L'AJPN met en vente une partie de sa bibliothèque, retrouvez le catalogue sur Amazon... Die pädagogische Ausstellung Das versteckte Kind ist in deutscher Sprache verfügbar - L'exposition pédagogique L'enfant cachée existe maintenant en langue allemande
space  Mot de passe oublié    S'inscrire
  Recherche de personne, de lieu : affiche la page   Recherche type Google : propose des pages 
 
 
Soutenez le travail de l'AJPN
Page d'accueil Les communes de France durant la  Seconde Guerre mondiale  
Anonymes, Justes et Persécutés durant la période Nazie dans les communes de France
304 annonces de recherche
Actualités de l'AJPN
Revue de presse
Recevoir les infos AJPN
39/45 en France
base des données identifiées par l'AJPN
Nouveaux articles
Une page au hasard
36593 communes
95 départements
1148 lieux d'internement
636 lieux de sauvetage
33 organisations de sauvetage
3854 Justes de France
742 résistants juifs
8765 personnes sauvées, cachées
Expositions pédagogiques AJPN Exposition pédagogique 2e guerre mondiale : la guerre, l'occupation, la vie quotidienne, les lois antisémites, les rafles, les justes, les enfants cachés, les rescapés, les témoins L'enfant cachée
Das versteckte Kind

Chronologie 1905/1945
En France dans les communes
Les Justes parmi les Nations
Républicains espagnols
Tsiganes français en 1939-1945
Les lieux d'internement
Les sauvetages en France
Bibliographie Cartographie
Vichy en Aquitaine
Glossaire Espace enseignants
Association AJPN Rapport moral
Comment contribuer au site
Soutenir le travail de l'AJPN
Paiement en ligne
Contacter l'AJPN
Partenaires Liens d'intérêt
Remerciements
Téléchargements Résultats d'audience Online Xiti
Plan du site
Ajouter ce site à vos favoris Signaler un contenu inapproprié ou un problème technique
Imprimer cette page

Centre régional de rassemblement des Israélites

Camp Joffre à Rivesaltes
durant la Seconde Guerre mondiale

Texte pour ecartement lateral Commune : 66600 Rivesaltes
Canton : Rivesaltes
- Pyrénées Orientales

Période d'activité: 14 janvier 1941-21 novembre 1942
Superficie: 600 hectares
Capacité: 18 000 personnes
Population internée: Réfugiés espagnols, juifs étrangers, nomades frappées d’indigence, juifs et opposants politique Français.

[Créer un nouvel article et/ou ajouter une photo]

Camp-Joffre-a-Rivesaltes
Vue générale du camp
source photo : www.cg66.fr
crédit photo : DR
Camp-Joffre-a-Rivesaltes
Évacuation de 15 enfants Juifs de Rivesaltes le 25 avril 1942. Ils seront pris en charge par l'OSE et par les EEIF. David Korn (le 3e à gauche au 2e rang) et Milton Einhorn (le 5e à gauche au 2e rang) sont cachés jusqu'à la fin de la guerre.
source photo : Arch. David Korn
crédit photo : D.R.
Camp-Joffre-a-Rivesaltes
Distribution de chaussures à des enfants au camp de Rivesaltes, 1941-1942
source photo : Arch. fam. Friedel Bohny-Reiter
crédit photo : D.R.
Camp-Joffre-a-Rivesaltes
Les barraques du camps
source photo : Carte postale
crédit photo : D.R.
Camp-Joffre-a-Rivesaltes
Groupe de tsiganes à Rivesaltes, 1939-1942
source photo : Arch. fam. Elizabeth Eidenbenz
crédit photo : D.R.
Camp-Joffre-a-Rivesaltes
Troupe d'éclaireurs juifs créée dans le camp de Rvesaltes, 1941-1942
source photo : Mémorial de la Shoah. CDJC
crédit photo : D.R.
Camp-Joffre-a-Rivesaltes
Femme et enfants
source photo : Arch.
crédit photo : D.R.
Histoire

Le camp de Rivesaltes 1935-1970

Le camp de Rivesaltes, créé en 1935 dans la plaine comprise entre Salses, Rivesaltes et Espira de l’Agly, est d'abord un centre militaire d’instruction d'une capacité de 20 000 places environ.
Il devient en 1939 un centre de transit pour le contingent en attente d’affectation et en février 1939, arrivent les premiers civils, dans les 16 îlots du camp.
En 1940 une partie du centre est consacrée aux compagnies de travail étranger constituées d’Espagnols, de Sénégalais et d’Indochinois. Le ministère de l’Intérieur y installe en 1941 un « centre de regroupement familial » vers lequel convergent des familles juives, tsiganes, espagnoles.
A partir d'avril 1941, les juifs sont hébergés à part dans un « centre israélite » dont les conditions de vie sont les plus mauvaise du camp. Cet "îlot juif" sera fermé en 1942.
Les conditions de vie, en raison du surnombre, se détériorent rapidement et les familles sont bien souvent séparées.
A la “Cité des enfants” la mortalité enfantine est effroyable. Sur les 140 enfants en bas
âge qui se trouvent à Rivesaltes, 60 meurent pendant les mois de juillet, août et septembre 1941.
La population souffre de sous-alimentation et de maladies comme la dysenterie, la typhoïde ou la septicémie. Ce délabrement sanitaire causera le décès de 128 Juifs entre 1941 et novembre 1942, selon Serge Klarsfeld.
Des œuvres comme l'OSE, l'ORT (Organisation Reconstruction Travail), la CIMADE, le YMCA, les Quakers américains, le Secours suisse aux Enfants dépendant de la Croix-Rouge Suisse, distribuent des rations de nourriture aux plus faibles et transforment l'îlot J en centre de santé.
Du 4 août 1942 jusqu’à la fermeture du camp fin novembre deux îlots servent de “Centre national de triage” de la zone sud, de camp central pour le départ des convois de déportation à destination de Drancy et des camps allemands.
Le 21 novembre 1942, le camp est dissous. Les mille derniers internés sont envoyés à Gurs, sauf les Tziganes qui sont dirigés sur le Camp de Saliers construit à leur intention dans les Bouches-du-Rhône.

A la Libération, le camp est utilisé pour l'internement des prisonniers allemands, des collaborateurs et des délinquants économiques.

Entre 1957 et 1962 il sert à nouveau à interner des militants algériens en centre d’assignation à résidence surveillée (CARS).
Le ministère de la défense utilise le camp Joffre pour l'hébergement des harkis à la fin de la guerre d'Algérie, après les accords d'Évian du 19 mars 1962. Les Harkis, ramenés en métropole seront cantonnés avec leur famille dans plusieurs îlots du camp jusqu'en 1964. Les baraques étant trop petites, les rapatriés sont installés sous des tentes.
Cette situation annoncée comme provisoire durera jusqu'à la fin des années soixante.
Le 24e Régiment d'infanterie de Marine de Perpignan prendra la suite. Le camp sera abandonné progressivement à partir des années soixante-dix.

10/03/2009

Source :
HK

[Compléter l'article]

4 Familles internées - Camp Joffre à Rivesaltes [Ajouter une famille]

Famille Del Moral : 
Nationalité Espagnol
Sanchez Manuel, né à Alcazar del Rey Cuenca, espagnol, blessé, est interné au Camp Joffre à Rivesaltes de septembre 1939 à juin 1940.
Arrivée au lieu d'internement : 09/1940
Destination : 06/1940 -
(Source: Témoignage de Marie-Pilar Lemius )

Famille Friedländer : 
Nationalité Tchèque
Le 28 septembre 1942, Elli et Jan, les parents de Saul Friedländer, originaires de Prague, tentent de passer en Suisse à Novel (74), mais ils sont refoulés par la police helvète qui les remet à la brigade de gendarmerie de Saint-Gingolph (74). Elli et Jan sont alors transférés au Centre d'Hébergement de Rivesaltes (66) où ils arrivent le 2 octobre. Jan, 45 ans, et Elli Friedländer, 37 ans, seront déportés sans retour du Camp de Drancy vers à Auschwitz le 3 novembre 1942 par le convoi n° 40.
Arrivée au lieu d'internement : 02/10/1942
Destination : 05/10/1942 - Drancy-Auschwitz

Famille Haas : 
Julius, né le 22/03/1874 à Kammendingen (Allemagne), décédé le 14/02/1942
Nationalité Allemande
Julius, 68 ans, est décédé au camp de Rivesaltes le 14 février 1942.

Famille Wildmann : 
Henrich, né le 1888 à Hoerden (Allemagne), départ 1943 vers Auschwitz décédé le 07/12/1943
Rebekka née Neuburger, née le 09/09/1896 à Philippsburg (Allemagne), départ 26/08/1942 vers Auschwitz
Margot, né(e) le 1923 à Philippsburg (Allemagne),
Hugo Max, né(e) le 03/01/1924 à Philippsburg (Allemagne), départ 26/08/1942 vers Auschwitz
Hannelore, né(e) le 1925 à Philippsburg (Allemagne), départ 1941 vers Pringy
Manfred, né(e) le 1931 à Karlsruhe (Allemagne), départ 1941 vers Ceyzérieu
Nationalité Allemande
Heinrich, né à Hoerden (Allemagne) en 1888, imprimeur, son épouse Rebekka née Neuburger le 09/09/1896 à Philippsburg, leurs 4 enfants, tous nés en Allemagne (Margot, née en 1923 à Philippsburg, Hugo Max, né le 03/01/1924 à Philippsburg, Hannelore, dite Laure ou Lorle, née en 1925 à Philippsburg, et Manfred, né en 1931 à Karlsruhe) et les parents de Rebekka (Nanette née Holz, et Moritz Neuburger), sont arrêtés le 22 octobre 1940 à Philippsburg (Allemagne) parce que juifs et dirigés avec les 6 000 juifs de la province de Bade, au camp de Gurs. Après quelques semaines à Gurs, Nanette Neuburger née Holz, la mère de Rebekka, attrape la dysentrie. Elle mourra quelques jours plus tard. En mars 1941, la famille d'Heinrich Wildmann et Moritz Neuburger, le père de Rebekka, sont envoyés au camp de Rivesaltes, situé en zone non-occupée. Un an après leur arrivée dans les camps français, Hannelore, âgée de 16 ans, est envoyée à Pringy, en Haute-Savoie, dans une colonie d'enfants dirigée par la Croix Rouge Suisse. Manfred, quitte le camp pour le Château de Grammont en février 1942. Rebekka et Hugo sont déportés de Rivesaltes vers Auschwitz le 26/08/1942 par le convoi n° 24. Heinrich Wildmann se trouvait à l'hôpital de Perpignan. Il sera déporté sans retour à Auschwitz en le 07/12/1943 par le convoi n° 64. Ils ne reviendront pas.
Arrivée au lieu d'internement : 03/1941
Destination : 26/08/1942 - Auschwitz

Liens externes [Ajouter un lien vers un article d'intérêt ou un site internet]
1 Centre d'études tsiganes (Bibliographie )
2 Rencontre avec Paul Niedermann (Conférence de Paul Niedermann (1h24) enregistrée en mars 2011 au collège d'Estagel dans les Pyrénées-Orientales. Paul Niedermann retrace son parcours entre 1935 et 1945 de Karlsruhe à la Maison d'Izieu, en détaillant son passage au Camp de Rivesaltes. )
3 La famille Wildmann (Le parcours de la famille Wildmann en Allemagne, en Belgique et en France durant la Seconde Guerre mondiale. )
4 Page Facebook de Lois Gunden Clemens
5 Lien vers l'éditeur du livre "La Villa St Christophe à Canet-Plage" (La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943 )

Chronologie [Ajouter]

12/04/1939 - Décret du 12 avril 1939 sur la création des CTE (Compagnies de Travailleurs Étrangers).
27/09/1940 - Loi du 27 septembre 1940 sur la création des GTE (Groupements des Travailleurs Étrangers).
22/02/1941 - Décret du 22 février 1941 sur les sanctions à appliquer dans les GTE (Groupements des Travailleurs Étrangers).
02/11/1945 - Ordonnance du 2 novembre 1945 sur la dissolution des GTE (Groupements de Travailleurs Étrangers).
10/05/2013 - Du 1er avril 1941 au mois de février 1943, la Villa Saint Christophe à Canet Plage a abrité une maison de convalescence pour les enfants internés au camp de Rivesaltes. Créée par les mennonites américains pour les enfants espagnols de la retirade, elle abrite des 1942 de nombreux enfants juifs que l'on essaye de soustraire à la déportation. Canet-en Roussillon France

Témoignages, mémoires, thèses, recherches, exposés et travaux scolaires [Ajouter le votre]

En savoir plus…

Pas de travaux actuellement sur ce sujet… Vous pouvez mettre le votre en ligne sur le site ajpn.org.


Annonces de recherche
[Déposer une annonce]

***  parcour

    Bonjour a vous tous je recherche des personnes internées en meme temps que mon grand père Mr DEL MORAL SANCHEZ MANUEL au camps de rivesaltes de semptembre 1939 a juin 1940 il etait né a Alcazar del rey cuenca et il etait bléssé a un bras il penait a s'en servir voici mon adresse mail lemius.marie-pilar@neuf.fr si vous l'avez connu !!!!
    [répondre]

[Signaler que le contenu de cet article vous semble erroné]


 
Pyrénées-Orientales

Région :
Languedoc-Roussillon
Département :
Pyrénées-Orientales

Préfets :
Pierre Olivier de Sardan
(1941 - 1942) Préfet de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales)
Alfred Hontebeyrie
(11/10/1942 - 16/07/1944) Alfred Roger Hontebeyrie, Préfet de l'Hérault et de la région de Montpellier (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère et Pyrénées-Orientales) (1895-1969)

À lire, à voir…

Hervé Mauran Hervé Mauran
La Résistance espagnole en Cévennes (Les lieux de mémoire)

ACHETER EN LIGNE

Anne  Grynberg Anne Grynberg
Les camps de la honte : Les internés Juifs des camps français

ACHETER EN LIGNE

Monique-Lise Cohen Monique-Lise Cohen
Eric Malo
Les camps du Sud-Ouest de la France, 1939-1944

ACHETER EN LIGNE

Alfred Roger Coutarel Alfred Roger Coutarel
Itinéraire d’un résistant des Cévennes à la Libération

ACHETER EN LIGNE

Anne Boitel Anne Boitel
Le camp de Rivesaltes 1941-1942

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
La Shoah en France

ACHETER EN LIGNE

Alain Monnier Alain Monnier
Rivelastes, un camp en France

ACHETER EN LIGNE

Denis Peschanski Denis Peschanski
La France des camps : L'Internement, 1938-1946

ACHETER EN LIGNE

Simonne Chiroleu-Escudier Simonne Chiroleu-Escudier
Mireille Chiroleu
Eric Escudier
La Villa Saint Christophe maison de convalescence pour enfants des camps d'internement avril 1941 février 1943

 

Philippe Joutard Philippe Joutard
Jacques Poujol
Patrick Cabanel
Gilbert Badia
Cévennes - Terre de Refuge 1940-1944

ACHETER EN LIGNE

Patrick Cabanel Patrick Cabanel
Cévennes, un jardin d'Israël

ACHETER EN LIGNE

Serge Klarsfeld Serge Klarsfeld
Adieu les enfants (1942-1944)

ACHETER EN LIGNE
[Ajouter un ouvrage]
Avertissement Les informations affichées sur le site de l'AJPN sont fournies par les personnes qui contribuent à l'enrichissement de notre base de données. Certaines, notamment les témoignages, ne peuvent être vérifiées par l'AJPN et ne peuvent donc pas être considérées d'une fiabilité totale. Nous citons les sources de ces informations chaque fois qu'elles nous sont communiquées. Toutes les demandes de rectification de données erronées sont bienvenues et, dans ce cas, les corrections nécessaires sont appliquées dans les meilleurs délais en citant la source de ces corrections. C'est par cette vigilance des visiteurs de notre site que nous pouvons assurer la qualité des informations conservées dans notre base de données.
* Juste parmi les Nations
| Avertissements | Association AJPN | Soutenir l'AJPN | Missions de l'AJPN | Document de présentation | Rapport moral | Statuts de l'association | Informations légales | Crédit | Remerciements | Contacter l'AJPN |
 
23 visiteurs connectés

Justes parmi les Nations - Righteous among the Nations - De Gerechten mank de Völker - Giusti tra le nazioni - Drept între popoare - Gerechter unter den Völkern - Sprawiedliwy wsród Narodów Swiata - Rechtvaardige onder de Volkeren - Justuloj inter la popoloj - Rättfärdig bland folken - Spravodlivý medzi národmi - Spravedlivý mezi národy - Vanhurskaat kansakuntien joukossa - Világ Igaza - Justos entre as nações - Justos entre las Naciones - Justos entre les Nacions
© Lhoumeau, Marchal 2008 2014