Soutenez le travail de l'AJPN Chers lecteurs, vous êtes très très nombreux à utiliser l'AJPN et nous vous en sommes reconnaissants ! MAIS... AUJOURD'HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOUS. Si vous acceptez de nous faire un don ouvert à crédit d’impôts, nous pourrons continuer ce travail. Par avance merci.
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
770 annonces de recherche
Votre Opinion
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
39/45 en France (WWII)
base des données identifiées par AJPN.org
Nouveaux articles
Une page au hasard
36584 communes
95 départements et l'étranger
1202 lieux d'internement
709 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
4171 Justes de France
920 résistants juifs
11718 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliothèque 1270 ouvrages
Cartographie
Glossaire
Audience : Xiti Plan du site
Signaler un problème technique
Imprimer cette page
Haute-Garonne

Région :
Occitanie
Département :
Haute-Garonne

Préfets :
Maurice Georges Bézagu
(14/11/1941 - 17/11/1944) Préfet délégué de Haute-Garonne (1880-1969)
Pierre Cassagneau
(21/08/1944 - 31/12/1944) Préfet de Haute-Garonne (1887-1963)
Camille Vernet
(29/12/1944 - 04/01/1946) Préfet de Haute-Garonne (1884-1957)
Frédéric Atger
(21/09/1935 - 13/10/1940) Préfet de Haute-Garonne
Léopold Chénaux de Leyritz
(25/06/1940 - 24/01/1944) Léopold Marie Frédéric Chéneaux de Leyritz, Préfet de Haute-Garonne et préfet régional de la région de Toulouse à partir de 1941 (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1896-1970)
André Sadon
(24/01/1944 - 06/02/1944) André Paul Sadon, Préfet régional de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1891-1965)
Jean Cassou
(1944 - 1944) Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1897-1981)
Pierre Berteaux
(1944 - 1946) Pierre Félix Berteaux, Commissaire régional de la République de la région de Toulouse (Ariège, Gers, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Lot, Lot-et-Garonne, Tarn et Tarn-et-Garonne et les parties non occupées des Basses-Pyrénées, de la Gironde et des Landes (1907-1986)

À lire, à voir…

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Dítě s hvězdičkou (L'enfant cachée, en tchèque)

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

 AACCE AACCE
Les Juifs ont résisté en France (1940-1945)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Das versteckte Kind (L'enfant cachée, en allemand)

ACHETER EN LIGNE

michel Fabre michel Fabre
La Micheline de 18h23

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
L'enfant cachée

ACHETER EN LIGNE

Pierre Copernik Pierre Copernik
Abcdaire de la résistance

ACHETER EN LIGNE

Serge Legrand-Vall Serge Legrand-Vall
La rive sombre de l'Ebre

ACHETER EN LIGNE

Franck Pavloff Franck Pavloff
Matin brun

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Frida Wattenberg
Jean Brauman
Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945

ACHETER EN LIGNE

Marie-Christine Hubert Marie-Christine Hubert
Emmanuel Filhol
Les Tsiganes en France - Un sort à part (1939-1946)

ACHETER EN LIGNE

 Fondation pour la Mémoire de la Déportation Fondation pour la Mémoire de la Déportation
Livre-Mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 - 4 volumes

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Le sauvetage des enfants juifs pendant l'Occupation, dans les maisons de l'OSE 1938-1945

ACHETER EN LIGNE

Arlette Lipszyc Arlette Lipszyc
En quête de mon père Jankiel Lipszyc, Skierniewice (1898)-Miremont (1944)

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
La bambina nascosta (L'enfant cachée, en italien)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

 Collectif Collectif
Jean-Pierre Guéno
Paroles d'étoiles - Mémoire d'enfants cachés (1939-1945)

ACHETER EN LIGNE

 AJPN AJPN
Exposition "L'enfant cachée"

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Als ich in Auschwitz war - Bericht eines Überlebenden (Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945 ; en langue allemande)

ACHETER EN LIGNE

Laurent Galandon Laurent Galandon
Arno Monin
Hamo
L'envolée sauvage - 2 cycles - 4 tomes

ACHETER EN LIGNE

Paul Schaffer Paul Schaffer
Le soleil voilé - Auschwitz 1942-1945

ACHETER EN LIGNE

Denis Baud Denis Baud
Alfred Nakache, le nageur d’Auschwitz

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
המחבוא (L'enfant cachée, en hébreu)

 

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Cédric Gruat Cédric Gruat
Cécile Leblanc
Amis des Juifs

ACHETER EN LIGNE

Katy Hazan Katy Hazan
Les orphelins de la Shoah - Les maisons de l'espoir (1944-1960)

ACHETER EN LIGNE

Philippe Thirault Philippe Thirault
Chloé Cruchaudet
Thierry Chavant
Alberto Pagliaro
Hervé Duphot
Le combat des Justes - six récits de résistance

ACHETER EN LIGNE

Jean-Raphaël Hirsch Jean-Raphaël Hirsch
Réveille-toi Papa, c'est fini !

ACHETER EN LIGNE

Jean Bélingard Jean Bélingard
Henri Chas, alias « Charlieu » (1900-1945) Compagnon de la Libération

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
Hidden (L'enfant cachée, en anglais)

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
Jorge Amat
La traque de l'affiche rouge

 

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Georges Loinger Georges Loinger
Les Résistances juives pendant l'occupation

ACHETER EN LIGNE

Henriette Asséo Henriette Asséo
Les Tsiganes. Une destinée européenne

ACHETER EN LIGNE

Stéphane Simonnet Stéphane Simonnet
Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944 - 8 mai 1945

ACHETER EN LIGNE

Loïc Dauvillier Loïc Dauvillier
Marc Lizano
Greg Salsedo
숨어 산 아이 (L'enfant cachée, en coréen)

 

Monique-Lise Cohen Monique-Lise Cohen
Jean-Louis Dufour
Les Juifs dans la Résistance

ACHETER EN LIGNE

Sylvie Goll-Solinas Sylvie Goll-Solinas
Vous êtes venus me chercher

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]

Texte pour ecartement lateral

Buzet-sur-Tarn en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Buzet-sur-Tarn 31660
- Haute-Garonne
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Buzet-sur-Tarn en 1939-1945
Plaque sur l'aile nord du monument aux morts
source photo : Commune de Buzet
crédit photo : D.R.
Buzet-sur-Tarn en 1939-1945
Monument aux morts
source photo : Commune de Buzet
crédit photo : D.R.
Buzet-sur-Tarn en 1939-1945
Plaque en hommage aux victimes de Buzet
source photo : Commune de Buzet
crédit photo : D.R.
Buzet-sur-Tarn en 1939-1945
Plaque en hommage à Francisco Ponzan Vidal, né le 30 mars 1911, à Oviedo, et mort le 17 août 1944, à Buzet-sur-Tarn
source photo : Commune de Buzet
crédit photo : D.R.
Buzet-sur-Tarn en 1939-1945
Mairie de Buzet
source photo : Commune de Buzet
crédit photo : D.R.

Voir l'histoire du département de la Haute-Garonne
Histoire

La commune des Buzétois

Buzet-sur-Tarn est une commune de Haute-Garonne située à 28 km au Nord-Est de Toulouse.

Lors du recensement de 1936, la commune comptait 801 habitants et 784 en 1946.

17/04/2013

[Compléter l'article]

Les tragédies de BUZET

Le 2 juillet 1944, à l’entrée de la forêt de Buzet, un certain Gino Grazzia se présente au garde forestier, Gaston Ravary, qui occupe le pavillon de chasse du château de la Palmola. Jeune (22 ans), vêtu d'un cuir noir, dont il relève le col, une balafre au visage, Grazzia annonce au garde qu’il était prisonnier en Allemagne, qu’il s’est évadé et qu’il faut le cacher. Il porte une mitraillette et une croix de Lorraine, symbole de la Résistance. Un autre habitant de Buzet est contacté: Jean Bénazet, agriculteur. Ravary et Bénazet décident d’aider Grazzia et le conduisent chez la famille Porta, à la ferme de Borde-basse. Grazzia y passe la nuit, on lui a cédé grâcieusement le lit de la fille Porta, puis il rencontre Charles Gendre, autre agriculteur de Buzet, avant de repartir en milieu de journée.

Grazzia a menti. Il n’est pas un clandestin. En réalité, c’est un collaborateur, un agent de la Gestapo, chargé de recueillir des informations sur la Résistance et ses sympathisants, ceux susceptibles de les abriter, voire de cacher des armes qui leur sont destinées ou de recueillir des informations sur les occupants. On appelle Grazzia le « renard noir », pour sa ruse et son habitude de toujours s’habiller de cette couleur. Attiré sur Buzet par des lettres anonymes, il en sait désormais suffisamment pour suspecter les Ravary, Bénazet, Porta et Gendre, qui ont accepté d’aider un soi-disant ennemi des nazis.
Après le départ de Grazzia, Jean Porta a des doutes, lui qui est effectivement résistant, évadé d’un camp de prisonniers en Allemagne, Charles Gendre aussi, lui le chef du groupe de Résistance à Buzet. Ces doutes les conduisent à la gare où le préposé affirme n’avoir vu personne. Etrange. Au moment de les quitter, Grazzia avait affirmé qu’il allait prendre le train pour Toulouse. Il est trop tard.

Dans la nuit du 5 au 6 juillet, la Gestapo arrive à Buzet, guidée par le « renard noir ». Ils sont accompagnés de la division SS « Das Reich ». Revenue du front russe où elle a massacré 20 000 civils à Kharkov, Das Reich vient de pendre 99 personnes à Tulle, le 9 juin, puis de faire 642 victimes à Oradour-sur-Glane, le 10 juin. Buzet va bientôt connaître sa barbarie, comme tant d'autres communes de France. La consigne donnée à Das Reich par Hitler est simple : terroriser les populations pour qu'elles ne soutiennent pas les résistants. Cette consigne va se confondre avec une politique de la terre brûlée.
Parmi les lettres anonymes qui ont attiré le renard noir à Buzet, certaines accusations visaient directement le maire, lui reprochant d'avoir fourni de faux papiers d'identité à la Résistance. A trois heures du matin, les rafles commencent : Emile Massio, le maire, est interpellé, en compagnie de son fils, Adolphe, dénoncé lui aussi comme un membre de la Résistance, ce qu'il est en effet. A leur tour, sont arrêtés Gaston Ravary, FFI, Jean Bénazet, FFI, vers six heures, les Porta : Antoine, le père, Jean, le fils, et son jeune frère, Joseph, ainsi que deux voisins, des Rouquiès : Gabriel Rouquié et un dénommé Orsac. Charles Gendre et son père, Ferdinand, ce dernier épicier à Buzet, FFI, sont également du convoi, appréhendés au centre-village. Et puis Julien Escoffre, du maquis de Roquesérière. Enfin, un dénommé Edmond Favarel est ajouté à ce cortège fracassant de torches, vociférations, bruits de bottes, armes, fourgons et motocyclettes.

Les nazis veulent faire parler ceux qu’ils appellent les « terroristes » et qui ne sont que des combattants de la liberté. Ils vont en faire des victimes. Ils vont en faire des héros tragiques. A la ferme de Borde-basse, où on a découvert des armes, sous des bûches, dans le hangar, les fils Porta sont martyrisés à coups de nerfs de bœuf. Sans jamais répondre aux bourreaux. Le père Porta a même les yeux arrachés. Sans jamais répondre. Ensanglantés, alignés contre le mur de leur ferme, les Porta sont mitraillés, sous les yeux ou dans l’oreille de leurs proches. Voulant ajouter au carnage le nouveau-né de la famille, les nazis se ravisent après l’imploration de la mère. Puis ils donnent dix minutes aux femmes pour rassembler quelques effets, aller se réfugier chez une voisine et ils pillent leur ferme, avant de l’incendier. Les corps des Porta ne seront inhumés que le 9 juillet, les nazis n’ayant donné l’autorisation que le 8 au soir.

La ferme de Bordebasse avant... et après le passage des Nazis.

Gabriel ROUQUIE

Si Rouquié et Orsac sont transférés à la prison Saint-Michel, à Toulouse, dont ils réchapperont, les autres sont torturés toute l'après-midi du 6 juillet, dans la cour du domaine de la Palmola, quartier général des nazis. Sous un soleil de plomb, ils sont forcés, d'abord, à se mettre à plat ventre, frappés au moindre geste à coups de pieds ou de cravaches, mutilés même, pour certains. Conduits à la forêt de Buzet, ils sont, eux aussi, mitraillés. Il est autour de 17h30. Pendant quatre jours, les corps demeureront dans leur verte sépulture, corps d'Emile et Adolphe Massio, de Ravary, de Charles Gendre. Corps aussi de Bénazet, retrouvé trente mètres plus loin, assassiné après avoir tenté de s'échapper. Seul le cadavre d'Escoffre n'a pas été découvert. Il racontera. Plus tard. Comment s'en est-il sorti ? Les nazis lui ont remis ses papiers. Pourquoi ? Il ne sait. Il n'a pas cherché à savoir. Il s'est enfui. Il s'est caché. Il témoignera. Détails sordides parmi de nombreux autres déjà cités : avant de les emmener à la forêt de Buzet, on a fait croire aux prisonniers qu'ils seraient conduits à Toulouse pour interrogatoire. Et puis, une fois dans les bois, Ferdinand Gendre est autorisé d'abord à partir. Son corps sera cependant retrouvé, criblé de balles, quelques encablures plus loin. Enfin, après ces forfaits, les nazis iront voir madame Ravary, lui annonçant la mort de son mari... « tué par les terroristes ». Seul, dans ce cortège de suppliciés, Favarel n'a pas été inquiété, complice des nazis.

Le domaine de la PALMOLA

Après leur forfait, les bourreaux retournent à la Palmola, manger et se saoûler avec ce qu'ils ont volé aux victimes. Il est un peu plus de minuit quand certains d'entre eux échouent à la ferme de Vieusse, voisine de celle des Porta. Le père, Gaston Rollan, tente de s'opposer, esquisse un geste de défense, reçoit un coup de revolver. Sous les yeux du grand-père, des trois enfants de 7, 9 et 11 ans et du valet de ferme, l'épouse de Rollan, Victoria, est battue, violée, torturée. Parmi les râles des agonisants, qui n'en réchapperont pas, le criminel s'attable, mange, boit, disparaît avec 5000 francs, 20 draps, 10 saucissons, 3 pots de confit.

La fin du mois de juillet et le mois d’août vont voir se déchaîner une barbarie nazie piquée par l’amertume d’une défaite désormais inéluctable. Le maquis de CARMAUX détient deux prisonniers militaires allemands. Il a fait savoir à la Gestapo qu’il était prêt à les échanger contre des résistants interpellés. Mais le rendez-vous tourne mal pour les résistants. Gabriel BOUSQUET, lieutenant FFI, est arrêté à SAINT-SULPICE, ainsi que trois jeunes hommes, à bicyclette, suspectés lors du contrôle d’identité, dont deux se trouvaient être des réfugiés des Ardennes. Les quatre prisonniers sont conduits à Borde-basse, dans ce qui reste de la ferme des PORTA. En ce décor d’apocalypse, le 15 juillet, d’une balle dans la nuque, à bout portant, BOUSQUETest tué, ainsi que deux des cyclistes : Emile CLAUDE et Raymond LANDENWETSCH. Les trois corps sont arrosés d’essence et brûlés, le feu attisé par deux grenades. Le troisième cycliste sera utilisé comme chauffeur. Les cadavres ne seront retrouvés qu’une semaine plus tard, méconnaissables.
Et tout continue. Le 20 juillet, en bordure de la forêt de BUZET Pierre JARRÉ, gardien de la paix toulousain, engagé dans le « maquis ROGER » de GRENADE-sur-GARONNE, est fait prisonnier près de CADOURS, puis passé par les armes nazies : il avait tenté de s’évader en compagnie de Gabriel CARME vingt ans, qui subit le même funeste sort.

Le 17 août enfin, à Toulouse, les troupes d’Occupation font sortir de la prison Saint-Michel 54 détenus. Ils les conduisent à la forêt de Buzet, près du domaine de la Palmola, au lieu-dit « En Fournet ».

A l'endroit même de l'ancienne habitation de Ravary, le groupe est enfermé dans des granges et mitraillé impitoyablement. Dehors, d'autres nazis allument des bûchers dans lesquels les corps des victimes seront précipités. Durant les pires moments, pour étouffer les cris des suppliciés, les soldats ont même reçu l'ordre de chanter à tue-tête. 

Le rapport de gendarmerie, établi plus tard, précisera ceci : « Les foyers ont brûlé toute l'après-midi et une partie de la nuit, étant continuellement alimentés par les soldats qui y jetaient de l'essence. Le lendemain, il ne restait plus que des ossements ». Qui étaient ces pauvres gens ? 18 seulement seront identifiés, essentiellement des opposants au nazisme, résistants, réfugiés espagnols, alsaciens. Pour les autres, on ne pourra plus jamais rien prouver.
Le lendemain, 18 août, des Buzétois recueillent les ossements qui sont enterrés dans trois cercueils au cimetière de la Commune : il s'agissait, il s'agit de Robert Azémar, Alfred Bauer, Isaac ben Naïm, Mandolino Caraco, Maurice Colle, Henri Colin, Salomon Corcia, Jean Delattre, André Fourcade, Albert Abraham Kace, Henri Kayl, Jacques Parlebas, René Peter, Francisco Ponzan Vidal, Jean-Marie Rieupeyroux, Roger Rigaud, René Roger et Jacques Vanlaer. Seront déposés en mairie de Buzet quelques restes de certaines victimes, bijoux ou dents, conservés dans une boîte qui existe toujours.

De l'aveu de certains Buzétois, depuis, à l'endroit précis où s'est élevé le cercle de feu, l'herbe n'aurait pas repoussé pendant vingt ans.

Maurice COLLE, Jean DELATTRE, René PETER et Francisco PONZAN VIDAL

Le lendemain, le 19 août, Toulouse est libéré. Le 10 septembre 1944, 10 000 personnes, politiques, soldats, résistants, rendent hommage aux martyrs tombés à BUZETet on commence à graver l’histoire dans la pierre des monuments aux morts. Ce même mois, à CASTRES, le « renard noir » est arrêté, puis ramené sur BUZET, où il est hué, couvert de crachats tandis qu’on lui fait fendre une haie du déshonneur. Quelques mois plus tard, le 29 janvier 1945, son procès a lieu, à TOULOUSE devant une de ces hautes cours de justice voulues par DE GAULLE pour juger les collaborateurs et contre les décisions desquelles aucun recours n’est possible. Le procès de GRAZZIA est couplé avec celui de FAVAREL qui avait étrangement traversé les tueries du 6 juillet. Gino GRAZZIA comparaît en uniforme de l'armée allemande et, durant son procès, manifeste une "assurance qui va même jusqu'à une pointe d'impertinence, vite réprimée d'ailleurs par le Président LEVY". Sa stratégie de défense est un classique du genre, à cette époque : c'était la guerre, il n'a fait qu'obéir aux ordres. Devant les veuves des martyrs de BUZET, qui se succèdent  à la barre, GRAZZIA avoue qu'il s'est rendu sur BUZET parce que la Gestapo a été alertée par un Buzétois, mais il n'en connaît pas le nom. Au Président qui s'interroge, en une ultime question, sur le point de savoir pourquoi on l'a surnommé le "renard noir", GRAZZIA répond : "... sobriquet stupide... romantisme de journaliste". GRAZZIA est reconnu coupable d'"espionnage", d’avoir participé à dix massacres, d’avoir fait tuer ou tué lui-même ou encore incendié… pour une somme totale de 4500 francs. Cet agent pour de l’argent est condamné à mort. On lit dans la presse de l’époque qu’au verdict « la foule applaudit » et que le renard noir laissa "tomber sur la salle un regard de souverain mépris".  GRAZZIA est exécuté sur les côteaux de PECH-DAVID le 17 février, précisément "au stand de tir d'EMPALOT". Auparavant, les autorités avaient écarté la requête de certains de le voir passé par les armes à BUZET.

FAVARELl, lui, est condamné à dix ans de travaux forcés, à la confiscation de ses biens et frappé d’indignité nationale. Un décret du 11 juin 1945, signé du Président du Gouvernement Provisoire de la République (DE GAULLE) commuera la peine en deux années d'emprisonnement et limitera à quinze ans la dégradation nationale. Le 18 février 1950, un décret du Président de la République (VINCENT AURIOL) ordonnera "remise du reste de la dégradation nationale" et "limitation de la confiscation aux sommes déjà versées au Trésor".  Mais pourquoi FAVAREL a-t-il été condamné ? Voici les questions posées à la Cour :

"FAVAREL, Edmond, accusé ici présent, est-il coupable... en temps de guerre" d'avoir procuré "un jambon au chef de la Gestapo ?" et est-il coupable d'avoir voulu vendre à l'ALLEMAGNE "des camions d'occasion, laquelle tentative manifestée par un commencement d'exécution, n'a été suspendue ou n'a manqué son effet que par des circonstances indépendantes de la volonté de FAVAREL, son auteur ?".

À Buzet, M. PECH, ancien professeur d’histoire au collège de Castres, était nommé maire par le comité de libération, en septembre 1944. Le 19 novembre 1944, le monument aux morts de la forêt de Palmola était inauguré, à l’endroit même où les détenus avaient été fusillés (plus tard ce monument était déplacé par la famille BESSON, propriétaire du lieu). Ce jour-là, les représentants du gouvernement de la république rendaient un solennel hommage aux martyrs et on notait la présence de :
M. BERTAUX, commissaire de la république
Le Général COLLET, commandant militaire de la région
Le Commandant MARCOUIRE, ancien détenu de Saint-Michel
M. JEAN, président régional du C.D.L.
Une délégation des Forces françaises de l’intérieur
Un détachement de spahis
Les enfants des écoles avec leurs bouquets
Une assistance nombreuse et émue
Et enfin les familles des résistants tués, dont les épouses, les mères et les sœurs étaient enveloppées dans leur voile de deuil.

Après la sonnerie aux morts, la remise des décorations, l’enlèvement du voile tricolore sur la stèle de marbre et la marseillaise. M. BERTAUX, dans un silence émouvant et sur un ton vengeur, terminait : « Les barbares ont fui, laissant derrière eux ruines et deuils. Les ruines se relèveront comme se relèvera la France meurtrie, le temps apaisera les larmes, mais jamais on n’effacera le souvenir de ceux qui, en toute conscience, volontairement, ont bravé la mort, la plus épouvantable des morts. Ils sont morts de cette mort pour que la France, libérée et sûre de son destin, vive féconde, dans un monde où régnera la paix, née de leur sang et de leur chair meurtrie ».

Les veuves des martyrs.

Buzet a donc vu périr 70 personnes sous la botte nazie. Buzet a souffert, mais aussi les Communes environnantes, telles Castelmaurou, Rouffiac, Saint-Loup Cammas, Saint-Jean, Le Born, Villemur, La Magdelaine, Verfeil, Saint-Marcel Paulel, Villaudric, Fronton, Bouloc, Castelnau d’Estrétefonds, Villeneuve les Bouloc, Saint Sauveur, Bazus, Garidech, Gragnague… N’oublions pas ces êtres humains. Ne les oublions jamais. Qu’ils restent vivants pour toujours dans notre souvenir, dans notre hommage, dans notre respect. Et c’est pour cela qu’il faut parler d’eux au présent. Les oublier un jour, c’est les tuer une deuxième fois, en tuant symboliquement la liberté pour laquelle ils sont tombés en ces sombres mois de juillet et d’août 1944, liberté de se battre pour elle, de résister, ou, tout simplement, liberté de vivre.

La plupart des photos illustrant cette page ainsi que la dernière carte et sa légende sont empruntées au fascicule Histoire et Mémoire: Eté 1944 dans le Pays GIROU-TARN-FRONTONNAIS, rédigé par Elérika LEROY.

17/04/2013

Source :
Mairie de Buzet
Lien : Mairie de Buzet

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement de la Haute-Garonne

124e-155e-156e CTE-513e GTE de la Poudrerie 31410 Le Fauga
18e-19e-134e-135e CTE-652e GTE Mauzac 31410 Mauzac
29e CTE-402e GTE de la caserne Pelet 31000 Toulouse
502e GTE Bessières 31660 Bessières
503e GTE Léguevin 31490 Léguevin
507e GTE Tournefeuille 31170 Tournefeuille
509e GTE Fourquevaux 31450 Fourquevaux
511e GTE Cépet 31620 Cépet
512e GTE Bourg-Saint-Bernard 31570 Bourg-Saint-Bernard
513e GTE Muret 31600 Muret
560e GTE Tarabel 31570 Tarabel
561e GTE Clairfond 31120 Portet-sur-Garonne
60e CTE-562e GTE de la Poudrerie 31000 Toulouse
652e GTE Mauzac 31410 Mauzac
Camp de Clairfond 31120 Portet-sur-Garonne
Camp de Noé 31410 Noé
Camp Maury 31410 Mauzac
Camp-hôpital Le Récébédou 31120 Portet-sur-Garonne
Caserne Caffarelli 31000 Toulouse
Ceentre Le Fauga 31410 Le Fauga
Centre de rassemblement des étrangers 31260 Salies-du-Salat
Hippodrome Toulouse 31000 Toulouse
Hôpital Hôtel-Dieu 31000 Toulouse
Hôpital Saint-Gaudens 31800 Saint-Gaudens
Prison militaire de Furgol 31000 Toulouse
Prison Saint-Michel 31000 Toulouse
Stade du TOEC Toulouse Olympique Employés Club 31000 Toulouse

Les lieux de sauvetage de la Haute-Garonne

Abbaye de Sainte-Marie-du-Désert 31530 Bellegarde-Sainte-Marie
AFDU 31000 Toulouse
Armée Juive 31000 Toulouse
Armée secrète 31000 Toulouse
Camp volant de Revel 31250 Revel
Centre médico-social de Toulouse 31000 Toulouse
Château de Larade 31000 Toulouse
Château de Seyre 31560 Seyre
Clinique psychiatrique Saint-Loup 31140 Saint-Loup-Cammas
Couvent de Marie-Réparatrice 31000 Toulouse
Couvent Notre-Dame-de-la-Compassion 31000 Toulouse
École Saint-Pierre 31340 Villemur-sur-Tarn
Institution Sainte-Marie-de-Nevers 31000 Toulouse
Maison des Pupilles de la Nation 31160 Aspet
Noviciat des Jésuites 31000 Toulouse
Organisation Juive de Combat 31000 Toulouse
Orphelinat de Lévignac 31530 Lévignac-sur-Save
Paroisse Saint-Exupère 31000 Toulouse
Paroisse Saint-Michel 31000 Toulouse
Réseau Westerweel 31000 Toulouse


Les 89 Justes parmi les Nations de la Haute-Garonne


Maires de Buzet-sur-Tarn

Bernard Lacassagne   (Jusqu'en 1940)


Familles réfugiées à Buzet-sur-Tarn [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes hébergées, sauvées ou cachées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, leur date de naissance, les circonstances du sauvetage, si possible.


1 Famille arrêtée (Buzet-sur-Tarn) [Compléter]
17/08/1944
Famille Bauer - Alfred Bauer, né le 2 novembre 1895 à Romanswiller (Bas-Rhin) était interné à la prison Saint-Michel à Toulouse. Le 17 août 1944, 54 détenus tirés de leur prison toulousaine sont exécutés et incinérés à Buzet-sur-Tarn. Dix-neuf victimes seulement ont été identifiées, dont Alfred Bauer.    

Chronologie [Ajouter]

06/06/1944 - En juin 1944, un réfugié juif a essayé de passer la ligne de démarcation à Chaum où il s'est fait tuer par les gardes frontière. Sa tombe est dans le cimetière de Chaum, il venait, semble-t-il, de Pologne. Son nom peut être retrouvé sur sa tombe. Il aurait été dénoncé. 1Chaum France


Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

Comment ajouter le votre. En savoir plus…

Vous êtes venus me chercher L'histoire de Rosa Goldmark, Récit 157 pages, réalisation 2014
Auteur : SYLVIE GOLL SOLINAS - terminal



Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Buzet-sur-Tarn sur Wikipedia 
2 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
3 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
4 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )
5 Vous êtes venus me chercher (Blog de l'auteur - parutions, conférences, signatures... )
6 Elie Cavarroc, Juste des Nations (M. Elie Cavarroc, nommé Juste des Nations. Référence du dossier n°10002 du Comité Français pour Tad Vashem )
7

Notes

- 1 - Témoignage basé sur le livre d'Emilienne Eychenne et de témoins du village.

Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  Camp de la Noé, recherche information sur Jean Curtil

    Bonjour,
    Mon grand-père, Jean Curtil (né le 29/10/1915 à Lapeyrouse en Ain), a été transféré de la prison d'Eysses (matricule 2340, Lyon) au camp de la Noé, le 18/04/1944. Je cherche à savoir quand et comment il a quitté ce camp pour Compiègne (autour de mai 1944 ?).
    Si vous avez des informations à ce sujet, merci de communiquer avec moi. Céline Curtil.
    [répondre]

    Bonjour Céline , je suis de Muret 31600 et j'ai un livre sur le camps de Noé ou sont énumérés les personnes qui ont transité par ce camps , je vais essayer de le retrouver et voir si le nom de votre grand père s'y trouve!
    Cordialement . Contarin Alfred .
      [répondre]
    Bonjour,
    Selon un dossier de demandes de recherches adressé au Service international de recherches de Bad Arolsen (Allemagne), votre grand-père aurait été transféré à la prison de Toulouse en 1944 (sans date précise), et non Compiègne, puis emmené en Allemagne, vraisemblablement comme STO. Il était employé à Münich à la firme Lorenz-Braren Cyclo Getriebebau, Dachauerstrasse 114, du 16 mai 1944 au 30 mars 1945.
    Les archives de ce Service international de Recherches ont été entièrement numérisées et sont consultables en France aux Archives Nationales, à Pierrefitte-sur-Seine. Le dossier en question est conservé Sous la référence TD 948398.
    Bien cordialement. MLP
      [répondre]
    Bonjour, j'aimerai que la personne qui vous répondu (Mr Contarin), si cela lui est possible, puisse me dire si mon grand oncle (petit frère de ma grand mère) est passé par le camp de Noé, en effet, résistant à 19 ans en mai 43, il a été arrêté en Haute Garonne et déporté à Buchenwald où il est mort en janvier 44. Il s'appelait Marcel(Joseph, Vidian) Rambouze,né le 30 mars 1923. Merci  [répondre]
    Je vous remercie de m'avoir répondu et d'avoir fait la démarche de vous renseigner auprès du Service international de recherches de Bad Arolsen. Entre temps, j'ai appris qu'il avait été transféré d'Eysses au camp de Noé le 18/04/1944. Il a ensuite été envoyé à la prison de Saint-Michel à Toulouse le 10/05/1944, puis à Münich le 20/05/1944. L'usine de la firme Lorenz a été bombardée en 1944...   [répondre]

***  Recherche famille CAZENAVE

    Je recherche les descendants d'une famille CAZENAVE a Cazeres-sur-Garonne. Mr Cazenave etait un fermier proprietaire d'une grande ferme, qui a heberge mon pere Benny Wagner et mes grandparents David et Dora Wagner de mai a octobre 1940. David etait responsable des refugies belges. [répondre]

***  Recherche famille LOUSTEAU ou LOUSTAU

    Entre juin 1941 et Septembre 1942, venus de Belgique via Cazeres-sur-Garonne, mon pere Benny et ses parents David et Dora WAGNER etaient refugies a Toulouse, au 52 rue Gravelotte. David travaillait comme typographe dans une imprimerie, peut-etre les Parchemins du Midi, dirigee par un monsieur LOUSTEAU ou LOUSTAU. Ce Mr Lousteau avait un frère, directeur à l’EDF, avec 2 usines d’électricité à Genève (Suisse), qui avait le droit de voyager entre France et Suisse comme il le désirait, et était membre du réseau de résistance du père Favre (école St François de Sales, à Ville-La-Grand). Il a ouvert la route vers la Suisse à toute ma famille (une douzaine de personnes). J’aimerais retrouver les descendants de ces deux frères Lousteau (ou Loustau). [répondre]

***  Recherche

    Je recherche toute personne ayant connu Marie Louise DUBOIS, demeurant à CUGNAUX, en 1944.
    Célibataire, originaire de la Marne, âgée de 22 ans, elle exerçait la profession de
    cuisinière, probablement auprès d'une unité militaire d'occupation.En 1945 ou 1946, elle demeurait à SAINT-SULPICE (81)
    [répondre]

***  recherche famille de Labarthe

    Mes parents, Elie et Marinette BABANI, tenaient un magasin "Robdor" à Toulouse. J'avais 3 ans, ils m'ont cachée, confiée à des personnes de leurs connaissances vivant à Labarthe/Leze, dans les années 1941/42.

    je voudrais tant retrouver ces personnes!!
    Merci à tous ceux qui pourront me donner des renseignements de me contacter au 06 59 06 09 43.
    moniksim@gmail.com

    Monique Babani (alias Bertrand)
    [répondre]

***  recherche grand-pere

    Je recherche mon grand-père, né en 1882 à Bellelicourt (02). Il est venu s'installe à Touille aux environs de 1914 (il habitait à l'ancienne usine en rentrant après le pont à droite). Il serait mort après 1933 car mon frère ainé l'a connu. Il est surement enterré à Touille. Ma grand-mère, Sidonie Hugot épouse Cocu est morte le 04/02/1932. Merci d'avance. M.CAHART [répondre]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


Avertissement Les informations affichées sur le site de ajpn.org sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de la base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par ajpn.org et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans la base de données ajpn.org
* Juste parmi les Nations
 
visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2019