis accompagnée par une cousine chez une nourrice à Château-Renault où je suis malheureuse, parfois maltraitée. Ma soeur est placée dans ce bourg comme « bonne » chez de braves gens, monsieur et madame Proust (cela ne s’invente pas !) Moi, j’ai occulté le nom de ma nourrice. Je ne peux me confier à personne, je me renferme sur moi-même. Le dernier mois avant la Libération, la nourrice de mes cousins voyant ma détresse morale me retire de chez cette personne et me place chez sa soeur et son beau-frère ; monsieur et madame Saillard, ayant deux grandes filles qui m’apaisent, me cajolent…


La Libération arrive. Retour à Paris dans un camion chargé de pommes. Nous retrouvons notre appartement mis sous scellés, vide, quel choc ! Le lustre ayant été arraché avec la baguette électrique, nous nous éclairons pendant quelque temps avec une lampe à pétrole, sans meubles, sans objets qui nous « rattachent » à nos parents. Heureusement que nos oncles et tantes envoient leurs enfants chargés de provisions car c’est la misère.


Enfin c’est la fin de la guerre. Liesse populaire dans les rues. Les rares déportés survivants arrivent à l’Hôtel Lutétia, je m’y rends avec ma soeur, photos de mes parents en mains, en vain. J’ai longtemps espéré revoir mes parents, ma famille et il a fallu se rendre à l’évidence : je ne les reverrai plus…


Puis, en 1997, à la création du Comité Tlemcen du 20ème arrondissement pour la pose des plaques dans les écoles en mémoire des enfants juifs morts en déportation, j’adhère immédiatement car l’école de la rue Tlemcen était mon école primaire et tant d’enfants de cet établissement ont été exterminés. Des instituteurs et des professeurs d’école, nous, soutiennent efficacement en faisant un remarquable travail de recherche et de pédagogie auprès des enfants. Nous retrouvons les registres des écoles et grâce au Mémorial de la déportation de Serge Klarsfeld, nous pouvons ainsi retrouver les noms des enfants partis vers la mort…


Mais auparavant, nos témoignons dans les établissements scolaires auprès des enfants, des adolescents. Nous leur expliquons comment notre vie a basculé dans l’horreur si rapidement. Notre devise, après la guerre, était : « Plus jamais ça ». Hélas, les atrocités continuent à travers le monde avec la mort d’hommes, de femmes et d’enfants. Le fait d’aller au devant des jeunes, de témoigner, de leur faire prendre conscience du danger du racisme, de l’antisémitisme, de la xénophobie, de l’intolérance et de l’exclusion qui peuvent mener au pire si nous ne prenons pas garde. Soyons plus vigilants. Cela me mobilise et je continuerai tant que je le pourrai. Les dessins et courriers que je reçois des enfants et des adolescents me confortent dans mon action.

10/10/2010
Lien : Comité école de la rue Tlemcen

[Compléter l'article]

Chronologie [Ajouter]
Cet article n'est pas encore renseigné par l'AJPN, mais n'hésitez pas à le faire afin de restituer à cette commune sa mémoire de la Seconde Guerre mondiale.

Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

En savoir plus…

Etoile jaune: le silence du consistoire centrale , Mémoire ou thèse 7 pages, réalisation 2013
Auteur : Thierry Noël-Guitelman - terminal
Lorsque la 8e ordonnance allemande du 29 mai 1942 instaure l'étoile jaune en zone occupée, on peut s'attendre à la réaction du consistoire central. Cette étape ignoble de la répression antisémite succédait aux statuts des juifs d'octobre 1940 et juin 1941, aux recensements, aux rafles, aux décisions allemandes d'élimination des juifs de la vie économique, et au premier convoi de déportés pour Auschwitz du 27 mars 1942, le consistoire centrale ne protesta pas.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Enfants juifs déportés de France (Brochure éditée par les Fils et filles de déportés juifs de France et la Mairie de Paris en mars 2007.
Préface de Serge Klarsfeld : En France, en 1940, il y avait environ 70 000 Juifs de moins de 18 ans. Sur ce nombre, 11 400 ont été arrêtés - la plupart par la police de Vichy -, déportés à Auschwitz et assassinés, à l'exception d'environ 200 d'entre eux; presque tous des adolescents. Parmi les communautés juives importantes en Europe, celle de France a connu le pourcentage le plus important d'enfants sauvés : 84 %, c'est exceptionnel. On le doit essentiellement à la sympathie agissante de la population non juive qui a soutenu les efforts des familles et des organisations juives qui essayaient de sauver les enfants en priorité. Laïcs et religieux ont su tendre la main à la fois par compassion et pour que la France ne perde pas son âme. )
2 Juifs en psychiatrie sous l'Occupation. L'hospitalisation des Juifs en psychiatrie sous Vichy dans le département de la Seine (Par une recherche approfondie des archives hospitalières et départementales de la Seine, l'auteur opère une approche critique des dossiers concernant des personnes de confession juive internées à titre médical, parfois simplement préventif dans le contexte des risques et des suspicions propres à cette période. La pénurie alimentaire est confirmée, influant nettement sur la morbidité. Ce premier travail sera complété par un examen aussi exhaustif que possible des documents conservés pour amener une conclusion. )
3 Héros de Goussainville - ROMANET André (Héros de Goussainville - Page ROMANET André )
4 Notre Dame de Sion : les Justes (La première religieuse de Sion à recevoir ce titre en 1989 est Denise Paulin-Aguadich (Soeur Joséphine), qui, à l’époque de la guerre, était Ancelle. Depuis, six autres sœurs de la congrégation, ainsi qu’un religieux de Notre-Dame de Sion ont reçu la même marque de reconnaissance à titre posthume. Ils ont agi à Grenoble, Paris, Anvers, Rome. L’action de ces religieuses et religieux qui ont sauvé des Juifs pendant la deuxième guerre mondiale mérite de ne pas être oubliée. Et il y en a d’autres, qui, même s’ils n’ont pas (encore ?) reçu de reconnaissance officielle, ont œuvré dans le même sens, chacun à leur place. )
5 L'histoire des Van Cleef et Arpels (Blog de Jean-Jacques Richard, très documenté. )
6 Résistance à la Mosquée de Paris : histoire ou fiction ? de Michel Renard (Le film Les hommes libres d'Ismël Ferroukhi (septembre 2011) est sympathique mais entretient des rapports assez lointains avec la vérité historique. Il est exact que le chanteur Selim (Simon) Halali fut sauvé par la délivrance de papiers attestant faussement de sa musulmanité. D'autres juifs furent probablement protégés par des membres de la Mosquée dans des conditions identiques.
Mais prétendre que la Mosquée de Paris a abrité et, plus encore, organisé un réseau de résistance pour sauver des juifs, ne repose sur aucun témoignage recueilli ni sur aucune archive réelle. Cela relève de l'imaginaire. )
7 La Mosquée de Paris a-t-elle sauvé des juifs entre 1940 et 1944 ? une enquête généreuse mais sans résultat de Michel Renard (Le journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui, né en 1947, vient de publier un livre intitulé L’Étoile jaune et le Croissant (Gallimard, septembre 2012). Son point de départ est un étonnement : pourquoi parmi les 23 000 «justes parmi les nations» gravés sur le mémorial Yad Vashem, à Jérusalem, ne figure-t-il aucun nom arabe ou musulman ?
Il mène une enquête, cherche des témoins ou des descendants de témoins, évoque la figure de Si Kaddour Ben Ghabrit, directeur de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris de 1926 à 1954, fait allusion à d’autres personnages qu’il a rencontrés, et plaide pour une reconnaissance mémorielle d’actes de solidarité, de sauvetage, de juifs par des musulmans durant cette période. Et pour leur reconnaissance et inscription sur le mémorial de Yad Vashem.
Cet ouvrage est fréquemment mentionné par voie de presse, avec force sympathie. Mais… rares sont les critiques, positives ou négatives, réellement argumentées. On a le sentiment que ce livre est légitime, généreux, qu’il "tombe" bien en cette période.
C'est ce que le sociologue américain Merton avait repéré dans les phénomènes d'identification et de projection même si le rapport à la réalité est totalement extérieur. Aujourd'hui, l'Arabe musulman, sauveteur de juifs, devient un type idéal auxquels de nombreux musumans ont envie de croire. La réalité n'est pas celle-ci, mais peu importe ! On reproduit la quatrième de couverture du livre (qu'on n'a pas lu), on ose quelques citations d’extraits… Mais personne ne se hasarde à une évaluation de la validité historique de sa teneur. )


Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


 
Paris

Région :
Île-de-France
Département :
Paris

Préfets :
Achille Villey-Desmeserets
(1934 - 1940) Achille Joseph Henri Villey-Desmeserets, Préfet de la Seine (1878-1953)
Charles Paul Magny
(13/10/1940 - 19/08/1942) Préfet de la Seine (1884-1945)
François Bard
(14/05/1941 - 01/06/1942) Amiral François Marc Alphonse Bard, Préfet de police de la Seine (1889-1944)
Amédée Bussière
(01/06/1942 - 19/08/1944) Préfet de police de la Seine lors de la rafle du Vél d’Hiv (1886-1953)
René Bouffet
(19/08/1942 - 19/08/1944) Préfet de la Seine. Arrêté et révoqué par la Résistance le 19 août 1944 (1896-1945)
Marcel Pierre Flouret
(1944 - 1946) Préfet de la Seine (1892-1971)
Charles Léon Luizet
(1944 - 1947) Préfet de police de la Seine (1903-1947)

À lire, à voir…

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

Cédric Gruat Cédric Gruat
Hitler à Paris - Juin 1940

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
L'étoile des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Rachel Ségal Rachel Ségal
Ecole de la rue Tlemcen

 

Benoît Rayski Benoît Rayski
L'affiche rouge

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Jeanne Puchol
Laurence Croix
Vivre à en mourir

ACHETER EN LIGNE

Jacques Biélinky Jacques Biélinky
Renée Poznanski
Journal, 1940-1942 : Un journaliste juif à Paris sous l'Occupation

ACHETER EN LIGNE

Julien Blanc Julien Blanc
Au commencement de la Résistance : Du côté du musée de l'Homme 1940-1941

ACHETER EN LIGNE

Jean-Claude Bartoll Jean-Claude Bartoll
Agnès Barrat-Bartoll
Cédric Hervan
Le dernier des Schoenfeld

ACHETER EN LIGNE

Pierre Sudreau Pierre Sudreau
Sans se départir de soi

ACHETER EN LIGNE

Anne Sinclair Anne Sinclair
21 rue La Boétie

ACHETER EN LIGNE

France Hamelin France Hamelin
Femmes en prison dans la nuit noire de l'occupation - Le Dépôt, la petite Roquette, le camp des Tourelles

ACHETER EN LIGNE

Françoise Siefridt Françoise Siefridt
J'ai voulu porter l'étoile jaune : Journal de Françoise Siefridt, chrétienne et résistante

ACHETER EN LIGNE

Philippe Castetbon Philippe Castetbon
Ici est tombé

ACHETER EN LIGNE

Hélène Berr Hélène Berr
Le Journal d'Hélène Berr : 1942-1944

ACHETER EN LIGNE

Pierre Lubek Pierre Lubek
La Shoah : hériter du silence

ACHETER EN LIGNE

Joseph Weismann Joseph Weismann
Après la rafle

ACHETER EN LIGNE

Marie-Claire Scamaroni Marie-Claire Scamaroni
Indomptable et Rebelle

ACHETER EN LIGNE

Roselyne Bosch Roselyne Bosch
La Rafle

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]
Avertissement Les informations affichées sur le site de l'AJPN sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de notre base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par l'AJPN et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans notre base de données.
* Juste parmi les Nations
| Avertissements | Association AJPN | Soutenir l'AJPN | Missions de l'AJPN | Document de présentation | Rapport moral | Statuts de l'association | Informations légales | Crédit | Remerciements | Contacter l'AJPN |
 
20 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2014 AJPN tél. Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87