Die pädagogische Ausstellung Das versteckte Kind ist in deutscher Sprache verfügbar - L'exposition pédagogique L'enfant cachée existe maintenant en langue allemande
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Soutenez le travail de l'AJPN
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
111, rue Belleville - F33000 Bordeaux
Tél. +33 (0) 9 51 89 44 87

302 annonces de recherche
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
Recevoir les infos AJPN
39/45 en France
base des données identifiées par l'AJPN
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
634 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
741 résistants juifs
8734 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind
Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la résistance communiste L'affiche rouge
Vivre à en mourir

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire Espace enseignants
Association AJPN Rapport moral
Comment contribuer au site
Soutenir le travail de l'AJPN
Paiement en ligne
Contacter l'AJPN
Partenaires Liens d'intérêt
Remerciements
Téléchargements Résultats d'audience Online Xiti
Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris
Imprimer cette page

Texte pour ecartement lateral

Chartres en 1939-1945

Texte pour ecartement lateral
Code postal : Chartres 28000
- Eure-et-Loir
[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]


Voir l'histoire du département de l'Eure-et-Loir
Histoire

Jean Moulin à Chartres

“(…) comme cette anecdote racontée par ma mère en janvier 2006 : « Je suis née en 1938, à Chartres, donc tout ce que je peux dire, c’est ce que j’ai entendu de mes parents par bribes. Ils n’ont jamais vraiment “raconté” ce qui s’était passé, ou bien j’étais trop petite pour y prêter attention. »
« Mon père, Roger Viette, était médecin de campagne dans un petit village de Touraine. C’était très dur à l’époque et au bout de dix ans, il a souhaité aller en ville, d’autant que mon frère et ma sœur arrivaient à l’âge du lycée (on dirait collège, maintenant), et auraient dû être pensionnaires. Il a donc passé des concours administratifs. Quand je suis née, il était directeur du laboratoire municipal de Chartres (je crois que c’était le terme exact). Jean Moulin était Préfet de Chartres. Je suppose qu’il s’est rapidement impliqué dans le mouvement de la Résistance. Pour ne pas parler au cas où il serait arrêté par les Allemands, il s’est ouvert la gorge. On a fait appel à mon père pour le soigner. J’ai entendu mon père dire : “Je n’ai pas de mérite, il ne restait plus de médecin à Chartres”. La blessure était sérieuse car je me souviens que mon père disait : “S’il avait avalé de la confiture, elle serait ressortie par la blessure” ; ma mère l’arrêtait en disant : “ça suffit pour les détails, nous sommes à table !”. » « Ce devait être à l’époque de l’exode, des civils fuyaient vers le Sud. » « Au fur et à mesure que l’état du blessé s’améliorait, je crois qu’ils discutaient amicalement lors des soins, et mon père appréciait son intelligence, une sorte de relation amicale s’est établie, semble-t-il, si bien que lors de son départ, Jean Moulin a fait un discours et entre autres, a remercié le Docteur Roger Viette, je crois même qu’il a dit : “son ami le Docteur Viette”. » « C’est là que les ennuis ont commencé pour mes parents, je crois qu’on a essayé de coincer mon père pour des malversations, ou prétendre qu’il s’appropriait du matériel. J’écris sur un vieux sous-main en similicuir : à l’intérieur, je lis de la main de mon père : “Le buvard appartient personnellement au Docteur Viette”. Je suppose que cela date de cette époque. » « Ma mère m’a raconté qu’un jour, les Allemands étaient venus poser des questions à mon père (je ne parle pas d’interrogatoire...). À un moment, elle a fait signe à mon père de dire “Non”, mais un Allemand l’a vue dans une glace, et aussitôt lui a demandé : “Pourquoi non, Madame ? ». C’en est resté là jusqu’au jour où mon père a été limogé. » « Il est resté un an au chômage (sans indemnités !), et ils ont vécu sur leurs économies jusqu’au jour où il a retrouvé du travail dans les usines de biscuits et conserves (Lu et Amieux) à Nantes. C’était le début de la médecine du travail. » « Après la guerre, il a été réintégré dans l’administration comme directeur de la santé à Orléans (on dirait DDASS maintenant). » « Mon frère (qui s’était engagé dans les FFI de la région nantaise à la fin de ses études de médecine) m’a dit qu’après la guerre, un monument à la mémoire de Jean Moulin avait été élevé à Chartres, et lors de l’inauguration, sa sœur aurait dit : “Quand même, le Docteur Viette aurait dû être là”. » « Je pense que mes parents n’ont pas voulu se lier aux amis de Jean Moulin pour des raisons politiques. Il était communiste et mes parents étaient résolument hostiles au communisme. C’est ce que je suppose. En outre, mes parents n’étaient pas du genre à se vanter ou à se raconter, et je tiens à respecter cette réserve. » « J’ai vu la carte du mouvement Libé-Nord au nom de ma mère, mais je ne sais pas ce qu’elle est devenue. Je crois qu’en Touraine, où nous avons passé un moment pendant la guerre, elle a fait le passeur. Pendant des années, après la guerre, je recevais chaque année un cadeau et l’on me faisait remercier. Il me semble que le patronyme des gens que je remerciais était de consonance juive. Mais on ne m’a jamais expliqué qui me l’envoyait et pourquoi. Ces envois ont cessé quand j’avais 11 ans environ. Le dernier envoi était un col de fourrure et j’avais dit à mes parents que je n’aimais pas cela et que je ne le porterais pas. J’ai pris un sacré savon et comme les autres années, j’ai dû remercier en disant que c’était très joli et que j’étais très contente ! Une année, j’avais beaucoup aimé une très belle série de mini casseroles en cuivre pour la dînette. » « J’ai des souvenirs de la guerre, souvenirs d’enfants, mais c’est une autre histoire. »
Ma grand-mère, Louise Viette, m’avait elle-même raconté cette autre anecdote : elle transportait régulièrement des armes pour la Résistance dans son panier de ménagère ; un jour, elle fut arrêtée par les soldats allemands alors qu’elle traversait un pont ; mais par chance, sur sa bonne mine, elle ne fut pas fouillée et put continuer son chemin ; elle me confia que ce fut l’une des plus grandes frayeurs de sa vie.”

14/06/2008

Source :
Pierre Léoutre, extrait de

[Compléter l'article]

Les camps et les lieux d'internement de l'Eure-et-Loir

100e CTE de Châteaudun 28200 Châteaudun
Camp de Voves 28150 Voves
Camp du Coudray 28630 Le Coudray
Dreux 28100 Dreux
Dulag de Chartres 28000 Chartres
Frontstalag 133 28000 Chartres
Frontstalag 153 28000 Chartres
Frontstalag 202 28000 Chartres
Stalag 133 28630 Morancez

Les lieux de sauvetage de l'Eure-et-Loir

Château Le Coudray 28630 Le Coudray
La Santé de l’Enfance 28120 Blandainville


Les 27 Justes parmi les Nations de l'Eure-et-Loir

Denis Arsène  (Beauvilliers) Francis Berend  (Dreux) Zoltan Kekesi  (Dreux)
Louise Arsène  (Beauvilliers) Aimé Breton  (Abondant) Fernand Laigneau  (Crucey-Villages)
André Baccary  (Bondy) (Montigny-le-Gannelon) Roger Breton  (Saint-Laurent-la-Gâtine) Lucie Laigneau  (Crucey-Villages)
Clémence Baccary  (Bondy) (Montigny-le-Gannelon) Thérèse Breton  (Saint-Laurent-la-Gâtine) Georges Mathurin  (Brou)
Yvonne Baccary Guillaume  (Bondy) (Montigny-le-Gannelon) Marthe Coche  (Blandainville) Juliette  Mathurin  (Brou)
Henri Bagault  (Courtalain) Paul Coche  (Blandainville) Albert Moreau  (Abondant)
Marcelle Bagault  (Courtalain) Blanche Coudray  (Rueil-la-Gadelière) Marguerite Moreau  (Abondant)
Paul Baillon  (Rueil-la-Gadelière) Aimée  Coursimault  (Châtillon-en-Dunois) Adrien  Philippe  (Beaumont-les-Autels)
Léontine Baillon  (Rueil-la-Gadelière) Alexandre  Coursimault  (Châtillon-en-Dunois) Germaine  Philippe  (Beaumont-les-Autels)


Familles réfugiées à Chartres [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes hébergées, sauvées ou cachées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, leur date de naissance, les circonstances du sauvetage, si possible.

Familles arrêtées (Chartres) [Compléter]
Article non renseigné. Si vous avez connaissance de personnes arrêtées ou exécutées dans la commune, cliquez ci-dessus sur “Compléter” et ajoutez leur nom, prénom, les circonstances de l'arrestation et la date de l'arrestation, si possible.

Chronologie [Ajouter]

30/06/1940 - Les troupes allemandes évacuent le département de l'Indre.
02/11/1940 - Le gouvernement de Vichy révoque 3 préfets et les place en disponibilités. M. Jouany, préfet d'Ille-et-Vilaine, M. Moulin, préfet d'Eure-et-Loir, et M. Morel, préfet dans les Hautes-Alpes.
07/03/1944 - Du 7 au 12 mars 1944, bombardements aériens alliés sur Chartres.
10/08/1944 - Le Général Patton libère Chartres.

Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Chartres sur Wikipedia 
2 L'abbé Henri Péan Chef méconnu de la Résistance en Touraine (Le curé de Draché à partir de 1930 sous l'occupation, l'âme de la résistance en Sud Touraine et Nord de la Vienne.
144 pages format 16x23cm 60 illustrations (inédites pour la plupart) ISBN : 978-2-914818-49-0 )
3 Quand le château des Basses Fontaines était une colonie de vacances du Maréchal Pétain... (Histoire de la maison d'enfants des Basses Fontaines entre 1939 et 1945, maison d'enfants qui a recueilli et caché une dizaine d'enfants juifs. )
4 Honneur à des résistants (résistants à Esvre et déportation en camps de la mort. )
5 bombardements à Beaujardin Tours (Chateau de Beaujardin à Tours , bombardements. )


Annonces de recherche
[Déposer une annonce]


Page réalisée avec le soutien de  Lhoumeau
Erreur requête - select * from ajpn_alerte WHERE destina = 'commune' and signal = 'oui' and noid=28085