space Connexion :   Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Soutenez le travail de l'AJPN
Accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
111, rue Belleville - F33000 Bordeaux
Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87

276 annonces de recherche
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
Recevoir les infos AJPN
39/45 en France
base des données identifiées par l'AJPN
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1145 lieux d'internement
633 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3824 Justes de France
738 résistants juifs
8622 personnes sauvées, cachées
Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire Ressources
Espace enseignants
Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins Exposition pédagogique
L'enfant cachée

Association AJPN Rapport moral
Comment contribuer au site
Soutenir le travail de l'AJPN
Paiement en ligne
Contacter l'AJPN
Partenaires Liens d'intérêt
Remerciements
Téléchargements Résultats d'audience Online Xiti
Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Imprimer cette page

Juste parmi les Nations

Aristides de Sousa Mendes


Aristides de Sousa Mendes do Amaral e Abranches
Dossier Yad Vashem : 264
Remise de la médaille de Juste : 1966
Sauvetage : Bordeaux 33000 - Gironde
Bayonne 64100 - Pyrénées-Atlantiques
Hendaye 64700 - Pyrénées-Atlantiques
Profession: Consul général du Portugal à Bordeaux
Religion : Catholique
Date de naissance: 19/07/1885-03/04/1954
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Aristides-de-Sousa-Mendes
Aristides de Sousa Mendes
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Aristides-de-Sousa-Mendes
Aristides de Sousa Mendes en 1940
source photo : Famille de Sousa Mendes
crédit photo : Famille de Sousa Mendes
Aristides-de-Sousa-Mendes
Buste Aristides de Sousa Mendes, esplanade Charles de Gaulle, à Bordeaux
source photo : Bernard Lhoumeau
crédit photo : Bernard Lhoumeau
Aristides-de-Sousa-Mendes
Médaille des Justes remise à la famille d'Aristides de Sousa Mendes en 1967 à New York : Sebastiâo Miguel Duarte Mendes, Teresinha de Sousa Mendes Swec, Cesar Mendes, Elisa Joana Mendes, Luis Felipe Mendes, John Paul Abranches. Au premier rang, les enfants Aristides Moncada Alpoim de Sousa Mendes do Amaral e Abranches, Geralyn Swec, Carolyn Swec.
source photo : Arch. fam.
crédit photo : D.R.
Aristides-de-Sousa-Mendes
L'immeuble, 14 quai Louis XVIII, qui abritait le consulat du Portugal à Bordeaux.
source photo : Bernard Lhoumeau
crédit photo : Bernard Lhoumeau
Aristides-de-Sousa-Mendes
La plaque mémorielle sur l'immeuble de l'ancien consulat du Portugal à Bordeaux
source photo : Bernard Lhoumeau
crédit photo : Bernard Lhoumeau
Notice

Aristides de Sousa Mendes est nommé consul général du Portugal à Bordeaux en août 1938. Il est en poste au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale et pendant la bataille de France et la rapide avancée des troupes d’Adolf Hitler.

Salazar, dictateur portugais de 1932 à 1968, parvient à maintenir la neutralité du Portugal bien que ses opinions soient favorables à Hitler. Il ordonne aux consuls de refuser l’octroi de visas aux catégories suivantes : « les étrangers de nationalité indéfinie, contestée ou en litige ; les apatrides ; les Juifs expulsés de leur pays d’origine ou du pays dont ils sont ressortissants ».

Aristides de Sousa Mendes trouve ces nouvelles directives à la fois inhumaines et racistes, contraires à sa conscience de catholique pratiquant.

Aristides et Angelina sont les parents de 14 enfants, 9 garçons, Aristides, Manuel, José Zézinho, Geraldo, Pedro Nuno, Carlos, Sebastião, Luís Filipe e João Paulo et 5 filles, Clotilde, Isabel, Joana, Teresinha et Raquel, la dernière qui est morte à 18 mois.

A Bordeaux où le gouvernement français s’est réfugié, affluent des dizaines de milliers de personnes qui veulent fuir l’avancée nazie et parvenir aux États-Unis via le Portugal. Le consulat est très vite envahi de ces réfugiés désirant atteindre Lisbonne.

À la fin de 1939, de Sousa Mendes désobéit et donne quelques visas. Parmi ceux qu’il décide d’aider se trouve le rabbin Jacob Kruger qui lui fait comprendre que ce sont tous les réfugiés juifs qu’il faut sauver.

Le 16 juin 1940, Aristides de Sousa Mendes décide de délivrer des visas à tous les réfugiés qui en font la demande : « Désormais, je donnerai des visas à tout le monde, il n’y a plus de nationalité, de race, de religion ».

Aidé de deux de ses enfants et neveux, ainsi que du rabbin Kruger, il tamponne les passeports à tour de bras, signe des visas sur formulaires, puis sur des feuilles blanches et tout morceau de papier disponible. Aux premiers avertissements de Lisbonne, il aurait déclaré : « S’il me faut désobéir, je préfère que ce soit à un ordre des hommes qu’à un ordre de Dieu ».

Alors que Salazar a déjà demandé des mesures contre lui, du 20 au 23 juin le consul poursuit son activité à Bayonne dans le bureau du vice-consul, médusé, alors même qu’il est entouré par deux fonctionnaires de Salazar.

Le 22, la France a demandé l’armistice. Sur la route d’Hendaye, il continue à signer des visas pour les réfugiés d’infortune qu’il croise à l’approche de la frontière. Le 23, Salazar le démet de ses fonctions.

En dépit des fonctionnaires envoyés pour le ramener, il prend avec sa voiture la tête d’une colonne de réfugiés qu’il guide jusqu’à un petit poste de douane, où côté espagnol, il n’y a pas de téléphone. Le douanier n’est pas encore informé de la décision de Madrid de fermer la frontière avec la France. De Sousa Mendes impressionne le douanier qui laisse passer tous les réfugiés qui peuvent ainsi, munis de leur visa, atteindre le Portugal.

Le 8 juillet 1940, il est de retour au Portugal. Salazar s’acharne : il prive de Sousa Mendes, père d’une famille nombreuse, de son emploi diplomatique pour un an, diminue de moitié son traitement avant de le mettre en retraite.

De surcroît, de Sousa Mendes perd le droit d’exercer sa profession d’avocat et son permis de conduire, émis à l’étranger, est refusé.

Le consul déchu et sa famille survivent grâce à la solidarité de la communauté juive de Lisbonne : celle-ci aidera certains des enfants de Sousa Mendes à faire leurs études aux États-Unis. Deux de ses fils participent au débarquement en Normandie. Il doit fréquenter avec les siens la cantine de l’Assistance juive internationale et, bien qu’il impressionne par sa mise soignée et sa prestance, il confirme un jour : « Nous aussi, nous sommes des réfugiés ».

En 1945, tout en se félicitant hypocritement de l’aide que le Portugal a apportée aux réfugiés pendant la guerre, Salazar refuse néanmoins de réintégrer de Sousa Mendes dans le corps diplomatique.

Après le décès de son épouse, Angelina, le 16 août 1948, il épouse sa maîtresse Andrée Cibial, une française, le 16 octobre 1949 qui lui donnera une fille, Marie-Rose, conçue à Bordeaux.


Aristides de Sousa Mendes meurt dans la misère le 3 avril 1954 à l’hôpital des pères franciscains de Lisbonne. N’ayant plus de vêtement propre, il est enterré dans une robe de bure dans le caveau de famille du cimetière du Passal àCabanas de Viriato.

De Sousa Mendes fait partie des quelques diplomates qui décidèrent de désobéir avec Sugihara Chiune*, consul du Japon en Lituanie en 1940 qui délivra des milliers de visas à des Juifs qui purent ensuite traverser l’Union soviétique et sauver leur vie et Raoul Wallenberg*, diplomate suédois qui a sauvé des milliers de personnes à Budapest.

En 1966, Israël l'honore du titre de « Juste parmi les Nations ». En 1987, la République du Portugal le décore de l'Ordre de la liberté et sa famille reçoit des excuses publiques. En 1994, le président Soares dévoile un buste du consul à Bordeaux, ainsi qu'une plaque au 14 quai Louis-XVIII, adresse du consulat du Portugal en 1940. En 1995, à Lisbonne, 25 ans après la mort de Salazar et 21 ans après la démocratisation du Portugal, Mario Soares, Président de la République portugaise, le décore de la croix du mérite à titre posthume pour ses actions à Bordeaux.

Lien vers le Comité français pour Yad Vashem


Histoire

Portugal : terre d'espoir

Authentiques ou "véritables faux" les visas délivrés par le Consul vont permettre à des dizaines de milliers de réfugiés de trouver, enfin, un havre de paix en terre portugaise. L’administration se voit contrainte d’accepter toutes ces personnes car leurs collègues espagnols se refusent de les accueillir sur leur territoire. Bon gré, mal gré, le régime de Salazar, xénophobe par idéologie, doit gérer rapidement la situation. Les réfugiés de "marque" : hauts fonctionnaires, hommes d’affaires, aristocrates, intellectuels ou artistes connus, bénéficiant d’appuis locaux, vont se loger assez confortablement à Lisbonne tandis que les autres, moins fortunés, connaîtront quelques difficultés. Certains seront même emprisonnés (nombreux cas au cours des années suivantes) mais la plupart seront dirigés vers de petites villes de villégiature comme celles de Sintra, Estoril ou Cascais, non loin de Lisbonne ou plus loin, dans des stations balnéaires comme Caldas da Rainha, Figueira da Foz, Ericeira ou Porto et Braga, au nord.

TOUR DE BABEL
Toutes les nationalités de l’Europe se seront ainsi réunies au Portugal, confondues dans la masse et comme « gommées » par la situation tragique du moment, ayant comme langage commun une sorte "d’esperanto" : celui des émigrants forcés ! Une véritable Tour de Babel transplantée en terre portugaise. Aristocrates, diplomates, intellectuels, hommes d’affaire ou artistes côtoieront le menu peuple (contacts souvent éphémères, il faut bien le dire) et si les grands de ce monde en rupture ont laissé leurs noms dans les pages de l’histoire, on ne peut, malheureusement, en dire autant des autres, qui resteront dans l’anonymat le plus parfait ! Les responsables tentèrent dans un premier temps d’effectuer une ségrégation, par nationalité, mais devant la masse de gens à contrôler, celle-ci ne sera guère efficace. La presse, muselée par une censure sévère, ne parlera guère de ces "touristes" d’un nouveau genre mais le peuple portugais ne pouvait ignorer cette réalité. Le Portugal conservant des voies de communication avec le monde extérieur (durant tout le conflit ) constituait une plaque tournante et vitale pour le départ des réfugiés. Pour les plus riches, la ligne aérienne des Clippers (hydravions) de la PAN AM américaine, reliant l’Europe aux États-Unis, offrait des places confortables mais très convoitées et limitées en nombre (une vingtaine), sans parler du prix du passage, simplement exorbitant. Pour les moins fortunés restaient la flotte portugaise reliant le continent européen aux Amérique et à l’Afrique (d’après nos sources, au moins une douzaine de navires, en plus de ceux originaires d’Espagne) Leur capacité ne permettait pas d’embarquer la totalité des réfugiés dans des délais rapides et, de plus, se posait l’éternel problème des visas d’entrée pour les pays en destination. De nombreuses organisations caritatives (juives, chrétiennes ou laïques) surtout américaines, vont travailler d’arrache-pied à obtenir visas et billets de bateaux et, en attendant leur obtention, devront prendre en charge les frais de séjours des réfugiés les plus démunis. On ne peut oublier le rôle fondamental de ces organismes, sans lesquels la situation des déracinés serait devenue critique. L’État Nouveau portugais gagnait ainsi sur tous les tableaux : pas de dépenses ruineuses et l’obtention d’une image de marque flatteuse, le Portugal devenant un modèle de tolérance et d’hospitalité, aux yeux du monde "libre". La quasi-totalité des réfugiés pourra ainsi quitter le Portugal pour gagner d’autres cieux, encore plus cléments, mais pour certains l’attente fut longue et traumatisante. Certains parviendront à obtenir des visas pour les États-Unis, d’autres trouveront refuge en Amérique latine ou même en Afrique. Pour toutes ces personnes, le Portugal demeurerait le symbole des dernières libertés dans un continent en perdition. Quoiqu’il en fut, le peuple portugais, dans sa large majorité, offrit nombre de gages d’amitié aux exilés, contredisant ouvertement l’attitude xénophobe de ses dirigeants.

01/05/2010
Lien : Fatima, Portugal

[Compléter l'article]
Réseau de sauvetage
Isabel d'Août (Fille d'Aristides de Sousa Mendes)
Jules d'Août (Mari d'Isabel de Sousa Mendes)
José Zézinho de Sousa Mendes (Fils d'Aristides de Sousa Mendes)
Angélina de Sousa Mendes (Epouse d'Aristides de Sousa Mendes)
Pedro Nuno de Sousa Mendes (Fils d'Aristides de Sousa Mendes)
César Mendes (Neveu de Aristides de Sousa Mendes)
José Seabra
 
Familles hébergées, cachées, aidées ou sauvées par Aristides de Sousa Mendes
Vladimir Abelson
Isidor Aberbach (dit Arden)
Julie Aberbach (dite Arden)
Benjamin Abraham
David Abraham
Elsje Abraham
Florence Abraham
Pierre Ernest D. Abraham
Sara Abraham
Maksimiljan Abramowicz
Maria Abramowicz (dite Maria Lani)
Aron Adler
Mariana Adler
Adrienne Arentzen
Huguette Arentzen
René Arentzen
Hamilton Armstrong
Eugene Bagger
Alicia Barcinska
Irena Barcinska
Magda Barcinska
Alicia Barcinska
Jack Barcinski
Françoise Bauer
Gérard Bauer
Hélène Bauer
René Beyersdorf
Mathilde Beyersdorf
Frances Beyersdorf
John P. Beyersdorf
Léopold Birnbaum
Daniel Birnbaum
Judith Birnbaum
Gisèle Birnbaum
Chaya Birnbaum
Sylvain Birnbaum
Anne-Marie Birnbaum
Joséphine Birnbaum
Marcel Benoît Blauschild (dit Marcel Dalio)
Madeleine Blauschild (dite Madeleine Lebeau)
Jacques Bloch
Emmanuel Bloch
Daniel Branton
Rachel Brodman
David Brodman
Esther Bromberger
X Bromberger (Fils de Lucien et d'Esther)
David Bromberger
Sylvain Bromberger
Lucien Bromberger
Nathan Buchstab
Riva Buchstab
Anny Buchstab
Charles Busschots
Maria Anna Busschots
Jean Busschots
François Busschots
Louis Camu
Edouard Cardinael
Eugène Carmet
Rachel Censor
Rosa Censor
Lazare Censor
Bernard Censor
Etta Censor
Jacky Censor
Pearl Censor
Erich Cüpper
Herbert Cüpper (Fils d'Erich et Ida Cüpper)
Adrienne d'Oultremont
Ghislaine d'Oultremont
Marian Dabrowski
Salvador Dali
Gala Dali
Robert De Bauw
Jean De Bauw
Anatole De Bauw
Claire De Bauw
Hélène de Beauvoir (dite Henriette)
Zita de Bourbon-Parme (Zita de Bourbon, princesse de Parme ou Zita de Habsbourg)
Antonia de Bragance (Maria Antónia de Bragança)
Philippe de Bruyn
Marie de Bruyn
Pierre de Bruyn
Jeanne de Coninck
Nelly de Grab
Léo de Grab
Richard de Grab (Fils de Max de Grab et Nelly)
Étienne de Groër
Gabrielle de Groër
Charles-Louis de Habsbourg-Lorraine (Archiduc Charles-Louis d’Autriche)
Otto de Habsbourg-Lorraine
Raymond de La Bonninie
Kizette de Lempicka
Charlotte de Luxembourg (Grande-duchesse de Luxembourg )
Joseph de Racdemacher
Joseph de Raedemaeker
Madame de Rothschild (Baronne de Rothschild)
Maurice de Rothschild (Baron de Rothschild)
Édouard Alphonse de Rothschild (Baron de Rothschild)
Henri James de Rothschild (Baron de Rothschild)
Robert Philippe de Rothschild
August de Schrijver
Madame de Vleeschauwer (Baronne de Vleeschauwer)
Ludo de Vleeschauwer (Baron de Vleeschauwer)
Albert de Vleeschauwer (Baron de Vleeschauwer)
Joseph de Vries
Finette de Vries
Ethel de Vries
Henri Degenfeld (Comte de Degenfeld)
Rosa Delerue
Salamon Dembitzer
Leib Nachman Deser
Marjam Deser
Stanley Deser
Bernard Deutsch
Helen Deutsch
Simon Deutsch
Josette Deutsch
Pavel Deutsch
Henri Zvi Deutsch
Esther Dijour
Ilja Dijour
Gabrièle Doermals
Denise Dumoulin
Majna Dumoulin
Alexis Dumoulin
Joseph Dunajewski
Edith Dunajewski
Monsieur Duvivier
Madame Duvivier
Jean Duvivier
Mademoiselle Duvivier
Sprince Dyner
Eliezar Dyner
Henry Dyner
Nuchim Eichel
Emma Eichel
Claude Eichel
Madame Elias
Moïse Elias
Henryk Elsner
Armand Ertag
Elisabeth Ertag
M. Ertag
Rachel Ertag
Sonia Feingold
Léo Feingold
Régina Feingold
Lissy Feingold Jarvik
Léo Felder
Jean-Claude Flaksbaum
Micheline Flaksbaum
Henriette Flaksbaum
Ruben Flaksbaum
Carlos Fleischer
Claire Fleischer
Colette Fleischer
Rudy Fleischer
Thérèse Frankfort
Frank Frankfort
Sophie Frankfort
Jacob Frankfort
Renée Fribourg
René Fribourg
Lucienne Fribourg
Léopold Fribourg
Jules Fribourg
Bertha Fribourg
Frisch (Famille Frisch)
Marguerite Galimir
Mosco Galimir
Garcia (Famille Garcia)
Étienne Gaulmier
Isak Samuel Gellert
Joseph Gellert
Lara Gellert
Nicole Mathilde Gellert
Sara Gellert
Heddy Gingold
Norbert Gingold
Bronislava Goldberg
Georgette Goldberg
Rense Goldstein
Edith Goldstein
Lucien Grandgérard
Mme Guilleminot (Comtesse)
Françoise Hahn
Thérèse Hahn
Jean Hahn
Charlotte Hahn
David Hahn
Denise Hahn
Pierre Hahn
Roger Hahn
Clara Halpern
Marcel Halpern
Isaïe Halpern
Judith Halpern
Noémie Halpern
Esther Halpern
Helena Hamburger
Jules Hamburguer
Felicitée Hamburguer
Karla Hamburguer
Jean Helft
Madeleine Helft
Yvon Helft
Marianne Helft
Jacques Helft
Etienne Helft
Georges Helft
Léon Helft
Simone Heringer
Helen Hilliard
Johan Hilliard
Mme Hutten-Czapska (Comtesse Hutten-Czapska)
Alfred Jago
Jean-Louis Jaspar
Marcel-Henri Jaspar
George Kanter
Yvonne Kanter
Harry Kanter
Annelies Kaufmann
Grete Kaufmann
Sara Kaufmann
Hans Kaufmann
Max Kaufmann
Sarah Kaufmann
Joël Klagsbrun
Koloman Klein
Danielle Kodriansky Codray
Nathalie Kodriansky Codray
Jacques Kodriansky Codray (dit Codray)
Abraham Konijn (dit Pricky)
Jeanne Konijn (Fille de Samuel et Hanna Polak)
Sientje Konijn (Fille de Abraham et Jeanne Konijn)
Josephine Konijn (Fille de Abraham et Jeanne Konijn)
Éric Korngold
Léon Korngold
Nechume Kostmann
Monsieur Kostmann
Oscar Kostmann
Mores Kostmann
Aron Kostmann
Albert Kottlarzig
Hinda Rosa Krakowiak (dite Arnay)
Isaak Krakowiak (dit Arnay)
Yvonne Krakowiak (dite Arnay)
Jecheskel Krakowiak
Sophie Krakowiak
Julia Krakowiak
Berta Kranz
Samuel Kranz
Suze Kranz
Cypra Kruger (dite Cilla)
Chana Kruger (dite Anna)
Zysla Kruger (dite Giselle)
Rebecca Kruger (dite Regina)
Jacob Kruger
Sara Kruger
Chaim Hersz Kruger
Louisianne Kuffner de Dioszegh (Baronne)
Lucie Kullmann
Alice Laffiteau
Naftali Landesman
Edith Landsberg
Carlotta Landsberg
Luce Langevin
Aline Langevin
André Langevin
Robert Lebel
David Lerner
Esther Lerner
Paulette Lerner
Abraham Isaak Lerner
Antoinette Lerner
Armand Lerner
Stella Lerner
Hélène Lerner
Henri Robert Lerner
Henriette Lerner
Inès Lerner
Jacques Lerner
Livia Lerner
Mia Lerner
Sabine Lerner
Sylvain Lerner
Yvonne Lerner
Marcel Lerner
Irène Lerner
Rosa Lerner
Lévy (Famille)
Alexander Liberman
Michel Lidzki
Marguerite Loevi
Jacques Lotenberg Lotey
Bessita Lotenberg Lotey
Jacqueline Lotenberg Lotey
Jan Lustig
Charlotte Lustig
Yvonne Mallet
Louise Mangeonjean
Herz Mantchik
Gena Mantchik
Adina Mantchik Cherkin
Marie Marjzes
Monsieur Markowa
Madame Markowa
Hendrik Marsman
Mina Marsman
Daniel Mattis
Gabriel Matuzewitz
Gittel Matuzewitz
Blanche Matuzewitz
Lucie Matuzewitz
Joseph Matuzewitz
Charles Matuzewitz Teschner
Henry Mau
Emile Melamed
Paul Miny (Famille Miny)
Léon Moed
Peter Moertan
Julia Moertan
Alfred Montezinos (Fils de Joseph et Bella Montezinos)
Silvia Montezinos (Fille de Joseph et Bella Montezinos)
Joseph Montezinos
Bella Montezinos
Robert Montgomery
Gerald Moore
Velleman Moritz
Rose Morris
Piero Nagelschmidt
Gianfranco Nagelschmidt
Richard Nagelschmidt
Nora Nagelschmidt
Eduardo Neira Laporte
Arthur Oesterreicher
Jacques Oesterreicher
Kate Oesterreicher
Charles Oulmont
Pearce (Famille Pearce)
Henri Jean Perroy
Samuel Polak
Hanna Polak
Elvire Popesco
Jean-Jacques Prins
Philip Liepman Prins
Cornelia Prins
Bernard Prins
Moses Rand
Gerhard Rand
Luisa Rand
Alfred Raport
Hans Augusto Rey
Margret Rey
Richard Robert
Marie Robert
Paul Rosenberg
Marguerite Rosenberg
Micheline Rosenberg
Alexandre Rosenberg
Abraham Rozenfeld
Eugenia Rozenfeld
Stefan Rozenfeld (Fils d'Abraham et Eugénia Rozenfeld)
Louis Sandzer
Chaja-Rajzla Sandzer
Germaine Schraub
Benno Schraub
Brucha Schraub
Cécile Schraub
Simon Schraub
Meyer Schraub
Malka Schraub
Paul Selldorff
Éva Selldorff
Pauline Silberman
Sarah Silberman
Genia Silberman
Isaak Silberman
Max Singer
Else Singer
Jadwiga Skalska
Klemens Skalska
Skalski
Antoni Slonimski
Smith (Famille Smith)
Boris Smolar
Famille Sorel
Eliot Sorel
Gabi Spett
Lizzi Spett
Michael Spett
Chaim Spett
Denise Sternberg
Sylvain Sternberg
Jacques Sternberg
Madame Sternberg
Monsieur Sternberg
Oscar Straus
Adolf Strenger
Klara Strenger (dite Claire Rommer)
Adeline Suvert
Mary Szwarc
Alexander Szwarc
Sonia Szwarc
Georges Szwarc
Guina Szwarc
Tereska Szwarc Torrès-Levin
Frans Terlinck
Johanna Terlinck
Robert Theunissen
Gabrielle Theunissen
Charles Tolkowski
Lucienne Tolkowski
Marcel Tolkowsky
Marthe Tolkowsky
Julan Tuwim
Henri Untermans
Berthe Untermans
Van Acht
David Van Buuren
Alice Van Buuren
Jean Van Gysel
Jeanne Van Gysel
Edouard Van Roy
Paul Van Zeeland
Abraham Velleman
Josephina Velleman
Michael Velleman
Nancy Velleman
Thekla Velleman
Miriam Velleman (ou Mirjam)
Moses Velleman
Moritz Velleman
Antoinette Vercammen
Viviane Vermeersch
Louis Vermeersch
Yvonne Vermeersch
Guy Vermeersch
Michel Vermeersch
Clara Vermeersch
Jeanne Vesters
King Vidor
Vingerhoedt
Marguerite Vitali
Paul von Ringelheim
Elias Vos
Rosine Vos
Éva Vos
Anne Vos
Alice Rosa Wagemans
Frederic Wagemans
Michal Waszynski
Augustin Wattez
Nelly Adèle Wattez
Wilhelm Weinberg
Charles Weissmann
Chil Weissmann
Berta Weissmann
Albert Wepper
Jeanne Werbrouch
Henri Werbrouch
Chana Wilensky
Henri Chaim Wilensky
Marc Wilkinson
Harold Wilkinson
Mauritz Witmond
Fils Wiznitzer
Dobra Wiznitzer (dite Winter)
Arnold Wiznitzer (dit Winter)
Nat Wyszkowski
Elzbieta Zamoyska
Marie Hélène Zamoyska
Anna Zwiebel

Chronologie [Ajouter]

08/07/1940 - Salazar prive Sousa Mendes de son emploi diplomatique pour un an et lui ôte le droit d'exercer la profession d'avocat. Son permis de conduire, émis à l'étranger, est refusé.
03/04/1954 - Aristides de Sousa Mendes meurt dans la misère le 3 avril 1954 à l'hôpital des pères franciscains de Lisbonne.

Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

En savoir plus…

Paul Joseph dit Joseph Bourson Arrêté comme otage et fusillé le 11 juin 1944 à Mussidan (Dordogne), Blog 2 pages, réalisation 2011
Auteur : Alain LAPLACE
Article rédigé à l'occasion de mes recherches généalogiques, puis la mise en ligne d'un blog (http://majoresorum.eklablog.com)dédié à la famille BOURSON qui a été expulsée en 1940 du village de Vigy (Moselle) et réfugiée à Mussidan (Dordogne) et les villages alentours où elle a vécu toute la durée de la guerre. Plusieurs personnes natives de Vigy faisaient partie des 52 otages fusillés le 11 juin 1944.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Comité National français en hommage à Aristides de Sousa Mendes (En effet c'est à Bordeaux en juin 1940, qu'Aristides de Sousa Mendes était Consul Général du Portugal. Chassés par l’invasion allemande, des milliers de réfugiés de toute l’Europe fuyaient vers le Sud...dans l’espoir d’embarquer Outre-Atlantique. Commença alors ce 17 Juin 1940, "la plus grande action de sauvetage menée par une seule personne pendant l’Holocauste", selon Yehuda Bauer, historien de l'holocauste : trente mille personnes dont dix mille juifs, purent en effet, échapper à la barbarie nazie... grâce à Aristides de Sousa Mendes. )
2 Aristides de Sousa Mendes, La vie d'un Juste (Film de Joël Santoni avec Bernard le Coq, Nanou Garcia, Lionel Lingelser (2008, France) Au mois de juin 1940, alors que les troupes allemandes envahissaient le territoire français, eut lieu « la plus grande action de sauvetage menée par une seule personne pendant l’Holocauste* » : trente mille personnes, dont dix mille juifs, purent en effet échapper à la barbarie nazie… Un homme seul, bravant sa hiérarchie, choisit de permettre à des dizaines de milliers de réfugiés de rejoindre son pays, le Portugal, en organisant une distribution de visas ininterrompue pendant plusieurs jours… Cet homme, c’est Aristides de Sousa Mendes, consul de Bordeaux… )
3 Comité national français en hommage à Aristides de Sousa Mendes
4 Connus ou inconnus mais Justes (C’est dans le sillon creusé par Aristides de Sousa Mendès, Madeleine Barot, Charles Altorffer, Marc Boegner, Henry Dupuy, Raoul Laporterie… que s'ancre le souvenir de tous ces Justes que la modestie pourrait renvoyer à l’oubli et à l’indifférence. Ce livret du Crif Sud-Ouest Aquitaine, écrit et coordonné par Hellen Kaufmann, présidente de l'AJPN, rend hommage à chacun des 225 Justes récompensés à ce jour en Aquitaine. La moindre des choses était de leur permettre de dire et de déposer leur histoire, pour que l’avenir ne les oublie plus jamais, ni eux ni les anonymes qui ont aidé au sauvetage de Juifs. )
5 La Prison militaire de Mauzac : camps d’internements sous Vichy (revue Arkheia, n°5-6, 2004. )
6 Jacky Tronel, Séjour surveillé pour « indésirables français » : Le château du Sablou en 1940 (La politique de répression mise en place par la IIIe République à l’encontre des individus jugés “dangereux pour la défense nationale ou la sécurité publique” se traduit par la création de “centres de séjour surveillé pour indésirables français”. En Dordogne, le “Camp du château du Sablou” voit ainsi le jour. Il fonctionne du 17 janvier au 30 décembre 1940, soit une année à peine… Suffisamment longtemps pour marquer la mémoire du lieu, ainsi que celle des trois à quatre cents internés, détenus “par mesure administrative” (in Arkheia, revue d'histoire). )
7 Sousa Mendes Foundation (The first recognition came in 1966 from Israel, which declared Aristides de Sousa Mendes to be a “Righteous Gentile Among the Nations.” In 1986, the United States Congress issued a proclamation honoring his heroic act. Later he was finally recognized by Portugal, when its President Mario Soares apologized to the Sousa Mendes family and the Portuguese Parliament promoted him posthumously to the rank of Ambassador. The face of Aristides de Sousa Mendes has now appeared on postage stamps in several countries. But this work is just beginning, and you can help. It is important to continue to share this history and broadcast it far and wide, because it stands as a moral example to act against intolerance, racism and genocide today. Furthermore, with widespread recognition, the living survivors and descendants of those saved by Aristides de Sousa Mendes, many thousands of them unaware of the political circumstances and the name of the person who helped them reach safety, may learn the true story behind their survival. )
8 Témoignage d'Henri Deutsch sur Youtube (Henri Deutsch was born in Belgium in 1930. After the German occupation his family fled to France, and was among the Many refugees who gathered in front of the consulates in Bordeau in an attempt to get visas to leave German occupied France. )
9 Voyage en hommage à Aristides de Sousa Mendes (Voyage en hommage à Aristides de Sousa Mendes in June 2010 - Paris - Bordeaux - Bayonne - Anglet - Hendaye.
Story tells by Harry Oesterreicher, the son of Arthur, great son of Jacques and Kate Oesterreicher. )
10 Victime en représailles à Mussidan
11 Les neufs jours de Sousa Mendes - Os nove dias de Sousa Mendes (Documentaires de Mélanie Pelletier, 2012.
Avec António de Moncada de Sousa Mendes, Andrée Lotey, Elvira Limão, Hellen Kaufmann, Manuel Dias Vaz, Irene Flunser Pimentel, Esther Mucznik, José Caré júnior, Marie-Rose Faure, Maria Barroso… et António de Oliveira Salazar, Charles de Gaulle, le Maréchal Philippe Pétain, et le rabin Haïm Kruger. )
12 Témoignage de Tereska Szwarc Torrès-Levin (Recueilli par Hellen Kaufmann et Bernard Lhoumeau )
13 Exposition "L'enfant cachée" (Exposition pédagogique pour accompagner la lecture de l'album L'enfant cachée (Le Lombard, 2012) et découvrir l'Histoire. 2012)

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


 
Gironde

Région :
Aquitaine
Département :
Gironde

Préfets :
Marcel Bodeman
(01/06/1937 - 1940) Préfet de Gironde
Léopold Chénaux de Leyritz
(25/06/1940 - 24/01/1944) Léopold Marie Frédéric Chéneaux de Leyritz, Préfet de Haute-Garonne et préfet régional de la région de Toulouse à partir de 1941 (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1896-1970)
François Pierre-Alype
(01/08/1940 - 1942) Marie François Jules Pierre dit Pierre-Alype, Préfet de Gironde et à partir d'août 1941, Préfet régional de la région de Bordeaux (Basses-Pyrénées, Gironde et Landes) (1886-1956) Directeur de cabinet : Olivier Reige
Maurice Sabatier
(01/05/1942 - 1944) Maurice Roch Antoine Sabatier, Préfet régional de la région de Bordeaux (Basses-Pyrénées, Gironde et Landes) (1897-1989)
Maurice Papon
(06/1942 - 05/1944) Secrétaire général de la préfecture de la Gironde et dirige le Service des questions juives. Il est condamné en 1998 pour complicité de crimes contre l'humanité (1910-2007)
André Sadon
(24/01/1944 - 06/02/1944) André Paul Sadon, Préfet régional de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1891-1965)
Jean Cassou
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1897-1981)
Pierre Berteaux
(1944 - 1946) Pierre Félix Berteaux, Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1907-1986)
Léon Coursin
(Mai 1944 - 30/08/1944) Préfet de Gironde
Gaston Cusin
(30/08/1944 - 18/05/1945) Commissaire régional de la République à la Libération (Basses-Pyrénées, Gironde, Lot-et-Garonne et Landes) (1903-1993)
Désiré Jouany
(18/05/1945 - 11/03/1947) Préfet de Gironde
Jacques Soustelle
(Mai 1945 - Juin 1945) Commissaire régional de la République à la Libération (Basses-Pyrénées, Gironde, Lot-et-Garonne et Landes) (1912-1990)

À lire, à voir…

Éric Lebreton Éric Lebreton
Des visas pour la vie
ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Histoires des Justes en France
ACHETER EN LIGNE

Benoît Ducos-Ader Benoît Ducos-Ader
Franck Lafossas
Adrien Marquet, secrets et souvenirs
 

Alexandre Doulut Alexandre Doulut
Sandrine Labeau
Mémorial des 473 déportés Juifs de Lot-et-Garonne
ACHETER EN LIGNE

José-Alain Fralon José-Alain Fralon
Aristides de Sousa Mendes, Le juste de Bordeaux
ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
Jean-Pierre Koscielniak
Vichy en Aquitaine
ACHETER EN LIGNE

Marek Halter Marek Halter
Les Justes, ces héros inconnus
ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
9 jours pour sauver 30 000 personnes
ACHETER EN LIGNE

Joël Santoni Joël Santoni
Désobéir
 

 FACEEF FACEEF
Des Espagnols dans la Résistance à Bordeaux et sa région
ACHETER EN LIGNE

Michel Chaumet Michel Chaumet
Cyril Olivier
Comprendre la Résistance en Aquitaine
ACHETER EN LIGNE

Louis Rivière Louis Rivière
Ailleurs demain
ACHETER EN LIGNE

Jacques Reix Jacques Reix
Jean Vircoulon
Chronique des années de guerre en pays foyen - 1939-1945
ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Claire Andrieu
Sarah Gensburger
La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage
ACHETER EN LIGNE

Lucien Lazare Lucien Lazare
Dictionnaire des Justes de France
ACHETER EN LIGNE

Jean Henrion Jean Henrion
Ces Justes ont sauvé ma famille
ACHETER EN LIGNE

Dominique Missika Dominique Missika
Dominique Veillon
Résistance - Histoires de familles, 1940-1945
ACHETER EN LIGNE

Jacques Semelin Jacques Semelin
Sans armes face à Hitler
ACHETER EN LIGNE

Philippe Souleau Philippe Souleau
La ligne de démarcation en Gironde
ACHETER EN LIGNE

 Comité Sousa Mendes Comité Sousa Mendes
Aristides de Sousa Mendes - Le pouvoir de dire "non"
ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée
ACHETER EN LIGNE

Téréza Olga Téréza Olga
Fatima Cavaco
Le consul proscrit
 

Sabine Gensburger Sabine Gensburger
Les Justes de France - Politiques publiques de la mémoire
ACHETER EN LIGNE

Alice Dray Revah Alice Dray Revah
L'étoile sans David
ACHETER EN LIGNE

Anne Sinclair Anne Sinclair
21 rue La Boétie
ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]
Avertissement Les informations affichées sur le site de l'AJPN sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de notre base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par l'AJPN et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans notre base de données.
* Juste parmi les Nations
| Avertissements | Association AJPN | Soutenir l'AJPN | Missions de l'AJPN | Document de présentation | Rapport moral | Statuts de l'association | Informations légales | Crédit | Remerciements | Contacter l'AJPN |
 
15 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2014 AJPN tél. Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87